Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Le latin est évidemment sous-jacent aux langues romanes, mais il est aussi présent dans les expressions latines que l’on peut voir partout  urbi et orbi, mais aussi dans le vocabulaire juridique, les classifications scientifiques, sur les monuments, sur les cadrans solaires.

Cependant Jacques Gaillard n’ignore pas l’élitisme et ses pièges :

En admettant que le propos du discours soit sérieux, ce qui n’est pas toujours le cas, le recours à la citation, depuis la plus haute Antiquité, relève de deux techniques d’argumentation : l’argument d’autorité et l’appel à la complicité des auditeurs. Pour ce qui est de la complicité des auditeurs, elle est évidemment culturelle, et quand on cite en latin, elle est pour ainsi dire doublement sélective. Si la connivence ordinaire entre l’orateur citant Cicéron et le public suppose qu’ils font partie d’un même groupe (les gens qui savent, par exemple, que Cicéron n’est pas un joueur de foot), celle que l’on sollicite en se mettant, ex abrupto, à parler latin est d’un impitoyable élitisme. Au-delà de ces deux groupes emboîtés, le reste du monde peut être considéré comme futile. Aux instruits, on tend un beau miroir, et les ignares, on les condamne, dans le meilleur des cas, à applaudir la musique sans forcément comprendre les paroles. La sensibilité à la citation est un calcul, de la part de l’orateur, comme le recours à l’allusion, autre figure de rhétorique absolument élitiste. Tout le monde ne connaît pas Brutus, ni César, ni ce que l’un fit à l’autre, et il n’est pas très « peuple » de les évoquer pour stigmatiser un assassinat politique. Pour des milliers d’honnêtes citoyens, Brutus est un nom de gros chien et César une pâtée en boîte. Éventuellement, l’un peut être dévoré par l’autre. Comme quoi une allusion incomprise peut retomber sur ses pattes.

De toute façon, une connivence feinte est encore plus fructueuse qu’une vraie complicité. C’est ce qui se produit quand une citation latine est lancée, telle la poudre aux yeux, avec peu d’espoir véritable que l’auditeur en comprenne le sens, mais avec la conviction qu’il sera impressionné, et opinera en feignant d’être connaisseur. On le prend pour un imbécile, mais il éprouve, quant à lui, le sentiment gratifiant d’avoir été traité d’égal à égal par un homme qui vient précisément de démontrer sa supériorité culturelle. Supposons que vous sollicitiez Virgile pour affirmer : Timeo Danaos et dona ferentes, « Je redoute les Grecs même lorsqu’ils arrivent les bras chargés de cadeaux ». Vous le savez parfaitement, il y a des chances non négligeables pour que votre interlocuteur, surtout s’il a connu Marcel Merkès et Colette Merval, pense que vous évoquez deux chanteurs d’opérette. La difficulté sera d’accorder cet impromptu au contexte, mais c’est un problème pour l’auditeur, pas pour l’orateur. En fait, on peut dire timeo Danaos et dona ferentes quand on veut, où l’on veut, à qui l’on veut, avec un risque à peu près nul d’être questionné sur le sens de cette formule.

C’est comme le très classique mutatis mutandis, qui connaît une incroyable fortune pour envelopper une idée banale ou acrobatique avec autant d’élégance supposée dans l’un et l’autre cas. On le confond de plus en plus fréquemment avec vice versa, dont il serait une variante élégante, très « Sciences-Po ». L’auteur de ces lignes certifie avoir entendu de ses oreilles un élu du peuple affirmer que le gouvernement « tombait de Charybde en Scylla, et mutatis mutandis ». Puis, voyant de la surprise chez quelques-uns de ses auditeurs, il corrigea : « Je voulais dire : et vice versa. » Ce qui n’est n’est guère plus optimiste. (p.128-130)

Et voici sa conclusion :

Ce petit livre n’a pas pour ambition de bâtir quelque théorie que ce soit. Il esquisse, sans volonté d’inventaire exhaustif, un état des lieux. A tous ceux qui déplorent la mort du latin, il voudrait montrer qu’il y a du latin partout. Voilà ce qui peut justifier qu’il y en ait, aussi, dans nos collèges et dans nos lycées, et c’est une bien meilleure raison que l’apologie emphatique des vertus supposées d’un apprentissage mystique.

À propos du latin, Flaubert, dans son Dictionnaire des Idées reçues, notait qu’on le fait volontiers passer pour « la langue naturelle de l’homme ». Du reste, certains naïfs continuent à prétendre que, pour apprendre le latin, les élèves n’ont qu’à se pencher sur vingt lignes de Cicéron et s’en imprégner. Si seulement c’était vrai ! L’apologie très pieuse, certes, mais hyperbolique de nos Humanités aboutit à une curieuse vision de l’humanisme : qui ne sait pas le latin est-il encore un homme ? Des plumes pédantes se laissent parfois aller à suggérer que la connaissance du latin et du grec est ce qui nous différencie non point du singe (tout de même !), mais de l’idiot, ou tout simplement du vulgaire. Comme s’il fallait connaître cinq déclinaisons et avoir ramé sur les subjonctifs imparfaits des Catilinaires pour être intelligent, instruit, avocat, pharmacien, médecin, Premier ministre… Cela se lit vingt fois par an dans des pétitions pathétiques. Alors qu’il suffirait de dire : le latin, c’est difficile, mais c’est intéressant, quand on veut mieux comprendre la culture dans laquelle nous vivons. (p.140-141)

Notre situation intellectuelle est tellement marquée par notre enracinement linguistique et culturel dans la civilisation gréco-romaine, qu’on ne peut pas acquérir un niveau culturel tant soit peu approfondi sans connaissances de la civilisation antique et de la langue latine. Cependant ce double objectif suppose une remise en question des motivations traditionnelles et le remplacement des finalités actuelles de l’enseignement par deux objectifs simples : la culture antique doit faire l’objet d’un apprentissage spécifique, non en latin, mais à travers des traductions ; la structure de la langue latine doit être étudiée à partir du corpus des expressions latines présentes dans la langue française.


[1]Abbé Lhomond, De viris. Les grands hommes de Rome, Latin/Français, traduit et présenté par Jacques Gaillard, Actes Sud, 1995


2 réflexions au sujet de « Urbi, orbi, etc…Le latin est partout ! »

  1. Bonsoir,
    vous écrivez : « la structure de la langue latine doit être étudiée à partir du corpus des expressions latines présentes dans la langue française »
    J’aimerais savoir comment appliquer ça ? Vous faites comprendre l’accusatif avec asinus asinum fricat et le neutre pluriel avec et caetera… Comment partir de ça ?
    Je suis perplexe.
    N.

    1. Je comprends votre objection car dans la liste que je présente dans le billet Les citations latines : de la parodie à l’utilisation pédagogique la plupart des accusatifs sont liés à une préposition qui commande ce cas particulier et comme il n’y a pas de phrase complète, on ne peut pas trouver de cod (sauf asinus … mais aussi quelques autres comme carpe diem, castigat ridendo mores, cave canem, si vis pacem para bellum qui appartiennent à une liste d’expressions moins usuelles).
      Je constate cependant que dans le corpus des expressions usuelles, l’accusatif est beaucoup plus lié à l’usage d’une préposition qu’à un cod et il faut peut-être en tirer des conséquences. Plutôt que de présenter le rôle de l’accusatif comme d’abord lié au cod, il vaudrait mieux insister sur son rôle en rapport avec les idées de distance et de durée que l’on retrouve dans l’usage des prépositions.

      L’objectif que je donne dans le billet que vous citez est d’étudier « la structure de la langue latine », à partir des expressions latines du français : je vous accorde que si on s’en tient à ce seul corpus, on n’ira pas très loin.
      Il me semble que l’on peut distinguer plusieurs étapes : en rester à ce corpus pour une première initiation puis l’élargir progressivement à condition de ne pas se donner pour objectif de traduire Suétone ou Cicéron, mais de comprendre la structure du latin de leurs phrases, ce qui est un objectif qui peut être atteint alors que traduire à partir du seul texte latin ne l’est pas au collège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *