Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016

Comme tous les ans, les statistiques concernant le latin lors de la rentrée précédente sont publiées dans le très officiel et très épais volume des Repères et Références Statistiques 2017 [1]. Nous nous intéresserons cette année à l’évolution du pourcentage d’élèves faisant du latin, depuis 1996 année où le latin commence en 5e, en examinant l’évolution de cette classe, puis des suivantes  jusqu’en 1ère et terminale où nous étudierons l’influence de la section suivie (L, ES et S). Dans une deuxième partie nous étudierons une statistique donnée depuis quelques années par le Ministère sur l’origine sociale des élèves de latin.

(Source RERS 1997à 2017 : Public + Privé)

Le latin introduit dès la 5e se traduit par l’arrivée de nouveaux latinistes, pic dont l’impact se répercute par une  augmentation les années suivantes (soulignée par une étoile), jusqu’en seconde. Cette augmentation n’est pas durable mais la décroissance cesse à partir de 2000 pour la 5e (puis mécaniquement pour les autres classes, plateau encadré par des losanges). Ce palier va durer huit ans : à partir de 2008, la décroissance reprend avec paradoxalement un sursaut en 5e en 2015 (répercuté un an plus tard en 4e). La situation est en effet paradoxale car la rentrée 2015 voit l’annonce, et non le mise en œuvre qui n’interviendra qu’en 2016, de la réforme du collège où les classes bilangues et le latin sont remis en cause. On peut faire l’hypothèse que le latin étant l’objet de beaucoup de discussions et les professeurs s’étant mobilisés, on a assisté à un phénomène transitoire d’intérêt renforcé. La dernière rentrée observée par les statistiques est 2016, l’année de la mise en œuvre de la réforme, où en 5e le latin poursuit sa baisse, régulière depuis 2008.

Situation au lycée

Le passage en seconde marque une chute importante des effectifs, stabilisée autour de 5%. Pour permettre au graphique de rester lisible, je n’ai pas mis les courbes, toutes séries confondues, pour la première et la terminale mais elles sont très proches de la seconde (4,9% pour la seconde à la dernière rentrée, 4,4% pour la première, 4,3% pour la terminale). La différenciation en séries pour la première et la terminale (réunies dans les statistiques du Ministère) et dont la moyenne tend vers un peu plus de 4% permet de voir des évolutions éclairantes.

Si le choix du latin a toujours été faible pour la section ES, en début de période, les élèves de L étaient nombreux à faire du latin, beaucoup plus que ceux de section S. Cependant au fil des années, la proportion des L a été dépassée par celle des S qui depuis 2009 sont les plus nombreux. On touche à travers cette situation à un phénomène que j’avais déjà étudié dans un billet de 2010 où j’étudiais des données individuelles du Ministère, le Panel 1995.

Avant d’en actualiser les conclusions, étudions un série de chiffres proposés par le Ministère et qui concerne l’origine sociale des latinistes.

Origine sociale des latinistes

(Source RERS 2017 : Public + Privé)

Il s’agit d’examiner le pourcentage de latinistes, de la 5e à la 3e par catégories sociales qui correspondent dans la terminologie du Ministère aux catégories  suivantes :

Favorisée A : chefs d’entreprises, cadres et professions intellectuelles supérieures,
Favorisée B : professions intermédiaires,
Moyenne : artisans, commerçants, employés,
Défavorisée : ouvriers et inactifs.

Comme le souligne le Ministère « L’étude du latin demeure fortement liée à l’origine sociale. Ainsi en classe de cinquième, seulement 12,1% des élèves d’origine sociale défavorisée apprennent le latin, contre 30,4% des élèves d’origine modeste. Le constat est le même en classe de troisième » (RERS 2017 p.118).

On peut se poser des questions sur cette insistance du Ministère sur une statistique (qui n’est donnée que depuis quatre ans) d’un phénomène qui est connu  depuis longtemps comme le manifeste le fameux texte de Goblot de 1925 sur La barrière et le niveau :

« Le bourgeois a besoin d’une instruction qui demeure inaccessible au peuple, qui lui soit fermée, qui soit la barrière. Et cette instruction il ne suffit pas qu’il l’ait reçue ; car on pourrait ne pas s’en apercevoir. Il faut encore qu’un diplôme d’état, un parchemin signé du ministre, constatant officiellement qu’il a appris le latin, lui confère le droit de ne pas le savoir. » [2]

Goblot, repris par Bourdieu, considère que le latin est un outil de distinction sociale : cette thèse,  par le biais de la statistique, est donc mise en exergue par le Ministère et ce dans le cadre de la réforme du collège qui insistait beaucoup sur ce point. Les temps sont peut-être en train de changer mais il ne faudrait pas croire que cette thèse ait perdue de sa valeur dans le milieu enseignant en général.

On peut cependant noter que le graphique nous apporte une information intéressante : c’est que l’abandon du latin en 3e est plus fort pour la catégorie la plus favorisée par rapport à la catégorie défavorisée où la décroissance est plus faible. Comment expliquer ce phénomène et le rendre compatible avec, dans le premier graphique, la domination de la section S en première terminale de l’option latin, alors que l’on sait que cette section S voit aussi les catégories sociales les plus favorisées s’y trouver plus que la moyenne. Il faut rendre compte des deux phénomènes en même temps.

L’hypothèse que je propose est la suivante : les parents de classe favorisée ont par rapport aux injonctions du milieu scolaire une attitude beaucoup libre que ceux de la classe défavorisée. Un choix du latin pour des raisons d’habitude familiale, de souci culturel est plus facilement remis en cause si ce qui est proposé ne répond pas aux attentes. L’injonction scolaire selon laquelle l’enseignement de l’option latin en 5e « a vocation » à être poursuivie les années suivantes sera comprise au sens juridique du terme : il s’agit d’un vœu et non d’une obligation. Par contre, les « vœux » des enseignants seront plus facilement respectés par les catégories défavorisées. La prise de distance est donc plus facile pour les catégories favorisées mais leur désir d’excellence, qui se traduit par le souhait de faire une terminale S a des conséquences dans tous les domaines, y compris dans celui de persévérer dans l’option latin en première et terminale.

Pour conclure

Comme je l’avançais déjà récemment à propos de la désaffection des étudiants pour le Capes option lettres classiques [3] une option doit pour survivre correspondre à une attente sociale et si ce n’est pas le cas, elle risque de disparaitre. Ce n’est pas en redisant l’importance culturelle de l’étude du latin que l’on répondra aux attentes des élèves car si leurs parents en sont persuadés, ce sont les élèves qui affronteront un enseignement qui peut être mal fait ou à l’inverse qui seront séduits par un enseignement bien fait.

Il faut revoir la manière dont l’enseignement est fait : à titre d’exemple je prendrai deux propositions faites récemment dont l’une porte sur l’importance de l’écrit dans l’apprentissage et dont l’autre en propose une application concrète.

« Se passer d’écrire en latin, un problème pédagogique ? » Ce texte de Vincent Bruni  (paru sur le site d’ATC !) réfléchit sur les conséquences positives de la méthode mise au point par Claude Fiévet à Pau pour les étudiants grands commençants en latin. Il fallait en deux ans les rendre apte à traduire aisément un texte latin. La méthode de Claude Fiévet consiste à apprendre le latin d’une manière audio-orale en répétant le vocabulaire et les constructions syntaxiques de telle manière qu’un habitus linguistique se forme progressivement d’une manière efficace.

Réfléchissant sur cette pratique qui s’est révélée particulièrement efficace (en deux ans les étudiants formés ainsi avaient une pratique du latin bien supérieure à celle de ceux qui avaient fait du latin tout au long du secondaire), Vincent Bruni exclut de la reprendre d’une manière orale mais propose de le faire à l’écrit. De même qu’en français, on encourage l’écriture sous diverses formes et elle fait partie des outils pédagogiques reconnus, pourquoi n’en serait-il pas de même en latin ? Il ne s’agit pas de revenir au thème classique mais d’inventer des formes nouvelles d’écriture en latin pour, par cette pratique, intérioriser vocabulaire et formes syntaxiques par une production personnelle. Ceci suppose évidemment qu’à la lecture, on dispose d’écrits simples ou prévus à des fins pédagogiques car le texte authentique peut être simplement compris sans que ses structures soient intériorisés par une pratique suffisante.

Allez lire ce texte qui, à partir d’une expérience déjà ancienne très riche mais située au niveau post-bac, sait en tirer une adaptation pour le niveau élémentaire.

Dans la logique de la pratique écrite, vous avez jusqu’au 20 octobre pour inscrire votre classe au projet EPISTULAE qui consiste en un échange entre élèves de deux cartes postales en latin : la première en décembre-janvier, avec un petit texte de présentation ; la seconde en février-mars pour parler des traces de l’Antiquité présentes autour de lui. Vous pouvez trouver le texte de présentation du projet à l’adresse suivante [4].

Je me lance : latine scribite

  1. RERS 2017 publié par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance en ligne à cette adresse []
  2. Edmond Goblot, 1925, La barrière et le niveau, Brionne, Monfort éditeur, 1984, p.84 []
  3. à propos des Propositions au Ministère pour pérenniser les LCA []
  4. ou sa version en PDF []

Une réflexion au sujet de « Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016 »

  1. N’hésitez pas non plus à lire régulièrement la revue Melissa éditée depuis plusieurs décennies par la Domus Latina de Bruxelles, et qui traite de tous les sujets. C’est là que j’ai appris le latin que je parle aussi couramment et très régulièrement depuis 23 ans.

    Pr S. Feye, fondateur de Schola Nova et traducteur de nombreux ouvrages latins chez Beya Editions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *