Abélard et Héloïse (1)

Abélard est toujours d’actualité : en 2003 un collectif se réunissait sous son nom pour faire paraitre sous le titre Universitas calamitatum, le livre noir des réformes universitaires[1]. Le renvoi est ainsi fait au texte d’Abélard connu sous le nom de Historia calamitatum, l’histoire de mes malheurs. Comme Abélard (1079-1142) fut l’universitaire brillant du 12e siècle, il est pertinent encore aujourd’hui de se mettre sous son patronage pour raconter l’université des malheurs au sens strict des mots latins et, par ce biais, les malheurs de l’Université.

Quant au prénom Héloïse (plutôt sous sa forme Eloïse) c’est un prénom bien attesté comme on le voit depuis une trentaine d’années[2]. Selon les spécialistes si ce prénom est « d’une grande discrétion depuis des siècles, malgré Jean-Jacques Rousseau. » et si «  la nouvelle Héloïse a été très lente à s’affirmer ; c’est chose faite aujourd’hui (plus d’une fille sur 200) » [3]

Abélard et Héloïse ont dans le paysage intellectuel un destin assez analogue à celui de Pascal en ce sens que leur propos est centré sur la religion mais que leur destin concerne la condition humaine dans son ensemble. Ils font partie de l’héritage religieux de la France mais sont célébrés par l’université laïque après l’avoir été auparavant par Rousseau dans sa « Nouvelle Héloïse ».

Depuis Villon beaucoup connaissent le cruel destin d’Abélard :

« Où est la très sage Héloïs,
Pour qui châtré fut et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ? »

Rappelons-en les grandes lignes en suivant l’analyse d’Étienne Gilson[4] : Abélard est un brillant professeur de Théologie et de Philosophie, il a 36 ans et est maitre en théologie à l’école cathédrale de Notre-Dame de Paris. Il a beaucoup de succès et il désire séduire la nièce d’un chanoine : il y parvient mais ne put dissimuler cette relation à l’oncle. Abélard devant le scandale fait partir Héloïse de Paris, puis il négocie avec l’oncle un mariage qui devait rester secret mais qui fut ébruité. Héloïse et Abélard démentent, l’oncle s’exaspère, menace, et Abélard installe Héloïse dans un couvent. L’oncle passe aux actes et des sbires passent au voies de fait. Le scandale est général : sous le coup de la honte, Abélard se réfugie à l’abbaye de Saint-Denis où il devient moine. Pour peu de temps car ses écrits sont condamnés au Concile de Soissons (1121). Il se retire près de Troyes où il fonde un oratoire dédié à la Trinité. Il y enseigne à nouveau avec succès ce qui provoque de nouvelles oppositions. Il se retire à nouveau en acceptant la charge d’abbé dans un monastère breton à Saint-Gildas où ce sont maintenant ses moines qui le persécutent. Il peut cependant venir au secours d’Héloïse devenue supérieure de son couvent et installe sa communauté dans son oratoire dédié à la Trinité.

C’est à ce moment que se situe la rédaction de l’historia calamitatum dont nous allons étudier le début [5] :

Abelardi ad amicum suum consolatoria

Sepe humanos affectus aut provocant aut mitigant amplius exempla quam verba. Unde post nonnullam sermonis ad presentem habiti consolationem, de ipsis calamitatum mearum experimentis consolatoriam ad absentem scribere decrevi, ut in comparatione mearum tuas aut nullas aut modicas temptationes recognoscas et tolerabilius feras.

consolatorius, a, um, de consolation

Abelardi ad amicum suum consolatoria
D’Abelard, [sous-entendu epistola] lettre de consolation à son ami.

saepe (ou sepe), adverbe, souvent
adfectus, us (ou affectus), masculin, sentiment
provoco, as, are, avi, faire naitre, produire
mitigo, as, are, avi, apaiser

Sepe humanos affectus aut provocant aut mitigant amplius exempla quam verba.
Souvent les exemples plus que les mots soit font naitre soit apaisent les sentiments humains.

nonnullus, a, um , quelque
sermo, onis, masculin, conversation
consolatio, onis, féminin, consolation
habitus, a, um,
participe de habeo ayant
praesens, entis (ou presens), adj. présent

Unde post

nonnullam

sermonis

ad presentem

habiti

consolationem,

D’où, après quelques consolations de paroles tenues en étant présent

decerno, is, ere, crevi, décider
calamitas, atis, féminin, malheur
experimentum, i, neutre, épreuves

de ipsis

calamitatum mearum

experimentis

consolatoriam

ad absentem

scribere

decrevi,

J’ai décidé d’écrire une consolation en étant absent à partir de ces épreuves mêmes de mes malheurs

ut in comparatione mearum
afin qu’en comparaison des miennes

temptatio, onis, féminin, épreuves

tuas aut nullas aut modicas temptationes recognoscas
tu reconnaisses tes épreuves soit comme nulles soit comme modiques

et tolerabilius feras.
et que tu les supportes plus facilement

Pierre Abélard. Consolation à un ami

Pour éveiller ou calmer les émotions humaines, les exemples sont souvent plus forts que les paroles. C’est pourquoi, suite à l’entretien où j’ai tâché de te consoler lorsque nous étions ensemble, j’ai formé, maintenant que nous sommes séparés, le projet de t’écrire une lettre de consolation où je te raconterai les malheurs que j’ai connus, afin que tu comprennes que tes épreuves ne sont rien ou très peu de chose, en comparaison des miennes, et que tu puisses les supporter plus aisément. (Traduction de la Collection Lettres gothiques)

Suit une quarantaine de pages du récit des malheurs d’Abélard, qui finissent par une page de consolation adressé à l’ami qui pourrait bien être fictif du fait que la matière propre de l’histoire, et c’est ce que la postérité à reconnu par le titre usuel, est bien l’histoire des malheurs d’Abelard.

La réaction d’Héloïse est celle d’une femme aimante et fière de l’être, bien que supérieure d’un couvent et s’adressant à un égal. Voici le début de sa réponse  (traduction Lettres Gothiques):

Domino suo, immo patri ;
conjugi suo, immo fratri ;
ancilla sua, immo filia ;
ipsius uxor, immo soror ;
Abaelardo Heloysa

À son maitre, ou plutôt son père ;
à son époux, ou plutôt son frère ;
sa servante, ou plutôt sa fille ;
son épouse, ou plutôt sa sœur.
À Abélard, Héloïse.

Héloïse joue sur tous les liens de parenté : Abélard l’a engendré dans la connaissance mais a été son maitre dans la découverte du lien charnel, ils sont époux et épouse par le mariage mais frère et sœur de fait.

Missam ad amicum pro consolatione epistolam, delectissime, vestram ad me forte quidam nuper attulit.
Le hasard a voulu, mon bien-aimé, que l’on m’apporte tout récemment ta lettre de consolation adressée à ton ami.

Ecoutons Gilson :

« il suffit à Héloïse d’aimer Abélard. Cet homme parle, et sa servante écoute. Jadis, sur un seul mot de lui, elle s’était jetée dans les voluptés charnelles les plus ardentes ; aujourd’hui, sur un autre mot de lui, elle s’est condamnée aux rigueurs de la vie monastique. Et non seulement elle le pense, mais elle le lui écrit, parce qu’elle veut qu’il le sache, et il faut qu’Abélard le sache pour qu’il n’aille pas croire qu’Héloïse ait trouvé dans le cloitre le calme, la paix et les consolations de l’amour divin. Car c’est sans doute parce qu’il le croit, qu’Abélard l’abandonne. Qu’il le sache donc, ce n’est aucunement pour Dieu, c’est pour lui seul qu’elle est au cloitre. Là ou ailleurs, qu’importe ? Elle se damnerait aussi bien s’il le voulait ; du moins, qu’Abélard le comprenne enfin et le sache, elle s’est faite religieuse exactement pour la même raison et dans la même intention profonde qu’elle est devenue sa maitresse. Ce que d’autres appellent se donner à Dieu n’avait été pour elle qu’une autre manière de se donner à lui. » (p.114-115)

Si elle est devenue religieuse par amour pour lui, le souvenir de leur liaison non seulement la trouble, mais elle y aspire encore :

Que cum ingemiscere debeam de commissis, suspiro potius de amissis.
Alors que je devrais déplorer tout ce que j’ai fait, je soupire après tout ce que j’ai perdu (Lettres Gothiques p.180-181).

Le dialogue va s’instaurer entre eux : Abélard sait maintenant quels sont les vrais sentiments d’Héloïse. Il va lui expliquer quelles sont les règles de son ordre et va lui commenter la liturgie. Mais ses malheurs ne sont pas terminés.


[1] Abélard, Universitas calamitatum : le livre noir des réformes universitaires, Editions du Croquant, 2003.
[2] Source : http://www.prenoms.com/prenom/ELOISE.html
[3] Philippe Besnard, Guy Desplanques, La cote des prénoms en 2001, Balland, 2000, p.146.
[4] Étienne Gilson, Héloïse et Abélard, Vrin, 1964, 3e édition.
[5] Lettres d’Abélard et Héloïse. Texte établi et annoté par Éric Hicks et Thérèse Moreau. Collection Lettres Gothiques, Le livre de poche, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *