Source latines de Cranach l’ancien

Une exposition au Luxembourg (jusqu’au 23 mai) permet d’admirer un grand nombre d’œuvres de ce contemporain de Dürer. Comme souvent, il faut revenir au texte latin pour les comprendre. Prenons d’abord Saint Christophe à partir de  la Légende dorée de Jacques de Voragine.

Jacques de Voragine (1228-1298) est un contemporain de Thomas d’Aquin et est comme lui dominicain : dans La légende dorée, « légende » doit être pris au sens d’origine, de choses à lire, de lectures, ici de la vie des saints.

Il fut très lu en particulier par les peintres et avoir son livre en main dans un musée[1] peut permettre de comprendre beaucoup de représentations de vies de saints mieux qu’un audioguide toujours trop bavard. La  notice est pour la fête de Saint-Christophe (fêté le 28 juillet).

Christophorus gente Cananaeus, procerissimae staturae vultuque terribili erat et XII cubitos in longitudine possidebat. Qui, ut in quibusdam gestis suis legitur, cum staret cum quodam rege Cananaeorum, venit sibi in mentem, ut maiorem principem, qui in mundo esset, quaereret et ad euntem secum moraturus accederet.[2]

Christophorus gente Cananaeus,
Christophe,  Cananéen de souche,

procerissimae staturae vultuque terribili erat
était extrêmement grand et d’une physionomie effrayante

et XII cubitos in longitudine possidebat
et il avait 12 coudées de long.

Qui, ut in quibusdam gestis suis legitur,
Et lui, comme il est dit dans certains hauts faits le concernant,

cum staret cum quodam rege Cananaeorum,
comme il était auprès d’un certain roi des Cananéens

venit sibi in mentem
il lui vint à l’esprit

ut maiorem principem, qui in mundo esset, quaereret
de chercher le plus grand prince qui soit au monde

et ad euntem secum moraturus accederet
de s’approcher de lui pour aller habiter avec lui.

En résumé, Christophe est donc accueilli par un roi puissant qui se signe quand il entend le nom du diable. Christophe en déduit que le diable est le plus puissant, il le rejoint mais il s’aperçoit que le diable est terrorisé par la vue d’une croix. Il lui avoue que le Christ est plus puissant que lui.

Christophe se renseigne pour se mettre au service du Christ mais un ermite lui dit qu’il faut pour cela qu’il jeune et qu’il prie : là, Christophe déclare forfait. L’ermite lui propose alors de se mettre au service d’autrui en profitant de sa force et de sa grande taille pour aider les gens à franchir le fleuve. Ce programme convient à Christophe qui s’installe dans une cabane et sert de passeur. Une nuit un enfant lui demande de traverser : il prend l’enfant sur ses épaules et commence à traverser le fleuve.

Et ecce, aqua numinis paulatim intumescebat et puer instar plumbi gravissime ponderabat. Quantoque magis procedebat, tanto amplius unda crescebat et puer magis ac magis Christophori umeros pondere intolerabili deprimebat, adeo ut Christophorus in angustia multa positus esset et se periclitari formidaret.

Et ecce, aqua numinis paulatim intumescebat
et voici que l’eau se gonflait peu à peu par la puissance divine,

et puer instar plumbi gravissime ponderabat
et que l’enfant pesait lourdement comme du plomb

Quantoque magis procedebat, tanto amplius unda crescebat
et plus il avançait, plus l’eau s’élevait

et puer magis ac magis Christophori umeros pondere intolerabili deprimebat
et l’enfant pesait de plus en plus d’un poids intolérable sur les épaules de Christophe

adeo ut Christophorus in angustia multa positus esset
à ce point que Christophe se trouva dans une grande angoisse

et se periclitari formidaret
et qu’il craint d’être mis en danger

Comme arrivé sur la rive, Christophe s’étonne, l’enfant lui annonce qu’il a porté sur ses épaules le monde, mais aussi le créateur du monde. Christophe à découvert le roi le plus puissant du monde et devient évidemment chrétien.

Saint-Christophe n’a plus autant d’adeptes qu’il y a quelques décennies où les automobilistes faisaient appel à lui en mettant leur clé de voiture sur un porte-clé muni de l’effigie de Saint-Christophe, patron des voyageurs. On fait davantage confiance aujourd’hui au freinage ABS  et aux radars de surveillance.

Lucrèce

© collection particulière

L’exposition du Luxembourg présente plusieurs tableaux du suicide de Lucrèce qui font référence à Tite-Live, Histoire romaine, Livre 1, 58-59.

Nous sommes à la fin de la royauté à Rome, sous le règne de Tarquin : un des fils de Tarquin est l’hôte d’un parent, dont l’épouse est Lucrèce. Il force Lucrèce à consentir à ses avances sous la menace du déshonneur. Le lendemain Lucrèce fait venir son père et son mari avec leurs amis. Elle leur explique la situation, leur demande de la venger et annonce qu’elle préfère mourir.

Consolantur aegram animi avertendo noxam ab coacta in auctorem delicti: mentem peccare, non corpus, et unde consilium afuerit, culpam abesse. « Vos » inquit « videritis, quid illi debeatur; ego me etsi peccato absolvo, supplicio non libero; nec una deinde impudica Lucretiae exemplo vivet ». Cultrum, quem sub veste abditum habebat, eum in corde defigit prolapsaque in vulnus moribunda cecidit. Conclamat vir paterque.

Brutus illis luctu occupatis cultrum ex vulnere Lucretiae extractum manantem cruore prae se tenens, « per hunc » inquit « castissimum ante regiam injuriam sanguinem juro vosque, dii, testes facio me L- Tarquinium Superbum cum scelerata conjuge et omni liberorum stirpe ferro, igni, quacumque dehinc vi possim, exacturum nec illos nec alium quemquam regnare Romae passurum ». [3]

Consolantur aegram animi
Ils réconfortent la douleur de son esprit

avertendo noxam ab coacta in auctorem delicti
en détournant le tort de la personne forcée pour l’attribuer à l’auteur du délit

mentem peccare, non corpus,
c’est l’esprit qui commet le péché, non le corps

et unde consilium afuerit, culpam abesse
et où le consentement est absent, la faute est absente

« Vos » inquit « videritis, quid illi debeatur
vous, dit-elle, voyez quelle est sa dette

ego me etsi peccato absolvo,
quant à moi, même étant innocente du péché,

supplicio non libero
je ne suis pas libérée du châtiment

nec una deinde impudica Lucretiae exemplo vivet
et que ne vive ensuite une femme souillée à l’exemple de Lucrèce

Cultrum, quem sub veste abditum habebat
Un couteau, qu’elle avait caché sous son vêtement

eum in corde defigit
elle l’enfonça dans son cœur

prolapsaque in vulnus moribunda cecidit
elle tomba s’écroulant, mourant sous le coup.

Conclamat vir paterque.
Son mari et son père crièrent ensemble.

Brutus illis luctu occupatis
Brutus, tandis qu’ils étaient pris par la douleur,

____________cultrum
___________________________ex vulnere Lucretiae extractum
__________________manantem cruore
_____prae se
tenens

tenant devant lui le couteau coulant de sang extrait de la blessure de Lucrèce

« per hunc » inquit « castissimum ante regiam injuriam sanguinem juro
je jure dit-il par ce sang le plus pur avant l’injure du roi

vosque, dii, testes
et vous dieux, soyez-en témoin

facio me
_____________L- Tarquinium Superbum cum scelerata conjuge
_____________________________et omni liberorum stirpe
________ferro, igni, quacumque dehinc vi possim,
___exacturum

que je vais expulser par le fer, le feu et par tout ce qui est désormais possible, L-Tarquin le superbe avec son épouse scélérate et toute sa lignée d’enfants

nec
____________illos nec alium quemquam regnare Romae
_____passurum »

et que ne s’ouvrira pas à eux ni à d’autres quels qu’ils soient, la possibilité de régner à Rome [4]

La conviction de Brutus est communicative, il transforme la peine en colère puis en révolte contre les Tarquins. Celui-ci part en exil, « Rome était désormais libre » (Début du livre 2). Brutus et le mari de Lucrèce furent nommés consuls.

Le lien avec l’actualité est plus fort dans le cas de Lucrèce que dans le cas de Saint-Christophe : en témoignant par sa mort d’une injustice, Lucrèce inaugure une longue liste de suicides de témoignage qui ont toujours un impact politique. Le dernier en date est celui de Mohamed Bouazizi qui, par son refus de l’humiliation, est à l’origine de révolution tunisienne.


[1] Jacques de Voragine, La légende dorée, Seuil, 1998
[2] Source  IntraText Digital Library
[3] Source Itinera Electronica
[4] A la différence de la Légende dorée où la traduction française publiée est assez approximative, il existe d’excellentes traductions de Tite-Live comme celle d’Annette Flobert, GF Flammarion (1995 pour les livres 1 à V), mais le but de la traduction intralinéaire que je donne est d’aider à lire le texte latin : une traduction française correcte qui suivrait risquerait de dissuader le lecteur de prendre le texte latin comme référence, ce qui est le but.
On notera la différence entre le latin de Tite-Live et celui de Jacques de Voragine où le verbe s’introduit parfois en début de phrase (cum staret…, venit in mentem…), phrase qui est caractérisée cependant par une structure basée sur le modèle : sujet, compléments, verbe.
La phrase de Tite-Live est d’une toute autre nature car elle relève de la prose d’apparat et non du modèle « post-impérial » qui a servi de base au latin médiéval (cf. le billet sur cette question). La nécessité de l’indentation pour comprendre la complexité de la phrase, en style indirect, manifeste bien sa difficulté.


Une réflexion au sujet de « Source latines de Cranach l’ancien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *