Latin et étymologie

17 janvier 2010
Par

Une des raisons que l’on donne en faveur de l’apprentissage du latin est l’aide pour la connaissance de la langue française par le biais de l’étymologie : dans le présent billet je vais montrer les limites de cette aide, puis tenter de montrer sur un exemple tiré des expressions latines du français ce qu’il est possible cependant de proposer d’un point de vue pédagogique.

Le sens d’un mot : étymologie transparente ou active ?

Les mots de la langue ont un usage présent mais en même temps ils portent l’empreinte de leur passé qui est repéré par l’étymologie. Ce rapport au passé est bien généalogique, il trace les étapes suivies par le sens d’un mot, mais il ne donne pas le sens actuel du mot. Comme les linguistes l’ont bien montré, le sens d’un mot est donné par la manière dont il s’oppose à d’autres mots, non par son étymologie.

Prenons un exemple : le terme « maintenir » en français moderne évoque l’idée de stabilité d’un dispositif assuré par une intervention extérieure, ce que confirme l’usage actuel de la maintenance (en français ancien, le sens est plus large et comprend aussi l’idée de protection assurée, comme en témoigne la devise célèbre de Guillaume d’Orange « Je maintiendrai »). L’étymologie, tout à fait transparente du mot, introduit l’idée que la main tient quelque chose mais comme cette étymologie n’est pas perçue, cela ne pose de problème à personne de dire qu’il maintient son pied (et non sa main) sur l’accélérateur de sa voiture. La même personne hurlera si on lui dit que son essuie-glace marche car cet usage est perçu comme familier et incorrect. Un dispositif matériel ne peut que fonctionner : la marche est réservée à l’être humain et à l’animal du fait de l’étymologie qui évoque la marque imprimée par un pas. L’étymologie peut être transparente, donc inactive : bien peu de gens ont la conscience que du vinaigre est un vin aigre, un vin qui a tourné à l’aigre. Elle devient plus active quand on forme des composés ce qui explique les querelles sur le pluriel des noms composés : les linguistes soulignent qu’un mot composé est un mot ordinaire qui doit suivre les règles normales du pluriel et que le pluriel de « chasse-neige » est « chasse-neiges », alors que beaucoup d’usagers, comme par exemple les correcteurs orthographiques, sensibles à l’étymologie non encore transparente, protestent en disant « que plusieurs chasse-neige ne chassent toujours que – de la neige – et non – des neiges -. » [1].

En ce domaine, la transparence étymologique est très variable et ne peut être que constatée : l’étymologie se fait plus discrète quand le trait d’union du mot composé disparaît. Cependant le portefeuille et le porte-monnaie, divergent en matière de soudure bien que leur usage soit de même ordre. De même dans la série des « croque quelque chose », si le croque-mort ou le croque-mitaine peuvent sans trop de difficultés perdre leur trait d’union et devenir croquemort et croquemitaine c’est du fait que leur étymologie se fait discrète, tandis que pour croque-monsieur, elle est encore si vive que le vocabulaire des brasseries s’est enrichi de son pendant en croque-madame.

La transparence ou non de l’étymologie est un fait de société soumis à toutes les distinctions sociales : en faisant du latin, certains pensent pouvoir raviver la conscience étymologique du vocabulaire usuel et ainsi renforcer certaines pratiques liées à un milieu social qui recherche un purisme langagier.

Purisme langagier et étymologie : “par contre“.

Un bon exemple nous en est donné par l’expression « par contre » qui est très employée dans le langage courant mais « critiquée par les puristes » selon l’expression d’Alain Rey [2]. Elle est en tout cas proscrite dans les écoles de journalisme et on ne l’entend guère à la radio sauf dans la chronique du jardinier, ce qui est révélateur du jeu social.

L’origine de cette proscription est précisément d’origine étymologique : Littré dans son dictionnaire signale qu’il faut suivre Voltaire qui critiquait l’expression d’un point de vue logique car l’idée suggérée dans une phrase banale comme « si le vin est cher cette année, par contre il est bon » n’est pas une idée de contraire, mais une idée de compensation, (alors que le latin contra n’évoque pas cette idée). À l’inverse, (personnellement je dirais volontiers « par contre »), l’Académie française note trois grand types de sens de la préposition contre : le contact (« tout contre »), la comparaison (« à 15 contre 1 ») et le conflit (« envers et contre tous ») mais dans ce dernier registre une sous variété de sens est l’opposition dont en dernier l’opposition logique de par contre. D’une manière typographique exceptionnelle (en gras), l’Académie note que :

« condamnée par Littré d’après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale Par contre a été en revanche utilisée par d’excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc. Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller, chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible » [3].

L’Académie est bien consciente que l’opposition de Voltaire à l’expression, opposition relayée par Littré, refuse une extension du sens tout à fait ordinaire dont plus d’une dizaine d’excellents auteurs se portent garants, mais en même temps, en bons observateurs des réalités sociales, les académiciens sont conscients que le refus de l’expression est devenu un marqueur social dont il faut bien avertir les usagers. Ce qui est comique dans cette affaire réside dans le fait que l’expression proposée en général pour se substituer à par contre qui est en revanche, (et qui est utilisée par les académiciens « Par contre a été en revanche utilisé… »), évoque étymologiquement une idée « revancharde » qui est tout à fait étrangère au contexte.

Ces contraintes sociales sur l’emploi de certaines expressions passent par un apprentissage précoce (« tu ne vas pas au dentiste, tu vas chez le dentiste ») plus que par l’apprentissage du latin. Par contre (sic), la connaissance de nombreux mots latins (comme sic) permet de mieux comprendre des réalités culturelles liées à la langue : même un jeune enfant frotté au latin comprendra aisément qu’un nihiliste n’est pas un partisan d’un monsieur nihil alors que la dérivation par le nom propre est si fréquente.

Étymologie et orthographe

En ce qui concerne l’aide apportée à l’orthographe grâce à l’étymologie, des spécialistes de l’orthographe historique ont une position très nuancée. En effet, que l’orthographe du français doive dépendre de l’étymologie latine n’est pas une observation mais une doctrine dont les adeptes ont, à la Renaissance, tenté de modifier l’orthographe ancienne pour la rendre plus latine. Malgré ces tentatives, l’orthographe du français a reçu son héritage du latin par l’intermédiaire de l’ancien français.

Prenons l’exemple de l’accent circonflexe supposé refléter l’étymologie. Soit, en suivant toujours Alain Rey (Dictionnaire hist.), le mot coût issu du latin constare par l’intermédiaire du verbe coster et du substantif cust (on retrouve aisément cette origine dans le mot anglais cost) : ici l’accent circonflexe est bien une trace d’un s disparu. Mais prenons le mot coutume dont le lien avec l’accusatif de consuetudo (consuetudinem) ne doit pas sauter aux yeux d’un élève latiniste, mais dont on retrouve une version plus parlante en français (par le biais de l’italien) dans costume et en anglais dans custom. Dans ce cas, l’accent circonflexe est absent bien que le s disparu ait conduit à la présence d’un accent circonflexe jusqu’à au dictionnaire de l’Académie de 1762 [4]. Pourquoi le maintien dans un cas et la suppression dans l’autre, pourquoi soutenir (comparé à l’anglais témoin de l’ancien francais sustain, latin sustinere puis sustenire), pourquoi otage (ancien français et angl. hostage, latin hospitem), pourquoi soupir (latin suspirare) ? L’abandon de l’accent circonflexe dans un dérivé (bête/bétail latin bestia) ou son maintien (fût, affût du latin fustem) montre que l’orthographe est gouvernée par des lois traitant l’étymologie comme une matière de base, non comme une norme unique car, sur cette question de l’accent circonflexe, le souci de marquer le lien au passé latin et le souci de noter la prononciation coexistent comme l’a noté Cerquiglini [5].

L’exemple des redoublements de consonne est particulièrement approprié pour montrer comment un système local de règles vient interférer avec une base étymologique : homo a conduit à homme, honor à honneur, poma à pomme etc. Le phénomène est dû à l’apparition de la nasalisation au xe siècle qui a été notée graphiquement par un redoublement, (nasalisation encore existante dans bon, grand, an, fin) et d’une phénomène inverse au xvie et xviie siècle qui n’a pas entrainé la disparition du redoublement, le graphisme ayant une inertie plus forte à cette époque du fait de la multiplication de l’écrit. Il reste des traces régionales de mots non-dénasalisés dans certaines régions comme le mot année, qui dans la région de Montpellier est prononcée an-née, le premier an étant nasalisé (comme dans « le jour de l’an ») [6].

De l’étymologie latine à l’orthographe d’aujourd’hui deux millénaires sont passés avec des évolutions phonétiques, l’apport de racines non latines, le désir à certaines époques de rendre l’orthographe plus étymologique (parfois d’une manière erronée), l’usage d’abréviations qui sont passées dans l’orthographe (comme le x de la série caillou, chou, hibou,..). On comprendra que, dans ces conditions, vouloir se servir de la connaissance du latin pour mieux connaitre l’orthographe actuelle est assez irréaliste. Ce qui l’est moins est la possibilité de mieux comprendre le sens des créations récentes, où l’étymologie est bien respectée. L’argument de l’étymologie et de l’aide à la compréhension du français et de son orthographe relève pour une grande part de l’illusion au niveau de compétence où se situent les élèves. Voyons cependant des exemples de ce qu’il est possible de faire.

Utilisation d’expressions latines du français : des formes tirées du comparatif

Prenons les expressions latines très courantes en français a fortiori, a priori et a posteriori. Nous rencontrons une première question débattue : sont-elles des expressions latines authentiques car l’ablatif des comparatif est en e et non en i. Ces expressions viennent du latin scolastique mais divers témoignages [7] montrent que cette pratique se rencontre à partir du IIe siècle. Ce n’est pas du latin classique mais c’est du latin authentique : il serait paradoxal d’insister sur la permanence du latin dans notre civilisation et d’en refuser des attestations récentes.

Ces formes du comparatif ont laissé de nombreuses traces facilement repérables en français : priorité, prieur, postérieur pour deux de ces expressions. Beaucoup d’autres mots du français gardent cette trace du comparatif : inférieur (inferus ->enfer, inferior) / supérieur (super, superus, superior), améliorer (melior) / détériorer (deterior). Par le biais de l’anglais, nous utilisons les catégories de junior et senior, catégories sportives mais qui deviennent aujourd’hui des classes d’âge (senior devenant un euphémisme pour désigner les personnes âgées).

Par contre l’étymologie est beaucoup moins transparente pour seigneur, sire, sieur car il faut faire intervenir les distinctions de l’ancien français entre cas sujet et cas régime. Seigneur, cas régime vient de seniorem, qui a aussi donné sire au cas sujet (d’où messire) et sieur au cas régime (d’où monsieur) [8]. Ce sont là des étymologies encore relativement audibles pour seigneur, mais non pour les autres mots où la place de l’accent tonique joue un grand rôle pour comprendre les évolutions.

[1]Syndicat des correcteurs, Trait d’union, anomalies et caetera, Paris, Éditions Climats, 1991, p. 41.
[2] Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993.
[3] Dictionnaire de l’Académie Française, 9e édition, 1er volume 1992, 2e 2000, http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire/
[4] Nina Catach (dir.), Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse, 1994
[5] Bernard Cerquiglini, L’accent du souvenir, Éditions de Minuit, 1995.
[6] On trouvera une présentation de l’ensemble des systèmes ayant conduit à l’orthographe actuelle dans les écrits de Nina Catach dont une première approche est son « Que-sais je ? » sur l’orthographe, (1ère édition 1978) On examinera également les « Paragraphes de synthèse » de son Dictionnaire historique de l’orthographe française
[7] http://www.langue-fr.net/spip.php?article128#nh2 on trouvera aussi à cette adresse une discussion sur l’écriture francisée ou non de ces expressions. Les auteurs passent de l’écriture en italique non accentuée à la francisation avec accents selon qu’ils considèrent qu’il s’agit ou non d’une expression intégrée au français dont précisément l’origine latine est transparente ou non. On notera que l’Académie française, après avoir francisé, revient aujourd’hui à l’expression latine.
[8] Voir Alain Rey Dictionnaire historique de la langue française et Nina Catach, Dictionnaire historique de l’orthographe française, ouvrages cités.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Finalités

3 commentaires pour “ Latin et étymologie ”

  1. BIHEN le 20 janvier 2010 à 17:23

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article ” Latin et étymologie” du 17/01/10. Concernant le pluriel de “chasse-neige”, j’ai lu sur le site ” Le trésor de la langue française informatisée”: http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=200559540;
    CHASSE-NEIGE : subst. masc. : Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1932. Tous les dict. notent que le mot est invariable.
    Peut-on expliquer cette différence d’appréciation ?
    Avec mes remerciements
    René Bihen

    • Philippe Cibois le 20 janvier 2010 à 20:43

      L’Académie française dans son dictionnaire en cours à l’article chasse-neige l’indique comme invariable mais en cliquant sur le losange à droite du mot, signe qui renvoie aux “orthographes recommandées”, on trouve que le pluriel est “chasse-neiges”. L’Académie est prise précisément dans la contradiction évoquée dans le billet sur le fait que l’étymologie est transparente ici mais que le mot chasse-neige, si on le remplace par “engin de déneigement” à droit à un pluriel ordinaire (un engin, des engins).

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Bibliothèques UBO, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Latin et étymologie http://bit.ly/76Cjrv [...]

Laisser un commentaire

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Carnets de recherche