Origine et devenir scolaire des latinistes

Les latinistes sont nombreux en 5e, environ un quart des effectifs mais on sait que beaucoup abandonnent en entrant au lycée. Pour savoir ce qu’ils deviennent (et aussi quelles sont les caractéristiques de ceux qui choisissent le latin) nous allons utiliser l’enquête par panel du ministère de l’Éducation nationale qui à partir de 1995 a permis de suivre un échantillon important d’élèves de la 6e à la terminale (Panel 95). Cette procédure du Panel 95 consiste à choisir tous les élèves nés un certain jour de l’année et à les suivre d’établissements en établissements, qu’ils soient dans le public ou dans le privé, qu’ils redoublent ou non, jusqu’à leur sortie du système scolaire secondaire. En plus de la « carrière » de l’élève, on dispose de renseignements le concernant ainsi que sa famille.

Si l’on considère que l’on a 1000 latinistes en 5e (ils sont 27,7% des effectifs du Panel), on voit qu’il n’en reste plus que 63 en terminale (dont 40 en terminale S, 18 en Lettres et 5 en ES). Si les trois quarts des latinistes de 5e sont encore présents en 3e, le passage au lycée entraine une chute importante des effectifs, chute croissante au fil des trois années.

Evolution des latinistes, base 1000 en 5e

5e

4e

3e

2de

1re

Term

1000

853

740

157

92

63

Le fait que l’option latin soit encore choisie de manière non négligeable dans la filière S (où les latinistes représentent 9% des effectifs) souligne l’association faite entre le choix du latin et le fait d’être un bon élève. Par exemple, quelle que soit l’année de scolarité, les élèves qui font du latin sont plus nombreux que la moyenne à être « à l’heure » (c’est-à-dire sans avoir redoublé une classe), dans ce qui est perçu comme les meilleurs filières : 5e ordinaire, 4e et 3e générale, 2de de détermination, 1re S, L ou ES :

Pourcentage d’élèves à l’heure (le redoublement en terminale
n’est pas disponible sur le panel 95)

5e

4e

3e

2de

1re

Moyenne

79,6

85,8

87,5

95,1

97,4

Latinistes

94,5

96,5

97,1

99,0

97,9

Lecture : Alors qu’en moyenne 79,6% des élèves sont à l’heure en 5e ils sont 94,5% à être dans ce cas pour ceux qui ont pris l’option latin

Nous allons maintenant vérifier l’hypothèse que choisir de prendre une option facultative comme le latin est bien le fait de bons élèves et que ce choix va de pair avec un maintien dans les meilleures filières du secondaire.

L’origine des élèves ayant choisi l’option latin de 5e

Ce sont de bons élèves dès le primaire : à leur arrivée en 6e, leur niveau a été apprécié dans quatre domaines (lecture, français écrit et oral, mathématiques) et une note leur a été donnée allant de 0 à 10. Considérons une note de 8 à 10 comme mention d’excellence. Sur l’ensemble de la population de 5e 16,8 % ont une mention d’excellence dans toutes les matières alors que 34,1 % des latinistes sont dans ce cas (contre 12,4% des non latinistes).

Comme la population des latinistes est plus féminine que masculine (57 % contre 43 %), on doit vérifier que la relation précédente n’est pas due à la supériorité féminine : il s’avère que le niveau féminin est effectivement supérieur au niveau masculin mais aussi que pour les deux sexes, les latinistes ont l’avantage.

Pourcentage d’excellence à l’entrée en sixième

Masculin Féminin Ensemble
Latinistes 31,3 36,2 34,1
Non latinistes 11,0 13,9 12,4
Ensemble 13,9 19,9 16,8

Lecture : les latinistes de sexe masculin de 5e sont 31,3% à avoir eu une mention d’excellence dans toute les matières contre 11,0% des non-latinistes de sexe masculin.

Les latinistes se différencient des autres par un certain nombre d’aspects :

— choix de la première langue : ils sont deux fois plus nombreux que les non-latinistes (18,0 % contre 9,8 %) à avoir choisi l’allemand en première langue en 6e. On sait qu’il s’agit souvent d’une stratégie pour être dans une « bonne classe » (sauf dans les régions proches de l’Allemagne),

— leurs parents sont plus souvent cadres ou professions intellectuelles supérieures que les non latinistes (28,3 % contre 10,4 %), professions intermédiaires (23,1 % contre 16,1 %), mais moins employés (14,8 % contre 18,7 %) ou ouvriers (19,9 % contre 38,4 %). De même leurs parents sont plus nombreux à avoir fait des études supérieures (père : 28,2 % contre 10,0 % ; mère : 30,7 % contre 10,3 %),

— cours de musique : ils sont également deux fois plus nombreux (19,5 % contre 8,7 %) à prendre régulièrement des cours de musique en dehors de l’établissement scolaire. Il s’agit là d’un indicateur du souci de la famille d’une formation complète au plan culturel.

Pour savoir ce qui a eu le plus d’influence sur le choix du latin dans les particularités précédentes, il est possible de faire des comparaisons « toutes choses égales par ailleurs » (technique de la régression logistique [1]) qui permet de voir quelle caractéristique, prise isolément, apporte le plus de pourcentage de latinistes.

Ecart « pur »[2] en pourcentage à la moyenne de l’option latin en 5e

Pourcentage moyen option latin 5e

27,7%

Ecart

Mentions d’excellence en 6e

+23,4

Pas de mentions d’excell. en 6e

-4,7

Père diplôme enseignement sup.

+11,7

Père autre situation

-1,9

Mère diplôme enseignement sup.

+17,3

Mère autre situation

-3,0

Allemand en 6e

+8,5

Anglais en 6e

-1,1

Cours de musique

+10,4

Pas de cours de musique

-1,3

Lecture : l’effet de mentions d’excellence en 6e augmente (toutes choses égales par ailleurs) le pourcentage de latinistes de 23,4% et le porte donc à 51,1%.(27,7 la moyenne +23,4 effet de mentions d’excellence)

On voit que l’effet le plus important est lié aux mentions d’excellence qui augmentent le plus la proportion de latinistes, puis le diplôme supérieur de la mère, celui du père, le fait d’avoir pris des cours de musique ou l’allemand en 6e. Il est bien certain que cette distinction d’effets est artificielle car l’ensemble de ces caractéristiques forme une logique éducative des familles d’origine sociale supérieure. Cependant la régression logistique met en avant le résultat de cette logique : l’excellence scolaire qui est jugée primordiale, même si d’autres éléments comme la culture musicale font partie des objectifs de formation. Le fait que la musique ait un « effet » sur le choix du latin manifeste que ce qui est visé dans l’ensemble du comportement éducatif est la recherche de l’excellence sociale.

Examinons maintenant quelles en sont les conséquences dans le panel 95 (c’est-à-dire sans disposer des résultats du baccalauréat).

La destination des élèves ayant choisi l’option latin de 5e

Nous examinons le devenir de ceux qui ont choisi l’option latin en 5e en les suivant jusqu’en terminale, qu’ils aient ou non conservé l’option latin dans les autres classes (en particulier au lycée). Comme nous l’avons vu, les latinistes de 5e sont en général à l’heure dans leurs études : quand ils arrivent en fin de 3e ils passent le brevet avec un taux de réussite de 96 % (contre 80 % pour les non latinistes).

Leur choix en fin de 3e est pour 78 % de passer en seconde de détermination (contre 43 % pour les autres) : ce choix est accepté dans 95 % des cas (contre 88 %).

Pour apprécier la particularité de la destination des latinistes de 5e, prenons tous les élèves à l’heure dans toutes les classes 5e, 4e et 3e générale au collège, et au lycée seconde de détermination, les trois premières et les trois terminales S, L et ES et examinons la part qu’y représentent les latinistes de 5e :

Pourcentage des « latinistes de 5e« de la 5e à la 2de

5e 4e générale 3e générale 2de déterm.
34,1 35,8 36,8 44,7

Pourcentage des « latinistes de 5e » en première et terminale

Première Terminale
Section S 58,7 64,6
Section L 56,2 61,3
Section ES 49,1 52,7

Alors qu’en 5e les latinistes sont un tiers des élèves à l’heure, leur concentration s’intensifie par cette « distillation fractionnée » que constituent les étapes du système scolaire, pour représenter au lycée plus de la moitié des effectifs dans les sections S, L et ES et s’approcher des deux tiers dans la section S de terminale, celle qui prépare au baccalauréat le plus recherché.

On voit donc que si le latin choisi en 5e n’est plus pour beaucoup de lycéens qu’un ancien souvenir, ses effets sont tout à fait notables. Mais s’agit-il des effets du choix du latin ou d’un autre facteur ? Pour s’en rendre compte, utilisons à nouveau une technique toutes choses égales par ailleurs (régression logistique) afin de classer l’importance des effets.

Pour chacune des trois sections de terminale, étudions l’impact des effets de sexe, de niveau scolaire en 6e (mentions d’excellence), du fait d’avoir pris l’allemand en première langue en 6e, d’avoir choisi l’option latin en 5e, du diplôme du père et de la mère

Ecart « pur » en pourcentage à la moyenne sur le fait d’être en terminale S, L ou ES :

Terminale

S

L

ES

Pourcentage de la terminale

13,3%

4,6%

7,5%

Ecart au pourcentage moyen

S

L

ES

Sexe masculin

+1,4

-3,2

-2,7

Sexe féminin

-1,3

+3,4

+2,9

Mentions d’excellences 6e

+13,8

+3,4

+5,1

Pas de mentions d’excell. 6e

-4,0

-0,7

-1,1

Latin 5e

+8,2

+3,5

+3,9

Pas d’option latin en 5e

-4,7

-1,3

-1,5

Allemand en 6e

+3,0

+0,8

+0,6

Anglais en 6e

-0,5

-0,1

-0,1

Diplôme Supérieur Père

+7,1

+0,3

+1,1

Père autre situation

-2,0

0,0

-0,2

Diplôme Supérieur Mère

+4,6

+1,4

+2,2

Mère autre situation

-1,5

-0,2

-0,4

Lecture : l’effet d’être de sexe masculin augmente (toutes choses égales par ailleurs) le pourcentage dans la section S de 1,4 et le porte donc à 14,7%.(13,3 la moyenne +1,4 effet de sexe masculin)

On voit que la section S se distingue par l’effet positif d’être de sexe masculin alors que c’est symétriquement l’effet d’être de sexe féminin qui agit pour les deux autres sections. C’est l’importance du niveau excellent en 6e qui a le plus d’effet pour être en S où effectivement le niveau scolaire est prépondérant : le fait d’avoir fait du latin joue ici d’une manière plus importante que dans les autres sections et davantage que l’effet de diplôme supérieur des parents. L’effet de l’allemand est positif mais moindre.

Dans les deux autres sections où l’excellence scolaire joue moins, l’effet du latin est moindre, celui de l’allemand faible ou nul et les diplômes des parents jouent moins. On notera que pour la section littéraire, c’est l’effet du latin qui est le plus fort, ce qui est cohérent avec l’ambition de cette section (mais il est très proche de l’effet féminin et du bon niveau en 6e).

Effet spécifique du latin sur le niveau de mathématiques

Au vu de ces résultats, on peut se demander quelle est la nature de l’effet du latin pris en 5e : est-ce un effet intellectuel ou un effet social ? Renforce-t-il la gymnastique de l’esprit propice à une orientation scientifique ou est-il simplement un élément d’une stratégie parentale d’excellence passant par les bonnes classes ? Pour répondre à cette question, on peut étudier l’impact du latin fait pendant trois années de la 5e à la 4e sur les notes du contrôle continu de mathématiques pour le brevet en tenant compte du score global de mathématiques lors de l’évaluation en 6e. Pour apprécier la motivation des parents, dont on fait l’hypothèse qu’elle joue un rôle, on fait intervenir la perception des parents sur leur enfant selon qu’ils le jugent comme : soit ayant des difficultés ; soit étant un assez bon élève ; soit un excellent élève.

En faisant une analyse toutes choses égales par ailleurs (régression logistique) pour rendre compte du fait d’avoir une note de contrôle continu en mathématiques pour le brevet supérieure à 15/20 on a les résultats suivants :

Ecart « pur » en pourcentage à la moyenne sur le fait d’avoir un fort niveau en math en 3e :

Pourcentage de. fort niveau math 3e

12,8%

Ecart au pourcentage moyen

Latin de la 5e à la 3e

+4,3

Pas d’option latin

-1,9

Score math 6e quartile supérieur

+10,3

Score math 6e autre situation

-6,7

Enfant jugé excellent

+32,5

Enfant jugé assez bon élève

-1,6

Enfant jugé ayant des difficultés

-9,0

Lecture : l’effet d’avoir fait du latin de la 5e à la 3e augmente (toutes choses égales par ailleurs) le pourcentage dans le groupe de ceux qui ont un contrôle continu en mathématique pour le brevet supérieur à 15/20 de 4,3 et le porte donc à 17,1% (12,8 la moyenne + 4,3 effet latin).

L’effet spécifique du latin n’est pas nul mais de faible importance par rapport tant au niveau de mathématiques antérieur, qu’aux perceptions des parents dont la confiance en leur enfant est efficace. Le désir d’excellence est primordial, le niveau de mathématiques à l’entrée en 6e est important et le fait d’avoir pris l’option latin n’a qu’un effet restreint.

***

En conclusion, la description issue du Panel 95 montre que le choix du latin est un élément dans un désir des parents d’excellence scolaire pour leur enfant, mais aussi, d’une manière plus large, d’excellence sociale. Ce n’est pas le latin lui-même qui est visé, mais l’excellence, comme le montre son abandon massif au lycée où les anciens latinistes deviennent majoritaires, précisément dans les filières d’excellence. Il ne faudrait pas en conclure que le choix du latin est fait pour de « mauvaises » raisons : viser l’excellence scolaire et sociale est une « bonne » raison. Cependant faire du latin est encore possible au collège pour beaucoup mais devient plus difficile à tenir au lycée où d’autres matières deviennent prioritaires.

Au vu de ces résultats, on doit cependant se demander si l’objectif fondamental visé dans l’enseignement du latin (ou des langues anciennes en général) ne devrait pas l’être sur seulement les trois ans du collège où le programme devrait se suffire à lui-même et apporter des satisfactions et non des frustrations à ceux qui l’ont suivi. Ce n’est pas le cas : beaucoup d’enseignants pensent que le niveau défini actuellement par les programmes est irréaliste et que malgré leur bonne volonté, les élèves sont confrontés à de grandes difficultés quand ils sont mis en présence de textes authentiques. En effet les programmes du collège en langues anciennes sont d’une ambition inatteignable : l’enseignement est « fondé sur la lecture des textes d’auteurs latins ou grecs » ; en plus des références culturelles, les savoirs et compétences devant être acquis à la fin du collège sont :
— maîtriser un lexique de 800 à 1 000 mots en latin ; d’environ 300 mots en grec ;
— lire un texte en latin ou en grec à partir de ce lexique et le traduire oralement ou par écrit ;
— élaborer et analyser une traduction » [3]

Une part importante des élèves suit l’option latin au collège : il faut donner à ces élèves une initiation au latin qui leur permette de comprendre le latin qu’ils rencontrent réellement, les éléments de culture latine toujours vivants aujourd’hui, des éléments de compréhension de l’étymologie du français, une connaissance des lettres grecques et des racines grecques toujours productives dans le français d’aujourd’hui. C’est au lycée, avec ceux qui envisagent une formation littéraire approfondie (qu’ils soient en S ou en L) que la découverte complète du latin avec des textes authentiques serait raisonnable.

[1] Sur la régression logistique on pourra consulter Philippe Cibois Les méthodes d’analyse d’enquête http://pagesperso-orange.fr/cibois/PhCiboisMethAnaEnq.pdf

[2] L’effet « pur » en régression logistique est à prendre au sens de Léridon et Toulemon, Démographie, 1997, p.252.

[3] Ministère de l’éducation nationale, les programmes au collège http://www.education.gouv.fr/cid81/programmes.html


3 réflexions au sujet de « Origine et devenir scolaire des latinistes »

  1. Bonjour,

    Je ne puis qu’abonder dans votre sens. Les textes authentiques avec traduction ne sont exploitables en collège que pour la civilisation. On ne peut pas demander à un(e) latiniste de 4e ou de 3e de comprendre aisément Cicéron ou Tacite, auteurs que nous abordions en lycée. Étudier le latin, pour un élève, c’est aussi découvrir le plaisir de comprendre un texte, de le traduire avec les éléments lexicaux et grammaticaux dont il dispose. Si le texte est inabordable, il se lasse vite. Je pense donc que, jusqu’en 3e, il faut travailler sur des textes « adaptés ». Il en existe dans les anciens manuels et je me réjouis de les avoir conservés.

    Pour ce qui est de la poursuite de l’étude du latin au lycée, nous sommes hélas confrontés à deux problèmes:
    – l’offre de plus en plus réduite de cette option dans les lycées des petites villes ou ruraux;
    – la multiplication d’options nouvelles depuis plusieurs années, qui tentent précisément les élèves par leur nouveauté et qu’ils abandonnent le plus souvent à la fin de la 2nde.

    Certains étudiants, historiens en particulier, renouent avec le latin ou le découvrent en regrettant le plus souvent de n’en avoir jamais fait ou de l’avoir abandonné. Ils apprennent vite et se montrent particulièrement motivés.

    Encore merci pour cet excellent blog que je consulte souvent.

    Bonne continuation, bien cordialement,

    C.S.

  2. Excellente étude. Me demande s’il y a une corrélation tangible entre un bon niveau en latin et l’anglais; en effet, ai entendu cette supposition de la part de latinistes, mais n’ayant fait qu’initiation au latin après allemand première langue étrangère, j’ai ensuite obtenu un des meilleurs scores français au TOEFL (test of English as a foreign language) après des études de management en Angleterre et ne suis ainsi pas représentative. Merci ;)

    1. Il est bien difficile d’observer des corrélations de réussite entre divers disciplines car le succès vient de compétences et de motivations communes. Dans un autre billet, je prends l’exemple du mathématicien Laurent Schwartz qui était tellement bon en latin qu’il en aurait bien fait sa carrière. Il explique que sa motivation, dans les deux disciplines, était d’être le meilleur et, ayant choisi les maths, ce fut le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *