Du latin parlé tardif au protofrançais

Dirigeons-nous, par une expérience de pensée ou grâce à la représentation par satellite (possible ci-dessus) vers Saint-Riquier, petite commune de 1300 habitants en Picardie à quelques km d’Abbeville. En effet, nous allons nous intéresser aujourd’hui à ce saint qui a laissé son nom à un monastère et dont le récit de la vie a été écrit vers 670. Comme Saint-Riquier était célèbre, sa vie était lue devant les fidèles le jour de sa fête et ce jusqu’à l’époque de Charlemagne. Certes, on n’a pas cessé de le fêter après 800 mais, dans le cadre de la réforme carolingienne, Alcuin est chargé de revoir ce latin peu classique. On dispose donc de la première vie de Saint-Riquier en latin parlé tardif mérovingien ; des commentaires qu’Alcuin fait sur son travail ; de la seconde version rédigée par Alcuin vers 800 en latin en latin correct qui a été lue ensuite devant la foule, mais qui n’était plus comprise par elle.

L’intérêt de la première vie, selon Michel Banniard que nous suivrons au long de ce billet [1], est qu’on y trouve un mélange de la langue parlée par les illettrés et de celle parlée par des gens plus instruits. D’ailleurs, Alcuin dans ses commentaires, dit que de ce texte était jugé par les moines de l’abbaye, ad recitandum in populo aptior videbatur « ils le jugeaient plus apte [que d’autres versions plus correctes du point de vue d’Alcuin, mais moins compréhensibles] à être lue en public à voix haute » [2]. On a donc affaire à un texte qui aura été compris pendant un siècle de sa première rédaction vers 670 à sa réécriture savante en 800.

A certains moments, il est possible de retrouver dans ce latin parlé tardif mérovingien des expressions qui sont quasiment celles de l’ancien français.  Suivons Michel Banniard :

Riquier se retire dans un ermitage, une cabane rudimentaire en roseau, où il meurt : « Sigobard, le disciple de Riquier, se voit en songe auprès du saint après le décès de celui-ci. Riquier lui montre sa demeure célestes et commente : Frater Sogobarde, mala mansione habuimus de fumo : vel in ista modo domo non nos nocet fumus. (…) on osera traduire, imitant le plus ancien français « Frère Sigobard, male maison eumes de fum (c’est le vieux mot pour fumée) ; ⸗ mais> en ceste demeure-⸗ci> ne nous nuit le fum… » (Les deux vies…p.50).

Nous sommes juste au passage d’un latin encore compris par les foules populaires qui viennent à la liturgie solennelle de la fête du saint, à un protofrançais qui en est issu. Par contre, le texte d’Alcuin de la vie révisée est un retour au sermon de bonne latinité patristique.

Ecce, frater Sigobarde, qualem mansionem praeparavit mihi Deus, pro vili quam habui in terra pulcherrimam in caelo.
Voilà, frère Sigobard, quelle maison Dieu a préparé pour moi : à la place de la vile que j’ai eue sur terre, une splendide au ciel. (p.51)

Dans un autre article [3], Michel Banniard accomplit la démarche inverse : dans un texte d’ancien français  « Raoul de Cambrai », il retrouve des formes qui sont celles du latin. Soit son exemple :

Drois empereres, trop feïs grand folaige
quant ton neveu donnas tel eritaige,
et d’autrui terre l’onnor et le fieage.

Juste empereur, tu t’es laissé aller à n’importe quoi
en faisant cadeau à ton neveu d’un pareil héritage,
la garde et la maitrise d’une terre qui appartient à quelqu’un d’autre.

Afin de rendre perceptible la similitude avec un état ancien de la langue latine parlée, il propose la rétroversion en latin mérovingien avec la graphie de l’époque :

quant ton neveu donnas tel eritaige,
quando tuo nepote donasti tale heredatgo

ce qui à l’époque carolingienne pourrait s’écrire : quando tuo nepoti donavisti talem heretaticum (l’ancien français, p. 31-32).

L’idée sous-jacente de l’auteur est qu’il faut cesser de regarder l’apparition du français comme une dégradation du latin, comme le résidu linguistique de la décadence de l’Empire romain, mais que l’ancien français est le fruit d’une évolution régulière (au sens où elle suit les règles de l’évolution des langues) qui ne doit pas être assimilée à la graphie bonne ou mauvaise d’une époque. La langue latine parlée à toujours évolué et, si l’on met en avant l’époque classique, ce n’est pas pour des raisons linguistiques mais pour des raisons liées à l’histoire de la culture. Toute langue se transmet d’une génération à l’autre « sans détresse langagière » (p.30) : comme les modifications se font progressivement, chaque nouvel état de la langue conserve certains aspects anciens comme dans la phrase montrée plus haut.

***

Avec les deux vies de Saint-Riquier, nous voyons sous nos yeux la réforme carolingienne se mettre en place. Ses conséquences sont toujours présentes de deux façons :

1) lors des cérémonies religieuses : messes, fêtes des saints, les textes dits à haute voix cessent d’être compréhensibles par le peuple, même si la prédication est faite, les conciles le recommandent, dans une langue qui soit compréhensible des auditeurs. Comme cette situation a perduré jusqu’au 2e concile du Vatican dans les années 60, mais ne correspond plus à la réalité actuelle des cérémonies catholiques, il vaut la peine de dire comment cette situation était ressentie.

A dire vrai, cet usage du latin n’a jamais beaucoup posé de problèmes aux fidèles puisque progressivement, comme le montre l’architecture des cathédrales, la messe est célébrée devant le chapitre qui seul y participe vraiment, le peuple se contentant de voir l’hostie levée au moment de la consécration. Au début du 20e siècle, parallèlement au renouveau biblique, un renouveau liturgique tend à faire participer à nouveau le fidèle à la messe. Dans les années 50, la messe est à nouveau dite face au peuple, les fidèles répondent en latin aux dialogues comme dominus vobiscum, et cum spiritu tuo, (sans trop comprendre ce que peut être cet esprit qui est avec le célébrant, alors qu’il s’agit d’une expression biblique où l’esprit de quelqu’un est sa personne, lui-même, ce qui entraina la traduction française « et avec vous aussi »). Ils connaissent en latin les grandes prières comme le Pater ou le Sanctus et savent chanter le Credo en latin.

C’est l’époque aussi des missels bilingues latin-français qui, s’ils ont déjà existé auparavant, deviennent très précis dans leur traduction et servent en quelque sorte de doublage linguistique de la messe. Le prêtre dit un texte en version originale latine et le fidèle le suit en même temps sur son missel en version française [4]. Le concile Vatican 2, continuant le mouvement liturgique, a rendu possible la messe en langue vulgaire.

2) avec la réforme carolingienne, l’évolution du latin tardif vers le protofrançais n’est certes pas empêchée, mais une norme est fixée qui durera jusqu’à la disparition du latin scientifique. Avec la réforme humaniste, le latin s’impose dans l’enseignement à toutes les classes lettrées et devient, sous le terme d’humanités, un signe de culture. Le problème qui se pose aujourd’hui est de savoir en quoi doivent consister aujourd’hui ces humanités.

Plusieurs livres récents évoquent dans leur titre ce terme des humanités et feront donc l’objet d’un prochain billet.


[1] Tout ce billet s’appuie sur plusieurs écrits de Michel Banniard auxquels on renvoie pour plus de précisions. Le premier est : « Les deux vies de Saint Riquier : du latin médiatique au latin hiératique », Médiévales 25, automne 1993, pp. 45-52 Texte disponible en ligne
[2] Michel Banniard, Viva voce : communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin, Institut des études augustiniennes, 1992, p.255
[3] Michel Banniard, « L’ancien français, mémoire du latin », in Par les mots et les textes : mélanges offerts à Claude Thomasset, Presses de Paris-Sorbonne, 2005.
[4] Ici Missel quotidien des fidèles par RP Joseph Feder s.j., Tours, Maison Mame, 1958.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *