Répondre à une question d’élève : Jésus a-t-il existé ?

La question de savoir si Jésus à réellement existé est une question qu’un élève peut poser à un professeur de lettres ou d’histoire à propos d’un élément vu en classe en histoire de l’art, en histoire ancienne ou à propos d’un texte étudié. Devant l’accumulation des traits mythiques ou devant la surprise qu’un crucifix, c’est-à-dire la représentation d’une mise à mort, puisse être devenu un objet de dévotion, l’élève peut légitimement se demander si tout ce qui se dit à propos du Christ ne relève pas du même univers que la mythologie antique.

Dans les lignes qui vont suivre, je ne voudrais pas répondre à l’élève mais à son enseignant qui peut également légitimement se poser la question. Pour ce faire, je mettrai en avant des témoignages de l’antiquité elle-même en excluant évidemment les textes chrétiens qui sont juges et parties. Pour finir, je tenterai de montrer que le problème est peut-être mal posé.

Flavius Josèphe

Pierre Vidal-Naquet dans son introduction à La guerre des Juifs de Flavius Josèphe [1] compare la situation littéraire de celui-ci à celle de Polybe : tous deux ont été otages des romains ce qui leur donne une extériorité qui leur permet de comprendre et décrire les réalités romaines, le premier à l’époque des guerres puniques, le second au premier siècle de notre ère (et ils écrivent tous deux en grec). Josèphe est un juif de famille sacerdotale né vers 37 ou 38 ap. JC, intelligent et instruit (il se présente comme tel dans son Autobiographie), il est chargé en 64 d’accompagner un groupe de prêtres juifs en conflit avec le procurateur romain. Il s’approche de l’empereur (Néron), découvre l’influence du judaïsme dans son entourage proche et obtient leur libération.

La Judée se soulève contre les romains en 66 et Josèphe est devenu chef militaire juif en Galilée : il trahit aux yeux des juifs en se rendant aux romains (au lieu de se suicider) et devient prisonnier de guerre. Il affirme qu’il prophétisa l’Empire à Vespasien : celui-ci l’affranchit et il devient « Titus Flavius Josephus » et est comblé d’honneurs. Au siège de Jérusalem par Titus en 70, Il est désormais au service des Romains et sert d’intermédiaire entre les romains et les juifs en tentant de les faire se rendre. Il raconte cette guerre, dans une optique favorable aux romains dans La guerre des Juifs. Ce texte écrit peu après les évènements a été rédigé en grec avec l’aide de collaborateurs.

Un autre texte de Flavius Josèphe rédigé vers 95 a eu, et a toujours, un grand retentissement car il évoque le personnage de Jésus. Il s’agit des Antiquités judaïques écrit à la manière des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse (de la même manière qu’il avait voulu imiter le Thucydide de La Guerre du Péloponnèse dans La guerre des Juifs). Il raconte l’histoire des Juifs depuis la plus haute antiquité c’est-à-dire depuis la création du monde : son intérêt pour nous est qu’il prolonge l’histoire biblique jusqu’à son époque, en croisant au passage Ponce Pilate.

Pilate selon Flavius Josèphe, a eu du mal à gérer les susceptibilités juives : une première fois, lors de son arrivée dans la province, le nouveau préfet tente d’entrer dans Jérusalem avec en tête des troupes des enseignes à l’effigie de l’Empereur. Il s’agissait d’une tentative pour tester la résistance des juifs dans leur lutte contre les images : un rassemblement se forme, les soldats romains en armes sont prêts à intervenir mais les manifestants menacés de mort pratiquent la non-violence et se couchent au sol. Pilate capitule et renonce à l’usage de la force. Plus tard Pilate, en bon édile romain fait construire un aqueduc mais comme il utilise l’or du temple (avec l’aval du sanhédrin obtenu sous la pression), la foule se rebelle à nouveau et cette fois, les soldats romains matraquent les manifestants [2]. Poursuivons au livre 18 par. 63-64 les Antiquités judaïques dans le texte reçu actuellement [3] sous-titré.

Γίνεται δὲ κατὰ τοῦτον τὸν χρόνον Ἰησοῦς σοφὸς ἀνήρ,
Vers le même temps vint Jésus, homme sage,

εἴγε ἄνδρα αὐτὸν λέγειν χρή·
si toutefois il faut l’appeler un homme.

ἦν γὰρ παραδόξων ἔργων ποιητής,
Car il faisait des choses incroyables,

διδάσκαλος ἀνθρώπων τῶν ἡδονῇ τἀληθῆ δεχομένων,
et était un maitre pour les hommes qui reçoivent la vérité avec joie,

καὶ πολλοὺς μὲν Ἰουδαίους, πολλοὺς δὲ καὶ τοῦ Ἑλληνικοῦ ἐπηγάγετο·
et il attira beaucoup de Juifs et beaucoup de Grecs.

ὁ χριστὸς οὗτος ἦν.
c’était le Christ.

Καὶ αὐτὸν ἐνδείξει τῶν πρώτων ἀνδρῶν παρ’ ἡμῖν
Et lorsque sur la dénonciation de nos premiers citoyens

σταυρῷ ἐπιτετιμηκότος Πιλάτου
ayant été exposé sur la croix par Pilate

οὐκ ἐπαύσαντο οἱ τὸ πρῶτον ἀγαπήσαντες·
ceux qui l’avaient aimé en premier ne cessèrent pas [de le faire]

ἐφάνη γὰρ αὐτοῖς τρίτην ἔχων ἡμέραν πάλιν ζῶν
Il leur apparut en effet le troisième jour vivant à nouveau

τῶν θείων προφητῶν
les divins prophètes
_____ταῦτά τε καὶ ἄλλα μυρία περὶ αὐτοῦ θαυμάσια
_____ces choses et des myriades d’autres merveilles à son sujet.
εἰρηκότων.
ayant dit

Εἰς ἔτι τε νῦν τῶν Χριστιανῶν ἀπὸ τοῦδε ὠνομασμένον
Et encore aujourd’hui, de ces chrétiens [ainsi] nommés à partir de lui

οὐκ ἐπέλιπε τὸ φῦλον.
le groupe n’a pas disparu.

Les trois incises en rouge semblent tellement appartenir au registre théologique chrétien qu’elles sont considérées comme des interpolations faites par un copiste chrétien. Cependant ce texte entier est cité par Eusèbe de Césarée (265-339) et Saint Jérôme (347-420) : si des interpolations ont été faites, elles ont été très précoces. En tout état de cause la mention de Jésus, de son message et de sa mort sur la croix prononcée par Pilate est bien présente [4].

De même un peu plus loin dans les Antiquités judaïques, il est dit au livre 20 qu’Anan le grand prêtre

200 (…) καθίζει συνέδριον κριτῶν καὶ παραγαγὼν εἰς αὐτὸ
réunit une assemblée de juges et y fit comparaitre

τὸν ἀδελφὸν Ἰησοῦ τοῦ λεγομένου Χριστοῦ, Ἰάκωβος ὄνομα αὐτῷ,
le frère de Jésus dit le Christ, du nom de Jacob [Jacques]

καί τινας ἑτέρους, ὡς παρανομησάντων κατηγορίαν
ainsi que plusieurs autres au motif de transgression de la loi

ποιησάμενος παρέδωκε λευσθησομένους.
et il les fit lapider.

Cette mention de Jacques, désigné comme frère de Jésus est cohérente avec ce qu’en dit le Nouveau Testament [5] et l’histoire de la première communauté chrétienne [6]. Ce texte n’est pas suspecté d’interpolations ultérieures.

Tacite

Contemporain de Flavius Josèphe, Tacite (58-120 env.) raconte dans ses Annales au chapitre 15,44 l’incendie de Rome de 64 et comment Néron, pour se disculper d’avoir lui-même été à l’origine de l’incendie invente des coupables.

ergo abolendo rumori Nero subdidit reos
Aussi pour faire taire la rumeur Néron supposa des coupables

et quaesitissimis poenis adfecit,
et fit subir des peines raffinées

quos per flagitia inuisos uulgus Chrestianos appellabat.
à ces gens détestés pour leurs vices que la foule appelait chrétiens

Auctor nominis eius Christus Tibero imperitante
L’initiateur de ce nom, Christus, sous Tibère,

per procuratorem Pontium Pilatum supplicio adfectus erat;
avait été livré au supplice par le procurateur Ponce Pilate

repressaque in praesens exitiablilis superstitio rursum erumpebat,
réprimée sur le moment, cette superstition détestable se répandait à nouveau

non modo per Iudaeam, originem eius mali,
non seulement à travers la Judée, à l’origine de ce mal,

sed per Vrbem etiam,
mais aussi à travers la Ville

quo cuncta undique atrocia aut pudenda confluunt celebranturque
où tout ce qu’il y a d’affreux ou de honteux afflue de tout côté et se développe [7] .

Dans la mesure où la présentation du fait chrétien est très négative, ce texte n’est pas suspecté d’interpolations chrétiennes. De ce fait, tant chez Flavius Josèphe que chez Tacite, l’existence de Jésus, condamné sous Ponce Pilate parait bien attestée. Mais le problème est-il bien posé ?

Questions sur la question

Se poser la question de l’existence de Jésus, c’est soit pour le chrétien vouloir assurer une base solide à sa foi, soit pour l’athée pouvoir réduire le message chrétien à un pur mythe du fait de l’inexistence historique de son fondateur ce qui est par exemple la position de Michel Onfray dans ses conférences ou dans ses livres [8]. Cependant, pour quelqu’un de neutre sur la question chrétienne ayant un point de vue de Sirius, disons pour rendre la chose vraisemblable un spécialiste chinois en histoire européenne, celui-ci ne se poserait la question de l’existence de Jésus pas plus que nous nous posons celle de Confucius ou de Lao Tseu. C’est précisément cette neutralité idéale que doit avoir l’enseignant quand il aborde le fait religieux dans le cadre d’un enseignement laïque et pour cela il doit s’armer des résultats de la recherche historique sur la question, par exemple pour avoir une vue d’ensemble : Aux origines du christianisme, textes présentés par Pierre Geoltrain, Gallimard, 2000, ou dans un registre plus technique, l’ouvrage de John P. Meier cité à la note 4 ou les Premiers écrits chrétiens à la Pléiade cités à la note 7.

Il ne faudrait pas croire que la recherche historique n’apporte que de l’eau au moulin de la thèse du Jésus historique : on trouvera dans un ouvrage savant récent quelqu’un qui nie l’existence historique de Jésus pour mieux révéler le sens profond du christianisme. En effet, pour Nanine Charbonnel, Jésus-Christ est une « sublime figure de papier » car chaque texte de l’évangile doit être lu comme un « midrash », c’est-à-dire un commentaire fait par exemple dans la synagogue (ou plus tard dans le Talmud) pour actualiser un thème biblique, en l’illustrant d’épisodes supplémentaires qui frappent les imaginations [9]. Il s’agirait d’un ensemble d’écrits faits dans les milieux juifs à la fin du premier siècle [10]. Ce n’est pas un ouvrage polémique construit à partir d’une thèse athée comme le manifeste la présence de la préface de Thomas Römer, spécialiste des « Milieux bibliques » au Collège de France qui reconnait que beaucoup de textes des évangiles ont bien une structure midrashique.

De la même façon un autre ouvrage nous met en présence d’un Jésus historique mais sans allusions à sa résurrection.  Il s’agit de « L’évangile inconnu » ou, La Source des paroles de Jésus [11]. Le mot « Source » présente une majuscule car il fait référence au terme allemand Quelle qui a cette signification. En effet au 19e siècle se met en place une théorie selon lesquels les évangiles de Matthieu et Luc auraient été rédigés à partir de deux sources : Marc d’une part mais aussi d’une collection perdue de paroles de Jésus. Cette collection aurait été faite pour aider les propagandistes itinérants chargés par les premières communautés chrétiennes de prêcher la parole de Jésus. Très curieusement, dans ce milieu de judéo-chrétiens on n’y trouve pas mention du titre de Messie pour Jésus, ni de sa mort ni de sa résurrection. Il y a là une opposition frontale avec l’apôtre Paul qui, quand il s’adresse au monde grec et romain, se désintéresse lui du ministère de Jésus mais met en avant sa mort et sa résurrection.

On n’a jamais retrouvé de manuscrits de cette collection mais elle a été reconstituée en isolant les passages identiques de Luc et Matthieu qui ne se trouvent pas dans Marc selon le schéma suivant :

Source : Amsler 2006, p.17. Par « Bien propre » à un évangéliste
il faut comprendre l’ensemble des textes qui lui sont spécifiques

***

La recherche historique n’est pas la pure répétition des thèses du christianisme, ni leur mise en cause : c’est une démarche spécifique et c’est celle-ci qu’il faut suivre pour parler des faits religieux chrétiens aux élèves qui posent des questions sur ce sujet.

  1. Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, précédé par « Du bon usage de la trahison » par Pierre Vidal-Naquet, Editions de Minuit, 1977 []
  2. Aldo Schiavone, Ponce Pilate, Fayard, 2016 []
  3. Source : Hodoi Elektronikai Bibliotheca Classica Selecta []
  4. John P. Meier, Un certain juif Jésus. Les données de l’histoire, tome 1 Les sources, les origines, les dates, Cerf, 2009, p.47-60 []
  5. Mathieu 13,55 : liste des frères de Jésus ; Épitre de Paul aux Galates 1,19 où Paul dit avoir rencontré Jacques, le frère du Seigneur []
  6. Histoire du christianisme, Jean-Marie Mayeur et al. (dir.), Tome 1 Le nouveau peuple (Des origines à 250), Desclée, 2000, p. 69-80 []
  7. Texte : Tacite, Annales Livres XIII-XVI, Les Belles Lettres, 1990 ; traduction d’après Premiers écrits chrétiens, Bernard Pouderon, Jean-Marie-Salamito et Vincent Zarini (dir.), Gallimard, Pléiade, 2016, p. 10 []
  8. Traité d’athéologie, Grasset, 2005, p. 159 ; Décadence : vie et mort du judéo-christianisme, Flammarion, 2017, p. 45 []
  9. comme par exemple avec l’ânesse de Balaam dans le présent carnet []
  10. Nanine Charbonnel, Jésus-Christ sublime figure de papier, Berg international, 2017 []
  11. Frédéric Amsler, L’évangile inconnu. La Source des paroles de Jésus, Genève, Labor et Fides, 2006 []

4 réflexions au sujet de « Répondre à une question d’élève : Jésus a-t-il existé ? »

  1. Personnellement, je réponds oui à mes élèves. Si on se met à douter de l’existence du Christ, alors doutons de celles de Jules César, de Cicéron et d’Auguste! Tacite, Flavius Josèphe ont autorité mais les auteurs chrétiens aussi! Les écarter pour répondre à la question ne me semble pas juste, d’autant que c’est l’occasion de raconter les évangiles et l’histoire de Jésus à des enfants qui bien souvent n’en ont jamais entendu parler. Et il me semble qu’enseigner le fait religieux, c’est bien oeuvrer à la construction de la laïcité qui garantit le droit à la pratique pacifique de toute religion.
    Ainsi, j’explique qu’adhérer au message de la résurrection de Jésus, c’est du domaine de la foi mais que douter de l’existence de Jésus, c’est du négationnisme. Chacun est libre de croire en la résurrection, non? Ce qui est étonnant c’est la réaction que cette nouvelle portée par les évangiles génère chez les élèves. Ça les fascine. Et il y en a toujours un pour exprimer spontanément cette remarque:  » Ce serait génial si c’était vraiment vrai! « . Croyez-moi, ce cours-là est un pur moment d’éternité où le prof se fait le vecteur de la construction d’une vie intérieure chez ses élèves. Ça cogite à fond!

    1. En réponse à Ducaillou Marie

      Un point de vocabulaire tout d’abord : parler de « négationnisme » pour le fait de nier l’historicité de Jésus est inutilement polémique dans la mesure où le terme recouvre la négation d’un fait historique bien précis, la négation des chambres à gaz. Employer ce terme ici, c’est jeter l’opprobre sur ce qu’il faut appeler plus sobrement de l’hypercritique.

      La manière dont vous entendez l’enseignement du fait religieux ne semble pas correspondre à ce qui est attendu : à titre d’exemple, le programme de 6e en histoire dit que « L’étude des faits religieux ancre systématiquement ces faits dans leurs contextes culturel et géopolitique » (BO 11 du 26 nov. 2015). Parler de la résurrection tel que vous le faites pourrait être assimilé à du prosélytisme dans la mesure où vous voulez construire une « vie intérieure » chez vos élèves. Vous laissez toute liberté de croire ou ne pas croire mais de la laïcité qui garantit l’exercice libre d’une religion, vous tirez le droit de « raconter les évangiles et l’histoire de Jésus », ce qui est très ambigu d’autant que vous évoquez les réactions des élèves à la « nouvelle portée par les évangiles ». On est très proche de la proclamation de la « bonne nouvelle » du message chrétien qui n’a pas sa place dans l’enseignement laïque.

      1. En réponse à Philippe Cibois

        Merci de vos précisions. Je n’emploie pas le terme négationnisme en classe, j’ai voulu faire court dans mon post, à tort. De même quand je dis que je raconte l’histoire de Jésus, je la raconte bien en contexte et non pas comme vous avez semblé le comprendre dans une intention prosélyte.
        Pourtant, prosélyte je le suis bel et bien dans mon désir de construire une vie intérieure chez mes élèves! Apprendre à réfléchir, ça se passe bien à l’intérieur de nous, non? Comment apprendre à lire si on ne découvre pas le monde que nous portons à l’intérieur de nous-mêmes?

  2. À ma connaissance, Bouddha et Mahomet ne sont eux aussi connus que par des disciples et non par un tiers neutre et contemporain (je suis preneur d’informations sur ce sujet). Mais est-ce très important ? Leurs idées, ou celles qu’on leur prête, sont toujours là ! Et même si un historien prouvait qu’ils n’ont pas existé, les croyants ne le croiraient pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *