Fax, Kant, Memento. Leçon 12

Tous les tableaux des formes publiés dans les précédentes leçons se trouvent désormais dans la page Récapitulation du présent carnet qui restera fixe quant à sa place, mais qui sera mise à jour en fonction des nouveaux apports.

Après une parenthèse consacrée à l’histoire du latin, reprenons des expressions latines du français et récapitulons celles qui utilisent l’impératif dont certaines, déjà vues, sont rappelées pour mémoire.

Du point de vue de la forme, quatre situations sont possible à l’impératif (dont seulement trois seront rencontrées dans notre ensemble d’expressions).

1) impératif présent singulier : c’est la racine du verbe,

festina lente : festino, as, are, avi, se hâter, se dépêcher ; lente, adverbe, lentement. Hâte-toi lentement : le conseil semble contradictoire mais incite en fait à la réflexion dans l’action, au rejet de la précipitation.

fac simile : facio, is, ere, feci, faire, ce verbe pert son e de la racine du verbe ; similis, e, adjectif, semblable au complément de circonstances, d’une manière semblable. Fais à l’identique : l’expression, réduite à son début, a donné par contraction de c + s en x, l’international mot fax.

vade mecum : vade est l’impératif du verbe vado, vadis, vadere, aller ; mecum est composé de la préposition cum précédée du complément de circonstances du pronom personnel ego (on retrouve cette manière de faire dans Dominus vobiscum : « le Seigneur (soit) avec vous », élément du dialogue de la messe ainsi que dans Dominus tecum,  voir plus bas le texte de travail). Va avec moi : cette injonction s’adresse à la feuille de papier qui sert d’aide-mémoire. Etymologiquement, va vient de vadere.

salve regina : salveo, es, ere, être en bonne santé ; à l’impératif, salve est devenu un simple salut, bonjour, je te salue. Regina, ae, féminin, reine. Reine salut ! ou Salut ô Reine ! : c’est le début d’un hymne à la Vierge Marie chanté tous les soirs dans la liturgie catholique.

sapere aude : aude, impératif de audeo, es, ere, avoir envie, oser ; sapere, infinitif de sapio, is, ere, ii, comprendre. Ose comprendre. Cette injonction a été utilisée par Kant dans un article intitulé « Qu’est-ce que les Lumières » destiné à un journal berlinois qui avait posé publiquement cette question (1784). Pour Kant, le travail des Lumières, c’est de faire sortir l’humanité de sa « minorité », c’est-à-dire le fait qu’elle est sous tutelle des pouvoirs intellectuels, politiques, religieux et moraux. Pour cela, comme notre capacité intellectuelle est suffisante, il suffit de le vouloir, de l’oser, d’où ce « Ose comprendre » que Kant considère être la devise des Lumières. Cette posture qui marquera la rupture avec l’emprise de l’Eglise et des pouvoirs absolus est le point de départ historique de la modernité [1]. L’expression est empruntée à Horace (Epitres, 1, 2, 40 ). Si jusqu’au 18e siècle les philosophes ont continué à utiliser le latin, avec Kant nous entrons dans une nouvelle attitude vis-à-vis des langues : l’allemand est de rigueur, comme d’ailleurs  les autres pays les langues nationales. Il ne reste plus en latin que des devises, des mots d’ordre : sapere aude pour les Lumières ; e pluribus unum pour la jeune démocratie américaine à la même époque qui « de plusieurs a fait un seul » en créant les États-Unis.

2) impératif présent pluriel : racine du verbe + te

ite missa est : eo, is, ire, ivi, aller, impératif : i, ite ; missa, ae, féminin, action de laisser aller, allez, c’est l’envoi est la parole de l’officiant pour signifier la fin de la « messe » car le terme missa, du fait de cette expression, a fini par désigner l’ensemble de la célébration liturgique. L’expression « la messe est dite » est souvent employée en français (comme traduction de ite missa est) pour dire qu’un évènement irrévocable s’est accompli (nomination, élection par exemple).

3) impératif futur : ce temps de l’impératif n’existe pas en français, il se forme par la racine du verbe + to au singulier et racine + tote au pluriel.

memento : forme d’impératif futur singulier d’un verbe qui n’existe qu’au passé : memini, isti, isse, avoir à l’esprit, se souvenir : souviens-toi ! Ce mot memento, très fréquent en français a pris soit le sens d’agenda, sois le sens d’aide-mémoire rassemblant l’ensemble de ce qu’il faut savoir sur une question. Memento mori, ou mori est la forme passive de l’infinitif de morior, reris, ri, mourir : souviens-toi de mourir, souviens-toi que tu vas mourir, est un proverbe utilisé à partir du moyen âge pour inciter au détachement des biens de ce monde.

On trouvera ici le tableau de formation de l’impératif de la page récapitulation du présent carnet.

Expressions déjà vues (rappel)

nota bene, nota est l’impératif de noto, as, are, avi, faire une marque ; bene adverbe bien ; remarque bien. Expression souvent employée sous forme d’abréviation N.B. pour, dans un texte écrit et particulièrement dans une lettre, attirer l’attention du lecteur.

dona eis requiem : dono, as, are, avi, donner à l’impératif donne ; eis complément d’attribution pluriel du pronom de rappel is, ea, id, qui renvoie à une personne, ici à eux ; requies, requietis féminin au complément du verbe, le repos (quies, etis adjectif calme à donné quietude et, dans le sens contraire plus usuel inquiet). Donne-leur le repos. Le mot « requiem » en est venu à désigner le chant religieux qui accompagne la messe des morts utilisée pour les enterrements.

si vis pacem para bellum, si tu veux la paix, prépare la guerre : paro, as, are, avi à l’impératif,  préparer.

do ut des : le verbe do, das, dare, dedi, donner, est employé deux fois ici. Do : je donne suivi de ut, conjonction suivie du subjonctif, pour ; des que tu donnes, car le a du subjonctif, pour les verbes en a, se tranforme en e. Je donne pour que tu donnes. (complément cf. Leçon 8)

carpe diem : carpo, is, ere, carpsi, cueillir à l’impératif, dies, ei, le jour, au complément du verbe, cueille le jour, conseil du poète Horace qui invite à profiter de l’instant présent.

– cave canem : caveo, es, ere, cavi, impératif fais attention à, crains. Canis, is masculin ou féminin, chien ou chienne. Crains le chien, prends garde au chien. Inscription équivalente à notre « chien méchant ».

vade retro satanas : vade est l’impératif du verbe vado, vadis, vadere, aller ; retro, adverbe, en arrière ; satanas, ae, masculin, adversaire, ennemi et Satan. Arrière Satan ! Bien que venant d’un récit évangélique (Marc 8/33), la formule est couramment utilisée sous un mode humoristique pour souligner le refus fait à un tentateur.

Texte de travail : l’Annonciation Luc 1/26-38

L’exposition France 1500 entre Moyen Âge et Renaissance, utilise une Annonciation [2] comme affiche car ce thème religieux fut représenté avec une extrême fréquence au 14e et au 15e siècle. Revenons au texte latin qui inspira les artistes. [3]

« L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie.

Et ingressus angelus ad eam dixit : Ave gratia plena, Dominus tecum, benedicta tu in mulieribus.

[Marie est inquiète et se demande de quoi il s’agit : l’ange lui explique qu’elle enfantera un fils nommé Jésus]

Dixit autem Maria : Ecce ancilla Domini, fiat mihi secundum verbum tuum. »

Vocabulaire et présentation interlinéaire

– Et ingressus angelus ad eam dixit
– Et l’ange, entrant, dit à elle
angelus, i,
masculin, l’ange
ingressus, a, um, participe passé, entré

– Ave gratia plena, Dominus tecum
– Salut pleine de grâce, le Seigneur est avec toi
Ave
, salut
gratia, ae, féminin, bienveillance divine, grâce
plenus, a, um, adjectif, plein,
Dominus,i, masculin, le Seigneur
tecum avec toi (comme mecum ou vobiscum)

– benedicta tu in mulieribus
– Tu es bénie entre les femmes
benedictus, a, um
, adjectif bénie
mulier, eris, féminin, femme

– Dixit autem Maria : Ecce ancilla Domini
– Marie dit alors : voici la servante du Seigneur
ecce
, adverbe, voici
ancilla, ae, féminin, la servante

– fiat mihi secundum verbum tuum
– Qu’il me soit fait selon ta parole
fiat
: passif fio, fis, fieri de facere, être fait, fiat est le subjonctif, qu’il arrive
secundum, préposition + complément du verbe, selon
verbum, i, neutre, mot, parole.

Ces mots ainsi que les représentations picturales de l’Annonciation, sont difficilement compréhensibles pour des adolescents qui n’ont pas eu d’éducation religieuse, mais ils sont par contre trop transparents pour ceux qui ont été au catéchisme car ces mots du « Je vous salue Marie » qui sont ceux de notre texte, sont devenus des mots délavés qui n’ont plus de sens précis en dehors de leur contexte d’utilisation.

A suivre dans un prochain billet.


[1] Cf. L’article de Michel Foucault « Qu’est-ce que les Lumières »
[2] Jean Hey, L’Annonciation, détail, Chicago, The Art Institute of Chicago.
[3] Traduction de la TOB (Traduction œcuménique de la Bible) , texte latin, résumé, texte latin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *