Cogito ergo sum. Leçon 11

Cogito ergo sum

Renati Des-Cartes Principia philosophiae
Source: Gallica

Le Cogito fait partie de la langue philosophique : sa première expression, « je pense, donc je suis » a pourtant été faite en français (Discours de la méthode, 1637) alors que l’expression latine cogito, ergo sum se trouve dans les Principia philosophiae de 1641 (Première partie, article 7), passage qui va nous servir de texte d’étude.

Le texte ne présente pas de difficultés particulières du fait que, même s’il comporte une phrase très longue à la manière du latin classique, l’ordre des mots y est très proche de celui du français. Ce sera l’occasion d’une première confrontation avec la proposition infinitive.

Est-il raisonnable de proposer à un élève de 5e un texte aussi philosophique que celui du « cogito » ? Le raisonnement est à sa portée, surtout si on l’explique par l’argument du rêve (qui n’est pas ici, mais que l’on peut légitimement invoquer) : quand on rêve, on a une impression de réalité, on peut donc imaginer que nous vivons un rêve éveillé de type science-fiction, mais on doit bien admettre, même si nous existons dans un univers de pure fiction, que nous y existons bien, éveillé ou non, que notre moi y est bien présent.

Plus important peut-être est le fait qu’en faisant traduire un texte comme celui-ci, on marque l’importance qu’il a eu pour toute la pensée moderne. Descartes, et le cogito, c’est la référence de la science, de son action more geometrico précisément, expression latine toujours vive. L’élève oubliera le raisonnement, mais en classe de philosophie, il se souviendra qu’il a traduit le texte et prendra ainsi conscience de son importance.

Faire traduire un texte latin du 17e siècle, c’est finalement être fidèle à nos prédécesseurs enseignants de latin qui à la Renaissance ont fait traduire à leurs élèves les textes qu’ils jugeaient fondateurs, pour eux, d’une nouvelle esthétique, par exemple en  tentant de faire gouter à des collégiens la poésie de la première bucolique :

et iam summa procul villarum culmina fumant
maioresque cadunt altis de montibus umbrae
[1]

Descartes lui-même, dévalue l’enseignement des textes antiques qu’il a étudié :

« Les fables[2] font imaginer plusieurs évènements comme possibles qui ne le sont point ; et que mêmes les histoires les plus fidèles, si elles ne changent ni n’augmentent la valeur des choses, pour les rendre plus dignes d’être lues, au moins en omettent-elles presque toujours les plus basses et moins illustres circonstances ; d’où vient que le reste ne parait pas tel qu’il est, et que ceux qui règlent leurs mœurs par les exemples qu’ils en tirent, sont sujets à sombrer dans les extravagances des paladins de nos romans, et à concevoir des desseins qui passent leurs forces. »

A cette époque, dans les collèges jésuites, l’étude des textes latins était destinée à former la moralité des jeunes. Cette finalité a perdu son sens à la Révolution qui l’a dévalué par ses excès opérés au nom de la vertu romaine.

Chaque siècle fait étudier ses textes fondateurs et le faire dans la langue d’origine met en relief leur importance aux yeux des adultes qui les proposent à des enfants. Continuons donc dans cette voie.


Leçon 11

Participe présent

Dans les leçons précédentes, nous avions noté des participes présents, reprenons-les pour regarder les régularités qu’ils comportent :

timeo danaos et dona ferentes : ferens, ferentis de fero, fers, ferre, apporter
rebus sic stantibus : stans, stantis participe présent de sto, stare se tenir debout

Dans le texte de Grégoire de Tours, nous pouvons relever

episcopus poscens : poscens, entis, de posco, is, ere, demander
unus levis dicens : dicens, entis de dico, is, ere dire
rex servans vulnus : servans, antis de servo, as, are, observer

Le participe présent est un adjectif qui a les terminaisons de la deuxième classe. La terminaison est en ans, antis pour les verbes en a : servans, servantis, (français observant) ; en ens, entis pour les autres : ferens, ferentis, (français afférent)

Démonstratifs

ad hoc : dans cette expression utilisée souvent pour faire allusion à un but précis mais sous-entendu (« la direction créa une commission ad hoc pour résoudre cette question »), ad est suivi du complément du verbe dont hoc, démonstratif, est la forme au neutre. Si l’on veut traduire, on parlera de mesure, ou de commission, « à cette fin ».

Nous avions déjà vu dies irae, dies illa, jour de colère que ce jour-là, ou illa est la forme normale au féminin (car dies est ici féminin).

Dans les textes vus de Césaire d’Arles ou de Grégoire de Tours, on rencontre les trois démonstratifs dont l’usage est le suivant :

hic, haec, hoc est le démonstratif qui désigne quelque chose ou quelqu’un de proche. Cum illi haec dixissent (Grégoire), comme ils disaient ces choses-là (ce qui vient d’être dit, les paroles de soumission à Clovis), haec complément du verbe, neutre pluriel.

iste, ista, istud est le démonstratif qui désigne quelque chose ou quelqu’un de moins proche. Rogo ut lectionem istam audiatis (Césaire), je vous prie d’écouter cette lecture (celle qui va être lue).

ille, illa, illud est le démonstratif qui désigne quelque chose ou quelqu’un de proximité faible. Il est significatif que ce démonstratif soit à l’origine du français il. At ille cum inclinatus fuisset (Grégoire), comme il s’inclinait.

On trouvera ci-dessous le tableau des terminaisons de ces trois démonstratifs, on notera que seules les formes en gras ne suivent pas les terminaisons des mots de la première classe, ce qui se présente surtout au singulier.

– Hic, haec, hoc :

Démonstratif de proximité  forte
celui-ci celle-ci ceci
Masculin Féminin Neutre
Singulier
Forme normale hic haec hoc
Compléments
du verbe hunc hanc hoc
du nom hujus
d’attribution huic
de circonstances hoc hac hoc
Pluriel
Forme normale hi hae haec
Compléments
du verbe hos has haec
du nom horum harum horum
d’attribution his
de circonstances

– Iste, ista, istud :

Démonstratif de proximité moyenne
celui-là celle-là cela
Masculin Féminin Neutre
Singulier
Forme normale iste ista istud
Compléments
du verbe istum istam istud
du nom istius
d’attribution isti
de circonstances isto ista isto
Pluriel
Forme normale isti istae ista
Compléments
du verbe istos istas ista
du nom istorum istarum istorum
d’attribution istis
de circonstances

Ille, illa, illud :

Démonstratif de proximité faible
celui celle ce
Masculin Féminin Neutre
Singulier
Forme normale ille illa illud
Compléments
du verbe illum illam illud
du nom illius
d’attribution illi
de circonstances illo illa illo
Pluriel
Forme normale illi illae illa
Compléments
du verbe illos illas illa
du nom illorum illarum illorum
d’attribution illis
de circonstances

Les terminaisons de iste, ista, istud et de ille, illa, illud sont identiques

Texte d’étude

Sic autem rejicientes illa omnia, de quibus aliquo modo possumus dubitare, ac etiam falsa esse fingentes ; facile quidem supponimus nullum esse Deum, nullum caelum, nulla corpora ; nosque etiam ipsos non habere manus, nec pedes, nec denique ullum corpus ; non autem ideo nos qui talia cogitamus nihil esse : repugnat enim, ut putemus id quod cogitat, eo ipso tempore quo cogitat, non existere. Ac proinde haec cognitio, ego cogito, ergo sum, est omnium prima et certissima, quae cuilibet ordine philosophanti occurrat.

Sic autem rejicientes illa omnia,

rejicio, is, ere, jeci, rejeter, participe présent rejiciens, entis. Il faut sous-entendre ici sumus

ainsi donc nous rejetons (littéralement, nous sommes rejetant, analogue à la forme progressive anglais, we are refusing) ces choses.

de quibus aliquo modo possumus dubitare

aliquis, aliqua, aliquid, formé de ali + quis, qua, quid et ayant les autres terminaisons de quis, quae, quid (tableau leçon 10) : quelque.

desquelles nous pouvons douter de quelque façon

ac etiam falsa esse fingentes

falsus, a, um, adjectif, faux
fingens, entis
de fingo, is, ere, finxi, inventer faussement, sous-entendre une répétition de possumus.

et même que nous pouvons feindre qu’elles soient fausses

facile quidem supponimus nullum esse Deum, nullum caelum, nulla corpora

facile, adverbe, facilement
quidem
, particule qui renforce une affirmation, donc
suppono, is, ere, posui
, supposer
nullus, a, um
, adjectif, aucun, nul

l’ensemble nullum esse Deum est le complément du verbe supponimus, c’est donc toute la phrase qui se trouve au complément du verbe (et le verbe à l’infinitif). On rencontre cette manière de faire en français comme en latin après un verbe qui exprime une croyance, une supposition : « Nous supposons Dieu ne pas exister » se dit, même si « nous supposons que Dieu n’existe pas » semble plus normal.

caelum, i, neutre, ciel

nous pouvons donc facilement supposer qu’il n’est aucun Dieu, qu’il n’y a pas de ciel, ni de corps,

nosque etiam ipsos non habere manus, nec pedes, nec denique ullum corpus

ipse, a,um même, lui-même : terminaisons de la première classe sauf (au singulier) au complément du mot et au complément d’attribution où l’on retrouve les terminaisons de iste et ille (ipsius et ipsi)
manus, us
, féminin
pes, pedis
, masculin, pied
denique
, adverbe, enfin
ullus, a, um
, adjectif, quelque (équivalent de nullus mais sans la négation qui se trouve ailleurs, ici dans nec)

toutes les phrases ici sont des compléments du verbe supponimus et tout est au complément du verbe pour les noms et à l’infinitif pour les verbes

et nous supposons même que nous n’avons pas de mains, ni de pieds, ni enfin un quelconque corps

non autem ideo nos qui talia cogitamus nihil esse

ideo, adverbe, pour cette raison
talis, e
, adjectif tel
cogito, as, are, avi, penser

ici encore, toutes la phrase est complément du verbe supponimus mais précédé de non

cependant nous ne pouvons supposer, pour cette raison que nous pensons de telles choses, que nous n’existons pas (nos nihil esse : nous ne pas exister)

repugnat enim, ut putemus id quod cogitat, eo ipso tempore quo cogitat, non existere.

repugno, as, are, avi, résister, être incompatible
puto, as, are, avi
, supposer, imaginer, ici au subjonctif du fait de ut
id quod cogitat
opposé à quo cogitat : « celui qui pense » opposé à « par lequel il pense »

il est incompatible en effet de penser que n’existe pas celui qui pense en même temps que,  par lui, il pense

Ac proinde haec cognitio, ego cogito, ergo sum, est omnium prima et certissima, quae cuilibet ordine philosophanti occurrat.

proinde, adverbe, par conséquent
cognitio, onis
, féminin, action d’apprendre à connaitre
primus, a, um
, première
certissimus, a, um
, de certus, a, um, certain et la terminaison issimus, a, um,  le plus,
quilibet, quaelibet, quodlibet
, formé de qui, quae, quod + libet, ce qu’on veut.
ordo, inis
, masculin, orde, succesion
philosophans, antis
, participe présent, philosophant
occurro, is, ere, curri
, se présenter à l’esprit, ici au subjonctif qui exprime l’ordre, la nécessité.

Et par conséquent, cette proposition, je pense donc je suis est de toutes, la première et la plus certaine qui doit se présenter à un esprit conduit philosophiquement.

Reprenons l’ensemble du texte et affinons la traduction :

Sic autem rejicientes illa omnia, de quibus aliquo modo possumus dubitare, ac etiam falsa esse fingentes ; facile quidem supponimus nullum esse Deum, nullum caelum, nulla corpora ; nosque etiam ipsos non habere manus, nec pedes, nec denique ullum corpus ; non autem ideo nos qui talia cogitamus nihil esse : repugnat enim, ut putemus id quod cogitat, eo ipso tempore quo cogitat, non existere. Ac proinde haec cognitio, ego cogito, ergo sum, est omnium prima et certissima, quae cuilibet ordine philosophanti occurrat.

Ainsi donc nous rejetons ces choses, dont nous pouvons douter de quelque façon et même dont nous pouvons faire semblant qu’elles soient fausses, nous pouvons alors facilement supposer qu’il n’est aucun Dieu, qu’il n’y a pas de ciel, ni de corps, et nous supposons même que nous n’avons pas de mains, ni de pieds, ni enfin un quelconque corps. Cependant nous ne pouvons supposer pour cette raison même que nous pensons de telles choses, que nous n’existons pas : il est incompatible en effet de penser que n’existe pas celui qui pense en même temps que, par lui, il pense. Et par conséquent, cette proposition, je pense donc je suis est de toutes, la première et la plus certaine qui doit se présenter à un esprit conduit philosophiquement.


[1] « Déjà, là-bas, les faîtes des métairies fument, et les ombres, tombant du haut des monts, s’allongent » Virgile, première bucolique, vers 83-84, traduction E. de Saint-Denis, Les Belles lettres, 1960. On peut penser que les élèves ne sont plus guère sensible aujourd’hui à ce type d’évocation.
[2] fables, terme qui désigne alors la mythologie grecque et latine mais aussi ici l’histoire antique. Discours de la méthode. Descartes, Œuvres et Lettres, Pléiade, 1953, p.129


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *