Les Humanités aujourd’hui. Que faire ?

L’Association des Professeurs de Lettres (APL) vient de publier les actes d’une journée d’études récentes sous le titre Enseigner les Humanités [1].

Le but des organisateurs de la journée, qui comportait douze intervenants, était de savoir ce que veut dire aujourd’hui le mot Humanités, étant entendu que le thème est dans l’air du temps puisque même les documents officiels et le ministre de l’Éducation nationale l’emploient (p.17). Si les Humanités, c’est ce qui permet la formation de l’homme et du citoyen, faut-il élargir les contours de la notion et y inclure des connaissances de science humaines ou bien faut-il s’en tenir à des contenus, des méthodes d’appropriation du patrimoine culturel de l’humanité ? Pour répondre à ces questions, l’APL a voulu partager sa journée en une partie intitulée « panorama historique » qui a permis de voir en quoi l’enseignement des Humanités a consisté, des collèges de l’Ancien Régime jusqu’aux années 1970, puis d’examiner dans « actualité et perspectives » des témoignages de terrain et des prises de positions de responsables.

Le panorama historique s’appuie sur plusieurs contributions faites par des spécialistes du domaine : Sylvain Menant, spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, pour l’enseignement des humanités dans les collèges de l’Ancien Régime ; Dominique Julia et André Chervel, spécialistes de l’histoire de l’éducation étudient la période qui va de la Révolution au XIXe siècle ; Violaine Houdart-Merot, spécialiste de littérature française, s’attache à l’évolution de l’enseignement des lettres de la fin du XIXe siècle à nos jours ; enfin Nathalie Bulle, sociologue, examine les débats du début du XXe siècle à travers des auteurs comme Fouillée ou Durkheim ainsi que la querelle de la « Nouvelle Sorbonne ». Ces présentations historiques sont le fait de spécialistes de leur domaine : ils font le point sur la façon dont étaient perçues et enseignées les humanités sur leur période spécifique.

En résumé, [2] dans l’enseignement d’Ancien Régime, l’étude des belles-lettres vise à la formation morale et intellectuelle de l’enfant ; la Révolution cherche à trouver dans l’Antiquité la régénération morale nécessaire à la nouvelle société, mais échoue : l’enseignement du latin y sera critiqué par Volney. Avec Napoléon, on revient aux humanités, que l’on qualifiera peu après de « classiques », mais le modèle basé sur la rhétorique du thème latin s’effrite même si le XIXe siècle est le siècle d’un retour au latin [3]. La référence humaniste reste forte dans la première partie du XXe siècle, basée sur des auteurs classiques et ayant pour but la formation de l’homme à tous les points de vue. Depuis la scolarisation massive des années 70, on passe de l’étude des auteurs classiques à celle des écrivains contemporains. Le roman s’instaure comme genre canonique et les finalités changent : il ne s’agit plus de la formation morale, esthétique, intellectuelle, mais de préparer à la vie d’homme et de citoyen. Il faut apprendre à lire d’une façon critique afin de devenir autonome.

A ce tableau historique succèdent des textes de la rubrique « actualités et perspectives », où l’on trouve des réactions de personnes sur le terrain et des prises de positions de responsables d’associations.

Hélène Solnica enseigne les classiques en zones « turbulentes » et assume sa position : sa référence ce sont les élèves d’un collège ou lycée de centre-ville dotés « comme on s’y attend, d’une culture littéraire française digne de ce nom, parce qu’ils sont issus de familles imprégnées de ladite culture, et que leurs professeurs n’éprouvent aucun scrupule à leur faire étudier les bons auteurs. » (p.125) Si l’on veut intégrer les jeunes des banlieues, il faut leur offrir la même chose, c’est une question de justice. Etudier les classiques, même si c’est dur, permet de maitriser la langue.

D’une manière un peu différente, Christiane Vollaire, également enseignante en banlieue, arrive aux mêmes conclusions : la pratique actuelle qui, face aux difficultés de l’enseignement, consiste à avoir une attitude indulgente, consciente des difficultés de tous ordres des élèves, attitude qualifiée « d’humanitaire » a pour résultat de maintenir ces élèves dans une condition de dépendance et de discrimination. Les élèves traités ainsi humainement sont en fait les victimes de la démission de l’institution scolaire.

Luc Fraisse, qui s’intéresse comme universitaire à l’histoire littéraire et à ses avatars dans les programmes, veut remettre en cause l’histoire littéraire des programmes qui met trop l’accent sur les courants et les ruptures qu’ils sont supposés induire. La présentation chronologique, les volumes par siècle, permettent une présentation plus rigoureuse, et plus facilement mémorisable des mouvements littéraires et des époques où ils se situent.

Avec Cécilia Suzzoni, les langues anciennes, et principalement le latin, sont au cœur du débat : le style est différent, plus chargé de citations littéraires. Son but est de montrer la présence du latin dans le français sous diverses formes. L’étymologie bien sûr présente, n’en est qu’un aspect : ce qu’il y a de plus profond, c’est le lien qui associe littérature et rhétorique antique. Nous sommes redevables au plan conceptuel et symbolique de formes qui nous relient à l’antiquité. De ce fait, face à cet héritage qu’il nous est impossible de ne pas assumer si nous voulons comprendre notre condition, les motivations utilitaires de l’enseignement du latin paraissent mesquines alors que la connaissance du latin semble indispensable pour comprendre le patrimoine culturel de la littérature française. On comprend mal de ce fait comment il est possible d’être enseignant de français sans connaissance du latin.

Cécilia Suzzoni termine en donnant sa définition du littéraire qui, même si elle n’emploie pas la formule, s’identifie à l’humanisme pour aujourd’hui. Le littéraire éduqué à partir de la langue et de la littérature, est ainsi imprégné du « poids symbolique de la culture et du passé » (p.171). Cependant, le littéraire n’est pas un pur historien instruit scientifiquement du passé, il doit avoir avec le présent un contact critique, esthétique, éthique que lui permet sa fréquentation et son appropriation de l’héritage de la littérature.

Le dernier texte, de Jean Cancès, ancien président de l’APL, tranche par son argumentation et son style (30 pages de texte, 20 pages de notes) : il veut en premier lieu dénoncer la politique gouvernementale qui ne vise qu’à favoriser l’adaptation de l’élève au marché du travail et son adaptation à la société de consommation. Il critique par exemple l’idéologie avouée des enquêtes comparatives PISA qui veulent mesurer les compétences liées « aux besoins de la vie quotidienne personnelle et professionnelle » (p.177) et renoncent aux ambitions qui étaient celles de la conception émancipatrice républicaine de l’école. Pour lutter contre un enseignement qui ne fait qu’adapter à la mondialisation libérale, il importe d’appuyer la pédagogie sur un certain nombre d’outils qui permettent de lutter contre l’échec scolaire, sans renoncer à l’école républicaine. Ces outils, issus des sciences cognitives, doivent permettre de remédier aux inégalités et de développer la capacité d’abstraction et une bonne capacité d’apprentissage. Mais cela suppose une réelle formation des enseignants.

Essayons de récapituler l’argumentaire de cette deuxième partie : on y trouve l’idée force que si les belles-lettres constituaient le fond des humanités classiques, c’est aujourd’hui la littérature qui s’y substitue. Comme elles, elle permettra non seulement de former en profondeur l’élève à sa langue, mais elle le conduira à s’approprier un héritage de symboles, d’images, de formes, qui nous relient au passé mais aussi permettent une sureté de jugement esthétique, moral et politique qui constituent la condition humaine authentique. On retrouve là l’objectif de la paideia, de l’émancipation des Lumières, de la bildung. Ayant assumé ce but, il convient de lutter contre l’idéologie de l’élitisme et de montrer que l’on doit et que l’on peut proposer cet objectif à tous, y compris aux plus défavorisés.

***

Quittons maintenant la pure analyse du contenu de ce livre, dont j’espère avoir rendu compte en respectant son articulation, pour en apprécier la portée. La question que je voudrais poser aux auteurs est la suivante : est-ce que la seule littérature est apte à former le jugement esthétique, moral et politique ? En ce qui concerne l’héritage des anciens, la littérature est-elle la seule branche de l’activité humaine dont nous devrions hériter ? Je reprendrai ces interrogations plus loin après avoir complété cette analyse par l’examen du livre d’Yves Citton, professeur de Littérature à l’université de Grenoble, L’avenir des humanités [4] qui apporte d’autres réponses concernant l’actualité des Humanités.

Son propos est de montrer, comme son sous-titre l’indique (Economie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ?) que les évolutions technologiques actuelles entrainent une société de la connaissance qui induit une nouvelle économie, de nouveaux comportements individuels, une révolution conceptuelle.

L’auteur veut montrer que les connaissances auxquelles nous avons accès par le biais des nouvelles technologies ne se réduisent pas à une somme de bits informatiques ou de pixels, mais sont toujours des données que nous interprétons en fonction de notre arrière-plan culturel. En premier lieu nous sélectionnons une information : pourquoi celle-ci ? C’est que nous avons des soucis, des intérêts qui, d’une manière complexe (et non automatisable) nous conduisent à des intuitions d’utilité possible de telle ou telle information. Entre le « ça ne colle pas » et le « c’est bien çà » (p.57) se joue une interaction qui introduit un dialogue entre toutes nos connaissances, croyances, anticipations et cette partie du réel appréhendée par une information nouvelle. La phase finale est celle de l’invention d’une nouvelle manière de voir : face à la sollicitation de l’information nouvelle, nous redécoupons ce que nous pensions d’une manière différente sous forme d’une intuition qui, vérifiée devient une invention, une découverte.

De même qu’il est illusoire pour traiter le courrier entrant sur notre ordinateur, de mettre un filtre qui ne nous sélectionnerait que ce qui est intéressant, de même il est faux de croire que l’information se suffit à elle-même alors qu’elle doit faire l’objet d’une interprétation pour que sa nouveauté soit sélectionnée, reconnue, puis intégrée dans notre univers conceptuel.

On retrouve ici une partie de ce qui était dit plus haut de la nécessité de disposer d’une sureté de jugement fondée sur la connaissance d’un héritage et Yves Citton, comme spécialiste de Littérature met en rapport très précisément l’acte d’interpréter dans toute sa généralité et le cas particulier des études littéraires qui « ne fait que révéler à ciel ouvert ce qui se trame de façon souterraine au cœur de n’importe quelle forme d’interprétation inventive » (p.104). Par ailleurs, cette démarche interprétative est d’une généralité très grande : nous sommes tous amenées à réinterpréter ce que nous avons reçu des générations précédentes, ce que nous suggère notre entourage familial ou professionnel (p.117).

Faisant à grands traits l’histoire de l’interprétation dans le cadre des Humanités, l’auteur évoque le programme d’Howard Bloch, dont j’ai déjà rendu compte dans ce carnet et que je reprends pour une part ici, pour qui la perspective des Humanités communes (une perspective qui englobe les écrits des grandes civilisations) repose sur les bases traditionnelles de l’humanisme qui est récapitulation du passé pour ouvrir les pistes du futur avec cette prise en compte d’un monde globalisé. En d’autres termes, les expériences historiques passées sont présentes par leurs conséquences ; les langues forgées jadis ont intégré dans leurs mots et leurs structures syntaxiques les règles du jeu social ; les institutions où nous nous mouvons sont le fruit de réformes anciennes, du collège jésuite à l’université humboldtienne. Notre sensibilité, notre « individualisme » actuel ne sont pas issus d’extraterrestres mais sont le fruit d’expériences et de réflexions philosophiques. Seule une étude rationnelle de toutes ces expériences est à même de nous donner la clé du présent, et d’un présent élargi aux dimensions du monde.

***

Résumons-nous  la thèse de l’APL (2e partie de : Enseigner les Humanités) et celle d’Howard Bloch sur les Humanités communes convergent pour mettre l’accent sur la nécessaire appropriation de l’héritage littéraire. Ce qu’y ajoute Yves Citton, c’est un élargissement de ce travail d’appropriation de l’héritage littéraire qui devient le modèle de l’interprétation au sens large, de la créativité, de la découverte mais aussi de la nécessaire réinterprétation de la tradition dont nous héritons pour beaucoup des aspects de notre vie. Ceci est un premier élargissement : l’expérience intériorisée de l’héritage n’est pas mobilisé qu’à de rares moments, c’est dans toute la vie que se déroule la  « mise à jour » d’une condition humaine pleine, soucieuse de beau, de bien et de vrai.

Je reviens donc à la question posée plus haut : la condition humaine dans son authenticité est instruite à plusieurs sources. Si l’héritage culturel de l’humanité passe par la littérature, ce n’est pas la seule voie : la connaissance esthétique n’est pas que littéraire, elle peut-être aussi picturale ou musicale. L’histoire, la connaissance des autres civilisations, la philosophie et enfin la connaissance scientifique en font partie également.

Je voudrais insister sur ce dernier point en faisant allusion à l’ouvrage récent de Bruno Latour, Cogitamus. Six lettres sur les Humanités scientifiques [5]. En effet, Bruno Latour est un sociologue qui s’est intéressé à ce qui se passe dans un laboratoire de sciences et il s’est rendu compte que même l’élaboration scientifique se constituait par un travail d’interprétation analogue à celui que l’on rencontre précisément dans les humanités. Avant qu’un fait scientifique reconnu comme tel existe , il y a des états antérieurs où l’on est encore dans la thèse discutée et encore auparavant dans l’hypothèse farfelue, voire dans l’hérésie. On ne peut pas opposer une démarche scientifique qui ne relèverait que des faits et une démarche littéraire où tout serait débat. Tout est affaire d’interprétation, non au sens relativiste du terme, mais dans le sens très précis que nous avons donné plus haut à ce terme, c’est-à-dire de la confrontation de ce que l’on observe avec ce que l’on sait, cette dynamique dont l’interprétation littéraire est le modèle. Le titre de Latour est révélateur de son projet : si le Cogito est le fait de celui qui réfléchit isolément, la science est constitué par le Cogitamus, la réflexion collective qui discute et passe progressivement par le débat d’une opinion discutée à une certitude admise par toute la communauté.

A l’heure numérique, toute question technique devient une question sociale, politique et la réflexion interprétative est une exigence pour tout citoyen éclairé. Il est devenu illusoire de penser que les questions un peu importantes où la technique joue un rôle, puissent se décider entre experts sans une réflexion citoyenne, sans ces groupes mixtes où la démocratie va en se développant [6].

La conclusion pratique de ces réflexions est que c’est à tout l’héritage culturel, dans ses aspects littéraire, artistiques, historiques, civilisationnels mais aussi scientifiques que l’enseignement doit former : il est donc fondamental que tous aient accès à cet héritage. Tous, cela veut dire tout le monde, y compris ceux qui n’ont pas d’héritage culturel transmis par la famille, mais tout le monde, cela veut dire aussi que soit remise en cause la division entre l’orientation scientifique et l’orientation littéraire qui est un reliquat du passé dont il faut faire table rase pour le futur.

Reprenons pour y voir plus clair l’analyse que nous avions faite précédemment sur l’évolution des séries du bac depuis 1920. Nous reproduisons ci-dessous le graphique de l’évolution des séries en pourcentages.

Soyons réaliste : pourquoi la longue descente de la série littéraire s’arrêterait-elle ? Ce n’est pas son utilité qui en cause, c’est le fait qu’elle est partielle, qu’elle met l’accent sur un aspect authentique de la formation humaine, mais sur un seul. La série Sciences Economiques et Sociales parait pour beaucoup une formation plus riche au métier de citoyen parce qu’elle initie aux problèmes économiques et sociaux qui sont fondamentaux aujourd’hui. Quant à la série scientifique, ce qui fait son attrait, ce n’est pas son programme, ce sont ses débouchés, c’est la voie d’excellence comme cela avait pu être le cas des lettres auparavant.

Lutter pour le maintien de la série littéraire à long terme est illusoire. Cette série n’est que la butte témoin de l’enseignement des Humanités enseignées dans les collèges de l’Ancien Régime ou dans les lycées napoléoniens. Ce qu’il est possible par contre, et salutaire pour tous, c’est de tendre vers un enseignement plus homogène par exemple en tentant d’unifier les trois filières de l’enseignement général (comme on a unifié les sections C et D précédemment). Tous les élèves ont droit à une formation scientifique, tous ont droit à une formation économique et sociale, tous ont droit à une formation philosophique, tous ont droit à une formation littéraire, dont on sait d’ailleurs que beaucoup de bons élèves de la section S regrettent de ne pas pouvoir l’approfondir. D’une manière pratique, il ne faut pas mener de combats d’arrière-garde mais demander que tous aient accès à tout ce qui est nécessaire pour comprendre la cité, pour y être un témoin actif du passé qui nous forme et nous guide vers une vie authentique.

On rappellera à ce propos les résultats issus du Panel 95 où nous avions montré que ce qui porte le plus les parents à faire faire du latin est le souci de l’excellence sociale et scolaire. On peut faire l’hypothèse raisonnable qu’il en est de même pour les lettres en général : si, dans une filière générale regroupant les actuelles sections S, ES et L, avec les mêmes coefficients au bac pour tous, existaient des options renforcées de mathématiques et de lettres, les préparations aux grandes écoles scientifiques et littéraires seraient pleinement assurées. On pourrait ainsi donner à tous une formation équilibrée, où les sciences ne seraient plus vues, par le biais des mathématiques, comme un entrainement pour la réussite ultérieure mais comme une initiation à la science authentique, ce qui permettrait d’assurer des vocations scientifiques dont le déficit est fort. Tous seraient initiés à la lecture du patrimoine littéraire, à la compréhension des réalités économiques et sociales, à l’histoire de l’art.


[1] Jean-Noël Laurenti et Romain Vignest (dir.) Enseigner les Humanités. Enjeux, programmes et méthodes de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Actes de la journée d’étude du 27 mars 2010 organisée par l’Association des Professeurs de Lettres. Paris, Lycée Henri IV, Kimé, 2010.
[2] cf. sur ce site le billet sur Rollin ; la fascination de l’Antique de Rollin à Rouseau ; l’impact de la Révolution
[3] André Chervel, et c’est intéressant pour la question des expressions latines du français, note que beaucoup d’expressions usuelles sont entrées dans le lexique à cette époque comme : summum (date de la première attestation : 1806), omnibus (1828) , illico, ad libitum, ipso facto (1835), intra muros (1839), memorandum, terminus, in extenso (1842), alter ego (1845), in extremis (1847), idem (1850), de facto (1865), casus belli (1866), lapsus linguae (1867), referendum (1874), plaidoyer pro domo (1875), manu militari, modus vivendi, sine die (1888), curriculum vitae (fin du siècle) (p.74)
[4] Yves Citton, L’avenir des Humanités. Economie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? La Découverte, 2010
[5] Bruno Latour, Cogitamus. Six lettres sur les Humanités scientifiques, La Découverte, 2010
[6] comme ceux évoqués dans : Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, 2001.


Une réflexion au sujet de « Les Humanités aujourd’hui. Que faire ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *