L’enseignement du latin en Allemagne

Pour comprendre la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, il faut avoir une idée du système éducatif dans son ensemble[1]. Si les différents lander ont la responsabilité de l’enseignement, on peut cependant donner un tableau global qui corresponde bien à la réalité.

L’enseignement obligatoire va de 6 à 16 ans : l’enseignement primaire s’il commence à 6 ans comme en France ne dure que 4 ans. Le graphique ci-dessous essaie d’une manière simplifiée de montrer les différents flux dans les écoles secondaires qui ne sont pas unifiées, sauf quelques-unes qui ne concernent que 10% des effectifs : Gesamtschule, collèges intégrés, où il y a la possibilité de faire tous les cursus.

A la fin du primaire (les niveaux de classes sont numérotés en Allemagne à partir de l’équivalent du CP, noté niveau 1), l’orientation se fait en tenant compte à la fois des désirs des familles et des résultats scolaires. Trois voies sont possibles qui correspondent à peu près à ce que fut l’enseignement secondaire français avant l’unification du collège par la réforme Haby en 1975 où quelques années auparavant existaient deux types d’enseignement que l’on va retrouver dans le système allemand.


On avait en France avant 1975 :

1) les CEG, Collèges d’Enseignement Général, enseignement court en 4 ans. Leur équivalent actuel allemand est la Hauptschule (littéralement École principale). L’enseignement y dure 5 ou 6 ans et se termine par l’apprentissage en alternance (concerne environ 20% des élèves).

2) les lycées qui allaient de la 6e à la terminale et qui étaient divisés en :
– sections modernes sans latin
– sections classiques avec latin

Les Realschule donnent un enseignement « moderne » (étymologiquement tourné vers les choses réelles), c’est-à-dire une formation générale plus approfondie que dans les Hauptschule mais qui ne conduit pas à l’équivalent du Baccalauréat (l’Abitur[2]) mais à des écoles techniques professionnelles (concerne environ 35% des effectifs)

Le Gymnasium[3] donne un enseignement classique avec latin : on y reçoit une formation générale permettant de passer l’Abitur et d’entrer à l’université (concerne environ 35% des effectifs).

L’enseignement du latin n’est pas obligatoire au Gymnasium mais pour entrer dans certaines filières de l’université (allemand, anglais, français, latin, grec, histoire, théologie, philosophie), un examen de latin spécifique (le Latinum) est requis. Le latin est le plus souvent étudié comme seconde langue mais il peut l’être comme troisième.

Dans les filières de type Gymanisum, on peut choisir le latin comme 2e langue [4] après les deux premières années (12-13 ans = niveau 7, c’est-à-dire l’âge de la 5e en France) et cet enseignement, s’il est choisi, devra être pris pendant 4 ans. Il peut être commencé deux ans plus tard comme 3e langue. Ces enseignements sont sanctionnés à l’Abitur.

Nombre d’élèves

Le pourcentage du choix du latin est de 23,5% en Gymnasium (Anglais : 95,8%, français 43,4%) mais de seulement 5,3% en filière Gymnasium des collèges intégrés (Anglais : 95,4%, Français 22,2%). Par rapport à l’ensemble des enfants scolarisés, cela représente 8,8% de l’ensemble [5].

Si l’on compare ce pourcentage de 8,8% avec le pourcentage français équivalent qui est de 17,7% [6] on voit que le collège unique français a permis d’accroitre le nombre des latinistes puisque la situation allemande correspond à peu près à la situation française des années 1970. Le pourcentage français est le double de celui de la situation allemande : il faut noter que le système allemand ne considère pas le latin comme une option facultative mais comme une matière obligatoire, prise optionnellement parmi diverses matières (comme c’est le cas pour une seconde langue en France en 4e qui peut être choisie parmi plusieurs). Cette manière de faire pourrait être intéressante en France en permettant ainsi de remettre l’option latin dans les horaires normaux de la seconde langue étrangère : ce n’est pas possible en 5e où le latin resterait, à titre d’initiation, une option facultative, l’obligation (de la seconde langue) ne commençant qu’en 4e.

Contenu de l’enseignement

En plus d’une initiation à la civilisation de Rome, à la mythologie, on étudie Phèdre, Plaute et Térence ; César (La guerre des Gaules), des discours et lettres de Cicéron, Cornelius Népos, Pline le jeune ; les poètes Catulle, Ovide et Martial. Au niveau supérieur on étudie les écrits philosophiques et politiques de Cicéron ainsi que les textes de Horace, Salluste, Sénèque, Tite-Live, Tacite et Virgile.  Pour les écrits post-impériaux on étudie Augustin et la Vulgate, puis les textes médiévaux : la vie de Charlemagne d’Eginhard, la Légende dorée de Jacques de Voragine. Pour le latin moderne, sont étudiés Pétrarque, Erasme, Thomas More, Descartes, Comenius.

Pour les auteurs jusqu’à Augustin, on retrouve les auteurs que Rollin disait déjà enseigner dans son Traité des Etudes et qui sont (ou qui étaient) les auteurs étudiés en France. Le souci des allemands d’étudier le latin dans toute son étendue temporelle comme source de notre culture renvoie à la question des finalités de l’enseignement.

Finalités de l’enseignement du latin

Citons le texte officiel du préambule des exigences pour les épreuves de l’Abitur [7] :

« La connaissance des fondements de la culture européenne est essentielle à une Europe dont les membres vont en se rapprochant de plus en plus. L’enseignement du latin doit assurer la connaissance de ce socle et permettre la connaissance de l’héritage culturel du monde ancien d’une manière intensive et par divers moyens. Il permet ainsi le développement de l’identité européenne.

« L’étude du latin doit permettre la lecture des textes, la réflexion sur ces textes et l’entrainement à l’interprétation. L’examen intensif du modèle de la langue latine permet d’apporter un éclairage sur le fonctionnement du langage lui-même. Il facilite, comme langue originelle, l’accès aux langues romanes.

« La terminologie scientifique des langues européennes est facilitée d’une manière appréciable par la connaissance du latin.

« De plus, l’élève acquiert un entrainement interdisciplinaire à la lecture approfondie [8], un approfondissement de sa conscience langagière, une pensée structurée, combinatoire et analytique, une éloquence sophistiquée et la capacité du discours et du transfert de concepts.

« L’analyse critique du contenu de textes latins dans l’original permet l’amélioration culturelle et personnelle des élèves et assure un savoir général et un entrainement à l’étude. » (p.5)

On ne s’étonnera pas que la dimension européenne soit mise en avant car, contrairement à la France, les régions de la rive droite du Rhin n’appartenaient pas à l’empire romain et ne sont devenues romaines qu’avec le Saint empire romain germanique à la suite de Charlemagne.

Pour les autres acquisitions attendues de l’apprentissage du latin, on note évidemment l’aspect culturel, linguistique et scientifique. Mais il s’agit là d’une note officielle et le débat en Allemagne a pris au sérieux la question de savoir si le latin était efficace pour développer l’intelligence, comme « gymnastique de l’esprit ».

Pour traiter ce sujet, des expériences sont menées qui consistent par exemple [9] à faire subir des tests d’espagnol première langue à deux groupes dont l’un a suivi un enseignement de latin 2e langue et l’autre un enseignement de français 2e langue également. Il s’avère que le français est plus efficace que le latin pour l’acquisition de l’espagnol, ce qui ne prouve pas que latin n’ait pas un effet sur l’acquisition cognitive en général [9]. Une autre étude recherche l’effet pur de l’acquisition cognitive en comparant deux population dont l’une a fait trois ans de latin et l’autre, semblable par ailleurs, non. On ne note pas de différences significatives entre les deux populations [10].

Un dossier réuni par l’Institut fédéral suisse de technologie de Zurich [11], conclut :

« Comme langage logiquement construit, le latin est réputé pour faciliter l’acquisition d’autres langues et pour améliorer la pensée formelle et logique. On doit cependant conclure sur la base d’études empiriques portant sur des enseignements et des apprentissages, d’une manière toute différente : l’apprentissage du latin n’a pas d’effet sur la pensée logique ni sur l’apprentissage d’autres langues comme l’espagnol.

«  On constate cependant un effet limité apporté par le latin : une meilleure connaissance du latin conduit à un effet mineur sur la reconnaissance des mots, probablement due au fait que les finales des mots, en latin comme en allemand, sont significatives.

« Ces résultats ne sont pas surprenant si l’on considère ce que l’on sait sur les apprentissages qui conduisent à des compétences spécifiques. Si des raisonnements basés sur l’intelligence peuvent être transposés dans d’autres domaines, par exemple pour conduire à des conclusions par analogie, des transferts non spécifiques basés simplement sur l’intelligence ne se rencontrent pas.

«  Doit-on pour autant supprimer l’étude de la grammaire latine ? Pas nécessairement selon le professeur Elsbeth Stern de l’Institut fédéral suisse de technologie de Zurich, car le latin peut favoriser des méta-connaissances linguistiques, mais celles-ci peuvent tout aussi bien être acquises par l’apprentissage en classe d’une langue vivante. »

Que retenir de l’expérience allemande

Que le latin comme « gymnastique de l’esprit » ne soit pas d’une efficacité notable n’est pas une surprise. Frary avait déjà montré au 19e siècle que ce n’est qu’une motivation de remplacement de l’admiration des anciens, disparue après la Révolution du fait de la Terreur qui s’était commise au nom de ces mêmes anciens. Ce qui rend efficace l’apprentissage du latin, c’est la motivation intellectuelle, comme le cas de Laurent Schwartz nous l’a montré, ou la motivation culturelle qui fait que toute culture un peu approfondie doit passer par une certaine connaissance de l’histoire antique et du latin.

Un apport beaucoup plus intéressant de l’expérience allemande réside dans le fait que le latin est intégré dans un système d’options obligatoires : il faut choisir une option et ce peut être le latin. Tester cette possibilité dans le cas français sera l’objet d’un prochain billet. On notera enfin l’étude du latin post-impérial, de la Vulgate de Jérôme et des textes d’Augustin jusqu’à Descartes [12].

***

Merci à Jürgen Leonhardt, auteur de La grande histoire du latin, qui m’a décrit la situation spécifique allemande et m’a indiqué des sources d’informations que j’ai largement utilisées.


[1] présentation détaillée et statistiques (source Eurydice), sur l’enseignement du latin voir la rubrique de wikipedia et le site professionnel des enseignants de langues anciennes.
[2] de abeo, is ire, ii, s’en aller : « il est parti »
[3] terme utilisée au moment de la Réforme par allusion à l’institution de formation de Grèce antique qui s’occupait des jeunes gens et des adultes (le mot  lycée a la même origine, mais le terme lycée remplaça le terme collège sous Napoléon)
[4] mais on peut choisir comme option obligatoire une autre matière qu’une langue étrangère.
[5] Source : Bundesministeriums für Bildung und Forschung (BMBF) (Ministère fédéral pour l’enseignement et la recherche), p.44. Pour le calcul du pourcentage général on a : 23,5 % des 35% d’élèves du gymnasium donnent un pourcentage de 8,2% auquel il faut ajouter 5,3% des 10% d’élèves de collège intégré soit 0,5%, soit en tout 8,8%.
[6] Rentrée 2009 Public + Privé, total des latinistes, source RERS 2010 (Repères et références statistiques du MEN)
[7] Einheitliche Prüfungsanforderungen in der Abiturprüfung Latein ; Beschluss der Kultusministerkonferenz vom 01.02.1980 i. d. F. vom 10.02.2005 (Niveau standard exigé pour l’Abitur de latin. Résolution de la conférence des ministres de la culture, 1980, actualisée en 2005)
[8] genaues Lesen équivalent de l’anglais close reading, ce qu’on appelait autrefois l’explication de texte, mais la perte d’intérêt pour la chose a entrainé la disparition du terme. Faire de l’explication de texte à la manière de Lanson a été relégué aux oubliettes par le close reading à la manière de Derrida. Pourtant l’exercice est le même, il consiste à s’interroger sur toutes les articulations et les liens de toute nature que l’on peut associer à un texte. On rencontre aussi le terme de micro-lectures par référence à la micro-histoire
[9] Ludwig Haag, Elsbeth Stern, In Search of the Benefits of Learning Latin, Journal of Educational Psychology, 2003, Vol. 95, No. 1, 174–178
[10] Tuulia M. Ortner et al., Zur Frage nach Auswirkungen von Lateinunterricht auf die kognitive Fähigkeit „Reasoning“( De l’effet de l’apprentissage à l’école du latin sur la capacité cognitive de raisonnement), Psychologie in Erziehung und Unterricht (Psychologie de l’éduction et de l’enseignement), 2008, 55(3):189-195.
[11] Eidgenössische Technische Hochschule Zürich
[12] On notera que plusieurs des auteurs cités ont déjà été étudiés sur ce carnet : Augustin, Jérôme, Jacques de Voragine, Pétrarque, Descartes.


7 réflexions sur « L’enseignement du latin en Allemagne »

  1. L’usage du latin parlé m’a donné accès aux auteurs allemands. Sans être philologue j’ai publié la traduction française d’un ouvrage de 400 pages du comte palatin Michael Maier (1614): « Les Arcanes très Secrets ». Je vais maintenant publier du Paracelse qui est quasi inconnu en France… Oui, l’utilité du latin c’est de lire cette merveilleuse littérature de l’Occident, rédigée avant l’apparition des nationalismes. Européens, réveillez-vous! Lisez dans votre langue commune comme vous payez dans votre monnaie commune, et les Chinois vous respecteront…

    Sermo Latinus est vester. Nolite liberos vestros eo orbare. Vivat lingua Latina!

  2. Salvete

    Bravo, je soutiens l’usage du latin en Europe, c’est déjà notre langue commune on ne s’en rend simplement pas compte.
    Et elle dépasse les barrières nationales tout en s’intégrant dans notre culture commune.
    De plus toutes les langues d’Europe ont été influencées par le latin.
    Même en russe on peut y découvrir des vocables issus du latin.
    Pour une langue éthique,qui nous réunis sans assoir la domination d’une nation sur les autres apprenez le latin!

    Unitatem in varietate!

    1. Le but de ce carnet n’est pas de faire que le latin redevienne une langue de communication, la lingua franca de notre époque n’est plus le latin et le globish convient pour les échanges pratiques. Le but de ce carnet est que le latin présent dans les langues européennes puisse être compris et que l’héritage culturel du latin européen (Antiquité, Moyen Age et Renaissance) puisse être lu en version originale (sous-titrée).

      1. Je comprends bien ce que vous dites. Toutefois, (dans des cas encore trop rares je le concède!) le latin redevient ou reste réellement une langue de communication, ce qui ne gâche rien même si la chose serait loin d’être suffisante si elle se limitait à cela. Par contre, je le répète, m’en servir de la sorte, et encourager les autres à son apprentissage dans ce but également, donne les avantages que j’ai déjà démontrés.
        Vivat Europa unita per auctores eius doctos!

  3. l’étude de latin offre un esprit scrupuleux, analytique et logique aux étudiants. alors il est demandé aux enseignants doivent expliquer aux élèves ou aux étudiants que l’étude du latin ne consiste pas à parler cette langue mais plutôt à leurs permettre à avoir un raisonnement ouvert sur le plan linguistique…..

    papy ntumba
    professeur de latin au collège sainte anne/RDC-KINSHASA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *