Initiation au latin du français. Leçon 8

Pourquoi parle-t-on grec aujourd’hui à Athènes et ne parle-t-on pas latin à Paris ? En effet, le grec moderne a beaucoup évolué depuis le grec classique et si l’appellation est la même, c’est que les locuteurs ont toujours eu conscience de parler la même langue. Pourquoi ce phénomène a-t-il eu lieu en Grèce et non en France ?

On dira qu’il y a eu dans la partie latine de l’Empire romain les grandes invasions qui ont épargné sa partie orientale mais sur cette question, la conviction actuelles des chercheurs [1] est plutôt que ces grandes invasions qui seraient venus progressivement de l’extrême Orient et qui, de proche en proche, auraient poussés d’autres peuples vers l’ouest, correspondent plus à la perception romaine de l’époque, reprise par divers nationalismes qui ont mis par exemple au 19e siècle l’accent sur les Goths en Allemagne. Il semble plutôt que les identités ethniques barbares, Goth, Francs, Lombards, se soient « exprimées » du fait même de leur contact avec l’empire romain car elles permettaient d’avoir un rôle spécifique dans cet empire (fédérés, ou même soldat dans l’armée romaine).

La langue latine a été acquise avidement, mais peut-être maladroitement, par les élites barbares qui se sont taillées des royaumes dans l’ancien empire : ils sont fascinés par la civilisation romaine, alors que leur sujets se mettent eux à imiter les usages des élites, donc les coutumes barbares. Comme le dit déjà vers 500 le roi des Ostrogoths qui était bon observateur : « le Goth riche imite le Romain, le Romain pauvre imite le Goth »(Les royaumes barbares…, p. 78).

Les élites romaines s’amalgament progressivement aux élites barbares et prennent acte de la transformation de la langue. Les évêques en particulier, qui sont en tant que membre de l’élite toujours bien formés à la latinité (par exemple Sidoine Apollinaire, Evêque de Clermont vers 470 publie un recueil de ses lettres à la manière dit-il de Symmaque ou de Pline le Jeune [2]), veulent être compris de leurs fidèles et font leur sermon dans une langue qui leur soit compréhensible. Un bon exemple en est Césaire d’Arles, de quelques années postérieur à Sidoine (il est évêque en 502) qui fait l’effort de s’adresser à ses fidèles dans un style qui lui permette d’être compris de tous, dans un style « terre à terre », le sermo humilis ou style simple qui s’oppose dans la rhétorique classique au style relevé (genus grande) ou même au style intermédiaire (genus mixtum) [3].

Dans la prochaine leçon, je proposerai comme exercice de compréhension un sermon de Césaire d’Arles : 1) pour montrer à un élève de 5e qu’au bout de quelques leçons, il peut lire un texte complet, 2) pour lui faire connaitre un texte qui parle de la charité chrétienne vue par Césaire et pour lui montrer en quoi cette attitude est importante pour comprendre l’histoire européenne.

Il est probable que Césaire, même en parlant un latin simple, ne parle pas comme ses fidèles, mais ceux-ci le comprennent. Un demi-siècle plus tard, Grégoire de Tours, (évêque de cette ville en 573) spécifie qu’il faut employer pour se faire comprendre des fidèles, non un sermo humilis, mais un sermo rusticus, non pas un langage simple mais un langage de paysan, c’est-à-dire d’illettrés. Les Vies de Saint de l’époque sont compréhensibles par eux mais en dérive très nette par rapport aux normes du latin : cette évolution parait dangereuse pour l’élite religieuse qui y voit la possibilité d’une fragmentation non seulement linguistique, mais aussi théologique, ce qui conduit à la réforme carolingienne.

Charlemagne fait appel à des intellectuels comme la saxon Boniface ou l’anglo-saxon Alcuin pour qui le latin parlé n’a jamais été la langue maternelle : leur latin a été appris aux bonnes sources du latin classique. La réforme carolingienne que ces intellectuels mettent en œuvre, a pour premier résultat de rétablir l’usage d’un latin classique, mais aussi, d’une manière indirecte, de rompre le lien entre le parler des élites et celui du peuple. La langue du peuple va rapidement vivre une vie autonome sous le nom de lingua romana rustica qui deviendra dans la rédaction du serment de Strasbourg en 842  [4] la romana lingua opposée à la teudisca lingua, le français opposé à l’allemand.

Paradoxalement, c’est l’exigence d’un retour à un latin classique qui a fait qu’un sentiment de rupture s’est introduit et a fait qu’un latin rustique est devenu une langue « romane », c’est-à-dire « romaine » mais n’étant plus du latin.

Le monde grec a lui aussi connu des tentatives de retours à la pureté classique mais aucune réforme ne l’a emporté à la manière de la réforme carolingienne. Au 20e siècle encore, on se bat pour savoir si c’est un grec inspiré du grec classique ou le grec « parlé par le peuple » qui doit être enseigné. La question n’est tranchée, au profit de la langue populaire, qu’en 1976 et c’est pourquoi on parle « grec » à Athènes.


Leçon 8

Nouvelles expressions :

cedant arma togae : cedo, is, ere, cessi céder. Ce verbe possède ici une nouvelle forme, puisque la 3e personne du pluriel de l’indicatif est cedunt, que nous allons étudier. Comparons l’indicatif et le subjonctif de ce verbe :

Indicatif Subjonctif
Je cedo cedam
Tu cedis cedas
Il / elle cedit cedat
Nous cedimus cedamus
Vous ceditis cedatis
Ils / elles cedunt cedant

On y trouve un a à la place du o (1ère personne du singulier), du u (3e personne du pluriel) ou du i (les autres personnes) c’est la marque non d’un temps nouveau, mais d’un mode nouveau, analogue à l’impératif, qui n’indique pas comment les faits se passent (c’était le rôle de l’indicatif) mais qui marquent une manière subjective de voir les choses (d’où le nom de subjonctif), qui indique l’ordre, la volonté ou au moins la possibilité. En français, le subjectif est introduit par que : cedant que cèdent.

Le sujet de la phrase est arma, forme ordinaire arma, armorum utilisé seulement au neutre pluriel, les armes. Que les armes cèdent. Togae, de toga, ae, féminin, la toge au complément d’attribution. Par la toge, c’est-à-dire par le vêtement, est désigné ceux qui la portent dans l’exercice de leur fonction, c’est-à-dire les magistrats. Que les armes cèdent (le pas) à la toge, c’est-à-dire au pouvoir civil. Il faut que le pouvoir soit assuré par la loi et non par la force des armes. La phrase est de Cicéron qui pensait avoir réalisé cet idéal par son action de consul pour déjouer une conjuration.

habeas corpus : habeo, es, ere, habui avoir. Que tu aies habeas au subjonctif (Tu as : habes à l’indicatif). Corpus, oris neutre, le corps, ici au complément du verbe. Que tu aies un corps : la phrase est énigmatique mais elle est couramment employée comme expression rappelant les droits de la personne, on parle de « l’habeas corpus » comme principe juridique issu des lois anglaises, qui manifeste le devoir qu’à toute autorité de respecter la personne et ses droits. La forme s’explique par la suite du texte qui est ad subjiciendum : les formes se terminant en ndum, que nous verrons bientôt, indiquent une obligation. Subjicio, is, ere, jeci soumettre. L’ordre s’adresse à l’autorité qui a fait un prisonnier : elle doit le soumettre (à un juge) et n’a pas le droit de le garder prisonnier en suivant son bon plaisir.

exeat : verbe formé de ex, indiquant l’origine, la provenance et du verbe eo, is, ire, ivi aller ; exeo, exis, exire, exii, sortir. A l’indicatif 3e personne du singulier : exit, il sort (que l’on retrouve souvent comme indication scénique ou comme panneau de sortie en anglais international), au subjonctif, exeat, qu’il sorte.

Cette formule est souvent employée par une autorité administrative pour autoriser un changement de lieu, par exemple le passage d’un enseignant d’une académie à une autre : le terme est devenu synonyme d’autorisation de sortie, « demander, recevoir son exeat ».

requiescat in pace : requiesco, is, ere, quievi se reposer : qu’il repose en paix. Phrase de la liturgie catholique des défunts qu’on retrouve souvent inscrite sur les tombes (RIP en abrégé).

do ut des : le verbe do, das, dare, dedi, donner, est employé deux fois ici. Do : je donne suivi de ut, conjonction suivie du subjonctif, pour ; des que tu donnes, car le a du subjonctif, pour les verbes en a, se tranforme en e. Je donne pour que tu donnes.

Cette expression est utilisée pour montrer que souvent les cadeaux que l’on fait à quelqu’un attendent un retour : cependant quand l’amitié est forte, ou que l’amour se veut aveugle, les relations humaines sont construites sur une réciprocité moins comptable que dans l’expression do ut des, mais tout aussi forte, même si le retour est lointain. Quand on s’aperçoit que deux individus (ou deux groupes) ne font  des échanges que sous réserve d’un retour immédiat (comme dans une négociation politique ou syndicale), on dit que “c’est du do ut des”. En matière religieuse, cette politique du do ut des est spécifique des vœux, c’est-à-dire des promesses à la divinité en échange d’une guérison par exemple, (voir les ex voto à la leçon 3)

Comparons les formes de l’indicatif (tableau du bas) et celles du subjonctif (tableau du haut). Sauf pour la première personne du singulier qui reçoit une finale en m, on voit que le a s’introduit entre le verbe et la terminaison de l’indicatif.

Verbes en a Verbes en e Verbes en i Verbes sans finale forte
Subjonctif présent
Je amem maneam audiam vadam
Tu ames maneas audias vadas
Il / elle amet maneat audiat vadat
Nous amemus maneamus audiamus vadamus
Vous ametis maneatis audiatis vadatis
Ils / elles ament maneant audiant vadant
Rappel de l’indicatif présent
Je amo (a en moins) maneo audio vado
Tu amas manes audis vadis
Il / elle amat manet audit vadit
Nous amamus manemus audimus vadimus
Vous amatis manetis auditis vaditis
Ils / elles amant manent audiunt (u en plus) vadunt

Récapitulation du vocabulaire

arma, armorum neutre pluriel, les armes
cedo, is, ere, cessi, céder
corpus, oris neutre, le corps
do, das, dare, dedi, donner
exeo, exis, exire, exii, sortir
habeo, es, ere, habui avoir
requiesco, is, ere, quievi se reposer
subjicio, is, ere, jeci soumettre
toga, ae, féminin, la toge
ut, conjonction suivie du subjonctif, pour que

Récapitulation des expressions

cedant arma togae
do ut des
exeat
exit
habeas corpus
requiescat in pace

Exercice de compréhension : la semaine prochaine.


[1] Magali Coumert, Bruno Dumezil, Les royaumes barbares en Occident, PUF, 2010, coll. « Que sais-je ? », n°3877
[2] (Lettres I, 1)
[3] Michel Banniard, Genèse culturelle de l’Europe Ve – VIIIe siècle, Seuil, 1989, Coll. Points histoire.
[4] Bernard Cerquiglini, La naissance du français, PUF, 1991, coll. « Que sais-je ? », n°2576


Une réflexion au sujet de « Initiation au latin du français. Leçon 8 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *