Leçon 10. Le vase de Soissons en VO

Après 9 leçons d’initiation au latin du français, les principales régularités de l’ensemble des expressions latines du français ont été vues et, moyennant quelques ajouts, doivent permettre d’explorer les expressions non vues (à peu près la moitié du corpus retenu). Ceci fait que cette leçon 10 et celles à venir présenteront des règles issues des textes étudiés et non plus seulement des expressions latines du français.

Nous continuons l’exploration des textes latins utiles pour la compréhension de l’histoire européenne et donc de notre condition présente : nous avons là la deuxième finalité des présentes leçons, en plus de la compréhension en profondeur des expressions latines du français. Nous prendrons comme texte à comprendre une péripétie qui aurait pu figurer dans les Lieux de Mémoire[1] : il s’agit de l’épisode du vase de Soissons. Il est extrait de l’Histoire des francs de Grégoire de Tours[2] et est un peu postérieur (vers 570.) au texte de Césaire d’Arles vu précédemment (vers 500).

Le texte est célèbre et se trouvait, avec une illustration, dans tous les livres d’histoire anciens car la conquête de la Gaule par les francs marquait le point de départ de l’histoire de France proprement dite : le témoignage de Grégoire de Tours qui a été contemporain de cette conquête était primordial. Cependant, si son témoignage a toujours été jugé fondamental, la forme sous laquelle il l’a fait a toujours été jugée abominable : il s’agissait d’un latin corrompu, décadent, digne de l’obscurité de ces temps décadents.

On jugera sur pièce plus loin, mais plusieurs raisons expliquent ce jugement et invitent à le remettre en cause. En effet, comme nous l’avons vu à la leçon 8, à cette époque le latin parlé a pris de la distance depuis longtemps d’avec la norme de l’enseignement de l’élite. Dans les années 500, pour se faire comprendre de leur peuple, les évêques comme Césaire parlent d’une manière simple (sermo humilis) : Grégoire de Tours, dans sa préface annonce que Philosophantem rhetorem intelligunt pauci, loquentem rusticum multi, «un rhéteur qui philosophe n’est compris que d’une élite, mais celui qui parle la langue vulgaire se fait entendre de la masse »[3]. De même,  à la fin de son œuvre[4], quand il fait l’inventaire de sa production, il rappelle que quos libros licet stylo rusticiori concripserim , bien qu’il ait rédigé ses ouvrages « en un style très grossier », il demande que son texte soit respecté dans le futur. Il ne faut pas se méprendre sur ce style paysan : ce n’est pas seulement un effet de modestie digne d’un notable issu d’une famille aristocratique, mais c’est aussi un programme linguistique, la volonté d’écrire en tenant compte de l’évolution de la langue et d’être compris[5].

C’est la réforme carolingienne qui, en restaurant un latin plus classique, a entrainé le discrédit de cette forme de latin (phénomène que nous retrouverons comme conséquence de la réforme humaniste vis-à-vis du latin médiéval). Ceci fait que le latin de Grégoire de Tours est toujours l’objet d’une condamnation : il est symptomatique qu’il n’y ait pas d’édition critique récente française du texte latin. Le volume de l’historia francorum n’existant par exemple dans la collection Guillaume Budé qu’en français[6], j’ai donc dû utiliser la compilation de la Patrologie latine de Migne, édition non critique du 19e siècle.

La base de l’histoire du vase de Soissons est la pratique du pillage après conquête, ce qui est le cas ici, par Clovis à la tête de cette coalition qui s’était rassemblée au cours du 3e siècle sous le label de « francs ». Il avait vaincu un général de la dite « armée romaine du nord » commandée par Syagrius dont la capitale était précisément Soissons. La pratique romaine du partage du butin est toujours en cours : l’appropriation personnelle est interdite, ce qui permet de ne pas léser ceux qui sont dévolus à des tâches d’intérêt général. Tout doit être rassemblé et partagé selon les règles, lesquelles règles donnent une bonne part au général.

Pourquoi Clovis est-il sensible à la demande d’un évêque qui réclamait un vase liturgique précieux à ses yeux ? Il semble qu’il ait bien compris que les évêques étaient les vrais « patrons » (au sens ancien) des cités et que se rapprocher d’eux était une manière de passer de la violence de la conquête à un pouvoir reconnu. Ce sont là les premiers pas vers la conversion au catholicisme qui fut la manière de Clovis de conquérir l’opinion des élites du sud de la Gaule, avant de conquérir le territoire proprement dit[7].


Leçon 10

Pour les besoins de ce texte, voici plusieurs points :

imparfait du verbe être

Imparfait du verbe être
J’étais eram
Tu étais eras
Il / elle était erat
Nous étions eramus
Vous étiez eratis
Ils / elles étaient erant

Qui, que quoi

Qui, que, quoi

Singulier

Masculin Féminin Neutre
Forme normale quis / qui quae quid / quod

Compléments

du verbe quem quam quid / quod
du nom cujus
d’attribution cui
de circonstances quo qua quo

Pluriel

Forme normale qui quae quae

Compléments

du verbe quos quas quae
du nom quorum quarum quorum
d’attribution quibus

de circonstances

Plusieurs termes français nous permettront de saisir les différences de sens :

– tout d’abord les relatifs du français : qui, à la forme normale qui ; que, au complément du verbe (venant de quem) et quoi, hérité de la forme normale quod.

– le « quorum » d’une assemblée vient du complément du nom pluriel, desquels, sous-entendu « doivent être présents »

– on parle parfois du de cujus, à propos de celui, décédé, dont on s’occupe de la succession : l’expression complète est de cujus sucessione agitur « à propos de la succession de qui il s’agit ». Par abréviation, le de cujus désigne la personne décédée ou pire, qui décédera dans le futur, ce qui mérite bien une périphrase respectueuse.

cujus regio, ejus religio : regio, onis, féminin, frontière, région ; religio, onis, féminin, religion ; cujus est le complément du nom du relatif, de qui ; ejus est le complément du nom du pronom is, ea, id (voir ci-dessous). On suppose que la région est « de quelqu’un », qu’elle appartient à son prince dont la religion va s’imposer à son peuple : « de qui la région, de lui  la religion ». Ejus fait référence au prince : c’est sa religion qui s’impose.

Ce principe juridique a été la solution trouvée pour mettre fin aux conflits entrainés dans le Saint Empire Romain Germanique (Charles Quint étant Empereur) par l’apparition de la Réforme luthérienne. Comme princes réformés et princes catholiques n’arrivaient pas à se vaincre mutuellement, le statu quo fut reconnu, c’est à dire la diversité des appartenances.

– un quidam, venant de quidam, quaedam, quiddam, (relatif + dam) une certaine personne (ou chose). Le quidam en français désigne la personne quelconque présente dans un lieu par hasard.

Quis et quid sont interrogatif : quis venit ? Qui vient. Quid agis, que fais-tu ?

Qui et quod sont relatifs : homo qui venit, l’homme qui vient, hora quae venit, l’heure qui vient,  opus quod fecit, le travail qu’il a fait.

is, ea, id, pronom qui rappelle quelqu’un ou quelque chose. Nous l’avons déjà vu dans dona eis requiem ou eis, signifie à eux. Qui sont ces « eux » ? Ce n’est qu’un rappel des personnes (les défunts) dont on a déjà parlé. En français, quand on dit « j’ai des écrits, je te les envoie », le « les » rappelle les écrits, en latin scripta habeo, tibi ea mitto.

pronom qui rappelle quelqu’un ou quelque chose

Singulier

Masculin Féminin Neutre
Forme normale is ea id

Compléments

du verbe eum eam id
du nom ejus
d’attribution ei
de circonstances eo ea eo

Pluriel

Forme normale ei ou ii eae ea

Compléments

du verbe eos eas ea
du nom eorum earum eorum
d’attribution eis ou iis

de circonstances

On remarquera que les finales sont celles de la première classe (sauf exception marquée en gras)

Texte d’étude

Grégroire de Tours
Historia francorum.
Histoire des Francs,
livre 2, chapitre 27.

Eo tempore multae ecclesiae a Chlodovechi exercitu depraedatae sunt. Quia erat ille adhuc fanaticis erroribus involutus. Igitur de quadam ecclesia urceum mirae magnitudinis ac pulchritudinis hostes abstulerant. Episcopus autem ecclesiae illius missos ad regem dirigit, poscens ut si aliud de sacris vasis recipere non meretur, saltem vel urceum ecclesia sua reciperit.

Entendant cela, le roi dit à l’envoyé de le suivre jusqu’à Soissons où était rassemblé pour le partage  tout ce qui avait été pris : « je ferai ce que l’évêque désire quand le sort m’aura donné ce vase ».

Arrivant à Soissons où était installé tout ce qui avait été pris, le roi dit : « je vous en prie, guerriers excellents, qu’au moins ce vase (il parlait du vase cité), vous ne refusiez pas de me le concéder en plus de ma part ». A ces paroles du roi, ceux qui étaient les plus sains d’esprit dirent « tout ce que nous avons mis à part est à toi, ô roi glorieux : de plus, nous-mêmes, sommes sous ta domination. Maintenant, tout ce qui te plait, fais-le, aucun pouvoir ne peux aller contre le tien »

Cum illi haec ita dixissent, unus levis, invidus ac facilis, cum voce magna, elevatam bipennem urceo impulit dicens : nihil hinc accipies, nisi quae tibi sors vero largitur.

Ad haec obstupefactis omnibus, rex injuriam suam patientiae lenitate coercuit, acceptumque urceum nuntio ecclesiastico reddidit, servans abditum sub pectore vulnus.

Mais au bout d’une année, il fit défiler toute sa phalange en armes pour inspecter sur le Champ de Mars la propreté de ses armes. Or tandis qu’il se dispose à passer en revue tous les hommes, il s’approche du briseur du vase à qui il dit ; « personne n’a apporté des armes aussi mal tenues que les tiennes car ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache ne sont en bon état » et saisissant la hache de l’homme, il la jeta à terre.

At ille cum paululum inclinatus fuisset ad colligendum eam, rex elevatis manibus, securem suam capiti ejus defixit. Sic, inquit, tu apud suessionas in urceo illo fecisti.

Quand l’homme fut mort, le roi ordonna aux autres de se retirer et par cet acte il leur inspira une grande crainte à son égard. C’est ainsi que pendant la 10e année de son règne il déclara la guerre aux Thuringiens et les soumit à sa domination.

Exercice de compréhension

Eo tempore multae ecclesiae a Chlodovechi exercitu depraedatae sunt.

multus, a, um adjectif, beaucoup de
Chlodovechus, i
, masculin, forme latinisée transcrite depuis en Clovis
exercitus, us
, masculin, armée
depraedatus, a, um,
participe de depraedor, aris, ari, piller, dépouiller.

En ce temps-là, beaucoup d’églises furent pillées par l’armée de Clovis.

Quia erat ille adhuc fanaticis erroribus involutus.

ille, illa illud, démonstratif celui-là (ici rappel de Clovis)
adhuc,
adverbe, jusqu’à présent
involutus, a, um
, participe de involvo, is, ere, i, enveloppé
fanaticus, a, um
, adjectif, frénétique (latin chrétien = païen)

Parce qu’il était jusqu’à présent pris par les erreurs païennes

Igitur de quadam ecclesia urceum mirae magnitudinis ac pulchritudinis hostes abstulerant.

igitur, adverbe, donc
de quadam ecclesia
, d’une certaine église
urceus, i,
masculin, pot, cruche
mirus, a, um
, adjectif, étonnant, merveilleux
magnitudino, inis
, féminin, grande qualité
ac
(ou atque), conjonction, et ; et en plus
pulchritudo, inis
, féminin, beauté
hostis, is
, masculin, ennemi (ici les francs)
aufero, fers, ferre, abstuli
, emporter. Abstulerant est une forme que l’on peut considérer comme un imparfait du passé. Il utilise la forme du passé (sans le i) et l’imparfait du verbe être. Amo, j’aime, amavi, j’ai aimé, amaveram, j’avais aimé.

Donc, d’une certaine église, les ennemis avaient emporté un vase d’une étonnante qualité et beauté.

Episcopus autem ecclesiae illius missos ad regem dirigit,

Episcopus, i, masculin, au sens chrétien, évêque
autem
, conjonction, donc
illius
, complément du nom de ille, illa, illud, celui-ci, celle-ci
dirigo, is ere, rexi
, diriger

Donc l’évêque de cette église dirigea vers le roi des envoyés

poscens ut si aliud de sacris vasis recipere non meretur, saltem vel urceum ecclesia sua reciperit.

poscens, demandant
alius, a, ud
, un autre
mereor, eris, eri
, mériter,
saltem
, adverbe, au moins
vel
, adverbe, ou
recipio, is, ere, cepi
, recevoir : ut introduit le subjonctif, reciperit est la forme du subjonctif passé

demandant s’il ne méritait pas de recevoir un autre des vases sacrés ou au moins que son église reçoive un vase.

Entendant cela, le roi dit à l’envoyé de le suivre jusqu’à Soissons où était rassemblé pour le partage  tout ce qui avait été pris : « je ferai ce que l’évêque désire quand le sort m’aura donné ce vase ».

Arrivant à Soissons où était installé tout ce qui avait été pris, le roi dit : « je vous en prie, guerriers excellents, qu’au moins ce vase (il parlait du vase cité), vous ne refusiez pas de me le concéder en plus de ma part ». A ces paroles du roi, ceux qui étaient les plus sains d’esprit dirent « tout ce que nous avons mis à part est à toi, ô roi glorieux : de plus, nous-mêmes, sommes sous ta domination. Maintenant, tout ce qui te plait, fais-le, aucun pouvoir ne peux aller contre le tien »

Cum illi haec ita dixissent, unus levis, invidus ac facilis, cum voce magna, elevatam bipennem urceo impulit dicens

cum + subjonctif, comme
ita
, adverbe, ainsi
dico, is, ere, dixi
, dire
unus, a, um
, adjectif, un
levis, e
, adjectif, léger, de peu d’importance
invidus, a, um
, adjectif, jaloux,
facilis, e
, adjectif, facile (ici frivole)
cum
+ complément de circonstances, avec
magnus, a, um
, adjectif, grand, fort
impello, is, ere, puli
, heurter
dicens
, disant

Comme ils disaient ces choses-là, un homme de peu d’importance, jaloux et frivole, à voix haute, heurta sa hache levée sur le vase, disant

nihil hinc accipies, nisi quae tibi sors vero largitur.

hinc, adverbe, d’ici
accipio, is, ere, cepi, recevoir
nisi, conjonction, à moins que
sors, tis, féminin, sort
vero, adverbe, vraiment
largior, iris, iri, donner largement

que tu ne reçoives rien sauf (les choses) que le sort te donne vraiment

Ad haec obstupefactis omnibus, rex injuriam suam patientiae lenitate coercuit

obstupefactus, a, um, participe, frappé de stupeur
patientia, ae, féminin, patience
lenitas, atis, féminin, douceur
corceo,es, ere, cui, contenir

Tous étant frappés de stupeur à ces choses, le roi contint son injure [l’injure qu’il avait reçue] par la douceur de sa patience

acceptumque urceum nuntio ecclesiastico reddidit, servans abditum sub pectore vulnus.

acceptumque équivalent de et acceptum ; acceptus, a, um, participe de accipio, is, ere, cepi, prendre
nuntius, ii,
masculin, envoyé
reddo, is, ere, didi, rendre
servans
, conservant
abditus, a, um
, adjectif, caché
vulnus, eris
, neutre, blessure
sub
+ complément de circonstances, sous
pectus, oris
, neutre, poitrine, cœur

et il rendit à l’envoyé ecclésiastique le vase pris, conservant la blessure caché dans son cœur

Mais au bout d’une année, il fit défiler toute sa phalange en armes pour inspecter sur le Champ de Mars la propreté de ses armes. Or tandis qu’il se dispose à passer en revue tous les hommes, il s’approche du briseur du vase à qui il dit ; « personne n’a apporté des armes aussi mal tenues que les tiennes car ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache ne sont en bon état » et saisissant la hache de l’homme, il la jeta à terre.

At ille cum paululum inclinatus fuisset ad colligendum eam, rex elevatis manibus, securem suam capiti ejus defixit.

paululum, adverbe, très peu
fuisset
, imparfait du passé au subjonctif du verbe être
colligo, is, ere, legi, ramasser
manus, us
, féminin, main
securis, is, féminin, hache
caput, itis
, neutre, tête
d
efigo, is, ere, fixi, enfoncer

Et celui-ci, comme il s’était incliné un peu pour la ramasser, le roi, ayant élevé les mains, enfonça sa hache dans sa tête.

Sic, inquit, tu apud suessionas in urceo illo fecisti.
inquit
, dit-il
apud
, préposition avec le complément du verbe, à
Suessionas
, Soissons

C’est, dit-il, ce que tu as fait au vase à Soissons

Quand l’homme fut mort, le roi ordonna aux autres de se retirer et par cet acte il leur inspira une grande crainte à son égard. C’est ainsi que pendant la 10e année de son règne il déclara la guerre aux Thuringiens et les soumit à sa domination.


[1] Sous la direction de Pierre Nora, Gallimard, 1984, 1986, 1992
[2] Livre II, chapitre 27, Patrologie latine, tome 71, p.222
[3] Renzo Tosi, dans son récent Dictionnaire des sentences latines et grecques, Jérôme Millon, 2010, sentence 2104, met en rapport le programme de Grégoire de Tours avec l’expression grecque αγροίκου μή καταϕρόνει ρήτορος, ne néglige pas l’orateur qui se fait comprendre du vulgaire.
[4] Livre X de l’Historia francorum

[5] Pascal Bourgain, Maire-Clotilde Hubert, Le latin médiéval, Turnhout, Brepols, 2005, coll. L’atelier du médiéviste 10

[6] Grégoire de Tours, Histoire des Francs, traduction du latin par Robert Latouche, Les Belles lettres, 1995 (1ère édition, 1963-1965). Cette traduction est utilisée en partie pour les passages cités ici en français.
[7] Stéphane Lebecq, Les origines franques, Ve-IXe siècle, Seuil, 1990, coll. nouvelle histoire de la France médiévale 1


2 réflexions au sujet de « Leçon 10. Le vase de Soissons en VO »

  1. Soissons en latin se traduit Suession et non pas Sexonas, terme retenu par Grégoire de Tours; En revanche à 20 kms à l’est de Laon et donc 60 kms à l’est de Soissons et 50 Kms au nord de Reims se situe la commune connue sous le nom actuel de Sissonne
    ou Sessonnia en latin depuis les XII_XIIIème s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *