Que dire de Noël dans l’enseignement ?

Dans les écoles, il est de tradition que la veille de Noël soit l’occasion de la lecture d’un conte, dans la presse, on recherche l’origine du sapin, du père Noël ou de la date du 25 décembre (et ses rapports avec fête romaine de sol invictus) où de l’origine des santons, mais personne ne parle du thème religieux initié par le récit évangélique de la naissance de Jésus.

On comprend bien pourquoi : cet épisode et si intimement lié au cœur de la religion chrétienne qu’un enseignant respectueux de la laïcité à l’impression qu’il ne peut en parler que dans une perspective chrétienne et c’est contraire à la laïcité de l’enseignement, ou dans une perspective agnostique pour en faire apparaitre l’aspect mythique et alors il ne respecte pas non plus la laïcité car il va probablement heurter des consciences croyantes.

Cependant la Bible étant au programme de 6e comme l’Iliade ou les Métamorphoses, il est possible de parler de textes religieux, y compris de ceux qui sont au cœur de la croyance, en expliquant ce que l’auteur a voulu dire, comment il l’a dit, comment cela a été compris, alors et depuis. En un mot, il faut appliquer à ce texte les questions que l’on se pose devant tout texte.

Je vais essayer de montrer que cela est possible en prenant comme texte d’étude un des récits évangéliques de la naissance de Jésus et précisément le début de celui qui est utilisé par la messe de minuit à Noël : Luc 2/1-7.

Factum est autem in diebus illis  exiit edictum a Caesare Augusto ut describeretur universus orbis. Haec descriptio prima facta est a praeside Syriae Cyrino ; et ibant omnes ut profiterentur singuli in suam civitatem. Ascendit autem et Joseph a Galilaea de civitate Nazareth in Judaeam in civitatem David, quae vocatur Bethleem, eo quod esset de domo et familia David, ut profiteretur cum Maria desponsata sibi uxore praegnante. Factum est autem, cum essent ibi impleti sunt dies ut pareret. Et peperit filium suum primogenitum, et pannis eum involvit et reclinavit eum in praesepio, quia non erat eis locus in diversorio.

En voici une lecture interlinéaire d’un latin sans réelle difficulté (on trouvera des éléments explicatifs ensuite).

Factum est autem in diebus illis exiit edictum a Caesare Augusto
Il arriva par ailleurs en ces jours  qu’il sortit un édit de César Auguste

ut describeretur universus orbis.
pour que soit recensé l’ensemble de la terre.

Haec descriptio prima facta est a praeside Syriae Cyrino
Ce recensement, le premier, a été fait sous le gouverneur de Syrie Quirinus

et ibant omnes ut profiterentur singuli in suam civitatem
et ils allaient tous pour qu’ils soient déclarés chacun dans sa cité.

Ascendit autem et Joseph a Galilaea de civitate Nazareth in Judaeam
Et monta donc Joseph de la Galilée depuis la cité de Nazareth en Judée

in civitatem David, quae vocatur Bethleem,
à la cité de David qu’on appelle Bethleem,

eo quod esset de domo et familia David,
du fait qu’il était de la maison et de la famille de David,

ut profiteretur cum Maria desponsata sibi uxore praegnante
pour qu’il soit déclaré avec Marie son épouse promise enceinte

Factum est autem, cum essent ibi
Il arriva donc comme ils étaient là

impleti sunt dies ut pareret.
les jours sont accomplis pour qu’elle enfanta

Et peperit filium suum primogenitum
Et elle enfanta son fils premier né

et pannis eum involvit
et elle l’enveloppa dans des morceaux d’étoffe

et reclinavit eum in praesepio
et l’allongea dans une mangeoire

quia non erat eis locus in diversorio.
parce qu’il n’y avait pas d’emplacement pour eux.

Version de la Traduction Œcuménique de la Bible :

« Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville ; Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem en Judée, parce qu’il était de la famille et de la descendance de David, pour se faire recenser avec Marie son épouse qui était enceinte. Or pendant qu’ils étaient là, le jour où elle devait accoucher arriva : elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes. »

Explications

– discribo, is, ere, scripsi, assigner, répartir. Ce mot est souvent confondu avec describo, is, ere, scripsi, transcrire.  Le grec est un dérivé de απογραφω enregistrer d’où la traduction en recensement.

– praeses, idis, gouverneur (de province)

Le problème de la datation de ce recensement est aujourd’hui vu de la manière suivante : les évangiles de l’enfance de Matthieu et de Luc « ne disposaient pas de témoignages oculaires directs ; aussi ont-ils dû partir de souvenir très ténus, pour leur donner de l’ampleur en les valorisant par des prophéties de l’Ancien Testament, des formules de foi chrétienne et des signes annonciateurs de la mort et de la résurrection du Christ. On a fait remarquer cependant que le récit de l’enfance de Matthieu et celui de Luc sont indépendants l’un de l’autre et partent souvent dans des directions différentes et parfois contradictoires ; par le fait même, leur accord occasionnel sur un fait concret peut avoir une réelle signification. C’est le cas lorsqu’ils s’accordent (Mt 2/1 ; Luc 1/4) sur le fait que Jésus est né durant le règne d’Hérode le Grand (37-4 av. J.C.) » (Meier : 228)[1]. En ce qui concerne le recensement attribué à Auguste on n’en retrouve pas trace mais Quirinius organisa un recensement en 5-7 après J.C., mais en Judée, pas en Galilée (134).

En ce qui concerne la naissance à Bethléem, Luc veut laisser entendre que la prophétie s’accomplit du Messie vrai Fils de David. Comme son nom l’indique (Jésus de Nazareth), Jésus est né à Nazareth (136-138).

– uxor, oris, féminin, épouse ; desponsatus, a, um, fiancé. Le couple desponsata uxor correspond au fonctionnement social du mariage juif de l’époque : « Selon les coutumes de ce temps, le mariage s’effectuait en deux temps. Après l’engagement mutuel qui liait juridiquement les époux, l’épouse restait sous le toit paternel durant une année environ, jusqu’au jour où l’époux prenait chez lui son épouse pour mener vie commune. » [2]

– primogenitus, a, um, adjectif, premier-né, ce qui suppose des enfants ultérieurs. Plusieurs sont nommés dans l’Evangile ; Jacques (qui deviendra le chef de la communauté chrétienne de Jérusalem), Joseph, Simon et Jude ; ainsi que des sœurs non nommées. Malgré l’opposition de Jérôme qui met en avant le fait que frères et cousins sont confondus dans un même mot dans l’Ancien Testament, les exégètes contemporains pensent qu’il s’agit de frères et non de cousins, terme qui existe en grec et qui n’est pas utilisé ici (Meier : 189-203).

– pario, is, ere, peperi, enfanter
– pannus, i
, masculin, morceau d’étoffe
– reclino, as, are, avi
, incliner en arrière
– praesepium, ii
, neutre étable, mangeoire

-diversorium, ii, neutre, lieu où l’on s’arrête pour loger ou se reposer : Luc fait allusion à un caravansérail où il y avait évidemment des écuries, lieu plus tranquille pour un accouchement. La crèche au sens moderne du mot est une invention de François d’Assise à Greccio en 1223.

Le but de l’auteur est d’anticiper, par le récit d’une enfance humble, dépouillée de toute gloire humaine dans le milieu de sa naissance, la mort de Jésus dans la pire des conditions humaines. On anticipe le fait que ce qui était humble et dérisoire est ce qui va conduire à la modification de la condition humaine pour ceux qui adhérent au message évangélique. Pour reprendre le vocabulaire chrétien (mais ce vocabulaire est tellement usé qu’il n’a plus beaucoup de signification précise), ce qui correspond à la Résurrection à la fin de la vie du Christ a son parallèle en l’Incarnation au début de sa vie.

De ce fait, parler de ce récit évangélique de Noël en l’isolant de l’ensemble est difficile, sous peine de le réduire à l’intention de l’auteur qui construit un récit en fonction de son propos théologique, alors que le reste de l’Évangile est basé sur des témoignages de personnes connues. Il y a des divergences mais par exemple, depuis la plus haute antiquité, Pierre et Paul ont leur tombe à Rome. Si les interprétations peuvent être ou non celles de la communauté croyante, le Jésus de l’histoire a laissé des traces accessibles aux seuls historiens : c’est d’ailleurs tout le sens des nombreuses « vies de Jésus » dont celle bien connue de Renan (1863). Devant les difficultés de dissocier les faits historiques et leur interprétation croyante, on a cru au début du 20e siècle qu’un tel projet était impossible. La dernière tentative, celle de Meier montre qu’elle était possible : elle manifeste aussi l’évolution des esprits.

Prenons en effet  le début du chapitre II de Renan consacré à l’enfance de Jésus :

« Jésus naquit à Nazareth, petite ville de Galilée qui n’eut avant lui aucune célébrité. Toute sa vie il fut désigné du nom de « Nazaréen » ; et ce n’est que par un détour asses embarrassé qu’on réussit, dans sa légende, à le faire naitre à Bethléem. Nous verrons plus tard le motif de cette supposition, et comment elle était la conséquence obligée du rôle messianique prêté à Jésus. On ignore la date précise de sa naissance. Elle eut lieu sous le règne d’Auguste, probablement vers l’an 750 de Rome, c’est-à-dire quelques années avant l’an 1 de l’ère que tous les peuples civilisés font dater du jour où l’on croit qu’il naquit. (…) Jésus avait des frères et des sœurs, dont il semble avoir été l’ainé. »[3]

Tout ce que dit Renan est repris aujourd’hui par Meier mais le livre de Renan fut considéré comme une charge contre le christianisme tandis que l’ouvrage de Meier est écrit par un prêtre catholique enseignant dans une université catholique[4]. La différence réside dans le fait que Renan, en montrant la base théologique des récits de la vie de Jésus, en déduit une constatation critique qui réduit Jésus à être un « homme incomparable », mention publique faite à son cours du Collège de France et qui lui valut d’être révoqué sous le second empire. Meier par contre distingue parfaitement ce qui est objet de connaissance historique et ce qui est objet de croyance religieuse. Paradoxalement, cette attitude d’un croyant est plus susceptible d’être utilisée d’une façon laïque dans un enseignement du religieux que le message du libre-penseur qu’était Renan.

La difficulté est que le moindre exposé du message chrétien n’est compréhensible que si toute la logique du message est connue. Expliquer point par point le récit évangélique de la naissance de Jésus ne rend pas compte du fait de ce que le message chrétien appelle l’histoire du salut. Voyons comment cela se raccroche à la fête de Noël dans son ensemble

Noël aujourd’hui

Le Noël chrétien est à ce point fêté par tout le monde que les chrétiens protestent et disent qu’on n’y retrouve plus l’esprit authentique de Noël. Est-ce si sûr ? Il s’agit bien d’une fête qui est acceptée de presque tous : la pression est si forte que même ceux qui la refusent doivent s’en défendre et en ressentent un malaise. Les villes et les magasins sont décorés et même aujourd’hui les habitations particulières (surtout en habitat pavillonnaire) rivalisent de clignotements. Une musique d’ambiance spécifique accompagne tous les lieux publics : mélange de cantiques, de chants traditionnels qui ne servent qu’à cette occasion et de mélodies les plus dégoulinantes de sentimentalité comme celle de Tino Rossi dont c’est la seule sortie annuelle. Beaucoup dans l’exercice de leur travail (commerçants, hôpitaux) se mettent sur la tête un chapeau de lutin clignotant. Les couleurs de Noël dominent, le « rouge-vert » envahit les devantures et les papiers-cadeaux. Les achats se font fébriles et les plus pratiquants des chrétiens dénoncent l’invasion du mercantilisme qui fait que l’argent « gâche Noël ».

Le Père Noël

Le thème religieux est évidemment dominant avec la crèche, la messe de minuit et les chants religieux mais les thèmes profanes sont également nombreux : sapins, guirlandes et personnage du Père Noël. Celui-ci, comme les sapins qui lui sont associés semble d’origine nordique, associé qu’il est à la neige et au traineau tiré par des rennes. Il est habillé de rouge, couleur impériale des empereurs romains et de leurs successeurs et il évolue dans un environnement de vert d’arbres persistants, ce qui a donné le couple de couleurs rouge-vert. Son arrivée est dite récente, les adultes nés au début du 20e siècle n’ayant guère connu dans leur enfance la fête sous sa forme actuelle, ni d’ailleurs la profusion des cadeaux dont l’équivalent était la simple orange, fruit de luxe de l’époque d’avant la 2e guerre mondiale.

Pour Claude Lévi-Strauss[5], il s’agit d’une importation, datant d’après la guerre, d’une pratique nord-américaine, du fait de l’influence et du prestige des USA, et cette diffusion est contemporaine de pratiques de même origine comme pour le Coca-Cola. Cependant le folkloriste Arnold Van Gennep raconte que quand il avait 10 ans environ, soit vers 1883 ou 1884, son grand-père jouait pour sa famille le rôle du Père Noël : il reconnut d’ailleurs son grand-père grâce aux bottes qu’il utilisait habituellement pour aller à la chasse[6]. Cette anecdote manifeste que cette pratique existait déjà, au moins dans les milieux aisés, ce qui semble bien le cas de Van Gennep avec son grand-père, chasseur, membre du tiers-ordre franciscain, qui distribue des jouets dans les beaux quartiers de Lyon (quai de l’Est) aux quinze enfants de la famille. Van Gennep ne conteste pas la thèse de Lévi-Strauss qu’il cite mais son expérience personnelle la relativise. Ce qui est nouveau, c’est la diffusion massive des sapins dressés aux carrefours, des papiers d’emballages-cadeaux, des cartes de vœux, des Pères Noël dans les rues et les magasins. Il existe d’ailleurs un phénomène tout à fait analogue aujourd’hui avec l’arrivée d’Halloween, cette veille de la Toussaint (étymologiquement All-Hallow-even) où les fantômes, sous forme de citrouilles grimaçantes, viennent racketter les adultes qui sont priés d’y croire et de donner quelque chose aux enfants-fantômes. Cette pratique des tournées et chansons de quêtes qui étaient tout à fait traditionnelles jadis en Europe avaient pratiquement disparu de France, sauf de quelques campagnes : elles retrouvent vie par l’intermédiaire du milieu urbain de classe moyenne supérieure qui introduit la pratique nord-américaine en organisant pour ses enfants des fêtes d’Halloween.

Dans l’article cité, Claude Lévi-Strauss, évoquant la mise à mort rituelle du Père Noël par les autorités ecclésiastiques à Dijon en décembre 1951, essaye de comprendre le rôle du personnage : il évoque son costume écarlate donc royal, son appellation de Père, donc de vieillard incarnant une autorité bienveillante, et il pense qu’il est devenu la divinité d’une classe d’âge de notre société. Il y a en effet « ceux qui croient au Père Noël » et ceux qui n’y croient plus, la limite d’âge était située auparavant au passage de l’école maternelle à l’école primaire mais semble s’être rabaissée aujourd’hui à l’intérieur de l’école maternelle qui d’ailleurs, appliquant une pédagogie basée sur les centres d’intérêt, utilise toutes les ressources du rite pour faire s’exprimer les enfants et ainsi renforce les croyances. Le Père Noël selon Lévi-Strauss devient ainsi un donateur qui explique aux enfants pourquoi ils reçoivent des cadeaux à Noël : le Père Noël rend rationnel les cadeaux jusqu’à l’âge où un rationalisme plus exigeant rend la croyance plus difficile à croire.

Ces cadeaux doivent eux-mêmes être expliqués : en effet, le statut des cadeaux de Noël est assez spécifique, ces cadeaux ne sont pas objet d’un marchandage du genre « si tu es sage tu auras … ». Le donnant-donnant n’a pas cours à Noël, la menace de privation n’a pas cours, ou, si elle est mise en œuvre, elle est l’objet d’une réprobation des autres adultes. Ce qui apparait, c’est qu’il y a une obligation de cadeau : les adultes sont tenus d’offrir des cadeaux à leurs enfants et le personnage du Père Noël n’a de sens que pour rendre compte de cette obligation. Pour expliquer le fait tout à fait général du cadeau sans réciprocité, on utilise ce donateur généreux qui permet d’offrir, sans attendre de contrepartie, sans même ce « merci » pourtant exigé en toute autre circonstance. Nous sommes dans le registre rare du don sans réciprocité que permet le Père Noël.

Cependant, en disant cela, on ne fait que repousser la question : si le Père Noël rend compte d’une obligation de cadeau à l’enfant, obligation universelle et sans réciprocité, il reste à expliquer cette obligation et pour cela examinons la fête de Noël et les thèmes qui lui sont associés.

Le paradis sur terre

Ce qu’espèrent les parents qui ont un jeune enfant est de voir son visage émerveillé devant le sapin, les bougies, les cadeaux. Ils espèrent que son innocence enfantine sera comblée et que pour lui cette fête de Noël soit le « paradis sur terre », ce qui a de fortes chances de se produire car son désir est encadré par ce qu’il a déjà vu et que, à l’aune de ses cadeaux habituellement reçus, ce qu’il reçoit à Noël dépasse son entendement. Ses désirs sont comblés, il reçoit plus que ce qu’il pouvait imaginer, il n’a aucune pression à faire, aucune négociation à subir, aucune contrepartie plus ou moins douloureuse à accomplir.

Le mythe du paradis sur terre, s’il est réalisable sans trop de difficulté pour un jeune enfant dont les désirs sont limités, est présent également à Noël pour les adultes mais évidemment sous forme plus symbolique : trêve demandée pour les conflits, appel à la solidarité des organisations caritatives ou religieuses « pour que personne, en ce jour, ne soit exclu.. ». Nous devons bien voir que ces thèmes de la paix sur la terre, du paradis sur terre sont des thèmes venant de la fête de Noël elle-même car son thème de référence est une histoire dite « sainte » dont nous devons reprendre les grandes articulations, dans un langage un peu décalé pour qu’il soit audible.

Histoire sainte de l’humanité

Confronté au mal sous toutes ses formes et pour en rendre compte, l’auteur du texte de la Genèse propose un mythe de paradis perdu : une situation idéale, le paradis, se transforme en situation dégradée du fait de l’homme, non du fait d’un dieu mauvais. Cette situation est montrée par les textes bibliques comme empirant avec l’apparition du meurtre (Caïn tue Abel), puis de la démesure, avec la tour de Babel. Entre Dieu et les hommes, les alliances sont rompues du fait des hommes mais sont ensuite proposées à nouveau par Dieu à Abraham, puis à Moïse qui fonde l’alliance avec le peuple d’Israël à qui il promet un pays idyllique, un nouveau paradis, une terre promise. Comme le peuple d’Israël est à nouveau rebelle aux commandements divins, les prophètes comme Isaïe annoncent l’arrivée d’un nouvel envoyé de Dieu, le « messie » qui rectifiera ce qui n’est pas droit et remettra la justice sur terre.

C’est dans cette longue histoire de promesses non tenues, du fait des hommes, que Jésus vient s’insérer : dès le début de son ministère, il se présente comme celui en qui les promesses de Dieu sont accomplies, celui qui permet une nouvelle alliance qui rendra à nouveau possible les espérances antérieures de Royaume de Dieu sur terre. A Noël, commémoration de sa venue sur terre, c’est donc la promesse d’un monde nouveau, régénéré qui est fêtée. Très explicitement, la liturgie de Noël brode sur ce thème en utilisant le prophète Isaie (9/6) : Puer natus est nobis… « Un enfant nous est né, un fils nous est donné. La souveraineté reposera sur ses épaules » ; « sa naissance merveilleuse a fait disparaitre de l’humanité toute trace de vieillesse » ; « paix sur la terre aux homme qu’il aime ». Grâce à cet enfant qui vient, tout redevient possible, l’humanité rajeunit, la paix s’instaure, l’état édénique, celui du Paradis sur terre est restauré et cela par un enfant.

C’est cela qui est vécu un instant à travers le cadeau à l’enfant, rappel certes des cadeaux des Rois-mages, mais surtout instant de paradis sur terre, offrande possible à un enfant mais trêve instaurée dans les conflits, ouverture aux plus démunis pour espérer le bonheur en ce monde. Le message chrétien est parfaitement respecté par la fête de Noël telle qu’elle est vécue, contrairement à ce qu’en pensent les bien-pensants. Si « incarnation » ou « rédemption » ne sont plus compris que comme des mots dont la seule signification est l’appartenance au monde chrétien, on peut dire que la fête de Noël est parfaitement comprise parce que laïcisée. Ceux qui fêtent Noël ont bien conscience que si l’on rêve ce jour là d’un monde sans violence, c’est que celle-ci est bien présente le reste de l’année ; à travers les yeux émerveillés d’un jeune enfant, on rêve de désirs comblés en douceur, sans écraser l’autre par une générosité suspecte d’attente en retour, bref on rêve du paradis sur terre. On prend conscience que sur terre il y a l’échec de l’homme mais que justement ce seront peut-être nos enfants qui feront mieux que ce que nous avons fait. Noël est la fête de l’enfant qui arrive par lequel tout sera rénové, fête de la confiance en l’amélioration ici-bas, et non au-delà : de l’enfant nouveau-né de la crèche, nous avons retenu la leçon que c’est sur la terre que les choses doivent être améliorées, non en rêve : l’idéal moderne de progrès s’enracine dans ce terreau chrétien. Le Noël profane est une fête encore bien chrétienne.

Statut de l’enfant

Mais si l’enfant à Noël est comblé, il ne l’est guère en-dehors : le don des cadeaux sert d’alibi pour ne plus écouter l’enfant. On rencontre un cas analogue avec la fête de la chandeleur, fête à menu de crêpes : ce jour-là tu peux te rassasier de crêpes mais les autres jours tu es prié de manger ce que l’on te donne. Noël invite à sortir de cette logique de l’alibi pour entrer dans celle du premier pas : il ne s’agit pas d’émerveiller l’enfant tous les jours, mais tous les jours de l’écouter, de respecter son autonomie. Ce que ne font pas les adultes : si pour eux la croyance au péché originel a été rangée au placard des antiquités car ils s’estiment de bonne volonté, faciles à vivre, fidèles dans leurs amitiés, par contre vis-à-vis des enfants, l’enfant pervers polymorphe est une croyance bien pratique car elle dispense de toute écoute et de tout respect. Si je l’écoute, il va me demander de lui décrocher la lune, il en veut toujours plus, je préfère mettre le holà.

Pourtant le respect de la personne de l’enfant consiste à lui laisser une part d’autonomie, à lui demander son avis. Bien sûr on peut trouver caricatural de laisser au jeune enfant le choix entre prendre son bain avec un ballon rouge ou avec un ballon bleu mais ce n’est pas ridicule. Le choix du cadre global de vie s’impose et est aussi transparent à l’enfant que l’air que nous respirons et ce qui n’est à nos yeux n’est qu’un détail dans sa vie, une couleur à choisir, peut-être pour un jeune enfant une réelle possibilité d’autonomie. Respecter l’enfant dans sa personne, c’est savoir faire une lecture symptomale de ses comportements, repérer sa fatigue, ses craintes et angoisses, respecter sa peur du noir, respecter sa grande sensibilité gustative et lui offrir les purées qui comblent son gout ; plus âgé c’est cogner à sa porte avant d’entrer dans sa chambre, le laisser inventer son comportement par essai et erreur, l’aider à faire aboutir ses choix, même s’ils ne nous enthousiasment pas. Mais respecter l’enfant, c’est aussi être actif avec lui, lui proposer des activités, accepter de soustraire du temps à sa propre réussite professionnelle et investir de notre temps pour qu’il réussisse sa vie : il est évidemment plus simple de le laisser seul avec son écran de télé que de lui proposer de sortir pour aller explorer le bois voisin et d’ensuite se plaindre que l’enfant n’arrive plus à se décoller de cet écran. Aller observer la nature en situation réelle, construire quelque chose de ses mains, escalader : toutes ses activités ont bien plus d’intérêt que rester face à un écran mais elles ont un cout d’investissement parental bien supérieur, mais l’on n’a rien sans rien. Un enfant autonome, bien dans sa peau, normal en un mot, a un cout en temps non négligeable : il faut que l’adulte sorte de lui-même, de ses intérêts, qu’il cherche à éveiller, distraire : non pas à jouer avec l’enfant, car le jeu est une activité d’enfant à enfant, mais s’en occuper, proposer des activités, les inventer, faire l’effort d’en trouver. A Noël on met le doigt dans un engrenage de respect de l’enfant qui peut nous occuper une vingtaine d’années mais qui a le mérite de nous sortir de nous-mêmes, de notre vertige devant le temps qui passe et nos aspirations qui ne sont pas satisfaites, qui a le mérite de nous inscrire dans un cycle de générations et de nous donner des armes dans ce combat contre notre mort, combat perdu d’avance pour nous mais gagné à travers nos enfants qui poursuivront la route. Finalement, la fête de Noël est dure à entendre, austère à ce point qu’elle se complète par son double une semaine après, le premier janvier.

Nouvel an

Comme le manifeste cette ancienne publicité, le parallélisme des deux fêtes est bien perçu ainsi que leurs différences : après l’opulence tournée vers le don à Noël, vient la fête narcissique du premier de l’an où visiblement, avec les cotillons « on va s’en fourrer jusque-là ».

A Noël on fête l’enfant, puis la famille, les cadeaux sont d’abord sans réciprocité, puis avec réciprocité quand l’âge croit. Au nouvel an, ce sont les amis qui sont fêtés. Alors que le recueillement était de mise à Noël, au nouvel an, la licence est autorisée : on retrouve les thèmes préchrétiens des saturnales antiques, fête du temps cyclique, souci de concourir par nos efforts au redémarrage du cycle de la nature. La nature ne redémarre qu’au printemps, mais à l’époque où Jules César renouvelle le calendrier, l’astronomie est assez précise pour avoir la connaissance des solstices et savoir que la course solaire repart à ce moment.

Le début de l’an retrouve d’ailleurs cet aspect avec les échanges de vœux. Si en dehors de la nuit elle-même du nouvel an, ils sont perçus comme une obligation sociale dans laquelle on ne se sent plus très à l’aise, il n’empêche qu’ils sont notre contribution collective au redémarrage de la machine sociale, ce qui se voit parfaitement bien avec les vœux des corps constitués qui sont l’occasion de relancer une politique d’une manière volontaire, le vœu ayant valeur performative, étant une prédiction qui cherche à devenir efficace par son énoncé même, ce qui fait partie de l’art du politique.

Si Noël chrétien a son pendant profane du nouvel an, relâche joyeuse après la dureté de la fête religieuse, on doit noter que le cycle de Noël au sens large ne s’arrête pas là, il y a un après.

Les Rois

Le cycle de Noël est clos par une fête dont le rite essentiel, tirer les rois, a l’immense avantage qu’il peut être répété et qu’il est complémentaire par rapport aux relations mises en valeur à Noël et au jour de l’an. En effet alors que Noël et le jour de l’an sont fêtés par tous au même moment, la fête commençant la veille au soir comme dans les calendriers juifs ou musulmans, les rois peuvent être tirés à partir de l’épiphanie (6 janvier) mais peuvent l’être de nombreuses fois. Alors qu’à Noël on revivifie le groupe familial et, au nouvel an, les relations amicales choisies, avec les rois on revivifie ce qu’on pourrait appeler les liens faibles, c’est à dire tous ces groupes de relations constitués autour d’un lieu de travail, d’un bureau, d’un service, ou d’un groupe de loisir, d’associations diverses. Leur multiplicité conduit parfois à l’écœurement devant la pâte feuilletée mais les rois, c’est la fête de ces multiples petits groupes ou l’investissement affectif n’est pas gigantesque mais où il est bon régulièrement de renforcer la convivialité.

Évidemment on pourrait légitimement dire que la fête de l’Épiphanie a une toute autre amplitude puisque ce sont toutes les races (à travers les mythiques Balthazar, Gaspard et Melchior) qui sont invitées à reconnaitre un roi d’un nouveau type, celui qui accomplit la volonté de Dieu sur terre, c’est à dire un monde de paix et de justice. Avec le roi de fantaisie tiré avec la fève, on peut estimer qu’on en est loin : peut-être pas tellement dans la mesure où fraterniser avec des collègues de bureau ou de son groupe de loisir est une manière de s’ouvrir à des étrangers que le hasard à rendu proche physiquement : avoir une sympathie universelle, c’est peut-être commencer par ceux qui ne sont pas les plus proches parents ou amis. La dynamique de vouloir-vivre ensemble là aussi est à étendre au reste de l’année.


[1] John P. Meier, Un certain juif, Jésus. Les données de l’histoire, Editions du Cerf, 2004, collection Lectio divina, 4 tomes, Tome 1 : Les sources, les origines, les dates. Version originale Jesus, A Marginal Jew. Rethinking the Historical Jesus, New York, Doubleday,  1991.
[2] Charles Perrot, Les récits de l’enfance de Jésus, Cahiers Evangile, 18, 1976, p. 23
[3]Ernest Renan, Vie de Jésus, Calmann Lévy, 26e édition, 1899, p. 20-25.
[4] et la version anglaise de son livre dispose de l’Imprimatur
[5]« Le Père Noël supplicié », Les Temps Modernes, n°77, Mars 1952, pp. 1572-1590.
[6] Manuel de Folklore français contemporain, Tome premier, VII, Cycle des douze jours, Paris, Picard, 1958, p. 3002 (sic).


Une réflexion au sujet de « Que dire de Noël dans l’enseignement ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *