Abélard et Héloïse (2)

30 janvier 2011
Par

Abélard croit en l’intelligence humaine et il applique la logique à la foi : Bernard de Clairvaux, le créateur de l’ordre de Citeaux (les cisterciens), tout en étant persuadé de l’importance de la raison, pense que celle-ci doit plier en quelque sorte devant l’amour de Dieu. Les deux hommes débattent, Abélard défie publiquement Bernard de Clairvaux à l’occasion d’une rencontre religieuse qui doit avoir lieu à Sens en 1140. Bernard accepte mais réunit des évêques pour mettre au point une liste des erreurs qu’il veut faire condamner. Abélard refuse de discuter dans ces conditions et en appelle au Pape Innocent II[1].

Il rédige pour Héloïse une profession de foi qui souligne bien que si, professionnellement, il cherche à lutter en allant chercher du soutien à Rome, il se pose personnellement des questions qu’il lui avoue sans ambages :

Soror mea Heloissa quondam mihi in saeculo chara, nunc in Christo charissima, odiosum me mundo reddidit logica. Aiunt enim perversi pervertentes, quorum sapientia est in perditione, me in logica praestantissimum esse, sed in Paulo non mediocriter claudicare. Cumque ingenii praedicent aciem, Christianae fidei subtrahunt puritatem. Quia, ut mihi videtur, opinione potius traducuntur ad judicium, quam experientiae magistratu. Nolo sic esse philosophus, ut recalcitrem Paulo. Non sic esse Aristoteles, ut secludat a Christo. [2]

Soror mea Heloissa quondam mihi in saeculo chara,
Ma sœur Héloïse, qui m’était jadis chère dans le siècle,

nunc in Christo charissima, odiosum me mundo reddidit logica.
et maintenant très chère dans le Christ, la logique m’a rendu odieux au monde.

Aiunt enim perversi pervertentes
Ils disent en effet, ces pervers pervertisseurs,

quorum sapientia est in perditione,
dont la sagesse est dans la perdition [est orientée à faire perdre]

me in logica praestantissimum esse,
que je suis en logique éminent,

sed in Paulo non mediocriter claudicare
mais que je ne suis pas peu faible dans Paul.

Cumque ingenii praedicent aciem,
Et alors qu’ils vantent l’acuité de [mon] talent

Christianae fidei subtrahunt puritatem
ils retirent la pureté de [ma] foi chrétienne.

Quia, ut mihi videtur, opinione potius traducuntur ad judicium,
C’est pourquoi, à ce qui me semble, c’est par l’opinion qu’ils ont été conduits à juger

quam experientiae magistratu
plus que par l’enseignement de l’expérience

Nolo sic esse philosophus, ut recalcitrem Paulo
C’est ainsi que je ne veux pas être philosophe, si je dois faire opposition à Paul

Non sic esse Aristoteles, ut secludam a Christo.
C’est ainsi que je ne veux pas être Aristote, si je dois [me] séparer du Christ

Traduction de Gilson[3] :

« Héloïse, ma sœur, jadis si chère dans le siècle, aujourd’hui plus chère encore en Jésus-Christ, la logique m’a valu la haine du monde. Ils disent en effet-, ces pervertisseurs pervers dont la sagesse est perdition, que je suis un grand logicien, mais que je ne me fourvoie pas médiocrement dans saint Paul. Reconnaissant la pénétration de mon génie, ils me refusent la pureté de la foi chrétienne. En quoi, ce me semble, ils jugent en gens égarés par l’opinion plutôt qu’instruits par l’expérience. Je ne veux pas être philosophe, s’il faut pour cela me révolter contre Paul. Je ne veux pas être Aristote, s’il faut pour cela me séparer du Christ. » (p.130-131)

Abélard, révolté mais ayant assuré Héloïse de la pureté de sa foi, prend la route de Rome, il fait étape à Cluny où il est accueilli par l’abbé de Cluny, Pierre le Vénérable qui, par la qualité de son accueil arrive à le convaincre de se réconcilier avec Bernard de Clairvaux. La lettre de Pierre au Pape est un chef d’œuvre d’humanité :

Summo pontifici et nostro speciali Patri, domino papae Innocentio, frater Petrus, humilis Cluniacensium abbas, obedientiam et amorem.
Au souverain pontife et à notre propre père[4], monseigneur le Pape Innocent. Frère Pierre, humble abbé des clunisiens adresse obéissance et amour

Magister Petrus sapientiae vestrae, ut credo, optime notus nuper a Francia veniens, per Cluniacum transitum fecit. Quaesivimus quo tenderet.
Maître Pierre, parfaitement connu de votre sagesse il me semble est récemment passé par Cluny, venant de France. Nous lui demandâmes où il allait.

Gravatum se vexationibus quorumdam, qui sibi, quod valde abhorrebat, nomen haeretici imponebant, majestatem apostolicam se appellasse, et ad eam confugere velle respondit.
Il nous répondit qu’excédé des vexations de gens qui, ce dont il avait horreur, voulait le faire passer pour hérétique, il avait fait appel à la majesté apostolique et désirait se réfugier près d’elle.

Laudavimus propositum, et, ut ad notum et commune refugium confugeret, admonuimus.
Nous louâmes son intention et lui conseillâmes de courir au refuge commun que nous connaissons tous.

Justitiam apostolicam, quae nulli unquam etiam extraneo vel peregrino defuit, sibi non defuturam diximus.
La justice apostolique, lui dîmes-nous, ne s’est jamais refusée à personne, fut-il un étranger ou un pèlerin, elle ne vous fera pas défaut.

Misericordiam ipsam, ubi ratio postularet, sibi occursuram promisimus.
Nous lui avons même promis qu’il y trouverait miséricorde, s’il en était besoin.

Venit interim dominus Cisterciensis abbas, et de pace ipsius et Domini Clarevallensis, cujus causa appellaverat, nobiscum et cum ipso pariter egit.
Sur ces entrefaites arrive monseigneur l’abbé de Cîteaux, qui s’entretient avec nous et avec lui, de faire la paix entre lui et monseigneur de Clairvaux, au sujet de qui précisément il avait fait appel.

Dedimus et nos operam paci ejus, et ut ad illum cum ipso iret, hortati sumus.
Nous nous employâmes, nous aussi, à le remettre en paix et nous l’engageâmes à se rendre vers lui avec monseigneur de Cîteaux.

Addidimus hoc monitis nostris, ut si qua catholicas aures offendentia aut scripsisset aut dixisset, hortatu ejus et aliorum bonorum et sapientium, et a verbis suis amoveret, et a libris abraderet.
Nous ajoutâmes même ceci à nos conseils, s’il avait écrit ou prononcé des paroles offensantes pour des oreilles catholiques, de consentir, sur l’invitation de monseigneur de Cîteaux ou d’autres personnes de sagesse et de bien à s’en abstenir désormais dans son langage et à les effacer de ses écrits.

Et factum est ita. Ivit, reddit, cum domino Claraevallensi, mediante Cisterciensi, sopitis prioribus querelis se pacifice convenisse, reversus retulit.
Ainsi fut fait. Il y alla, il en revint et nous rapporta au retour que, grâce à monseigneur de Cîteaux, il avait renoncé à ses protestations passées, et fait sa paix avec monseigneur de Clairvaux.

Interim a nobis admonitus, magis autem a Deo, ut credimus, inspiratus, dimissis scholarum et studiorum tumultibus, in Cluniaco vestra sibi perpetuam mansionem eligit.
Entre temps, sur notre conseil, mais plutôt, croyons-nous, par quelque inspiration divine, il décida de renoncer au tumulte des écoles et des études pour fixer à jamais sa demeure dans votre Cluny.

Quod nos senectuti ejus, debilitati ejus, religioni ejus congruere putantes, et scientiam ejus vobis ex toto non incognitam, magnae fratrum nostrorum multitudini proficere posse credentes, voluntati ejus assensimus,
Cette décision nous parut convenable à sa vieillesse, à sa faiblesse, à sa profession religieuse, et dans la pensée que sa science, qui ne vous est pas tout à fait inconnue, pourrait profiter à la foule de nos frères, nous accédâmes à son désir.

et, si sic benignitati vestrae bene placitum esset, benigne et cum gaudio nobiscum, vestris ut nostis per omnia, remanere concessimus
Sous réserve qu’ainsi plaise à Votre Bienveillance, nous l’avons donc volontiers et de grand cœur autorisé à demeurer avec nous qui, vous le savez, sommes tout à vous.

Rogo igitur ego qualiscunque tamen vester, rogat devotissimus vobis Cluniacensis conventus, rogat ipse more quo omnes bonos colitis, et etiam istum dilexistis scuto defensionis apostolicae protegatis
Je vous en supplie donc, moi qui, quel que je sois, suis du moins vôtre. Ce couvent de Cluny, qui vous est tout dévoué, vous en supplie. Pierre lui-même vous en supplie.

per se, per nos, per praesentium latores filios vestros, per has quas ut scriberem rogavit litteras, ut reliquos dies vitae et senectutis suae, qui fortasse non muilti sunt, in Cluniaco vestra eum consummare jubeatis et ne a domo, quam velut passer, ne a nido, quem velut turtur, invenisse se gaudet, aliquorum instantia aut expelli aut commoveri valeat,
Par lui, par nous, par les porteurs des présentes qui sont vos fils, par cette lettre qu’il nous a demandé de vous écrire, daignez prescrire qu’il finisse les derniers jours de sa vie et de sa vieillesse, qui ne sont peut-être plus nombreux, dans votre maison de Cluny, et que de la demeure où ce passereau errant est si heureux d’avoir trouvé un nid où la tourterelle des bois se plaît, nulle instance ne puisse le chasser ni le faire sortir.

more quo omnes bonos colitis, et etiam istum dilexistis scuto defensionis apostolicae protegatis
Pour l’honneur dont vous entourez tous les bons, et pour l’amour dont vous l’avez aimé lui-même, daigne votre protection apostolique le couvrir de son bouclier[5]

Celui qui s’était brouillé avec tant de personnes trouve la paix à Cluny et y est apprécié : il y meurt quelques années plus tard. Pierre le Vénérable écrit alors à Héloïse pour lui dire d’abord que sa renommée, à Héloïse, était bien connue de lui, et lui annonce la façon dont Abélard a fini sa vie : en paix, reconnu par les moines de Cluny comme un intellectuel de haute volée mais aussi un humble serviteur de Dieu. Pierre autorise également le transfert du corps d’Abélard au couvent d’Héloïse et signale qu’il s’occupera matériellement de l’enfant d’Abélard et d’Héloïse.

Peut-on faire mieux ?


[1] Voir la description de Régine Pernoud, Héloïse et Abélard, Albin Michel, 1970, chap. 5.
[2] Abélard, Lettre XVII, Patrologie latine, Tome 178, col. 375-378, (en ligne).
[3] Étienne Gilson, Héloïse et Abélard, Vrin, 1964, 3e édition.
[4] « propre père » parce que Cluny dépend directement du Pape.
[5] Pierre le Vénérable, Lettre IV, Patrologie latine, Tome 189, col. 305-306. Traduction Gilson p.136-137, (en ligne).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Histoire

2 commentaires pour “ Abélard et Héloïse (2) ”

  1. Sylvain Piron le 4 février 2011 à 10:50

    Quelle bonne idée, Philippe, de présenter ces textes ! Je me permets juste de mettre un peu à jour la bibliographie.
    Sans mentionner les innombrables romans inspirés de l’histoire qui paraissent chaque année (le dernier en date, Jean Guerreschi, Bélard et Loïse, Gallimard, 2010), les travaux récents les plus importants sont ceux de Constant Mews. Outre son Abelard and Heloise, New York, CUP, 2005, on peut lire en français : La voix d’Héloïse. Dialogue de deux amants, Fribourg, Academic Press-Paris, Le Cerf (Vestigia, 31), 2005, qui défend l’attribution au couple d’un dossier de lettres anonymes, dont j’ai publié une traduction en français, Lettres des deux amants, attribuées à Héloïse et Abélard, Paris, Gallimard, 2005 (avec le latin en annexe ; je ne sais pas s’il y en a souvent eu dans la collection blanche).

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Pierre Mounier, Petrelli Pierre and Wilfrid Niobet, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Abélard et Héloïse (2) http://bit.ly/eF0XiC [...]

Laisser un commentaire

July 2014
M T W T F S S
« Jun    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Carnets de recherche