Initiation au latin du français. Leçon 7

Nous allons nous confronter aujourd’hui avec la célèbre formule de Jules César, veni, vidi, vici et auparavant, voici quelques données correspondant à sa représentation.

On sait que les fouilles récentes menées à Arles dans la boucle du Rhône ont permis la découverte d’un buste attribué à César.

Or on trouve au musée de la fondation Bodmer à Genève, musée qui possède une riche collection de manuscrits anciens, un buste également attribué à César qui ressemble beaucoup, me semble-t-il, à celui découvert à Arles


Leçon 7

En ce qui concerne les verbes, nous avons déjà vu quelques impératifs, quelques infinitifs et les verbes être et aimer au présent (tableau de la leçon 4) :

Français Latin Français Latin
Je suis sum J’aime amo
Tu es es Tu aimes amas
Il/elle est est Il/elle aime amat
Nous sommes sumus Nous aimons amamus
Vous êtes estis Vous aimez amatis
Ils/elles sont sunt Ils/elles aiment amant

Nous allons reprendre ces formes d’une manière systématique et regarder aussi un temps du passé.

Nouvelle expression

non possumus : on reconnait la terminaison sumus du verbe être, nous sommes. Il s’agit d’un des nombreux verbes composés avec le verbe être, ici le verbe pouvoir posse dont voici la conjugaison comparée avec celle de esse.

Infinitif
Esse être Posse pouvoir
Indicatif présent
Je sum possum
Tu es potes
Il / elle est potest
Nous sumus possumus
Vous estis potestis
Ils / elles sunt possunt

On constate une alternance du radical pot- et du radical pos- avant le verbe sum toujours présent. Non possumus signifie nous ne pouvons pas. La phrase est souvent employée d’une manière indirecte quand un membre d’une institution oppose un non possumus à une demande qui lui est faite.

Classement des verbes

Les verbes français sont classés souvent en trois groupes dont on peut facilement trouver l’origine dans le latin au moins pour le premier groupe. En effet, les verbes du premier groupe comme chanter ont leur origine dans des verbes latin ou la voyelle a est « forte » mais est devenue muette en français.

On avait vu la formule si vis pacem para bellum, si tu veux la paix, prépare la guerre : para est l’impératif de parare, préparer où l’on repère en français le même verbe parare avec un préfixe pré- indiquant « à l’avance ». L’impératif français prépare montre bien le phénomène du passage du a à un e muet.

Dans l’expression nota bene, nota est l’impératif de noto, notare faire une marque ; bene adverbe bien ; remarque bien. Expression souvent employée sous forme d’abréviation N.B. pour, dans un texte écrit et particulièrement dans une lettre, attirer l’attention du lecteur. En français nota est devenue note à l’impératif, avec le même phénomène.

Reprenons les verbes en a que nous avons déjà vus dans des expressions :

errare humanum est ; errare,  commettre une erreur : infinitif
dignus est intrare ; intrare, entrer : infinitif
nihil obstat ; obstare, faire obstacle : 3e personne du singulier
vulnerant omnes ultima necat, : vulnerant, vulnerare, blesser 3e personne du pluriel, omnis, e adjectif, tous, toutes les heures blessent mais la dernière tue, necat necare 3e personne du singulier. Phrase gravée sur un cadran solaire.
cogito ergo sum, je pense donc je suis, cogitare 1ère personne du singulier
verba volant scripta manent, les parolent volent les écrits restent, volare 3e personne du pluriel, mais également pour manere, verbe en –e que nous examinons maintenant.

De la même manière on peut regrouper des verbes latin qui on une finale forte en e (prononcer [é])

scripta manent, manere
habemus papam : habeo, habere avoir ; papa, ae, père, titre d’honneur attribué aux évêques, puis au pape. Nous avons un pape. Cette expression est employée au sens strict pour dire que le pape a été élu ; elle est souvent employée hors de ce contexte pour dire qu’une élection s’est faite et que l’on connait le nom de l’élu.

Verbes en –i : audio, audire : écouter, entendre (d’où audition, auditeur, audiovisuel)

Il existe des verbe qui n’ont pas de finale forte comme les précédents :

quo vadis : vado, vadere, aller ou un i vient souvent s’intercaler, ici à la 2e personne du singulier. Quo : où interrogatif. Où vas-tu ?

Cette phrase vient d’un récit consacré à l’apôtre Pierre, récit indépendant des Évangiles et qui est connu sous le nom des Actes de Pierre (chapitre 35). Dans ce récit (qui n’est pas reconnu par les églises chrétiennes comme faisant partie de la Bible chrétienne), Pierre est supposé se sauver de Rome où sa vie est en danger, mais il rencontre Jésus, appelé le Seigneur (Dominus) et il lui demande, Domine, quo vadis ? Seigneur, où vas-tu ? Celui-ci lui répond : « j’entre dans Rome pour y être crucifié », et Pierre comprend qu’il doit revenir à Rome, pour y subir ce sort. Quo vadis a été pris comme titre pour un livre et de nombreux films qui brodent autour des persécutions des chrétiens à l’époque de Néron.

vade retro satanas : vade est l’impératif du même verbe vado, vadere ; retro, adverbe, en arrière ; satanas, ae, masculin, adversaire, ennemi et Satan. Arrière Satan ! Bien que venant d’un récit évangélique, la formule est couramment utilisée sous un mode humoristique pour souligner le refus fait à un tentateur.

Tableau synthétique des différentes formes verbales au présent de l’indicatif et à l’impératif

Verbes en a Verbes en e Verbes en i Verbes sans finale forte
Infinitif
amare manere audire vadere
Indicatif présent
Je Amo (a en moins) maneo audio vado
Tu amas manes audis vadis
Il / elle amat manet audit vadit
Nous amamus manemus audimus vadimus
Vous amatis manetis auditis vaditis
Ils / elles amant manent audiunt (u en plus) vadunt
Impératif
Singulier ama mane audi vade
Pluriel amate manete audite vadite

Les finales, qui sont identiques, s’appuient sur la voyelle forte de chaque verbe (deux exceptions amo, où le a est en moins, et audiunt, où le u est en plus). Certains verbes sans finale forte peuvent réagir comme les verbes en i (par exemple capio, capere prendre) : ceci entraine que les dictionnaires donnent toujours la première et la deuxième personne du présent avant de donner l’infinitif, ce qui permet de distinguer audio, audis, audire (verbe en i fort) de capio, capis, capere (verbe sans finale forte)

Nouvelle expression

veni, vidi, vici : je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu, formule de Jules César, célèbre par sa concision pour rendre compte (au Sénat) d’une victoire éclair : il invente le style télégraphique  (ou celui des SMS).

La formule, par ses sonorités répétées a souvent été imitée et l’est encore : par exemple le Palais Omnisport de Bercy fait actuellement sa publicité avec un slogan qui en est directement imité : « venez, vivez, vibrez ».

Ces trois verbes sont à un temps du passé : pour chacun des verbes utilisés nous allons comparer le présent et cette forme du passé qui a donné en français le passé simple qui est donné entre parenthèse car plusieurs de ses formes sont peu utilisées à l’oral : on utilise plutôt le passé composé.

venio, is, ire, veni venir, verbe en i : dans la désignation d’un verbe, on ajoute maintenant la forme du passé après l’infinitif car la racine du verbe peut être différente de celle utilisée pour le présent.

Français Latin Français Latin
Je viens venio Je suis venu  (Je vins) veni
Tu viens venis Tu es venu (Tu vins) venisti
Il/elle vient venit Il/elle est venu (Il/elle vint) venit
Nous venons venimus Nous somme venus (nous vinmes) venimus
Vous venez venitis Vous êtes venus (Vous vintes) venistis
Ils/elles viennent veniunt Ils/elles sont venus (Ils/elles vinrent) venerunt

ou venere

video, es, ere, vidi voir, verbe en e

Français Latin Français Latin
Je vois video J’ai vu (je vis) vidi
Tu vois vides Tu as vu (tu vis) vidisti
Il/elle voit videt Il/elle a vu (Il/elle vit) vidit
Nous voyons videmus Nous avons vu (nous vinmes) vidimus
Vous voyez videtis Vous avez vu (vous vintes) vidistis
Ils/elles voient vident Ils/elles ont vu (Ils/elles vinrent) viderunt ou videre

vinco, is, ere, vici vaincre, verbe sans finale forte

Français Latin Français Latin
Je vaincs vinco J’ai vaincu (je vainquis) vici
Tu vaincs vincis Tu as vaincu (tu vainquis) vicisti
Il/elle vainc vincit Il/elle a vaincu (Il/elle vainquit) vicit
Nous vainquons vincimus Nous avons vaincu (nous vainquimes) vicimus
Vous vainquez vincitis Vous avez vaincu (vous vainquites) vicistis
Ils/elles vainquent vincunt Ils/elles ont vaincu (Ils/elles vainquirent) vicerunt ou vicere

Récapitulation du vocabulaire

audio, audire, écouter, entendre
bene adverbe, bien
habeo, habere, avoir
noto, notare, faire une marque
omnis, e adjectif, tous
papa, ae, père, titre d’honneur attribué aux évêques, puis au pape.
possum, posse,  pouvoir
quo : où interrogatif
satanas, ae masculin, adversaire, ennemi et Satan
vado, vadis, vadere, aller
venio, is, ire, veni venir
video, es, ere, vidi voir
vinco, is, ere, vici vaincre
vulno, vulnerare,blesser

Récapitulation des (nouvelles) expressions

habemus papam
nota bene

non possumus

quo vadis
vade retro satanas
veni, vidi, vici

vulnerant omnes ultima necat

Exercice de compréhension

– noctem flammis funalia vincunt (Virgile Enéide 1/727)

Nous sommes dans un texte de poésie où l’ordre des mots peut ne pas être standard, c’est le cas ici. Il faut donc trouver le verbe, qui est resté à la fin.

vincunt : 3e personne du pluriel du présent de vinco, is, ere, vici vaincre. Donc le sujet est au pluriel, ce qui exclut noctem qui est complément du verbe au singulier de nox, noctis féminin, la nuit (cf. nocturne et oceano nox, de Victor Hugo[1] ), c’est la nuit qui est vaincue. Flammis de flamma, ae féminin, la flamme, ne peut être qu’un complément de circonstances, par les flammes. Reste funalia de funale, is neutre, torche, à la forme ordinaire du pluriel, les torches. Donc le sens est : les torches par (leurs) flammes vainquent la nuit. Si l’on veut respecter l’ordre latin qui met en avant la nuit, on peut le faire en français par : la nuit est vaincue par les flammes des torches.

– Le non possumus est tiré des Actes des apôtres (4/20), du même auteur que l’évangile de Luc et qui raconte la création de l’Eglise primitive par un auteur qui, dans la mouvance de l’Apôtre Paul, écrit dans les années 80 du premier siècle. Ce récit est un récit d’historien au sens antique du terme, c’est-à-dire qu’il cherche à être utile à ses lecteurs, qui respecte les règles de composition des historiens antiques (recueil des informations, composition de discours, récits vivants) mais qui le fait dans le sens d’une interprétation religieuse, théologique, des évènements qu’il raconte. Il s’agit d’une histoire de l’intervention de Dieu sur terre alors que les historiens antiques cherchent à montrer la vraisemblance des évènements qu’ils racontent.[2]

Luc au contraire cherche à situer le christianisme naissant face au monde juif (Jérusalem) et face au monde païen (Rome) et le récit va passer de Jérusalem à Rome où il s’achèvera. La rupture avec Jérusalem est commencée au chapitre 4 quand, prenant la parole après la Pentecôte, Pierre et Paul annoncent la parole du Christ avec une assurance telle qu’elle impressionne les autorités juives qui les ont fait arrêter. Après délibération, les autorités décident de les menacer pour qu’ils ne parlent plus de Jésus. C’est à ce moment que Pierre et Jean répliquèrent :

– non enim possumus quae vidimus et audivimus non loqui

non possumus, nous ne pouvons pas, enim, adverbe, en effet, non loqui, loqui est un infinitif passif (que nous verrons ultérieurement) d’un verbe à sens actif, parler, nous ne pouvons pas ne pas parler, quae, relatif (sous-entendu res) donc à la forme ordinaire sujet au féminin, cela, vidimus, que nous avons vu, et audivimus et que nous avons entendu.

Nous ne pouvons certes pas, quant à nous, taire ce que nous avons vu et entendu (traduction œcuménique de la Bible).

A l’époque contemporaine, l’Eglise a souvent refusé la manière de voir qui devenait celle qui s’imposait à beaucoup et le terme de « non possumus » a plusieurs fois été utilisé pour marquer un refus de la modernité : cette politique sera remise en cause par le 2e concile du Vatican.


[1] Victor Hugo semble plus intéressé par les sonorités des mots latins que par l’exactitude de leur emploi car oceano peut s’interpréter comme un masculin ou un neutre qui ne peut pas être en relation avec la nuit, mot féminin

[2] Sur cette question, je suis redevable à Daniel Marguerat, La première histoire du Christianisme. Les Actes des Apôtres, Paris/Genève, Cerf/Labor et Fides, 1999


Une réflexion au sujet de « Initiation au latin du français. Leçon 7 »

  1. Bonsoir,

    J’adore ce site, que je viens de découvrir, mais vous trouve quelque peu sévère avec Hugo dans la première note de bas de page. Ce n’est pas de lui et c’est tronqué. L’expression complète est : « Et ruit oceano nox » (Virgile/Enéide) : « et la nuit s’élance de l’océan ». Si l’on considère l’intégralité de la citation, chaque mot y prend tout son sens et tout rentre dans l’ordre, en cas, genre et nombre.

    Bien à vous,

    Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *