Initiation au latin du français. Leçon 6

Nous terminons aujourd’hui la découverte de l’ensemble des formes pour les noms et les adjectifs ce qui va nous permettre de nous confronter à un vrai texte latin en vue de sa compréhension. Il sera simplifié quant aux formes verbales.

Nouvelles expressions :

rebus sic stantibus : avec cette expression nous voyons une nouvelle hors classe où deux mots sont très fréquents, res, rei féminin, la chose et dies, diei masculin ou féminin le jour ; sic adverbe, ainsi ; stans, stantis participe présent de sto, stare se tenir debout (stature), demeurer : les choses demeurant en l’état. Rebus et stantibus sont au complément de circonstances pluriel : de la hors classe spécifique pour res (voir le tableau ci-dessous) et de la deuxième classe des adjectifs pour les participes présents comme stans. Le complément de circonstances est utilisé dans des phrases isolées avec le participe présent comme verbe de la phrase pour indiquer précisément des circonstances.

Cette expression est souvent employée à propos d’un contrat ou d’un traité pour dire que les engagements pris ne seront tenus que s’il n’y a pas de modifications profondes de la situation. Par exemple un locataire s’engage à payer un certain loyer pour une habitation : s’il transforme son habitation pour en faire une entreprise commerciale, le propriétaire peut dire qu’il ne respecte pas la clause rebus sic stantibus et demander une modification du loyer.

Sic ainsi, est un adverbe souvent employé isolé dans un écrit pour signaler une bizarrerie ou une faute quelconque (d’orthographe par exemple) qui est laissée à la responsabilité de l’auteur, on met alors sic entre parenthèse après l’expression contestée.

dies irae dies illa : dies, diei masculin ou féminin, le jour à la forme ordinaire suivi du complément du nom de ira, ae féminin, la colère ; jour de colère. Dies illa : ille, illa, illud démonstratif,  ici à la forme ordinaire du féminin, celui-là, celle-là : ce jour là. Jour de colère (que) ce jour là.

Il s’agit du début d’un poème latin chrétien du Moyen Âge qui décrivait le jour du jugement dernier, thème qui a souvent servi en art : on connait la fresque du jugement dernier de Michel Ange à la Chapelle Sixtine.

Le thème du jugement dernier est le suivant : tant l’antiquité que le Moyen Âge faisait le constat empirique que l’homme est mauvais, cherche à nuire, suit ses impulsions mauvaises, ce qui était résumé par le fait que l’homme fait des erreurs volontaires appelés « péchés ». L’idée centrale du christianisme de l’époque est que Dieu, quand il juge les hommes, devrait les condamner à cause de leurs péchés mais que ces péchés ont été rachetés, que Dieu fait grâce à l’homme, car la nature humaine a été restaurée dans sa bonté par l’intermédiaire de Jésus, qui était plus qu’un envoyé de Dieu, mais Dieu lui-même venu sur terre. De même chaque individu peut espérer être pardonné de ses péchés : par exemple, à la fin du poème dies irae, le croyant implore Jésus de donner à tous le repos éternel. Dona eis requiem.

Cette idée d’un Dieu Père qui a avec ses créatures un rapport de maitre à serviteur, basé sur la crainte, a évolué à l’époque actuelle, comme la relation de parent à enfant elle-même, vers un rapport où la confiance, qui exclut la crainte, devient fondamentale.

dona eis requiem : dona, donare, donner à l’impératif donne ; eis complément d’attribution pluriel du démonstratif is, ea, id, qui renvoie à une personne, ici à eux (hors classe spécifique au singulier mais première classe pour le pluriel) ; requies, requietis féminin au complément du verbe, le repos (quies, etis adjectif calme à donné quietude et, dans le sens contraire plus usuel inquiet). Donne-leur le repos. Le mot « requiem » en est venu à désigner le chant religieux qui accompagne la messe des morts utilisée pour les enterrements.

carpe diem : carpo, ere cueillir à l’impératif, dies, ei, le jour, au complément du verbe, cueille le jour, conseil du poète Horace qui invite à profiter de l’instant présent.

sine die : sine préposition sans, suivie du complément de circonstances, ici die. Sans jour (annoncé) : se dit quand un processus est interrompu et qu’on ne fixe pas de date pour sa reprise.

ante meridiem, post meridiem : ante, avant ; post, après, prépositions suivies du complément du verbe ; meridies, ei masculin, formé à partir de medius, le milieu et dies, midi. Avant midi, après midi.

Si en France, nous utilisons, pour les heures de départ d’un train ou d’un avion un système basé sur 24h qui indique sans ambigüité si l’on est le matin ou l’après-midi (11h53 mais aussi 13h28), le système anglo-saxon utilise les abréviations am et pm issues de ante meridiem et post meridiem (11h53 am et 1h28 pm pour désigner les mêmes horaires).

Hors classe masculin ou féminin

Singulier Pluriel
Forme ordinaire res res

Complément

du verbe rem res
du nom rei rerum
d’attribution rei rebus
de circonstances re rebus

Les compléments de circonstances se terminant en –us ont acquis leur vie propre en français.

Le rebus, petite devinette faite de dessins successifs qui chacun sont supposés représenter une syllabe. Rebus vient du complément de circonstances de res, rei et pourrait signifier « à propos de choses ».

L’omnibus vient du complément de circonstances pluriel de omnis, e adjectif, tout. Omnibus : pour tout, ou pour tous. Les transports publics en ville ont été qualifiés d’omnibus, pour tous. Quand le train a un arrêt pour toutes les stations, il est devenu par abréviation un omnibus. Quand les transports publics en ville ont utilisés des véhicules à moteurs, des omnibus automobiles, ils sont devenus des autobus et la terminaison s’est individualisée et a entrainé trolleybus, airbus, abribus, etc. et par opposition pedibus, à pied formé à partir de pes, pedis masculin, le pied.

Récapitulation du vocabulaire

ante préposition,avant
carpo, ere,
cueillir
dies, diei masculin ou féminin, le jour
de ira, ae féminin, la colère
dona, donare, donner
is, ea, id, démonstratif de renvoi à une personne
meridies, ei masculin, midi
omnis, e adjectif, tout
pes, pedis masculin, le pied
post préposition, après
quies, etis adjectif, calme
requies, requietis féminin, le repos
res, rei
féminin, la chose
sic adverbe, ainsi
stans, stantis participe présent de sto, stare se tenir debout, demeurer

Récapitulation des expressions

ante meridiem
carpe diem
dies irae
dies illa
dona eis requiem

post meridiem
rebus sic stantibus
(sic)
sine die

Exercice de compréhension d’un texte simplifié de Pétrarque : l’ascension du Mont Ventoux extrait de la première lettre du livre 4 de la correspondance privée (familiarum rerum : res, rei féminin, des choses ; familia, ae féminin, de la famille). En plus du nom latinisé de Pétrarque et du titre, on traitera ici un premier extrait, le début de la lettre.

Franciscus Petrarcha,

De ascensu montis Ventosi

Altissimum regionis montem, quem merito Ventosum vocant, hodierno die, sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus, ascendi.

Franciscus Petrarcha

François Pétrarque, en italien Francesco  Petrarca (latinisé en Franciscus Petrarcha), car il est le fils d’un exilé florentin, a fait ses études à Carpentras puis à Montpellier et enfin à Bologne. Il passe donc une partie de son enfance dans une région (celle d’Avignon) dominée par le Mont Ventoux.

De ascensu montis Ventosi : de préposition, suivie du complément de circonstances : au sujet de ; ascensus, us masculin, escalade, ascension ; mons, tis masculin, mont, montagne ; ventosus, a, um adjectif, venteux. De l’ascension du mont venteux. Pétrarque identifie le mot « Ventoux » comme étant dérivé de venteux, balayé par le vent : il est exact que le mont Ventoux est très souvent balayé par le Mistral, mais l’origine du mot Ventoux est aujourd’hui reliée à une autre étymologie que celle du vent.

Pour comprendre une phrase, il faut repérer son sujet, le verbe de la phrase et les compléments (du verbe, de circonstances). Le verbe est à la fin ascendi qui est, comme nous le verrons bientôt un temps du passé de ascendo, ascendere monter, escalader, à la première personne, j’ai escaladé. On a donc le sujet, Pétrarque lui-même et le verbe. J’ai escaladé.

Le complément du verbe est le premier complément que l’on trouve, en début de phrase : Altissimum regionis montem.

Dans l’ordre latin le plus habituel, les mots qui précisent le complément lui-même, montem, le mont, sont avant lui (comme en anglais : a nice american young lady). Altissimus, a, um adjectif, le plus haut, montem au complément du verbe, le plus haut mont ; regio, onis, au complément du nom, de la région.

J’ai escaladé le plus haut mont de la région ( le mont Ventoux culmine à 1900 m)

quem merito Ventosum vocant : on se trouve face à une nouvelle phrase relative à la précédente, qui la développe, ce qui est repéré par quem, pronom relatif que (non encore vu), mais à le même forme que montem et effectivement au complément du verbe comme lui. Le plus haut mont, que…Cherchons le verbe : vocant, de vocare appeler, ils appellent, au sens de on appelle ; merito adverbe, avec raison, justement, Ventosum au complément du verbe, venteux. Qu’avec raison on appelle venteux : Pétrarque identifie Ventoux et venteux.

Les compléments de circonstances viennent après les compléments du verbe : hodierno die ; hodiernus, a, um adjectif, d’aujourd’hui ; au jour d’aujourd’hui.

La phrase suivante sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus, qui précise les circonstances de l’ascension, doit elle-aussi être considérée comme une phrase entière dont il faut repérer le verbe, ici ductus,a, um participe passé de ducere conduire, conduit.

Revenons au début de cette nouvelle phrase : nous y trouvons un adjectif solus, a, um, seul. Avec une finale en -a, quel nom qualifie sola ? Ce nom ne peut être que féminin à la forme ordinaire ou au complément de circonstances, ce qui serait plus probable car nous sommes dans les circonstances. Les mots videndi, loci ont des terminaisons du masculin, mais cupiditate, de cupiditas, atis féminin, désir, envie, convient. Sola cupiditate : circonstances, par le seul désir.

videndi insignem loci altitudinem : videndus, a, um, adjectif verbal (anticipation d’une forme à venir dans les explications) formé à partir de videre voir, videndi, par le seul désir de voir, suivi d’un complément du verbe altitudinem, de altitudo, inis féminin, la hauteur, qualifiée (avant, comme dans young lady) par insignem de insignis, e adjectif, remarquable ; loci de locus, i masculin, au complément du nom, du lieu. Conduit par le seul désir de voir la hauteur remarquable du lieu.

Pour bien comprendre l’articulation complète de la phrase, représentons-la en décalant vers la droite les parties de la phrase qui précisent ce qui est au dessus. Ce qui est le plus à gauche, bien que le plus bas est le verbe par quoi il faut commencer. Des mots au même niveau visuel sont au même niveau grammatical (par exemple ici les compléments de circonstances).

Altissimum regionis montem

quem merito Ventosum vocant

hodierno die

sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus

ascendi

Pour chacune des phrases, ce travail peut être fait à nouveau

– Altissimum regionis montem :

Altissimum

regionis

montem

– quem merito Ventosum vocant :

quem

merito

Ventosum

vocant

– hodierno die :

hodierno

die

– sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus :

sola

videndi

insignem

loci

altitudinem

cupiditate

ductus

– ascendi.

J’ai escaladé

le mont le plus haut

de la région

qu’ils appellent

avec raison

Venteux

au jour

d’aujourd’hui

conduit

par le seul désir

de voir

la hauteur singulière

du lieu

La hiérarchie de gauche à droite correspond en français à l’ordre de haut en bas, alors qu’en latin, comme la phrase qui caractérise est avant ce qui est caractérisé (young lady), s’il faut bien lire de gauche à droite, l’ordre hiérarchique n’est plus de haut en bas, mais peut s’intercaler. C’est cette différence de structure de la phrase qui, différente de celle du français, demande à être apprivoisée progressivement par l’étude de textes réels.

On remarquera que Pétrarque est animé par la seule curiosité face à un site naturel qui impressionnait beaucoup ses contemporains, comme toutes les montagnes. Nous sommes en 1336 et la connaissance du monde passe encore par la sciences des anciens, la curiosité étant souvent vue comme une attitude difficilement conciliable avec la foi chrétienne : avec Pétrarque nous voyons poindre une nouvelle attitude qui conduira jusqu’à la curiosité scientifique de la science moderne.


3 réflexions au sujet de « Initiation au latin du français. Leçon 6 »

  1. Je suis toujours ému à la lecture de ce texte magnifique, que vous analysez si bien. Dans un souci de concision peut-être, à défaut d’exactitude, et sans doute pour signifier la démarche morale autant que physique de Pétrarque au cours de cette ascension du mont Ventoux, Georges Sonnier (dans son livre « La montagne et les hommes » chez Albin Michel) recrée ce texte en le raccourcissant sous la forme « Cupiditate ductus ascendi » que l’on pourrait traduire par « Conduit par le désir de s’élever ». La formule est très belle. Qu’en pensez-vous du strict point de vue du « latiniste » ? Merci pour cet échange. Cordialement
    Jean-Paul RIVRON

    1. Ascendi est à la première personne : j’ai fait l’ascension : c’est bien difficile d’envisager une autre option même s’il est séduisant d’associer un sens moral au sens physique. Cependant si on respecte la syntaxe, l’interprétation est tout à fait libre de penser que l’ascension peut avoir les deux valeurs. Avec une réserve cependant, c’est que nous pratiquons ainsi un anachronisme car encore à l’époque de Pétrarque, les hauteurs terrorisaient les hommes. Pour associer élévation physique et élévation morale, il faudra apprivoiser la montagne et cela n’arrive qu’au 18e siècle et après.
      Entre Aix et Paris en train, si le temps est clair, on suit longtemps le Ventoux. Si le temps est exceptionnel, on peut voir le Mont-Blanc de Valence à Macon et c’est une expérience forte.
      Bien à vous.

  2. Merci pour ces précisions. Au delà du texte latin de Pétrarque qui est clair, n’est il pas possible alors , en utilisant le gérondif au génitif, de dire « Cupiditate ductus ascendendi » (et non pas « ascendi ») pour exprimer ce « Conduit par le désir de s’élever » cité par Georges Sonnier ? Votre conseil me serait précieux.
    S’agissant de l’anachronisme que vous évoquez, il se peut qu’il soit réel, j’en conviens… cependant je suis de ceux qui croient que cette ascension de Pétrarque au mont Ventoux a bien eu lieu (au moins jusqu’au lieu dit la Filiole, actuellement combe Fiole) et ce au 14ème siècle à une époque où effectivement la montagne terrorisait les gens. La démarche de Pétrarque ce jour là, pour surmonter les difficultés autant psychologiques que physiques, n’en est que plus intéressante, et a pu servir de support à sa difficulté, sur le plan moral, d’adopter le chemin le plus escarpé qui mène au bien. Je cite un extrait de ce beau texte : « Les épreuves que tu as endurées tant de fois aujourd’hui, sache bien que tu les as rencontrées aussi dans la recherche du bonheur. La vie que nous appelons heureuse est située en un lieu élevé. Une route étroite y conduit. Nombre d’escarpements coupent cette route, et il faut avancer de vertu en vertu par des degrés éminents. Sur le sommet est le but suprême. Tout le monde veut y parvenir ; mais comme dit Ovide, vouloir est peu ; il faut pour triompher désirer passionnément ».

    Merci pour cet échange.
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *