Initiation au latin du français. Leçon 9

Comme annoncé, l’exercice de compréhension de cette leçon portera sur un texte de Césaire d’Arles dont les sermons datent du début des années 500. Le style en est simple (sermo humilis) afin d’être compris par tous, (y compris des débutants en latin d’aujourd’hui).

Il s’agit de l’homélie XIV, De die judicii, Du jour du jugement, qui commente le texte de l’évangile de Matthieu (chapitre 25) où les bons seront mis à la droite de Dieu et les méchants à sa gauche. Le critère du jugement, c’est l’attitude envers les pauvres avec une identification entre la divinité et le pauvre : « ce que vous avez fait au plus petit des miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25/40).

Cette identification de la divinité et du pauvre est antérieure au christianisme. Par exemple dans l’Odyssée (Chant XIV), Ulysse revient chez lui et se présente sous la forme d’un vieillard en haillons, portant « une sordide besace, qui n’étaient que lambeaux pendus à une corde »[1]. Il s’avance et les chiens de garde se jettent sur lui. A coup de pierres et en leur criant après, Eumée, le gardien, chasse les chiens et accueille Ulysse. Comme celui-ci l’en remercie, Eumée répond : « Etranger, ma coutume est d’honorer les hôtes, quand même il m’en viendrait de plus piteux que toi ; étrangers, mendiants, tous nous viennent de Zeus ; ne dit-on pas : petite aumône, grande joie ? »[2] Non seulement l’accueil charitable est sacré, mais de plus il trouve en lui-même sa satisfaction, cela « fait chaud au cœur ».

Cette l’identité entre la divinité et l’homme en difficulté est reprise par le stoïcisme. Nous en avons un exemple dans les entretiens d’Epictète qui vécut environ de 50 à 130 : « Souviens-toi de ce que dit le poète à propos de l’étranger » suivi par la reprise du texte d’Homère[3].

L’influence du stoïcisme sur la morale chrétienne se retrouve aussi en ce qui concerne la morale du couple : l’attention que les époux doivent se porter entre eux, que l’on trouve chez Sénèque et chez les stoïciens ne leur est d’ailleurs pas spécifique. Pour Paul Veyne, cette morale intériorisée du couple « née on ne sait où à l’intérieur du paganisme, est commune au paganisme à partir des années 100 de notre ère et à la partie du christianisme qui est sous influence stoïcienne ; le stoïcisme a cru que cette morale, étant la morale par excellence, était nécessairement la sienne. »[4] Le stoïcisme a ensuite influencé la morale chrétienne : par exemple, Clément d’Alexandrie, au 2e siècle, pour définir le but des relations sexuelles dans le mariage, utilise une citation d’un stoïcien, Musonius (le maitre d’Epictète) pour dire que leur but « est de procréer et leur fin d’avoir de beaux enfants »[5].

Pour résumer cette influence du stoïcisme, qui a marqué d’autres Pères de l’Eglise, Michel Spanneut, qui y a consacré plusieurs travaux, conclut son premier livre sur la question en disant « qu’avant la grande flambée platonicienne, que marque le néo-platonisme, prépondérant à partir de 250, il faut faire place à une étape stoïcienne dans la pensée chrétienne » [6]

En ce qui concerne les attitudes plus que le contenu de la morale chrétienne, Pierre Hadot a montré que ce genre littéraire et l’attitude qu’il sous-tend, l’exercice spirituel, dont Ignace de Loyola est le représentant le plus parfait, n’est que la version chrétienne d’une tradition gréco-romaine telle qu’en sont témoins les stoïciens. C’est en faisant cette hypothèse que Pierre Hadot interprète les pensées de Marc-Aurèle et transforme ce qui à nos yeux pourrait être une suite de réflexions sans ordre, en une démarche systématique, un exercice spirituel qui, par une démarche rigoureuse formulée par Epictète, s’exerce « dans la discipline du désir ou de l’action ou de l’assentiment »[7].

Enfin, je voudrais signaler à tous ceux qui ont fréquenté le mouvement scout dans leur jeunesse et qui ont cru (et c’était mon cas), que la Bonne Action quotidienne, la fameuse BA, était un processus pédagogique inventé par Baden-Powel pour mettre en œuvre la charité chrétienne, qu’il s’agit là en fait d’une invention antique. Suétone, dans sa vie de Titus rapporte qu’un soir au diner, il prit conscience qu’il n’avait rien fait pour personne de toute la journée et il déclara, ce qui est devenu proverbial, « mes amis, j’ai perdu ma journée, amici diem perdidi »[8]. Que la référence de Baden-Powel soit plus inspirée des vertus civiques antiques que par la charité chrétienne se vérifie dans le fait que, dans les dix commandements de l’Eclaireur, « la référence à Dieu brille par son absence »[9].

L’antécédence de l’altruisme sur la charité chrétienne fait que s’il a existé avant elle, il peut continuer à exister aujourd’hui même dans des milieux qui ne se sentent plus du tout concernés par la tradition chrétienne. Se sentir proches de victimes d’une catastrophe naturelle et éventuellement verser des sommes à des organisations est un réflexe commun, de même que la participation à des opérations de soutien à des grandes causes. Inversement, écouter Césaire commenter le jugement dernier peut nous aider à comprendre l’impact que cette morale a eu sur toute la civilisation occidentale, de François d’Assise aux Médecins du Monde en passant par Mr Vincent et la Croix Rouge, sans oublier l’Abbé Pierre, représentant ambigu d’une morale chrétienne laïque.


Leçon 9

Nouvelles expressions :

delenda est Carthago : Carthago, inis, féminin  Carthage ; deleo, es, ere, levi, effacer; détruire. Dele + nd + terminaison régulière de la première classe, ici au féminin comme le sujet Carthage, indique une forme verbale qui se comporte comme un adjectif avec un sens d’obligation. Carthage doit être détruite. Cette idée qu’il fallait détruire Carthage qui pourtant avait été vaincue après l’offensive d’Hannibal était répétée régulièrement par Caton, homme d’état romain qui estimait que la ville, redevenue rapidement riche et puissante, restait un danger potentiel pour Rome. Il terminait tous ses discours, quel qu’en soit le sujet par une phrase disant que « en outre, Carhage doit être détruire ».

Cette expression est évoquée souvent dans deux directions différentes, soit on met l’accent sur son aspect de slogan, de répétition fréquente ; soit on l’utilise pour dire qu’un adversaire doit être combattu. Par exemple, pendant la dernière Guerre mondiale, la France étant occupée, un journaliste répétait à la fin de toutes ses interventions à la radio : « L’Angleterre, comme Carthage, sera détruite ».

Dans les expressions suivantes, on retrouve la forme en nd accordée avec le sujet de la phrase, avec l’idée d’obligation :

pacta sunt servanda : pactum, i neutre, pacte, traité ; servo, as, are, avi, observer, conserver, à la forme en nd au pluriel neutre de la forme ordinaire ; les traités doivent être observés.

Il est curieux de constater que cette formule s’applique aux pactes, aux traités et non aux contrats qui sont bien plus nombreux. Ceci vient de ce que le respect d’un contrat va de soi : quand on assure un véhicule, on attend qu’en cas de vol, l’assurance rembourse, ce qu’elle fait sans qu’on ait à lui rappeler son devoir. Pour les traités internationaux, l’obligation de les respecter apparait moins forte et on peut toujours invoquer la clause déjà vue, rebus sic stantibus (leçon 6), qui permet souvent de ne pas vouloir respecter le traité signé. Si l’on est souvent appelé à répéter que les accords passés doivent être respectés, c’est qu’ils ne le sont pas souvent.

ecclesia (est) semper reformanda : ecclesia, ae, féminin, l’assemblée, puis au sens chrétien, l’Eglise ; semper, adverbe, toujours ; reformo, as, are, avi refaire, réformer à la forme en nd du féminin singulier de la forme ordinaire. L’Eglise doit toujours se réformer.

Cette expression a été utilisée par les chrétiens protestants, dits aussi « réformés » pour dire que l’Eglise, contrairement à la doctrine catholique, ne détient pas une vérité qui vaut pour toujours, mais qu’elle doit toujours se remettre en cause, ne pas s’enfermer dans ses convictions.

agenda : ce mot utilisé tel quel en français désigne ce qui doit être fait au jour le jour. C’est la forme en nd de ago, is, ere, egi, faire, soit à la forme ordinaire du féminin, en supposant res sous-entendue, soit à la forme ordinaire du neutre pluriel, en sous-entendant opera, pluriel de la forme ordinaire de opus, operis neutre. Dans l’agenda, on trouve soit la chose à faire, soit les travaux à accomplir.

legenda : l’étymologie est la même, mais avec le verbe lego, is, ere, legi lire. Il s’agit de la chose à lire. Si le mot latin est plus rare en français, sa francisation en « légende » devient claire quand on parle de la légende d’un tableau ou d’une carte : pour comprendre la figure que l’on a sous les yeux, il faut lire la légende.

Si le mot a pris aussi le sens de récit merveilleux ou extraordinaire, c’est que, dans les monastères, les vies de saints (très légendaires à nos yeux), devaient être lues au réfectoire.

Quand le verbe à la forme en nd n’est plus utilisé comme adjectif, le sens perd son caractère d’obligation.

non aedificandi : aedifico, as, are, avi construire, se dit d’un emplacement à ne pas construire. Si on voit ici une obligation, c’est que l’expression complète est  servitus non aedificandi : servitus, utis, féminin, obligation, servitude ; l’obligation de ne pas construire. Ici la forme aedificandi est au complément du nom servitus.

castigat ridendo mores : castigo, as, are, avi, réprimander, corriger, il corrige ; rideo, es, ere, risi, rire, ici la forme en nd est au complément de circonstances, en riant ; mos, moris, masculin, les mœurs. Il corrige en riant les mœurs. Se dit du spectacle de comédie où l’on fait rire le public tout en lui disant ses vérités.

modus operandi : modus, i masc, manière, façon ; manière d’opérer au complément du nom. Manière d’opérer. Le modus operandi en est venu à désigner en français technique la façon précise dont certaines opérations doivent être faites. Pour le verbe qui porte la forme en nd, operandus, a, um, il est présenté dans les dictionnaires non pas sous la forme opero, as, are, avi qui existe mais qui est beaucoup plus rare que sous la forme suivante que nous n’avons pas encore rencontrée : operor, operaris, operari ou en abrégé operor, aris, ari qui signifie travailler. Il s’agit d’un verbe qui a une forme du passif ; operor, operaris sont les deux premières personnes de l’indicatif, operari est l’infinitif. Bien qu’il ait une forme passive, le sens est actif et signifie travailler.

Voici, à titre indicatif, les formes passives des verbes que nous avons déjà utilisés. On verra que si les terminaisons des finales sont spécifiques du passif, les constructions de l’indicatif et du subjonctif sont les mêmes qu’à la forme ordinaire active.

Verbes en a Verbes en e Verbes en i Verbes sans finale forte
Indicatif présent passif
Je amor maneor audior vador
Tu amaris maneris audiris vaderis
Il / elle amatur manetur auditur vaditur
Nous amamur manemur audimur vadimur
Vous amamini manemini audimini vadimini
Ils / elles amantur manentur audiuntur vaduntur
Subjonctif présent passif
Je amer manear audiar vadar
Tu ameris manearis audiaris vadaris
Il / elle ametur maneatur audiatur vadatur
Nous amemur maneamur audiamur vadamur
Vous amemini maneamini audiamini vadamini
Ils / elles amentur maneantur audiantur vadantur
Infinitif passif
amari moneri audiri vadi

Expressions nouvelles ayant des formes passives :

fluctuat nec mergitur : fluctuo, as, are, avi, flotter, être ballotté ; nec (ou neque), conjonction, et ne pas ; mergo, is, ere, mersi, engloutir, ici au passif. Il est ballotté (par les flots) et n’est pas englouti.

Cette fière devise que la ville de Paris doit à la corporation de ses mariniers se dit aussi de toute situation troublée ou une institution résiste aux difficultés.

sanctificetur nomen tuum : sanctifico, as, are, sanctifier ; nomen, inis, neutre, le nom. Que ton nom soit sanctifié.

Cette phrase de la prière chrétienne, le Notre Père, bien qu’elle soit connue de tous ceux qui ont eu une éducation chrétienne, n’est compréhensible que si elle est rattachée à la manière hébraïque de se représenter les choses. Le nom d’une personne est sa nature la plus profonde et sanctifier est “reconnaitre et honorer comme sacré”. Le sens du passif semble indiquer que l’action de reconnaissance est faite par Dieu lui-même.

Récapitulation du vocabulaire

aedifico, as, are, avi construire
ago, is, ere, egi
, faire
C
arthago, inis, féminin  Carthage
castigo, as, are, avi
, réprimander, corriger
deleo, es, ere, levi
, effacer; détruire
ecclesia, ae
, féminin, l’assemblée, puis au sens chrétien, l’Eglise
fluctuo, as, are, avi
, flotter, être ballotté
lego, is, ere, legi
lire
mergo, is, ere, mersi
, engloutir
modus, i
masc, manière, façon
mos, moris
, masculin, les mœurs
nec
(ou neque), conjonction, et ne pas
nomen, inis
, neutre, le nom
operor, operaris, operari
, travailler
pactum, i
neutre, pacte, traité
reformo, as, are, avi
refaire, réformer
rideo, es, ere, risi
, rire
sanctifico, as, are
, sanctifier
semper
, adverbe, toujours
servitus, utis
, féminin, obligation, servitude
servo, as, are, avi
, observer, conserver

Récapitulation des expressions

castigat ridendo mores
delenda est Carthago
fluctuat nec mergitur
modus operandi
non aedificandi
pacta sunt servanda
sanctificetur nomen tuum

Exercice de compréhension : Césaire d’Arles, Homélie XIV[10].

De die judicii

Rogo vos, fratres charissimi, ut lectionem istam attento corde audiatis, et memoriter retineatis.(1)
Qui enim istam lectionem diligenti mente attendit, etiamsi reliquas Scripturas minime intelligat, ista sola lectio sufficere potest ad omne opus bonum faciendum et ad omne opus malum fugiendum. (2)
Attendite, fratres, quod Dominus illis qui ad dextram futuri sunt promisit dicere : (3)
Venite, benedicti, quia esurivi, et dedistis mihi manducare.
(4)
Illis vero qui ad sinistram erunt, dicturus est : (5)
Discedite a me, maledicti, quia esurivi, et non dedistis mihi manducare, et reliqua.
(6)
Non dixit : discedite a me, quia furtum aut homicidium fecistis, et alia mala ; sed ait, quia de substantia vestra pauperibus non dedistis. (7)

Titre : De die judicii

De, préposition suivie du complément de circonstances : à propos
judicium, ii
, neutre, jugement

Du jour du jugement

Phrase 1 :
Rogo vos, fratres charissimi, ut lectionem istam attento corde audiatis, et memoriter retineatis

rogo, as, are, avi chercher à obtenir en priant, prier
vos
, vous au complément du verbe
frater, tris
masculin, frère
charissimus, a, um
(ou carissimus, a, um) adjectif, très cher : formé sur carus, a um adjectif, cher, aimé, estimé et la forme issimus, issima, issimum qui indique le degré supérieur comme en français humoristique illustrissime ou savantissime.
ut
, conjonction suivie du subjonctif, pour
iste, ista, istud
, adjectif démonstratif : ce, cette ; istam, complément du verbe, au féminin.
lectio, onis
, féminin, lecture
attentus, a, um (ou adtentus, a, um) adjectif, attentif
cor, cordis
, neutre, cœur
audio, is, ire, ivi
, entendre
memoriter
, adverbe, de mémoire
retineo, es, ere, tinui
, retenir

Je vous prie, frères très chers, d’écouter cette lecture [le texte de l’évangile selon Saint Matthieu qui va suivre] d’un cœur attentif et de la retenir de mémoire.

Phrase 2 :
Qui enim istam lectionem diligenti mente attendit, etiamsi reliquas Scripturas minime intelligat, ista sola lectio sufficere potest ad omne opus bonum faciendum et ad omne opus malum fugiendum

enim, adverbe, en effet
diligens, entis
, adjectif, attentif
mens, mentis
, féminin, esprit
attento, is, ere, tendi
(ou adtento..), prêter attention
etiamsi
, conjonction, même si
reliquus, a, um,
adjectif, restant
scriptura, ae,
féminin, écriture ; au sens chrétien l’Ecriture, la Bible
minime,
adverbe, très peu
intelligo, is, ere, lexi
, comprendre (ici au subjonctif introduit par le si de etiamsi)
sufficio, is, ere, feci
, suffire
omnis, omne
, adjectif, tout
facio, is, ere, feci
, faire
fugio, is, ere fugi
, fuir

Celui qui en effet écoute d’un esprit attentif cette lecture, même s’il comprend peu le reste des Ecritures, cette seule lecture peut suffire à, en toute chose, faire le bien et à, en toute chose, fuir le mal.

Phrase 3 :

Attendite, fratres, quod Dominus illis qui ad dextram futuri sunt promisit dicere :

dominus, i, masculin, le maitre, au sens chrétien le Seigneur (dans le texte de Matthieu, il s’agit d’un roi qui juge, mais l’identification avec le Seigneur Dieu est sous-jacente).
ille, illa, illud
, adjectif démonstratif, celui-ci, celle-ci (au pluriel, première classe régulière des adjectifs, ici au complément d’attribution pluriel)
dextra, ae
, féminin, main droite
futurus, a, um
, adjectif, futur, à venir

Ecoutez, frères, ce que le Seigneur a promis de dire à ceux qui seront dans le futur à droite.

Phrase 4 :
Venite, benedicti, quia esurivi, et dedistis mihi manducare.

venio, is, ire, veni, venir
benedictus, a, um
, adjectif, dont on dit du bien
esurio, is, ire, ivi
, avoir faim
do, das, dare, dedi
, donner
ego,
moi (déclinaison : ego, me, mei, mihi, me)
manduco, as, are, avi
, manger

Venez, ceux qui sont bénis, parce que j’avais faim et vous m’avez donné à manger.

Phrase 5 :
Illis vero qui ad sinistram erunt, dicturus est

vero, adverbe, en vérité
sinistra, ae
, féminin, main gauche
erunt
, futur du verbe être à la 3e personne du pluriel.
dico, is, ere, dixi
, dire. La forme dicturus, a, um, analogue à futurus, a, um indique une situation à venir.

A ceux en vérité, qui seront à gauche, il va être dit :

Phrase 6 :

Discedite a me, maledicti, quia esurivi, et non dedistis mihi manducare, et reliqua.

discedo, is, ere, cessi, se séparer
maledictus, a, um
, adjectif, dont on dit du mal

Eloignez-vous de moi, maudits, car j’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger, etc.

Phrase 7 :
Non dixit : discedite a me, quia furtum aut homicidium fecistis, et alia mala ; sed ait, quia de substantia vestra pauperibus non dedistis.

furtum, i, neutre, vol
homicidium, ii,
crime
ait,
il a dit
substantia, ae
, féminin, biens, fortune
pauper, eris
, masculin, féminin ou neutre, pauvre

Il n’a pas dit, éloignez-vous de moi car vous avez commis un vol ou un crime ou un autre mal, mais il a dit, parce que vous n’avez pas donné de vos bien aux pauvres.


[1] Homère, Odyssée, traduction de Victor Bérard, Gallimard, 1955, p.281
[2] Citation identique au chant VI (p.154)
[3] III,XI,4
[4] Paul Veyne, « l’Empire romain », dans Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Seuil, 1999, tome 1, p.56.
[5] Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, Cerf, 1991, Tome 2, p.165.(coll. Sources chrétiennes)
[6] Michel Spanneut, Le stoïcisme des pères de l’Eglise. De Clément de Rome à Clément d’Alexandrie, Seuil, 1969, p. 434, (première édition, 1957)
[7] Pierre Hadot, Exercices spirituels et philosophie antique, Etudes augustiniennes, 1987, p.153

[8] Vie de Titus, chap. 8
[9] Christian Guérin, L’utopie Scouts de France, Fayard, 1997, p.48
[10] Patrologie latine, tome 67, p.1075


Une réflexion au sujet de « Initiation au latin du français. Leçon 9 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *