Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

La pratique scientifique utilise le latin : en biologie, non seulement les noms sont en latin mais éventuellement les descriptions peuvent ou même doivent l’être : le Code international de nomenclature botanique[1] prescrit dans son article 36 que depuis le 1er janvier 1935 le nom d’un nouvel élément de la taxinomie doit, afin d’être publié validement, être accompagné d’une description en latin. En zoologie cependant, cette exigence a disparu pour les publications postérieures à 1930 : selon l’article 13 du Code international de nomenclature zoologique[2], la description d’un nouvel élément de taxinomie peut être publiée « dans les langues largement utilisées au niveau international en zoologie » (ou dans la langue de la région dont l’élément taxinomique est originaire).

Bourdieu a étendu cet usage à la sociologie : beaucoup de ses concepts utilisent des expressions latines.

Habitus : ce terme, dont l’usage a entrainé une littérature abondante, désigne chez Bourdieu une attitude incorporée, habituelle, qui ne nécessite plus la réflexion de la même manière qu’un joueur de tennis n’a plus à réfléchir pour porter ses coups ou qu’un garçon de café « joue naturellement » son rôle.

Illusio : il a été utilisé d’abord par Bourdieu pour désigner l’illusion biographique qui fait que l’on croit que tout s’enchaine naturellement dans les biographies racontées. Ce terme est devenu ensuite synonyme de ce qui n’est pas encore « désenchanté », ce qui n’a pas encore été passé à l’analyse.

Homo academicus : la créativité néo-latine reste très productive quand, à l’imitation de homo sapiens, on crée homo ludens, homo œconomicus, homo hierarchicus, homo aequalis. Bourdieu, pour désigner les universitaires dans un des livres a créé le terme d‘Homo academicus (et même d’Homo academicus gallicus)

Pour nous faire une idée des usages d’expressions latines chez Bourdieu, examinons trois ouvrages répartis sur toute sa carrière : la reproduction publié avec Jean-Claude Passeron en 1970, Homo academicus publié en 1984 et les Méditations pascaliennes publiées en 1997.

Les mots ou expressions latines différentes sont fréquentes dans les années 70 et 80 (30 dans la reproduction, 33 dans Homo academicus) mais on note une augmentation notable dans les Méditations pascaliennes (1997) avec le double d’expressions différentes (64 mots ou expressions).

On peut noter trois classes de mots ou expressions

1) les mots latins ou expressions latines du français : a contrario, a fortiori, a posteriori, a priori, ad hoc, ad hominem, ad personam, alma mater, alter ego, amor fati, cogitatio, curriculum, cursus, de facto, deus ex machina, e.g., ego, ex cathedra, ex nihilo, grosso modo, i.e., in vitro, ipso facto, modus operandi, mutatis mutandis, numerus clausus, omnibus, opus operatum, pars pro toto, post-scriptum, pro domo, sex-ratio, statu quo, vice versa.

2) les mots latins (ou grecs) qui servent de notation scientifique d’un concept comme habitus, illusio. Ils sont alors très fréquents : habitus est présent plus de 30 fois dans la reproduction et plus de 80 fois dans les méditations pascaliennes (mais il est peu présent dans homo academicus). On trouve aussi des créations à partir de mots latins productifs comme homo (academicus ou scholasticus)  ou libido (sciendi ou dominandi)

3) enfin on trouve le vocabulaire technique des auteurs que Bourdieu cite dans leur langue  : en anglais ou en allemand pour les contemporains ; en grec ou en latin pour les philosophes anciens ou modernes. Par exemple :

– vocabulaire de Platon  ta heautou prattein s’occuper chacun de ses propres affaires (Charmide 161b) ou d’Aristote en tais dianomais [la justice] dans les partages (Ethique à Nicomaque III, 1131a),
– citations d’auteurs classiques : rari nantes in gurgite vasto (Virgile Énéide liv. I V. 118.),
– expressions médiévales comme licentia docendi, philosophia perennis, dignitas non moritur,
– Spinoza : conatus, homo homini Deus,
– Hobbes : homo homini lupus,
– Huygens : lusiones, casus, alea, sors, fortuna,
– Leibnitz : evidentia ex terminis, lex insita, pretentio ad existendum,
– Kant : focus imaginarius, intuitus originarius.

En conclusion, on peut noter que l’usage que fait Bourdieu du latin est, en plus de l’usage standard, un usage scientifique et un usage de citation. Il traduit souvent ses citations d’auteurs mais suppose cependant une bonne culture littéraire et philosophique pour être compris correctement. La connaissance des expressions latines d’un français soutenu est indispensable pour le comprendre : bien que Bourdieu dise que l’apprentissage des langues anciennes soit un gaspillage ostentatoire (cf. première partie sur Bourdieu), il suppose de fait une connaissance du latin pour être compris.

Il semble que, bien souvent et plus particulièrement dans les Méditations pascaliennes, Bourdieu s’appuie sur le métier de philosophe autant que sur celui de sociologue et on ne peut pas comprendre la philosophie d’une manière professionnelle (académique ?) sans utiliser la langue d’origine des auteurs. Cependant, en dehors de ce vocabulaire technique, il suppose connu les expressions latines du français soutenu, qui doivent être comprises et donc étudiées comme telles par tous ceux qui veulent avoir une bonne connaissance de la langue française dont ces expressions font partie. C’est peut-être le programme d’acquisition motivant, qui se suffit à lui-même, dont on a besoin pour les élèves du collège ?

Annexe : mots ou expressions grecques et latines de trois livres

La reproduction

arètè, deixis, epideixis, éthos, hysteresis, metanoïa, paradeigmata, skeptron, sophistès, ta heautou prattein

a fortiori, a posteriori, a priori, ad hoc, ars combinatoria, auctor, auctoritas, constructum, cursus, de facto, disputatio, e.g., ex cathedra, ex nihilo, gradus, grosso modo, habitus, homo academicus, homo hierarchicus, i.e., inceptio, ipso facto, lector, licentia docendi, modus operandi, numerus clausus, omnibus, opus operatum, pars pro toto, patria potestas, philosophia perennis, rari nantes in gurgite vasto, statu quo, vice versa

Homo academicus

allodoxia, doxa,  epochè, ethos, homéostasis, hubris, metanoia

a fortiori, a priori, academica mediocritas, ad hoc, ad hominem, ad personam, album judicium, alter ego, analysis situs, auctor, auctoritas, celeritas, conatus, curriculum, evidentia ex terminis, focus imaginarius, gravitas, grosso modo, habitus, homo academicus gallicus, illusio, in vitro, lector, lectores,  lex insita, libido dominandi, libido sciendi, nullus assumi debet in magistrum, numerus clausus, obsequium, pro domo, qui sub magistro non fuerit discipulus, sex-ratio, statu quo

Méditations pascaliennes

allodoxia, analogon, archè, askholia, charisma, cosmos, doxa, doxazein, eidos, en tais dianomais, ethos, hexis, hubris, krisis, nomos, orthè doxa, paizein, polis, pragmata, skholè, spoudaiôs paizein, spoudazein, telos, topos

a contrario, a fortiori, a parte objecti, a parte subjecti, a posteriori, a priori, academica mediocritas, ad hominem, alea, alma mater, amor fati, analysis situs, auctor auctorum, auctores, bellatores, casus, causa sui, cogitatio, collusio, communis doctorum opinio, conatus, constantia sibi, contemplatio veritatis, corpus corporatum in corpore corporato, de omni re scibili, deus ex machina, dignitas, dignitas non moritur, e longinquo reverentia, ego, esse in futuro, ex nihilo, fides, focus imaginarius, fortuna, habitus, homo academicus, homo homini lupus, homo homini Deus, homo scholasticus, illusio, imbecillitas, inceptio, intuitus originarius, lector, lectores, lex, lex insita, libido dominandi, libido sciendi, lusiones, modus operandi, mutatis mutandis, opus operatum, per definitionem, percipere percipi, perspicere, philosophia perennis, post festum, post-scriptum, pretentio ad existendum, pro patria mori, procuratio ad omnia facienda, sors, toto coelo, usus vitae, veritatem qua liberetur, vis, vis insita


[1] http://ibot.sav.sk/icbn/main.htm

[2]http://www.iczn.org/iczn/index.jsp


9 réflexions au sujet de « Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu »

    1. C’est plus subtil : Bourdieu est incroyant en matière de culture et c’est pourquoi il critique le gaspillage ostentatoire de l’enseignement des langues anciennes comme une initiation aux vertus éthiques et logiques de l’humanisme, mais comme scientifique, il cite les auteurs dans leur langue originale. Le dates ont également une certaine importance : dans les années 70, Bourdieu critique le système scolaire inégalitaire à deux vitesses basé sur l’idéologie des dons (être doué pour les lettres, pour les math, etc.). Une fois cette critique acceptée par les enseignants, il participe lui-même à l’amélioration du système scolaire (rapport Bourdieu-Gros sur les contenus de l’enseignement de 1989). Ensuite sa critique porte davantage sur les problèmes de société que sur l’enseignement (création de la collection Raisons d’agir à partir de 1996).

  1. Ma formulation manquait de nuance, effectivement, et je la retire.
    Cependant il me semble que vous montrez que l’utilisation que fait Bourdieu du latin va au-delà de l’usage scientifique de la langue originale de l’auteur cité. Je vois une inconsistance entre la caractérisation du latin comme outil de distinction sans valeur positive et l’utilisation de celui-ci dans le cadre d’une expression à finalité scientifique, ou en d’autres termes entre une récusation théorique de la culture et une pratique de production scientifique faisant appel aux valeurs culturelles.
    Mais je dois admettre qu’on peut comprendre la pratique expressive de Bourdieu comme gouvernée par des considérations purement utilitaires qui ne remettent pas en cause sa position théorique (j’en doute cependant un peu).
    Quant à l’évolution des positions de Bourdieu sur l’éducation, je ne sache pas qu’il ait renié les thèses de la Reproduction (mais ce n’est peut-être qu’un effet de mon ignorance).
    Merci de la référence au rapport Bourdieu-Gros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *