L’évolution de 1920 à 2009 de la série littéraire du baccalauréat

L’arrivée récente de la Note d’information (NI 10-06) du ministère de l’éducation nationale  portant sur les résultats définitifs de la session 2009 du baccalauréat incite à reprendre les archives et à examiner cette série (nommé A d’abord puis L aujourd’hui) en la replaçant dans l’ensemble des autres séries ainsi que dans l’évolution de la conjoncture démographique.

La situation aujourd’hui (bac 99) est que la série L a été réussie par 48.000 jeunes (dont 38.000 jeunes filles) mais que cet effectif représente la série du bac la moins choisie. Par ordre décroissant d’importance on a :
– 27,6% série scientifique
– 24,4% bac technologique
– 22,4% bac professionnel
– 16,8% série sciences économiques et sociales
–   8,9% série littéraire.

En 1902, au moment de la création des séries A, B, C et D du bac, les bacs A ne sont que 4493 mais ils sont bien plus nombreux que les bacs C qui ne sont que 1326. Nous regarderons les effectifs à partir de 1920 où on approche des 10.000 bacheliers qui ne représentent d’ailleurs qu’un pour cent de la génération en âge de passer le bac.

Graphique 1

Le bac ès lettres (en rouge) est dominant par rapport au bac ès sciences (en vert) jusqu’aux années 50. Cette série a vu une légère diminution dans les années 30 du fait du déficit des naissances de la première guerre dans la génération en âge de passer le bac (17-18 ans, en noir sur le graphique). On remarque aussi que le bac de 1944, passé dans l’enthousiasme de la Libération en cours, n’a pas été très sélectif. Cette domination des lettres vient du fait que l’excellence passe par les lettres classiques comme le montre la remise en cause en 1923 de la réforme de 1902.

La tentative de 1923

Le Bloc national est au pouvoir, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts du gouvernement de Raymond Poincaré, Léon Bérard (homme politique à ne pas confondre avec l’helléniste Victor Bérard), veut promouvoir une réforme pour rétablir l’obligation de l’enseignement des langues anciennes pour tout élève du secondaire. Le débat qui s’instaure restera sans suite puisque finalement la réforme votée ne fut pas appliquée.

À lire les comptes-rendus parlementaires [1], on s’aperçoit que le débat ne porte pas sur la valeur formatrice du latin, qui parait acquise : nous sommes entre gens lettrés et le ministre lui-même ne craint pas de s’adresser à son adversaire politique Édouard Herriot en latin (Quid igitur censes, Herriot, vindicandum in eos qui tradidere rem publicam ? Rires et applaudissements au centre et à droite). Cependant, le seul adversaire du latin qui soit stigmatisé par le ministre Léon Bérard est le linguiste Ferdinand Brunot, dont la position prise devant la commission de 1902 est à la fois jugée scandaleuse en elle-même,et de plus considérée comme la pensée profonde des réformateurs de 1902 :

« Le grec et le latin sont morts, et il faut consacrer dès à présent la moitié de nos établissements à un enseignement purement moderne. – Dès 1902, M. Brunot a dit cela.

« Croyez-vous qu’on n’ait pas lieu de songer avec quelque inquiétude à l’avenir des humanités gréco-latines dans notre pays, quand on sait que de telles idées sont professées à l’un des plus hauts postes de l’Université, là où se forment les futurs maitres, là où s’exercent les justes et hautes directions, les nobles et fortes influences ?

« Puisque tout le monde, ici, s’est déclaré partisan de la culture gréco-latine, que tout le monde en a célébré les mérites, les vertus et les bienfaits et que vous êtes, au surplus, les arbitres suprêmes de l’intérêt public, est-ce qu’il ne vous appartient pas de dire avec moi à ceux qui méditent depuis vingt ans de tels projets : vous n’irez pas plus loin (Très bien! Très bien!)

« La déposition de M. Brunot est aussi claire que possible. Lui-même et les modernistes de principe considèrent les programmes de 1902 comme une simple transition. C’est l’étape suprême où ils espèrent voir tomber ces pèlerins millénaires, rhéteurs athéniens et avocats de Rome, qui s’obstinent à encombrer le cortège du progrès.

« Le latin et le grec sont admis, et traités par eux non pas précisément comme des parents pauvres, mais, ce qui est pire, comme des parents ruinés (Applaudissements au centre, à droite et sur divers bancs). » (Bérard, p. 261-262).

Hormis cette attaque, le débat porte plus sur le rôle social des études secondaires, sur la sélection, que sur le latin lui-même.

Raymond Aron note dans ses Mémoires [2] : « Parmi les professeurs, je garde à Hippolyte Parigot une gratitude sincère. Il tenait la rubrique universitaire dans le Temps et défendait passionnément la réforme Léon Bérard qui renforçait la part des humanités dans l’enseignement secondaire. Souvent il ferraillait avec des journalistes de gauche. Les humanités glissaient vers la droite, voire la réaction, bien qu’Édouard Herriot n’eut d’autre formation que littéraire. » (p. 27) « La fameuse réforme Léon Bérard tendait à remettre l’horloge non à l’heure mais en arrière ; à restaurer pour les meilleurs, les lycées du siècle dernier. » (p. 30)

Ce qui est en cause c’est le fait que la réforme de 1902 a introduit le germe d’une séparation entre littéraires (qui suivent l’enseignement classique) et scientifiques (qui suivent l’enseignement moderne). Cependant, après la victoire du cartel des gauches la réforme de 1925 rend compatible l’étude des langues anciennes et des sciences par la création de la section A’.

Mais il y a aussi un débat sur la sélection : pour beaucoup de familles, l’obligation de faire du latin sera considérée comme une barrière qui rejettera beaucoup d’enfants vers l’école primaire supérieure. Si la gauche se sent l’héritière des républicains de 1902, c’est bien parce que le compromis de 1902 avait rendu possible l’accès du secondaire à beaucoup d’enfants dont les familles ne se sentaient pas concernées par la culture classique gréco-latine. Refermer cette porte leur parait une mesure ouvertement en faveur d’une classe sociale privilégiée, un recul dans la démocratisation de l’enseignement. Ce débat sur le latin comme barrière va maintenant être repris explicitement en 1925 par Edmond Goblot dans  La barrière et le niveau [3].

La barrière et le niveau

Pour Goblot, « Toute démarcation sociale est à la fois barrière et niveau. Il faut que la frontière soit un escarpement, mais qu’au-dessus de l’escarpement il y ait un plateau. Au-dedans d’elle-même, toute classe est égalitaire; elle n’admet ni pentes ni sommets : l’égalité dans la classe est condition de la supériorité de classe.  » (p. 9)

De ce fait le latin joue dans l’éducation bourgeoise à la fois le rôle de barrière (il décourage ceux qui ne voient pas son rôle social) et de niveau (tous ceux qui en ont fait appartiennent à la bourgeoisie). On notera en particulier le développement savoureux qui occupe une bonne partie du chapitre consacré à l’éducation intellectuelle de la bourgeoisie. Avec un humour ravageur il montre bien la contradiction des promoteurs du latin qui ne font pas du latin pour lui-même, pour toutes les qualités traditionnelles qui sont données, puisque le niveau de latin est très faible et que personne ne se soucie beaucoup du contenu des textes latins une fois le baccalauréat obtenu. Les promoteurs du latin savent bien que l’apprentissage du latin est inutile pour l’enfant, mais qu’il s’agit d’une culture « qui différencie une élite, une culture qui ne soit pas purement utilitaire, une culture de luxe ». (p. 85) S’ils insistent tellement pour le maintien du latin, c’est qu’ils savent que la distinction sociale passe par cet apprentissage inutile et mal fait.

E. Goblot n’est pas un adversaire du latin, il en reconnait les qualités pédagogiques : acquisition de la dimension historique, confrontation avec une langue basée sur un autre système que les langues modernes, imprégnation de la culture antique et il se considère comme un vrai défenseur des humanités car il voudrait qu’on les fasse sérieusement, que le but ne soit pas de réussir péniblement à traduire un texte pour le baccalauréat « sans y faire plus des trois ou quatre contresens qu’on y tolère » (p. 83). Ceci veut dire qu’on choisisse de faire du latin pour lui-même, sérieusement et non pour les avantages sociaux qui en découlent. Le latin fait ainsi ne conviendrait qu’à un petit nombre car il demande un temps et un investissement qui n’est plus compatible avec la somme des savoirs à acquérir dans le secondaire. Il se considère comme un vrai défenseur du latin et les partisans du latin en sont de fait les pires ennemis. Il l’a d’ailleurs appris dès les petites classes du lycée du Mans en 1868 et il en sait suffisamment pour passer sa thèse complémentaire en latin sur la musique dans l’Antiquité : De musicae apud veteres cum philosophia conjunctione. Thesim facultati litterarum parisiensi, proponebat Edmond Goblot, scholae normalis olim alumnus, Lutetiae parisiorum, edebat F.Alcan, Bibliopola, via dicta Boulevard Saint-Germain, 108, M DCCC XCVIII

Après la seconde guerre mondiale

Les années 50 sont celles de la stagnation de la série A, rattrapée par l’ensemble des séries scientifiques (création en 1946 de la série D sciences expérimentales, en 1947 de la série E mathématiques et techniques de la filière mathématiques des lycées techniques) qui deviennent majoritaires à partir de 1953.

Nous sommes dans une période de croissance de l’enseignement secondaire alors que les générations en âge de passer le bac vont en décroissant jusqu’à la génération née en 1941 dernière avant la reprise d’après guerre qui arrive au bac en 1958. La sélection se fait maintenant par les mathématiques et non plus par le latin. Dans les années 60 la croissance spécifique de la demande d’enseignement se conjugue avec la reprise démographique d’après guerre et la croissance d’ensemble est très forte, tant en lettres qu’en sciences. L’année 1968 voit le plus fort effectif jamais obtenu en lettres (81.000 bacheliers) mais en sonne le repli car après 1968 réapparait le thème des diplômés chômeurs qui vise en priorité les études littéraires. La série A est également concurrencée par l’apparition de deux nouvelles séries : la filière appelée alors B (sciences économiques et sociales) et la filière des bacs technologiques (F,G et H).

La courbe d’ensemble du baccalauréat marque une inflexion : la croissance des séries scientifique se réduit et stagne au début des années 80.

80% au niveau du bac

En 1985, Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’éducation nationale lance l’objectif de faire arriver 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat : cet objectif survivra à l’alternance politique puisque, avec des nuances sur les chiffres, cet objectif sera maintenu. La relance Chevènement est visible sur le graphique 1 : toutes les séries croissent de 1985 à 1995 où le phénomène s’arrête : le taux de bacheliers passe de 30% en 1985 à 63% en 1995 et il se modifiera peu ensuite (66% en 2009). Cette croissance a été rendue possible par la suppression de l’élimination de l’enseignement long au collège (vers les CAP) et par une ouverture plus grande au niveau de l’entrée en seconde. Comme il a fallu loger les nouveaux entrants (les constructions nouvelles de lycées ne pouvant se faire à un tel rythme), le nombre d’élèves par classe est passé en seconde 30,5 en 1981 (NI 82-28) à 34,2 en 1987 (NI 88-37). Par ailleurs, laissant plus de places disponibles à l’autre extrémité, les redoublements de terminale ont diminué puisque le taux de réussite au bac est passé de 64% en 1980 (NI 81-05) à 89% à la dernière session de 2009 (NI 10-06).

Depuis 1995 et après cette relance qui l’avait concernée également, la série littéraire baisse, les séries scientifiques et technologiques sont à peu près stationnaires mais le bac professionnel et la série économique et sociale croissent.

Le graphique 2 qui examine simplement le pourcentage des bacheliers dans une génération, montre bien le palier atteint en 1995 à partir du moment où il n’était plus possible d’augmenter le nombre d’élèves par classe.

Graphique 2

L’évolution en pourcentage de la série littéraire

Nous suivons maintenant l’évolution de la série littéraire en pourcentage du total des bacheliers depuis 1920 en la comparant avec l’évolution en pourcentage des autres séries

Graphique 3

La domination littéraire d’avant la deuxième guerre mondiale a été remise en cause par la montée des sciences. La série littéraire, après un palier dans les années 60, a vu la concurrence s’accroitre et elle finit aujourd’hui en dernière position à moins de 10%.

Les séries technologiques et professionnelles ne sont pas en concurrence directe avec la série littéraire : ce sont plutôt les séries scientifiques qui permettent à leurs meilleurs élèves d’envisager des préparations tant scientifiques que littéraires, ou, à un niveau d’exigence moindre, la série économique et sociale qui peut légitimement se poser comme permettant une intelligence du monde contemporain dans ses aspects économiques et sociaux.

Perspectives d’avenir

Comme on l’a vu aux Assises des lettres (Toulouse, 27-29 mai 2010), la question de l’enseignement des lettres touche aussi les Lettres classiques à l’Université qui voient baisser leurs effectifs parallèlement à la baisse de la série littéraire du secondaire. Nous verrons prochainement ici les pistes qui ont été proposées lors de cette rencontre.


[1] Léon Bérard, Pour la réforme classique, Paris, Armand Colin, 1923.

renvoi à Brunot http://enseignement-latin.hypotheses.org/379

[2] Raymond Aron, Mémoires, Paris, Julliard, 1983.

[3] Edmond Goblot, La barrière et le niveau, Brionne, Éditions Gérard Monfort, 1984


3 réflexions sur « L’évolution de 1920 à 2009 de la série littéraire du baccalauréat »

  1. Excellente étude qui me confirme que l’évolution de l’histoire n’est pas un hasard. Hésiode dirait que nous sommes dans le quatrième âge du monde où les méthodes vulgaires dominent. En espérant un retour de l’Âge d’Or, j’ai fondé en Belgique en 19995 un école totalement indépendante, Schola Nova, où les élèves préparent l’avenir en parlant un latin européen. Je ne puis qu’inciter tous ceux qui désirent le retour des études classiques, non pas d’incrire leurs enfants à Schola Nova (car la place manquerait assez vite), mais de créer au plus vite leur enseignement indépendant que les taxes publiques (pourtant énormes) ne leur offrent plus. c’est coûteux, mais l’instruction est à ce prix. Quel bonheur de transmettre à ses enfants l’héritage auquel ils ont droit! Bonne chance!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *