Un ex voto au Louvre (1)

Avec cet ex voto, tableau de Philippe de Champaigne, Port-Royal lance une nouvelle campagne de communication : écoutons Sainte-Beuve :

« Les miracles à Port-Royal ne manquent jamais, et ils viennent à temps. On sait ce qu’il en fut de celui de la Sainte-Épine qui, il y avait quelques années, était survenu si à point pour suspendre la persécution imminente. [1] Un nouveau miracle se fit à ce moment dans les premiers jours de janvier 1662. Une des religieuses, la sœur Catherine de Sainte-Suzanne, fille du peintre Champaigne, et qui ne pouvait marcher depuis quatorze mois, étant affligée d’une mal nerveux ou rhumatismal du côté droit et de la cuisse droite, se trouva guérie subitement et en état de marcher à la suite d’une neuvaine commencée pour elle par la mère Agnès. (…) Mais le miracle n’eut qu’assez peu de retentissement, à ce qu’il semble, hors du cercle de Port-Royal, et cette fois, l’Art seul le devait immortaliser.

« Le père de la malade, le peintre Champaigne, par reconnaissance pour cette guérison et pour en consacrer la mémoire, fit ce beau tableau, qui fut longtemps au Chapitre de Port-Royal, et où il a peint sa fille et la mère Agnès en la même posture où elles étaient l’une et l’autre en faisant la neuvaine qui eut une si salutaire issue. » [2]

C’est l’inscription latine située à gauche du tableau qui fait participer cette œuvre au genre de l’ex voto : « suite à un vœu ». On a promis une chose à la divinité pour en obtenir une autre et l’on tient sa promesse : on verra que cette promesse est simplement la réactualisation de l’offrande de sa vie par la patiente guérie.

Louis Marin dans une analyse de ce tableau [3], fait remarquer que le regard de la fille du peintre guérie est dirigé vers le début de l’inscription Christo uni medico, « au Christ unique médecin ». Il souligne le fait de la superposition de l’image et du texte : Philippe de Champaigne peint sa fille guérie, en action de grâces de sa guérison. Par le texte, il détourne la signature habituelle du peintre de sa fonction d’authentification de l’auteur et renvoie à la source de tout, la grâce du Christ qui est en même temps le destinataire de l’inscription et de l’image.

Louis Marin dans le même article décrit le texte latin et en propose une traduction. Ce texte aurait été écrit par Antoine Arnauld, l’un des auteurs de la Logique de Port-Royal. Il est d’une forme classique, inaccessible à des élèves de collège mais cohérent avec le programme d’histoire du lycée.

Transcription [4]

Christo uni medico
animarum et corporum

Soror Catharina Suzanna de
Champaigne post febrem 14 mensium
contumacia et magnitudine
symptomatum medicis formidatam
intercepto motu dimidii fere corporis
natura jam fatiscente medicis
cedentibus junctis cum Matre
Catharina Agnete precibus puncto
temporis perfectam sanitatem
consecuta se iterum offert

Philippus de Champaigne hanc
imaginem tanti miraculi et
laetitiae suae testem
apposuit
A[nno] 1662

Traduction donnée par Louis Marin

Au Christ unique médecin des âmes et des corps
La sœur Catherine Suzanne de Champaigne après une fièvre de 14 mois qui avait effrayé les médecins par son caractère tenace et l’importance de ses symptômes, alors que même la moitié de son corps était paralysée, que la nature était déjà épuisée, que les médecins l’avaient déjà abandonnée, s’étant jointe de prière avec la Mère Catherine Agnès, en un instant de temps, ayant recouvré une parfaite santé, s’offre à nouveau.
Philippe de Champaigne, cette image d’un si grand miracle et un témoignage de sa joie a présenté en l’année 1662

Vocabulaire

unus, a, um, un : complément du nom unius, complément d’attribution uni
febris, is, féminin fièvre
contumacia, ae, féminin, opiniatreté
magnitudo, dinis, féminin, grandeur
symptoma, atis, neutre, symptôme
medicus, i, masculin, médecin
formidatus, a, um, participe passé de redouter, craindre
interceptus, a, um, participe passé de intercepter, soustraire
motus, us, masculin mouvement
dimidium, ii, neutre la moitié
fere, adverbe, presque
fatiscens, entis, participe présent de s’épuiser.
cedens, entis, participe présent de abandonner
juctus, a, um, participa passé de joindre
preces, um, féminin pluriel, prières
punctum, i, neutre, instant (de temps)
consecutus, a, um, participe passé de venir après, suivre
iterum, adverbe, pour la seconde fois
offero, fers, ferre, obtuli, offrir
appono, is, ere, posui, placer

Traduction interlinéaire

Christo uni medico animarum et corporum
Au Christ unique médecin des âmes et des corps

Il s’agit du complément d’attribution lié à la proposition principale  :

Soror Catharina Suzanna de Champaigne
Sœur Catherine Suzanne de Champaigne

se iterum offert
s’offre à nouveau (au Christ…)

Elle s’offre à nouveau dans la mesure où en entrant au couvent, elle avait déjà fait profession religieuse.

Viennent ensuite des propositions qui s’enchainent : la première est introduite par post + complément du verbe (on notera l’absence de la numération romaine pour le nombre de mois).

post febrem 14 mensium contumacia et magnitudine symptomatum medicis formidatam
après une fièvre de 14 mois redoutée par les médecins par l’opiniatreté et l’importance des symptômes

puis des circonstancielles isolées (sujet et participe au complément de circonstances):

intercepto motu dimidii fere corporis
le mouvement étant interrompu de presque la moitié du corps.

natura jam fatiscente
la nature étant déjà épuisée

junctis cum Matre Catharina Agnete precibus
ayant joint ses prières à celles de Mère Catherine Agnès

puncto temporis perfectam sanitatem consecuta
en un instant de temps (elle s’offre) revenue [5] à une santé parfaite

Philippus de Champaigne hanc imaginem tanti miraculi et laetitiae suae testem apposuit A[nno] 1662
En l’année 1662, Philippe de Champaigne joignit à cette image d’un tel miracle le témoignage de sa joie.

A suivre pour : l’actualité du jansénisme


[1] La nièce de Pascal, âgée de 10 ans est guérie par l’imposition d’une relique : le fait est reconnu miraculeux par l’Eglise et arrête les persécutions dont était victime le monastère.
[2] C. A. Sainte-Beuve, Port-Royal, 1878, Tome 4, p. 144-148
[3] Louis Marin, Les mots et les choses dans la peinture, Annales d’Histoire de l’art et d’Archéologie, 1984, vol. 6, p. 69-86.
[4] faite à partir de cette  reproduction
[5] le cas de consecuta me parait énigmatique : si quelqu’un peut en rendre compte…


Une réflexion au sujet de « Un ex voto au Louvre (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *