Initiation au latin du français. Leçon 1

On trouvera ci-dessous la première leçon (les autres suivront dans les billets hebdomadaires à venir) d’une initiation au latin du français qui reprend les principes exposés l’an dernier sur ce carnet : j’en rappelle les principes en renvoyant le cas échéant aux billets concernés.

Malgré les efforts de renouvellement de l’enseignement du latin, on constate que si 23% des collégiens choisissent l’option latin en 5e, ils ne sont plus que 5% au lycée[1]. Dès le collège les élèves veulent fuir l’option facultative et les enseignants les plus motivés sont bien conscients que malgré leurs efforts (visites, voyages, activités ludiques), ils n’arrivent pas à motiver l’enseignement du latin.

En effet, la connaissance de l’antiquité, qui est l’aspect qui intéresse le plus les élèves, relève de l’histoire ancienne, la mythologie relève de l’histoire littéraire ou de l’histoire de l’art alors que les enseignants pensent avec raison que l’essentiel de l’apprentissage doit porter sur l’aspect linguistique lui-même.

Mais quel doit être l’objectif d’un apprentissage du latin ? Pour ce qui est de la lecture des textes anciens, on sait que c’est une illusion ; pour ce qui est de la gymnastique de l’esprit, qu’elle est le fruit de tout apprentissage sérieux et qu’il s’agit d’une motivation inventée au 19e siècle pour redonner un sens à un enseignement dévalorisé par la Révolution.

Le principe fondamental mis en en application ici est que l’initiation au latin faite au collège ne doit pas être tournée vers l’antiquité mais vers le présent :

– d’une manière fondamentale, le latin est présent dans le français : non seulement par l’étymologie mais aussi par la structure même de la langue. Si peu de traces du système des cas subsistent (mais le système des pronoms comme je, me, moi, permet de faire le lien avec le nominatif et l’accusatif), le système des conjugaisons, assez bien conservé, permet de comprendre comment, par l’ancien français on passe du latin au français actuel.

– beaucoup de textes latins doivent encore être connus aujourd’hui dans la mesure où la tradition chrétienne a tellement imprégné les modes de vie, la culture et les arts qu’il devrait être normal qu’un élève cultivé puisse mettre en rapport un tableau représentant l’Annonciation, la phrase de l’évangile de Luc Ave gratia plena et le fait que ce texte serve de base au « Je vous salue Marie ». Puisque le Nouveau Testament fait partie des textes fondateurs à étudier au collège, il est possible de l’étudier en latin puisque c’est en cette langue qu’il a été connu dans la civilisation médiévale et utilisé dans le culte catholique jusqu’à une époque récente. Il est aujourd’hui possible d’expliquer les textes de la tradition chrétienne  d’une manière qui soit exacte et respectueuse des croyants et des incroyants.

– enfin le latin est présent dans le français par les centaines d’expressions latines utilisées encore aujourd’hui. Certaines sont très fréquentes comme dans la première liste ci-dessous :

A contrario, ad hoc, ad hominem, ad libitum, ad patres, a fortiori, alea jacta est, alter ego, a posteriori, a priori, ave caesar morituri te salutant, casus belli, cogito ergo sum, cujus regio ejus religio, curriculum vitae, cursus honorum, de facto, de jure, delirium tremens, de profundis, dura lex sed lex, errare humanum est, et cetera, ex aequo, ex voto, fac simile, fluctuat nec mergitur, grosso modo, habeas corpus, hic et nunc, honoris causa, in extenso, in extremis, in vino veritas, ipso facto, manu militari, mea culpa, missi dominici, modus vivendi, mutatis mutandis, nota bene, numerus clausus, panem et circenses, pater noster, pater familias, pax romana, post meridiem, post mortem, post scriptum, quo vadis, sine qua non, statu quo, stricto sensu, sui generis, tu quoque fili, urbi et orbi, vade mecum, veni vidi vici, verba volant scripta manent, vice versa, vox populi vox dei.

Voici un soixantaine d’expressions latines connues des adultes francophones cultivés soit du fait qu’elles soient entrées complètement dans la langue française (a priori), soit pour des raisons historiques (fluctuat nec mergitur), soit pour des raisons religieuses (pater noster), de droit (de facto/de jure), soit parce qu’elles sont des expressions usuelles abrégées à l’écrit (etc., ex aeq.) ou sont devenues proverbiales (vox populi vox dei).

Ces expressions utilisent environ 120 mots différents : certaines de ces expressions sont connues des élèves (ex aequo, et cetera sous la forme etc.) et d’autres peuvent être trouvées par eux. Il s’agit ensuite de passer de leur contexte d’utilisation à leur compréhension puis à leur structure.

En y ajoutant une deuxième liste d’expressions moins fréquentes mais attestées à l’écrit, on forme ainsi un corpus d’étude précis. Ces expressions ne sont pas supposées connues d’élèves de 5e mais à connaitre. Les expressions de cette liste sont issues de contextes spécifiques (historiques, littéraires, scientifiques, juridiques, religieux) dont certaines peuvent faire l’objet d’approfondissements ou de commentaires.

a quia, ab origine, ab ovo, ab urbe condita, aperto libro, ad augusta per angusta, ad intra, ad extra, ad locum, ad majorem dei gloriam, ad personam, ad nauseam, ad nutum, ad valorem, ad vitam aeternam, agnus dei, alma mater, a minima, anno domini, ante meridiem, a silentio, a tergo, audaces fortuna juvat, aude sapere, aurea mediocritas, auri sacra fames, ave maria, bis repetita placent, bona fide, captatio benevolentiae, carpe diem, castigat ridendo mores, causa sui, cave canem, cedant arma togae, ceteris paribus, coram populo, corpus christi, cum grano salis, de commodo et incommodo, delenda est carthago, de minimis non curat praetor, deo gratias, deus ex machina, de visu, dies irae, dignus est intrare, diminutio capitis, doctus cum libro, do ut des, ecce homo, ejusdem farinae, et alii, ex abrupto, ex cathedra, exempli gratia, post factum, ex libris, ex nihilo, ex officio, ex post, extra muros, felix culpa, festina lente, fiat lux, homo homini lupus, horresco referens, id est (i. e.), in absentia, in adjecto, in articulo mortis, in cauda venenum, in fine, in folio, in memoriam, in saecula saeculorum, in situ, in utero, in vitro, in vivo, ite missa est, index nominum, index rerum, intra muros, intuitu personae, jus gentium, libido sciendi, loco citato, mare nostrum, mater dolorosa, memento mori, mens sana in corpore sano, minus habens, mirabile dictu, modus operandi, more geometrico, motu proprio, nec plus ultra, ne varietur, nihil obstat, nolens volens, noli me tangere, non aedificandi, non possumus, non sequitur, nulla dies sine linea, opere citato, o tempora o mores, pacta sunt servanda, per capita, perinde ac cadaver, persona non grata, pretium doloris, primum movens, primum non nocere, primus inter pares, pro domo, pro forma, pro patria, prorata temporis, quousque tandem, rebus sic stantibus, recto tono, requiescat in pace, res nullius, salve regina, sic transit gloria mundi, sine die, sine ira et studio, si vis pacem para bellum, stabat mater, summum jus summa injuria, sursum corda, tabula rasa, tantum ergo, te deum, terminus ad quem, terminus a quo, terra incognita, testis unus testis nullus, timeo danaos et dona ferentes, translatio studiorum, ultima ratio, vade retro satanas, vae victis, vanitas vanitatum, vis comica, vox clamantis in deserto, vulgum pecus, vulnerant omnes ultima necat.

Partir d’un corpus restreint (mais qui peut encore s’accroitre) comme base d’apprentissage, a l’immense avantage de cerner ce qui relève d’une initiation et ce qui peut être ignoré. Par exemple, mais ce sera l’objet de la leçon 8 ou 9, il sera nécessaire de parler de l’adjectif verbal (delenda est carthago, pacta sunt servanda) et du gérondif (modus operandi, castigat ridendo mores) mais,  pour les formes passives,  seules des formes de la 3e personne seront envisagées (mergitur, non sequitur, ne varietur). Partir comme base d’un corpus permet de se donner comme objectif de rendre rapidement accessible à la traduction des expressions nouvelles. On a ainsi un univers limité, simple mais exact qui permet à l’élève de maitriser un savoir et de se l’approprier.

Faire une initiation au latin, c’est faire en sorte que l’élève comprenne la structure d’un texte latin, et pour cela la terminologie traditionnelle n’est peut-être pas, au moins dans un premier temps, la meilleur manière d’y parvenir. Par exemple les noms des cas mettent sur un pied d’égalité le nominatif et les autres cas. Être sujet d’une phrase n’est pas comparable à être complément d’attribution : le mot sujet est le thème de la phrase et, dans les expressions étudiées, il peut être présent sans être sujet d’un verbe. Le nominatif est le cas non marqué, la forme ordinaire alors que les autres cas (j’ignore le vocatif dans un premier temps du fait de sa rareté), sont des compléments et seront nommés comme tels, soit par exemple pour la leçon 1 complément du nom pour le génitif, ou complément du verbe pour l’accusatif (c’est tout à fait sciemment que j’évite le terme de complément d’objet direct car je fais l’hypothèse qu’utiliser ce terme risque plutôt de renvoyer à des inhibitions d’apprentissage). Ce qui est important, c’est que dès la première leçon, l’élève découvre la structure des cas pour trois d’entre eux et qu’il les pratique.

On découvrira dans la suite quelques innovations terminologiques comme le fait, en s’inspirant des classes d’adjectifs, de ne distinguer que deux classes de noms (et quelques mots hors classe), ce qui permet de prendre en compte les régularités de fréquence.

La pratique, l’essai, l’erreur, la correction sont à la base de l’apprentissage : il suffit de voir de jeunes adolescents répéter inlassablement dans la rue des figures de planches à roulettes pour se convaincre qu’ils sont bien conscient que c’est uniquement par la pratique que l’on apprend. L’apprentissage par cœur des tableaux de conjugaison  n’apporte à l’élève, comme le dit Claude Fiévet, “qu’un savoir vain, inutilisable, source d’inhibitions et de blocages quand il est dans l’obligation de s’y référer”[2].

Seuls des exercices structuraux utilisant un vocabulaire facile à mémoriser, puisque c’est celui d’expressions utilisées en français, permettent d’intégrer des connaissances par une production personnelle qui provoque l’intériorisation des mécanismes utilisés. Ils sont dans la suite banalisés en ce sens qu’on demande de traduire, alternativement d’une langue dans une autre et que les exercices proposés ne sont qu’un canevas qui doit être amplifié (et ceci est valable pour l’ensemble des leçons) [3].

De la même façon, la compréhension des expressions latines peut être développée de diverses façons, soit par des explications historiques ou relatives à l’usage présent de l’expression, soit par des exercices de recherche personnelle pour bien situer l’expression : par exemple pour la leçon 1 qui utilise le curriculum vitae, on pourra demander à l’élève de faire le sien propre dans le domaine de son sport favori.


Leçon 1

Non seulement le français vient beaucoup du latin, mais aujourd’hui encore le latin est présent en tant que tel dans de nombreuses expressions qui sont utilisées en français, les unes très fréquemment, les autres plus rarement. Le but de cette initiation est, à partir des expressions latines que l’on peut trouver en français, de comprendre comment fonctionne le latin alors qu’il n’utilise pas le même système que le français.

Nous partirons d’une expression connue, mais sous forme d’abréviations : faire un CV c’est faire un curriculum vitae, une liste de tout ce qu’on a fait du point de vue des diplômes et de la carrière professionnelle.

Si l’on traduit curriculum vitae c’est le cours de la vie ; dans vitae on reconnait une racine liée à la vie comme dans vital et vitalité et dont la forme ordinaire en latin est vita ; dans curriculum, la racine de courir, de course, de cours. On voit l’absence en latin de l’article mais aussi de la préposition de ce qui spécifie le curriculum, le cours : ce cours est celui de la vie, il s’agit de dire ce qui complète le nom (que l’on nommera donc par convention complément du nom). Pour exprimer cela, le latin n’utilise pas une préposition comme en français, mais modifie la finale du mot concerné qui passe de vita à vitae.

Autres exemples de complément du nom : on utilise en français l’expression casus belli, pour désigner les circonstances qui vont entrainer des hostilités. On dira par exemple que l’invasion d’un territoire déclenchera les hostilités, ce sera considéré comme un casus belli, comme une occasion de guerre. Dans cette expression casus est le mot latin désignant le cas, l’occasion, et belli a rapport à la guerre et se retrouve en français dans belligérant et belliqueux.

Cependant un proverbe qui parle également de la paix et de la guerre dit aussi que si vis pacem, para bellum qui se traduit : si vis, si (équivalent du français si), vis, tu veux (on notera aussi l’absence du pronom personnel) pacem la paix (pacifique) para prépare (parer, préparer) bellum, la guerre.

belli est le complément du nom dans « occasion de guerre », bellum celui du verbe dans « prépare la guerre ». Ce qui en français s’exprime par des mots particuliers (préposition de, article la), s’exprime en latin par une modification de la finale des mots.

Reprenons pacem de si vis pacem, si tu veux la paix. On voit que le complément du verbe s’exprime aussi par une finale en m mais différente des précédentes, c’est une autre classe de mots que nous verrons une autre fois. Sa forme ordinaire (quand il est le sujet de la phrase) est pax, qui explique le x du français paix. La même évolution se retrouve dans vox de vox populi, vox dei, proverbe où l’on retrouve les finales en i des compléments du nom. Vox, en français voix avec un x final, populi est le cas du complément de nom de populus, le peuple (populaire), dei pour deus dieu. La voix du peuple (est) la voix de Dieu

Par contre, dans l’expression ad vitam aeternam on retrouve bien vita mais avec une autre terminaison, vitam en complément d’une préposition ad équivalent ici de pour : pour la vie éternelle, aeternam étant un adjectif qui a conduit en français à éternel. Cette forme est utilisée par le complément du verbe mais aussi en compléments de certaines prépositions comme ad, pour.

Récapitulons les cas semblables :

Noms féminins

forme ordinaire: vita

cas du complément du verbe : vitam (comme dans : ad vitam aeternam)

cas du complément du nom : vitae (comme dans curriculum vitae)

Ce sont les mots féminin comme rosa la rose, gloria la gloire, persona la personne (noter le redoublement du n en français du à une évolution historique), Roma Rome

Noms masculins

forme ordinaire : populus, deus

cas du complément du verbe : populum, deum

cas du complément du nom : populi, dei (comme dans vox populi, vox dei)

Nomts neutres : ni féminins ni masculins

Curriculum et bellum ont des ressemblances avec populus et deus, ils ne diffèrent que par la forme ordinaire (quand ils sont sujets de la phrase) où ils ont la même forme qu’au complément du verbe :

Populus et deus sont des noms masculins alors que curriculum et bellum ne sont ni masculin ni féminin mais sont neutres, ce qui n’existe pas en français où le curriculum est masculin et la guerre féminine.

forme ordinaire: curriculum, bellum

cas du complément du verbe : curriculum, bellum (comme dans si vis pacem para bellum)

cas du complément du nom : curriculi, belli

Adjectifs masculins, féminins et neutres

Pour le féminin, prenons l’expression pax romana : la paix romaine (on rencontre souvent sous ce modèle des expressions contemporaines comme la pax americana).

Au masculin, on peut envisager le peuple romain : populus romanus mais au neutre on aura une guerre romaine : bellum romanum puisque bellum est un mot neutre. Pour marquer les déclinaisons d’un adjectif, on note les trois formes ordinaires qui correspondent au masculin, au féminin et au neutre. Ici romanus, romana, romanum, abrégées en romanus, a, um.

Expressions vues

curriculum vitae, ad vitam aeternam, casus belli, si vis pacem para bellum, vox populi vox dei

Tableau récapitulatif

Première classe des noms

Masculin Féminin Neutre

Forme ordinaire

populus vita bellum

Compléments

du verbe ou de préposition populum vitam bellum
du nom populi vitae belli

Les adjectifs s’en déduisent

Première classe des adjectifs

Masculin Féminin Neutre

Forme ordinaire

romanus romana romanum

Compléments

du verbe ou de préposition romanum romanam romanum
du nom romani romanae romani

Tableau servant uniquement de référence

Vocabulaire

Pour différencier les divers types de mots, il suffit de noter leur forme normale et celle du complément du nom

vita, vitae désigne un mot féminin

deus, dei désigne un mot masculin

bellum, belli désigne un mot neutre

On utilise les formes abrégées suivantes : vita, ae ; deus, i ; bellum, i.

Mots féminins

gloria, ae : la gloire

persona, ae : la personne

Roma, ae : Rome

rosa, ae, la rose (chanson de Jacques Brel, rosa, rosa, rosam)

vita, ae : la vie

Mots masculins

deus, i : le dieu (dans le contexte antique ; Dieu dans le contexte chrétien)

populus, i : le peuple

Mots neutres

bellum, i : la guerre

curriculum, i : le cours, le déroulement

Adjectifs

aeternus, a, um : éternel

romanus, a, um : romain

On peut désigner tous ces mots comme une première classe de mots : nous avons déjà rencontré des mots qui appartiennent au vocabulaire d’une 2e classe (forme ordinaire seulement)

pax : la paix

vox : la voix

Verbes

para : prépare (impératif)

Exercices de traduction

la paix de Dieu (pax Dei)

curriculum belli (le cours de la guerre)

la paix du peuple romain (pax populi romani)

la gloire de Rome (gloria Romae)

aimer (amare) la gloire romaine (amare gloriam romanam)

prépare la guerre du peuple (para bellum populi)

amare deum (aimer le dieu ou aimer Dieu)

vita gloriae (une vie de gloire)

aimer une vie de gloire (amare vitam gloriae)

la voix d’une personne romaine (vox personae romanae)

gloria belli romani (la gloire de la guerre romaine)

prépare le cours de la guerre (para curriculum belli)

Autres expressions pouvant être étudiées

– captatio benevolentiae (évolution actuelle sous la forme de l’opening joke)

indiquer que captatio est une forme ordinaire : action de chercher à saisir (captation d’une source) ;

benevolentia, ae féminin : bienveillance (mot formé en décalque du latin)

– persona non grata

gratus, a, um : bienvenu (gré, agréable, agrément)

– mea culpa (faire son mea culpa)

meus, a, um : mon, mien

culpa, ae féminin : faute (culpabilité)

Faire son mea culpa, c’est reprendre (souvent pour simplement dire que l’on s’est trompé) un extrait d’une prière de la tradition chrétienne où avouer ses fautes à ceux qui vous entourent est le premier pas pour se les faire pardonner par Dieu. Cette pratique de l’aveu des fautes est antérieure au christianisme : les disciples de Pythagore, un des sages de l’antiquité, les philosophes stoïciens et les disciples d’Epicure faisaient leur examen de conscience et avouaient leurs fautes à des proches [4].


[1] 5e et moyenne lycée 2008 pour l’ensemble public et privé (RERS 2009)

[2] Claude Fiévet, « Apprendre à comprendre. Réflexions pour une pédagogie nouvelle des langues anciennes », texte d’accompagnement du CD du manuel de latin utilisé à l’université de Pau et dont on a vu récemment l’efficacité puisque c’est la seule université où les effectifs d’étudiants en langues anciennes n’aient pas baissé ces dernières années.

[3] Merci de signaler les erreurs à phcibois@wanadoo.fr

[4] Cf. Pierre Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, Gallimard, 1995, p.303-309.


13 réflexions au sujet de « Initiation au latin du français. Leçon 1 »

  1. Tout cela est bel et bon, mais il n’y a pas lieu de s’étonner d’une désaffection des élèves pour le latin quand on considère en quoi consistent les leçons : de la théorie, de la grammaire et du vocabulaire. De même qu’on n’attire pas les mouches avec du vinaigre, on ne donne pas envie aux élèves en les assommant avec ce qu’il y a de plus rébarbatif dans l’apprentissage des langues. Rien qu’en français, l’étude grammaticale barbe les élèves, alors quid d’une langue nouvelle? Et je sais de quoi je parle, j’ai aussi subi l’horrible en mon temps. Heureusement que je me suis rattrapé en passant par d’autres chemins que ceux imposés par l’Éducation Nationale.

    Tant que nos excellents pédagogues n’auront pas compris cette chose essentielle, ils n’arriveront jamais à faire augmenter le nombre d’aspirants latinistes. Le plus fou, c’est que c’est l’évidence même, mais quand on a des œillères…

    La seule solution : jeter au feu tous les manuels et les remplacer par de nouveaux manuels mettant l’accent sur la méthode naturelle. On n’a jamais rien fait de mieux en la matière que la méthode de Clément Desessard visant à l’apprentissage à l’oral de la langue.

    Je verrais bien un cours commençant par « Salvete, nomen meum est XXX, quod est nomen vestrum? », par exemple…

    1. Vous soulevez le problème des motivations : le fait que quelque chose soit difficile à apprendre n’est pas forcément un obstacle quand on désire y parvenir. Chez les adolescents, il suffit de les voir faire et refaire des essais de saut en planche à roulettes pour comprendre que la difficulté ne les arrête pas quand ils sont motivés.
      Pour le latin appris comme une langue vivante, en quoi peut consister la motivation ? Le plaisir de correspondre avec des élèves d’un autre coin du monde ? Mais l’anglais convient très bien.
      S’il y a une difficulté aujourd’hui, ce n’est pas tant la faute des « pédagogues » qui dans le cas du latin sont bien des enseignants sur le terrain, que d’une évolution historique qui nous dépasse : le latin est aujourd’hui ce qui reste de ce qui était l’enseignement de base depuis la Renaissance jusqu’au 19e siècle. Ce qui reste comme motivation possible, c’est la connaissance du latin du français et de l’utilisation culturelle du latin (à propos d’œuvres d’art). Pour ce qui est de la civilisation, elle doit être enseignée en cours d’histoire.

      1. il y a aussi la méthode Orberg « Familia Romana » que l’on peut se procurer sur amazon.fr

        Il s’agit d’une méthode naturelle d’apprentissage du Latin, rédigée entièrement en Latin. Je l’utilise pour apprendre le latin et elle est vraiment très bien pour développer progressivement la lecture cursive…

        Elle n’est cependant pas conforme au programme officiel de l’Education nationale d’où la difficulté à trouver un prof sachant l’utiliser.

        Egalement un forum de discussion où il est possible de télécharger un certain nombre de documents relatifs à cette méthode (notamment le livret d’accompagnement en français)…

        http://fr.groups.yahoo.com/group/methode-orberg/

        Cdt

      2. Vous écrivez:

        « Ce qui reste comme motivation possible, c’est la connaissance du latin du français et de l’utilisation culturelle du latin (à propos d’œuvres d’art). Pour ce qui est de la civilisation, elle doit être enseignée en cours d’histoire ».

        Bof, c’est pas terrible comme motivation et d’une tristesse déprimante.

        Si on apprend une langue, c’est pour savoir la parler, savoir la lire sans avoir trop recours au dictionnaire. De cette manière, il est possible ainsi avoir accès à terme à toute la culture qu’elle véhicule (antique, médiéval et pourquoi pas contemporain)…

        Et peut importe qu’il y ait à travers le monde qu’environ 30 000 locuteurs ou que la période dorée du Latin appartienne au passé: le principal est de se faire plaisir !

        Cdt

      3. Vous écrivez:

        « Pour le latin appris comme une langue vivante, en quoi peut consister la motivation ? Le plaisir de correspondre avec des élèves d’un autre coin du monde ? Mais l’anglais convient très bien. »

        D’accord…Alors si je comprend bien votre argument, il ne faudrait donc jamais utiliser une langue apprise (quelle quelle soit: espagnol, croate, russe, gaélique, latin etc.)en correspondance avec des élèves d’autres pays pour en développer une meilleure pratique sous prétexte qu’il y a l’anglais pour ça ? Non sérieusement, vous y croyez ?

        Pourquoi les grands pontes en charge de l’élaboration des programmes ont-ils tant de difficultés à concevoir que le Latin peut être appris comme n’importe qu’elle langue étrangère ? Pourquoi une telle opposition aux méthodes de langues vivantes adaptées au Latin ? Ne comprennent-ils pas qu’ils sont les principaux responsables de la désaffection actuelle pour le Latin ?

        Le principe des déclinaison est en effet un passage délicat ? Mais il existe des méthodes qui vous permettent d’apprendre progressivement vos déclinaisons en comprenant à quoi sert un génitif ou un datif (cf Lingua Latina per se illustrata d’ORBERG). Je le constate en tant qu’apprenante: la pratique de l’oral est ESSENTIELLE à cette acquisition. Jusqu’à preuve du contraire, le Latin est loin d’être la seule langue à déclinaison à travers le monde. Or le système des déclinaisons n’a jamais été un obstacle à l’apprentissage de ces langues à travers le monde. Pourquoi le Latin ferait exception ?

        Ceci dit, il est vrai que les français ne sont pas renommés pour leurs compétences en enseignement langues, y compris l’ anglais (combien d’élèves dégoûtes là aussi)

        La question ici n’est pas de refaire du Latin la langue de communication internationale qu’elle était encore à la Renaissance. C’est en effet aller à contre courant de l’histoire.

        Mais par pitié, respectez suffisamment cette langue et son héritage pour que son enseignement permette à ceux désirant l’apprendre d’être en mesure à minima de la lire de façon cursive et mieux encore de la parler.

        Bien cordialement

        1. Je respecte tout à fait la perspective du latin oral qui dispose d’outils pédagogiques intéressants (comme la méthode Orberg) et qui est défendue en Allemagne par exemple par Wilfried Stroh (dont on a traduit « Le latin est mort, vive le latin ! »). Il est tout à fait exact qu’une langue n’est vraiment possédée à fond que par une pratique orale et cela vaut pour le latin comme l’a montré Claude Fiévet avec sa méthode audio-orale enseignée à Pau mais au niveau post-bac pour la formation des futurs enseignants de lettres.

          Mais pourquoi apprendre le latin à ce niveau ? Personnellement je lis beaucoup de langues vivantes mais je ne suis capable de m’exprimer qu’en anglais (et mal en italien). C’est fondamental de pouvoir avoir accès à beaucoup de langues mais le cout d’apprentissage est beaucoup plus faible si vous ne voulez que pouvoir lire : il l’est suffisamment pour qu’on puisse l’envisager pour plusieurs langues. Le latin est pour moi une de ces langues dont j’ai besoin pour lire, pas pour écrire ni parler.

          Je refuse qu’on impose aux élèves du secondaire un temps d’apprentissage qui dépasse cet objectif limité d’avoir accès au latin du français et aux textes latin qui ont stratifié notre histoire, c’est à dire de Plaute à Spinoza.

          Pour ce qui est de la lecture cursive, c’est effectivement un objectif à se donner, mais il viendra de la pratique de la lecture des textes, lecture que je souhaite aidée par un sous-titrage jusqu’à ce qu’il ne devienne plus nécessaire. Ce résultat peut être obtenu indépendamment de la pratique orale.

          J’ai du respect pour votre démarche mais je n’en partage pas l’objectif.

          1. Bonjour,

            Pour être honnête, je n’avais pas envisagé la question sous l’angle du coût de formation d’un élève. Je peux comprendre cette contrainte, mais j’ai beaucoup de mal à l’accepter ce Latin du Français que vous proposez.

            A noter toutefois que l’objectif pédagogique de la méthode Orberg est d’abord et avant tout la lecture cursive du latin classique. Il est donc requis de l’instructeur de savoir prononcer correctement la langue, (notamment l’accentuation qui est complètement négligée en France) lorsqu’il lit les capitula. L’élève modèle ainsi sa prononciation sur celui du Professeur. La méthode Orberg fait effectivement appel à une certaine pratique du Latin oral notamment au moyen des questions de compréhension. Ces dernières ont toutefois surtout pour objectif de tester la compréhension du texte tout en permettant l’acquisition intuitive du vocabulaire.

            Hans Orberg lui-même ne parlait pas le Latin mais le lisait et l’écrivait seulement. Il n’a donc pas pu concevoir une méthode qui permettrait de parvenir à une pratique orale courante de la langue.

            Avec Lingua Latina per se illustrata, les élèves sont préparés à l’utilisation active de Latin mais ne sont pas pour autant des Latinophones confirmés après avoir terminé le cours.

            Pour maîtriser la pratique orale de la langue, il faut bénéficier d’un environnement porteur, c’est à dire être entouré de Latinophones qui vont les mettre en situation d’utiliser la langue de façon régulière (Accademia Vivarium novum, cercle de Latin, séminaire d’été etc.) C’est surtout cet environnement qui est difficile à trouver, notamment en France. Mais peut-être qu’avec de la volonté, tout est possible.

            A mon avis le gros avantage d’Orberg est surtout que la majorité des élèves ayant suivi le cours ne finissent pas dégoûtés du Latin comme ils semblent l’être généralement avec les méthodes actuelles. C’est un aspect psychologique qui est important me semble t-il pour la pérennité de l’enseignement de cette langue.

            Il est bien connu que l’on apprend bien que ce que l’on a envie d’apprendre. Et « apprendre bien » sous-entend être capable de soutenir un effort d’apprentissage sur quelques années.

            Loin de moi l’idée de faire de l’apprentissage du Latin un enseignement « élististe » avec pour objectif la sélection des meilleurs. Ce n’est d’ailleurs pas forcément adapté aux nécessités actuelles.

            Il me semble que toute personne ayant des aptitudes pour l’apprentissage des langues – ce n’est pas donné à tout le monde- et qui a envie à terme d’avoir accès à la montagne de livres écrits en Latin depuis plus de 2 000 ans en V.O. peut parfaitement apprendre cette langue.

            Bien que nos objectifs diffèrent, je souhaite profiter de cet échange pour vous indiquer que je trouve votre site extrêmement intéressant. J’aime beaucoup l’usage que vous faites des statistiques qui permettent de faire ressortir certaines tendances très instructives et parfois surprenantes.

            Bien cordialement

  2. C’est là voir les choses sous la mauvais angle que dire « quand on est motivé, on peut, alors il suffit que les élèves soient motivés ». Le fait est que si les jeunes font de la planche à roulette, c’est qu’ils en tirent un certain plaisir et qu’il y a un esprit d’émulation. Il y a quelque chose d’attrayant à cela, la comparaison n’est donc pas possible entre une activité que l’on peut considérer comme valorisante auprès des autres et des exercices de grammaire le nez sur un livre. L’argument était bien tenté, mais il ne tient donc pas la route.

    Non, même si le professeur sait que le latin est intéressant, cela ne suffit pas. Il doit en premier lieu faire en sorte qu’il soit attrayant pour l’élève, et ce n’est pas en l’assommant avec de la grammaire dès la première leçon que cela fonctionnera, c’est plutôt se tirer une balle dans le pied. En outre, si l’objectif est d’apprendre le latin, qui est une langue, pourquoi utiliser une méthode qui n’a rien à voir avec l’apprentissage d’une langue? À partir du moment où la langue est suffisamment connue pour être utilisée comme langue courante, elle doit être enseignée comme langue vivante. C’est ainsi que le cerveau humain est le plus adapté pour apprendre une langue. Faire autrement serait en quelque sorte contre nature et finalement bien moins efficace. Il est vital qu’un aspect ludique important vienne s’insérer dans l’apprentissage afin de compenser les abords peu engageants de la langue.

    Pour ce qui est de l’argument « l’anglais est là », je le trouve déprimant. C’est là un constat d’échec défaitiste, presque synonyme de « le latin, ça ne sert à rien ». Et justement, si on faisait un pari? Pourquoi ne pas établir de liens de correspondance entre pays, où la langue véhiculaire serait non pas l’anglais, mais le latin? Ce serait une approche bien plus ludique que la Guerre des Gaules dont les élèves n’ont que faire (cependant, rien n’interdit de l’utiliser comme support pédagogique annexe pour le côté authentique et historique). Cur inter populos latine non loquamur?

    Et justement, si l’on considère l’enseignement du latin aujourd’hui, que vous considérez à juste titre comme le vestige des enseignements de jadis… Une réforme audacieuse permettrait de remettre l’enseignement du latin à la page. Pourquoi l’enseignement de toutes les disciplines a-t-il revu en profondeur plusieurs fois au cours du temps, à l’exception des langues anciennes?

    Tous les gens que je connais à qui je dis apprendre le latin me répondent invariablement « roza, roza, rozaé… ». C’est là la preuve de l’échec cinglant des méthodes actuelles. Quant à moi, je crus être dégoûté à vie du latin à cause de ces méthodes, mais mon intérêt pour la linguistique a finalement pris le dessus et j’ai recherché une méthode permettant d’apprendre réellement la langue au lieu de faire joujou avec de la grammaire.

    Finalement, je dois vous dire que la seule chose qui m’étonnerait, à moins d’un changement radical de pédagogie, c’est bien une augmentation du nombre d’élèves en latin.

    1. Apprendre le latin comme une langue vivante est une démarche intéressante (même si personnellement je ne suis pas concerné) qui a de nombreux adeptes : la semaine prochaine, je présenterai un livre (Olivier Rimbault, L’avenir des langues anciennes, paru cette année aux Presses universitaires de Perpignan) qui donne des références d’utilisation y compris pédagogiques dans ce domaine du latin vivant. Il existe en Belgique une école où la latin parlé joue un grand rôle et où une des versions de son site est en latin : http://www.scholanova.be/index_LA.html.

  3. Bonjour, l’échange ci-dessus date, il est vrai, de longtemps, mais peut-être lirez-vous ce message…
    Juste pour vous dire que je découvre votre page avec bonheur et soulagement, ô combien !
    Enfin une présentation du latin qui aide à faire COMPRENDRE à un élève que le latin non seulement est utile, mais qu’il peut même être amusant… et intéressant.

    Mon fils débute cette année en latin (« initiation au… »), et je découvre avec effroi, moi, ses premières « leçons »… Ce week-end, il doit copier 10 fois la déclinaison de « rosa », mais… sans les cas (enfin, si : abrégés à leur initiale, quand ils ne sont pas encore vraiment sus !), sans comprendre à quoi correspond chaque cas, et, d’ailleurs, peu lui chaut, vu que les mots « fonction grammaticale » lui sont tout aussi abscons en français, puisque la grammaire n’est plus non plus enseignée…

    Je suis, donc, à la recherche d’une bonne initiation pour l’aider à ne pas se décourager dès le début…
    Si jamais vous étiez l’auteur d’une telle méthode, ou si vous en connaissez une, pourriez-vous me donner les infos me permettant de l’acquérir ?
    Sinon, je me contenterais de venir sur cette page ici et là, dans l’espoir que je pourrai glaner, déjà, de quoi ne pas massacrer ce nouvel « apprentissage » dès son début…
    Triste, tout de même, que l’imbécillité soit à l’oeuvre à ce point dans nos écoles – et c’est, s’agissant de celle de mon fils actuellement, une « école » qui se veut « privée hors contrat », et se targue de recourir aux méthodes « traditionnelles », de revenir aux  » fondamentaux », etc.
    Apparemment, on n’en reprend que les choses les plus bêtes, en les rendant encore plus bêtes (recopie du pluriel à la suite du singulier, et pas en regard, si bien qu’on ne voit plus la correspondance cas par cas), et on oublie que les élèves ont une intelligence, et qu’on ne peut pas « aimer » ce qui nous demande un effort, si on ne comprend rien à ce qu’on fait.

    Merci, si vous pouvez m’orienter ! ET merci pour cette page…
    Kiwala

    1. J’ai regroupé l’ensemble des leçons d’initiation et les principes pédagogiques qui vont avec dans un texte en pdf de 7O pages qui se trouve dans les liens à droite sous le nom de « initiation au la latin du français » qui vous donnera une vue d’ensemble de ce que l’on peut faire.
      Tenez moi au courant par mail phcibois@wanadoo.fr car les retours d’expériences sont très utiles.
      Il n’est pas impossible que cette méthode, qui a inspiré pour la 5e les propositions de l’Inspection générale de l’éducation nationale soit testée dans une classe à la prochaine rentrée.
      Philippe Cibois

  4. Votre site est passionnant.

    je l’ai découvert en cherchant la règle de prononciation du « c », car je suis un peu agacé par l’inflation récente d' »inKipit ».
    A ce compte, il conviendrait de nous infliger également : si vis paKem, Kircenses…

    A mon humble avis, le respect de la règle dans le cadre des études latines ne justifie pas ce type d’usage qui, en masquant définitivement l’intuition des étymologies, nous éloigne un peu plus du lien vivant à notre héritage.

    Bref, à son habitude, la pédanterie, outre son inutilité, s’avère aussi nuisible.

    un détail, cependant :
    « La voix du peuple (est) la voiE de Dieu » ?

    cordialement

    1. J’ai consacré trois billets sur la prononciation du latin, le premier sur le cas de l’enseignement, le second sur le chant et le troisième consacré à la réflexion d’Érasme sur ce sujet.
      Actuellement on assiste à la cohabitation de la prononciation restituée (c prononcé k par exemple) utilisée dans l’enseignement et de la prononciation française usuelle dans les expressions latines du français et dans le chant.
      Peut-on parler de pédanterie ? Je pense que les gens utilisent, quand ils lisent un texte latin, la prononciation qu’ils ont apprise. Incipit n’est employé actuellement publiquement que dans le cas de la lecture des Évangiles. La prononciation latine dans la liturgie catholique est celle de l’italien et le c doit être prononcé comme ch.
      Sur Vox populi vox Dei, vous avez tout à fait raison et j’ai corrigé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *