L’usage du latin en zoologie : une étude de cas

Le présent billet voudrait, à partir de l’exemple d’une recherche menée en ornithologie, rendre compte de l’usage du latin en zoologie aujourd’hui.

La recherche en question porte sur un oiseau de Madagascar, un passereau analogue à notre fauvette et doté d’un long bec (cf. photo). Son nom scientifique est Bernieria madagascariensis, dont on voit bien qu’il est formé sous une forme latine à partir de noms non latins (un certain Mr Bernier et l’ile de Madagascar). C’est le seul usage du latin qui reste en zoologie car les descriptions sont faites soit en anglais soit dans d’autres langues. Elles le furent longtemps en latin et, pour la recherche citée, il a fallu retourner à une publication allemande de 1860, le Journal für Ornithologie.

En effet, le problème scientifique actuel est de définir une nouvelle famille d’oiseaux endémiques à Madagascar. Cette hypothèse est en cours de validation par le biais de l’analyse de l’ADN, mais pour pouvoir introduire une modification dans la nomenclature officielle, il faut retourner aux premières descriptions, ici faites en latin.

Entrons dans le détail de ce néo-latin : Bernieria, en caractères italiques avec une majuscule initiale et une finale latinisée est ce qui est exigé par le code international de nomenclature zoologique. Son article 11.2 précise qu’un nom scientifique doit aujourd’hui être composé uniquement avec les lettres de l’alphabet latin (auquel on ajoute généreusement j, k, w et y), ce qui permet de se rattacher au Système de la nature de Linné aux origines de la notation scientifique, mais qui permet aussi d’utiliser un alphabet minimal, sans accents ou signes diacritiques, ce qui facilite aujourd’hui le travail de recherche de l’information.
Après Bernieria, nom du genre, vient le nom de la personne qui l’a décrit le premier, ici Bonap. en abrégé car bien connu des spécialistes. Le Bonaparte en question est Charles Lucien Bonaparte (1803-1857), fils de Lucien Bonaparte et donc neveu de Napoléon. Il a effectué de nombreuses descriptions ornithologiques dont celle du genre en question.
La première espèce décrite est B. madagascariensis (Gm.) ou B. rappelle le genre qui est spécifié au sens propre en « de Madagascar » avec entre parenthèses une abréviation du nom de celui qui a décrit le premier l’espèce : Johann Friedrich Gmelin (1748-1804).

Puis vient la description proprement dite : Supra olivaceo-viridis, pileo obscuriore ; gula, pectore et abdomine medio flavis ; lateribus, tibiis et subcaudalibus flavescente-olivaceis ; subalaribus pallide rufescentibus ; remigibus nigricante-fuscis, extus olivaceis, ultimis dorso proximis fere totis olivaceis ; cauda olivaceo-viridi ; maxilla nigra, apice cornea, mandibula cornea ; pedibus flavidis ; iride flava.

Supra olivaceo-viridis : vert-olive au-dessus. Si l’oliva est bien connue des anciens, l’adjectif dérivé semble une invention bien formée, parfaitement compréhensible. Pileo obscuriore : le pileus est le bonnet, la coiffe, mais les fauvettes donnent l’impression d’avoir un bonnet qui est qualifié ici de plus sombre. Gula, pectore et abdomine medio flavis : au gosier, à la poitrine et au milieu de l’abdomen de couleur jaune.

Les côtés de l’abdomen, les pattes et les sous-caudales (terme technique latinisé) sont cette fois jaune-olive. Les sous-alaires sont roux pale, les rémiges noir sombre, les (rémiges) externes (extus externe formé à partir de intus interne) couleur olive, au dos, les (rémiges) les plus externes et les plus internes sont presque toutes de couleur olive (le sens de cette phrase est peu clair). La queue est vert olive, la mâchoire noire, le bout du bec est couleur de corne, la partie inférieure du bec également, les doigts sont jaunes, l’iris également.

Viennent ensuite des mesures puis des signalements de synonymes avec leurs références bibliographiques. L’article se termine en allemand en signalant que la description a été faite à partir d’un exemplaire de la collection du Museum d’histoire naturelle de Paris (toujours disponible, cf. ci-dessous).

Que reste-t-il de latin aujourd’hui ?

Les descriptions ne se font plus en latin mais en anglais ou dans une autre langue mais il y a des exigences concernant la publication qui doit être faite dans une revue scientifique et non dans un simple rapport ou une liste. Ce qui reste de latin c’est l’alphabet on l’a vu mais aussi la latinisation des noms qui permet de distinguer un nom courant d’un nom scientifique.
Les noms de genre doivent être au nominatif singulier, les noms d’espèces au nominatif singulier ou au génitif en particulier quand on utilise un nom propre. Les noms de famille, qui regroupent plusieurs genres, doivent être au nominatif pluriel.

Par exemple et pour des oiseaux plus connus, le martinet fait partie de la famille des Apodidae où Apus est la transcription du grec apous, sans pied. La même racine est utilisée pour le genre Apus (avec italiques et majuscule initiale) et le martinet alpin est appelé Apus melba tandis que le martinet noir est appelé Apus apus ou la désignation de l’espèce ne se différencie plus du genre que par l’usage de la minuscule à l’initiale.
Les hirondelles par contre ne sont pas dans la même famille mais dans celle des Hirundinidae dans laquelle on trouve l’hirondelle rustique (appelée aussi hirondelle de cheminée)  Hirundo rustica, l’hirondelle de fenêtre Delichon urbica et l’hirondelle des rivages Riparia riparia. Ces trois hirondelles appartiennent donc à trois genres différents.

Pour former la nom de famille des Hirundinidae, la règle (29.3) est de prendre la racine au génitif, soit hirundinis, de supprimer la désinence du génitif et d’ajouter idae comme signe de la famille (il y a d’autres terminaisons obligatoires pour d’autres regroupements comme inae pour les sous-familles). Se pose aussi le problème du genre grammatical : on suit les dictionnaires classiques et par exemple le genre Felis du chat est féminin.

Former des noms latins pose cependant quelques problèmes  comme le note l’introduction du code de nomenclature :
« Une autre question politique majeure sous-jacente actuellement remise en question est le respect de la grammaire latine qu’exige le Code dans un certain nombre de ses articles ; peu de zoologistes aujourd’hui, ou dans l’avenir, peuvent être supposés avoir une compréhension de cette langue et nombreux sont ceux qui trouvent ces exigences contraignantes. »
Cependant, le rédacteur de l’introduction note qu’une tentative de simplification du genre grammatical qui aurait facilité la tâche de ceux qui ignorent le latin n’a pas rencontré l’assentiment de la majorité : les règles classiques sont donc conservées.

Le latin qui demeure en zoologie est entièrement centré sur la nomination : il procure un codage précis, indépendant de toute langue et de tous signes diacritiques, neutre culturellement (tout du moins à l’intérieur de la culture occidentale d’origine gréco-latine) et relié à son fondateur Linné. Si le système de nomination fondé sur la distinction genre / espèce était basé au départ sur les différences morphologiques, le système s’est adapté sans difficulté aux évolutions scientifiques comme la découverte de l’évolution : il est mis à jour aujourd’hui par le biais de l’ADN et il semble résister à des tentatives de remises en cause radicales qui voudraient fonder la nomenclature sur l’évolution elle-même.

Ce billet doit beaucoup à Alice Cibois, chargée de recherches au Muséum d’histoire naturelle de Genève.


2 réflexions au sujet de « L’usage du latin en zoologie : une étude de cas »

  1. Chers chercheurs,
    Je suis malgache et j’habite à Madagascar. Je poursuis une formation doctorale mais tout à fait dans un autre domaine: la géographie de développement mais lors de mes recherches bibliographiques, votre blog sur hypothèses.org passe sous mes yeux et m’attire en voyant le nom de madagascar. Je suis ici juste pour vous donner courage pour votre recherche.

    C’est vraiment une recherche pour la zoologie et pour madagascar ce que vous allez en train de faire.

    Pourtant, je suis disponible à votre collaboration et à mon niveau. C’est juste pour mon pays.

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *