La critique du latin au XVIIIe siècle

D’Alembert

« Avant que de traiter un sujet si important, je dois prévenir les lecteurs désintéressés, que cet article pourra choquer quelques personnes, quoique ce ne soit pas mon intention » : cet avertissement de d’Alembert à l’article « Collège » de l’Encyclopédie[1], montre bien que le sujet est déjà objet de controverse. Le sujet est déjà brulant car au XVIIIe comme aujourd’hui, la polémique sur le latin n’est pas anodine. Les opposants ont bien conscience que leur engagement, qui touche à l’essentiel de la culture et des valeurs qui doivent commander notre civilisation, concerne donc le politique au sens large puisqu’il faut savoir ce qu’il est juste de penser et de faire, mais aussi au sens étroit puisqu’il faut décider sur ce qu’il faut enseigner.

D’Alembert a bien le sentiment qu’il va choquer, car il va noircir le tableau afin d’aider à une réforme :

« La matière dont je vais parler intéresse le gouvernement et la religion, et mérite bien qu’on en parle avec liberté, sans que cela puisse offenser personne : après cette précaution, j’entre en matière.
« Humanités. On appelle ainsi le temps qu’on emploie dans les collèges à s’instruire des préceptes de la langue latine. Ce temps est d’environ six ans : on y joint vers la fin quelque connaissance très superficielle du Grec ; on y explique, tant bien que mal, les auteurs de l’Antiquité les plus faciles à entendre ; on y apprend aussi, tant bien que mal, à composer en Latin ; je ne sache pas qu’on y enseigne autre chose.
« Rhétorique. Quand on sait ou qu’on croit savoir assez de Latin, on passe en Rhétorique : c’est alors qu’on commence à produire quelque chose de soi-même […] On donne à ces discours le nom d’amplifications ; nom très convenable en effet, puisqu’ils consistent pour l’ordinaire à noyer dans deux feuilles de verbiage, ce qu’on pourrait et ce qu’on devrait dire en deux lignes. […] Il résulte de ce détail, qu’un jeune homme après avoir passé dans un collège dix années, qu’on doit mettre au nombre des plus précieuses de sa vie, en sort, lorsqu’il à le mieux employé son temps, avec la connaissance très imparfaite d’une langue morte. […] Il me semble qu’il ne serait pas impossible de donner une autre forme à l’éducation des collèges : pourquoi passer six ans à apprendre, tant bien que mal, une langue morte ? Je suis bien éloigné de désapprouver l’étude d’une langue dans laquelle les Horace et les Tacite ont écrit ; cette étude est absolument nécessaire pour connaitre leurs admirables ouvrages ; mais je crois qu’on devrait se borner à les entendre, et que le temps qu’on emploie à composer en latin est un temps perdu. Ce temps serait bien mieux employé à apprendre par principes sa propre langue, qu’on ignore toujours au sortir du collège et qu’on ignore au point de la parler très mal. » (Article Collège p. 635-636)

La critique est forte mais la conclusion n’est pas si radicale : il faut apprendre le latin mais se consacrer à la version plus qu’au thème. Il faut pouvoir comprendre les auteurs de l’Antiquité mais ne plus perdre de temps à apprendre à produire des compositions latines ou des vers latins pour pouvoir consacrer plus de temps à l’étude du français, de l’histoire (« à rebours, c’est à dire en commençant par notre temps et en remontant de là aux siècles passé » p. 637), aux beaux-arts et en particulier à la musique. Quant au programme scientifique, il est normalement associé à la philosophie et à la classe de ce nom qui est la dernière du cursus et il est modeste : « dans la philosophie, on bornerait la logique à quelques lignes ; la métaphysique à un abrégé de Locke ; la morale purement philosophique, aux ouvrages de Sénèque et d’Épictète ; la morale chrétienne au sermon de Jésus-Christ sur la montagne ; la physique aux expériences et à la géométrie, qui est de toutes les logiques et physiques la meilleure » (p. 637).

D’Alembert dans son article « Collège » de 1753 ne fait que reprendre la légitimation apportée à la langue française au détriment du latin qui doit être un simple instrument d’appropriation des Anciens, et non l’objet d’une création nouvelle que les Modernes ont dévolu à la langue française. Cette démotivation du latin s’inscrit donc dans la suite de la Querelle des Anciens et des Modernes et ne remet pas en cause l’enseignement du latin. Cet avis est celui de tous ceux qui s’emploient à régénérer l’enseignement des collèges, dont un bon exemple est le président Rolland.

Le président Rolland

Avec le président Rolland d’Erceville, nous nous rapprochons de la Révolution : l’expulsion des jésuites en 1762 a transféré aux parlementaires le contrôle des collèges. Dans le ressort du parlement de Paris, le président Rolland joue le rôle d’un « directeur des enseignements » et à ce titre ses positions ne lui sont pas personnelles mais expriment le point de vue officiel. Le Recueil de plusieurs des ouvrages de Monsieur le président Rolland[2], vaste ensemble documentaire de textes officiels et d’avis plus personnels nous permet de cerner cette position. L’enseignement du latin n’y est pas critiqué comme chez d’Alembert mais on y prend position contre la pratique du thème latin :

« Doit-on conserver ou supprimer l’usage des thèmes ? […] J’ajouterai enfin que l’on voit dans le Traité des Études de M. Rollin que cet homme célèbre a eu beaucoup de peine à se décider en faveur des thèmes, qu’il a cru devoir ce ménagement à l’attachement de sa compagnie aux anciens usages mais que son avis personnel était pour la suppression des thèmes » (p. 127).

Le président Rolland place sa requête sous le patronage du prestigieux Traité des Études de Rollin ce qui le dédouane de toute suspicion de nouveauté. S’il le fait c’est pour donner plus de place à l’histoire et à la littérature française :

« je désirerais que non seulement en Seconde, ainsi que l’Université le propose, mais encore dans toutes les classes sans aucune exception, on mette entre les mains des jeunes gens, des historiens français ; c’est la seule façon d’éviter un abus qui m’a toujours révolté ; les jeunes gens qui fréquentent les collèges savent le nom de tous les consuls de Rome, et souvent ils ignorent celui de nos rois ; ils connaissent les belles actions de Thémistocle, d’Alcibiade, de Decius, d’Hannibal, de Scipion, etc., ils ne savent pas celles de Duguesclin, de Bayard, du Cardinal d’Amboise, de Turenne, de Montmorency et de Sully, etc. en un mot des grands hommes qui ont illustré notre nation et dont les exemples et les actions étant plus analogues à nos mœurs et plus rapprochés de nous, leur feraient plus d’impression » (p. 105). « L’étude de la langue française est trop négligée ; c’est dans notre langue que devraient être faites toutes les inscriptions des monuments publics, et dans notre costume que devraient être habillées les statues des grands hommes de notre nation » (p. 127).

Nous retrouvons là sous une forme plus pacifiée les demandes de d’Alembert. Mais, ce qui est aussi important, c’est d’assister à une démotivation du latin. D’abord, dans l’enseignement lui-même, en particulier dans les matières scientifiques, l’Université elle-même devrait enseigner en français :

« On reproche encore à l’Université la langue dans laquelle elle donne ses leçons de Philosophie : elle a pour excuse et pour justification l’usage des facultés supérieures ; la philosophie en ouvre l’entrée, et il faut que ses disciples s’accoutument de bonne heure à parler la langue qui y est en usage : mais serait-il nécessaire dans ces facultés mêmes, que l’enseignement se fit toujours en Latin ? Croyons-nous que parmi les Grecs et les Romains, nos modèles et nos maîtres, les sciences fussent enseignées dans une langue étrangère ? […] cependant je croirai utile de laisser à ces écoles leur ancien usage ; [mais il faut enseigner en latin et discuter en français], il me semble que ce mezzo termine concilierait tout. » (p. 143).

Le président Rolland présente aussi une dissertation « sur la question de savoir si les Inscriptions doivent être rédigées en latin ou en français ? » (p. 147). La question de la langue utilisée pour rédiger les inscriptions sur les monuments est importante dans la mesure où, indépendamment de la question de l’enseignement, elle permet de repérer la pensée profonde d’un auteur sur le statut du français par rapport au latin. Dans le cas présent, la réponse est sans ambigüité :

« Je réunirai dans 7 observations les raisons qui me paraissent militer pour faire les inscriptions en langue française. 1° Peut-on se flatter de parler correctement la langue latine, et croit-on que si Cicéron et les auteurs de la bonne latinité lisaient nos inscriptions, ils les approuveraient ? 2° Il y a plus d’un siècle que Bouhours écrivait que l’on parlait français dans toutes les Cours de l’Europe. 3° Les traités qui règlent le sort des empires se rédigent en français ; c’est dans cette langue qu’a été écrit le dernier traité entre les Russes et les Turcs. 4° Dès le commencement de ce siècle, le Czar Pierre le Grand a établi des écoles françaises à Petersbourg et à Moscou. 5° Le consentement royal que donne le Roi d’Angleterre aux Bills, se donne en français par ces mots : le Roi le veut. 6° Si les inscriptions sont faites, premièrement pour les citoyens, et sûrement il n’y a pas un dixième des français qui entendent le latin. 7° Je crois pouvoir donner pour certain : 1° que tous les savants de l’Europe qui entendent la langue latine, entendent aussi la française : 2° qu’il y a en Europe (en y comprenant les français) plus de personnes qui entendent le français, qu’il n’y en a qui entendent le latin. »

Ce résumé de la dissertation prend acte de l’évolution linguistique en Europe qui fait que la langue française est devenue la langue du savoir et de la diplomatie. En note il est fait allusion au concours de la Classe des Belles lettres de l’Académie de Berlin pour son prix de 1784 « Qu’est-ce qui a rendu la langue française la Langue universelle de l’Europe ? À quelle cause doit-elle cette préférence ? » Concours remporté l’année suivante par Rivarol avec son Discours sur l’universalité de la langue française.

Si la compréhension du latin reste toujours nécessaire pour recueillir l’héritage de l’Antiquité, écrire en latin devient insupportable pour un siècle où le français jouit d’un tel prestige. Cependant nous allons, avec Louis-Sébastien Mercier, voir apparaitre non seulement des critiques touchant l’enseignement du latin mais aussi une critique de la motivation élitiste du choix du latin.

Sébastien Mercier

À la veille de la Révolution, Louis-Sébastien Mercier, est un bon témoin des milieux éclairés : son Tableau de Paris[3] qui paraît de 1782 à 1788 connut un grand succès et il contient plusieurs entrées relatives au latin et à l’enseignement : Pays latin (Tome I, p. 204), Collèges (I, p. 205), Professeurs de l’Université (I, p. 288), Petites écoles (I, p. 290), Collège royal (I, p. 1411), Latiniste (I, p. 1146), Inscriptions (II, p. 43, II, p. 993). L’analyse du contenu de cet ensemble permet de faire les regroupements suivants :

— reproches aux enseignants qui ne maitrisent pas la langue française :

« En vérité, nos professeurs de l’Université ne savent pas mieux le latin que leur langue maternelle » (Art. Collège royal). « Ils affectent pour les ouvrages de nos grands écrivains un mépris superbe ; mais il y a fort à parier qu’ils ne les entendent pas toujours. On ignorerait ce ton pédantesque, s’ils ne s’avisaient pas quelquefois de le hasarder dans les sociétés, et de vouloir juger des hommes dont ils ne seraient pas dignes d’être les disciples. Les latinistes, exclus du monde littéraire par leur incapacité, leur pédanterie et leurs sots préjugés, devraient se borner à la syntaxe et à la grammaire, leur véritable métier, et se défendre l’analyse du génie » (Art. Professeurs de l’Université). Ils sont inhumains avec leurs élèves : « pénétrons néanmoins dans l’intérieur de ces petites écoles. On y voit couler des pleurs sur des joues enfantines on y entend des sanglots et des gémissements, comme si la douleur n’était pas faite pour des hommes formés, et non pour les enfants. On y voit des pédagogues, dont la vue seule inspire l’effroi, armés de fouets et de férules, traitant avec inhumanité le premier âge de la vie » (Art. Petites écoles). Mercier admire Rousseau dont « L’Émile est le livre le plus fécond en idées […] C’est à lui [Rousseau] que l’aimable enfance doit son bonheur et sa liberté ; il a brisé tous ces liens insensés qui l’enchaînaient aux portes de la vie ; il lui a épargné ces études pénibles et déplacées qui fatiguent ses tendres organes avant qu’il soient formés »[4].

— le plan d’études est mauvais :

« Le plan des études est toujours horriblement défectueux. Il se borne à la connaissance de quelques mots latins ; de sorte qu’il faut, en sortant du collège, se récréer et relire ce qu’on a lu, pour en sentir la grâce, la force et la finesse » (Art. Professeurs de l’Université). « Cent pédants veulent apprendre à des enfants la langue latine avant qu’ils sachent leur propre langue, tandis qu’il faut d’abord en savoir une à fond pour en bien apprendre une autre. Comme on s’est lourdement mépris dans tous les systèmes d’étude ! Il y a dix collèges de plein exercice. On y emploie sept ou huit ans pour apprendre la langue latine ; et sur cent écoliers, quatre-vingt-dix en sortent sans la savoir » (Art. Collèges).

— La langue française a plus de valeur que la langue latine et c’est plutôt elle qui devrait être employée dans les inscriptions :

« Toutes sont en latin ; et d’où viennent les raisons qui propagent cette coutume absurde? Approche, pédant en us ; dis-moi ce qui te porte à vouloir proscrire, même pour les monuments publics, la langue nationale? La langue latine a plus de précision. Soit. Eh bien, l’inscription sera un peu plus longue. Pourvu qu’elle soit bonne et intelligible, qu’importent quelques syllabes allongées ? La langue latine durera plus que la langue française. Qu’en sais-tu, pédant? Qui te l’a dit? Comment oses-tu affirmer ce qui se passera dans mille ans ? Et pour qu’un savant du quarantième siècle puisse lire facilement ton inscription, faut-il que les trois quarts d’une ville ne sachent point ce qu’on a voulu leur dire? Vois ce beau vers qu’on pourrait graver sur le piédestal de la statue de Henri IV : Seul roi de qui le pauvre ait gardé la mémoire. Fais mieux ; va, le style lapidaire sera toujours admirable quand il énoncera quelque idée saine et lumineuse » (Premier Art. Inscriptions).

— Si le latin est encore si implanté, c’est qu’il y a une demande sociale qui le porte :

« Aujourd’hui le petit bourgeois (qui ne sait pas lire) veut faire absolument de son fils un latiniste. Il dit d’un air capable à tous ses voisins auxquels il communique son sot projet : Oh ! le latin conduit à tout ; mon fils saura le latin. C’est un très grand mal. L’enfant va au collège, où il n’apprend rien : sorti du collège, c’est un fainéant qui dédaigne tout travail manuel, qui se croit plus savant que toute sa famille, et méprise l’état de son père. On l’entend décider sur tout. Cependant il faut qu’il vive ; quel état va-t-on lui faire prendre, à quoi est-il propre? Son père n’a point de fortune : on le lance dans l’étude poudreuse d’un procureur ou d’un notaire, et puis voilà mon jeune homme qui postule une place de clerc, de commis, d’homme d’affaires : le plus souvent il ne l’obtient pas. Oh! le latin conduit à tout. Au bout de douze ans, le pauvre père est détrompé, il ne sait plus que faire de son fils ; il lui reste à charge à la maison ; le latiniste ne sait plus se servir de ses bras, il est trop tard pour embrasser un métier ; puis ce docteur qui sait quatre phrases de Cicéron croirait déroger.[…] Je n’ai point fait, je le déclare, de chapitres plus importants que celui-ci ; et tous les gens sensés et instruits en feront le commentaire. Plus d’un père en le lisant, dira en gémissant : Il a raison, mon fils a perdu son temps et ses mœurs, parce que j’ai voulu qu’il étudiât au collège. La gangrène augmente dans la petite bourgeoisie ; le mal presse, et il est temps que l’on y porte remède sérieusement » (Art. Latiniste).

Dans cet article, Mercier insiste sur l’importance qu’il accorde à ce phénomène en déclarant qu’il n’a point fait de chapitre plus important que celui-ci, ce qui signifie qu’il distingue dans ses écrits ce qui est de l’ordre de l’opinion, du gout, sur lequel il donne son avis, de ce qui est de grande importance sociale à ses yeux où il s’engage. L’article Latiniste dispose d’une rhétorique particulière avec son refrain répété trois fois Oh! le latin conduit à tout et sa version finale où le malheureux père qui croyait au latin reconnait sont erreur. On retrouve le même thème dans l’article Collège :

« Les collèges et les écoles gratuites de dessin propagent l’abus de ce reflux éternel de tant de jeunes gens sur les arts de pur agrément, pour lesquels souvent ils ne sont pas nés. Cette pernicieuse routine des petits-bourgeois de Paris dépeuple les ateliers des professions mécaniques, bien plus importantes à l’ordre de la société. Ces écoles de dessin ne font que des barbouilleurs ; et ces collèges de plein exercice, pour ceux qui n’ont point de fortune, répandent dans le monde une foule de scribes, qui n’ont que leur plume pour toute ressource, et qui portent partout leur indigence et leur inaptitude à des travaux fructueux. »

Les thèses de Mercier sont cohérentes : l’enseignement du latin est associé au mauvais traitements subis par l’enfant, à un enseignement de basse qualité, peu efficace, lié à une demande sociale qui tire cet enseignement vers le bas. De plus il est démotivé par l’importance donnée à la langue française : l’argumentaire classique (précision, pérennité) ne joue plus et inversement l’argument social (compréhension du français par toutes les classes sociales) est utilisé.

Cependant Mercier adhère aux valeurs liées à l’enseignement du latin : si l’on examine le deuxième grand succès de Mercier, Le Nouveau Paris[5], on y relève un grand nombre d’allusions à l’Antiquité : sur les 930 pages de l’édition citée, 125 comprennent une référence positive ou neutre à l’Antiquité : références aux auteurs antiques, aux lieux antiques, aux grands hommes de l’Antiquité, aux institutions, aux vertus antiques. À titre d’exemple, quand Mercier décrit les travaux préparatoires de la fête de la Fédération, c’est tout naturellement qu’il signale par une référence aux vertus antiques la présence du seul cultivateur élu du tiers état de l’Assemblée nationale qui participait aux travaux : « on distinguait parmi eux le père Gérard, qui, comme un ancien Romain, passe de la charrue au sénat, et du sénat à la charrue. » (p. 80).

On retrouve d’ailleurs la même allusion, chez Chateaubriand qui dans sa visite à Washington (effectuée à la même époque), s’attendait à retrouver « la simplicité du vieux Romain » et qui fut surpris de le voir arriver dans une voiture que tiraient quatre chevaux fringants : « Washington, d’après mes idées d’alors, était nécessairement Cincinnatus ; Cincinnatus en carrosse, dérangeait un peu ma république de l’an de Rome 296. Le dictateur Washington pouvait-il être autre qu’un rustre, piquant ses bœufs de l’aiguillon et tenant le manche de sa charrue ? Mais quand j’allai lui porter ma lettre de recommandation, je retrouvai la simplicité du vieux Romain. »[6].

Comme Mercier a beaucoup insisté sur la critique de l’enseignement du latin qui engendre des déclassés qui refusent les professions les plus humbles, on ne peut s’empêcher de croire que sa critique est avant tout sociale : l’étude de l’Antiquité, enseignement noble, gratuit, sans utilité immédiate est le fait de la noblesse de l’esprit, celle qui classe un homme. Si l’on recherche l’ascension sociale par ce biais, on dévalue l’enseignement, et on forme des aigris. Mercier est précurseur de Bourdieu : il critique le latin et son enseignement mais en fait un usage notable. Il anticipe les nombreux auteurs des siècles suivants qui pensent que la diffusion de l’enseignement conduit à fabriquer des déclassés.


[1] Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, 1753, T.3, p. 635.

[2] Barthélemy-Gabriel Rolland d’Erceville, Recueil de plusieurs des ouvrages de Monsieur le président Rolland, Paris, P.-G. Simon et N.-H. Nyon, 1783.

[3] Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 2 tomes, 1994.

[4] Jean-Claude Bonnet, (ed.), Louis Sébastien Mercier un hérétique en littérature, Paris, Mercure de France, 1995, p.291.

[5] Louis-Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994.

[6] François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe, Paris, Livre de Poche, 1973, p. 207.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *