Les citations latines : de la parodie à l’utilisation pédagogique

Voici un marchand de vin polyglotte : ses propositions de vente sont faites en français et en anglais mais son enseigne, de vinis illustribus est évidemment une parodie du de viris illustribus.

DSCN1726Vinis

Un usage parodique des citations latines se trouve évidemment dans les albums d’Astérix. Si on les regroupe, comme par exemple cela a été fait ici,  on a l’impression qu’elles sont très nombreuses. En fait, si on examine quelques albums pris au cours des années, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas si fréquentes :
La serpe d’or (1962) 2 citations : Vade retro, Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ?
Le tour de Gaule d’Astérix (1965) 2 citations : Exegi monumentum aere perennius, Victrix causa diis placuit, sed victa Catoni.
Le bouclier arverne (1968) 8 citations : Diem perdidi, O tempora ! O mores !, Vade retro ! Audaces fortuna juvat, Ab imo pectore, Vade retro, Bis repetita (ne) placent (pas toujours), Veni vidi (et j’ai compris).
Obelix et compagnie (1976) 5 citations : Veni, vidi (et y en a) vici, Redde Caesari quae sunt caesaris, Si vis pacem (achète des menhirs), Alea jacta est, Uti, non abuti.
Astérix et Latraviata (2001) 2 citations : Ceterarum rerum prudens, Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ?

La série d’Astérix se caractérise par une double lecture possible : pour les enfants, ce sont les aventures des deux héros avec un but, des aides, des opposants, avec des péripéties basées sur le comique répétitif de l’affrontement toujours remporté sur les soldats romains (et sur quelques autres adversaires). Mais une autre lecture est permise aux adultes, en premier lieu les parents des premiers épisodes, puis aux adultes que sont devenus les premiers lecteurs. Ce double lectorat a entrainé un succès éditorial notoire. L’intérêt des adultes vient en effet des anachronismes qui permettent de situer dans la France contemporaine les situations des multiples péripéties, scènes de la rue (ou de la vie militaire).

Un attrait supplémentaire pour les adultes est l’allusion culturelle : évocation de peintures et sculptures classiques ou culture antique par le biais des situations historiques de la guerre des Gaules. Les auteurs utilisent des relectures humoristiques de descriptions qui se trouvaient dans les anciens livres d’histoire (Vercingétorix déposant ses armes aux pieds de César ou le roi mérovingien sur son pavois), mais ce qui marque les mémoires c’est l’usage des citations latines.

Elles sont toujours en situation : par exemple dans La serpe d’or, Vade retro dit le soldat romain pour faire reculer la foule et, au moment du dénouement de l’histoire, l’enquêteur pose au suspect les questions classiques Quis, quid, etc. La situation est toujours parodique : Diem perdidi dit le perdant au jeu, O tempora ! O Mores dit le simple soldat (Le bouclier Arverne).  Quant au pirate, dans de nombreux albums, il est spécialisé dans les citations stoïciennes. Toutes ces citations sont données en latin mais elles sont facilement traduites car elles viennent des pages roses du Petit Larousse qui est la source quasi unique.

On peut se poser la question de savoir si un enseignement de latin au collège peut se servir d’Astérix comme outil pédagogique, la réponse doit être négative pour deux raisons : tout d’abord les allusions à la culture romaine sont fantaisistes (même si « au fil des albums, les représentation du circus maximus se font plus réalistes » dit Alain Charron du Musée département de l’Arles antique [1]). Plus profondément, ce qui est visé, ce n’est pas l’antiquité mais les attitudes du temps présent dont les auteurs cherchent à se moquer en parodiant le monde antique.

Évidemment, le succès international d’Astérix incite les enseignants à utiliser la ressource de la bande dessinée : une excellente brochure publiée par l’Artela pourra les y aider [2] et la série d’Alix (dont le créateur Jacques Martin vient de décéder) reste dans les mémoires.

Pour ce qui est des citations latines, leur problème est celui des pages roses du petit Larousse qu’il faut maintenant envisager.

Les pages roses du petit Larousse

Les locutions latines (qui sont devenues les pages roses du petit Larousse) sont apparues dès 1856 dans la première édition du Nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse dont ce fut une des nouveautés, avec l’utilisation d’exemples et une partie encyclopédique. Pierre Larousse fut aussi en 1860 l’auteur (et l’éditeur) du Jardin des racines latines par lequel il voulait suppléer pour le plus grand nombre à l’absence de connaissance du latin en apprenant « un peu de latin, quelques mots seulement, et toujours du point de vue de notre langue seule » (p. 9).

Larousse

Il ne s’agit pas d’apprendre assez de latin pour lire Cicéron ou Virgile mais de participer aux avantages que l’étude des langues anciennes procure. Il termine sa préface par une citation : Pauci quos aequus amavit Jupiter, que l’on trouvera précisément dans les pages roses et qui est tirée de l’Enéide : en effet au 19e siècle, nombreux sont les auteurs qui illustrent leurs propos par des citations latines enchassées dans leur texte. Prenons par exemple le premier chapitre (De l’éducation) de La réforme de l’enseignement secondaire de Jules Simon, (Paris, Hachette, 1874) qui fut une des premières remises en cause de l’utilisation des vers latins. On y trouve deux citations non traduites (mais avec les références) qui sont la suite logique de la pensée :
« On éprouve un revers, et on y gagne de voir clair au fond des choses
Nam verae voces tum demum pectore ab ipso
Eripiuntur

Jusqu’à ce qu’on soit repris par la course au succès et le train du monde ». (Lucr. de Nat. rer., liv. III, v. 57) Citation d’ailleurs faite de mémoire car incorrecte : les vraies paroles sorties du cœur ne sont pas arrachées (eripiuntur) mais tirées (eliciuntur), c’est le masque du rôle joué qui est arraché (eripitur persona), mais les deux verbes peuvent avoir le même sens.

La deuxième citation illustre le fait que les parents sont tous d’accord pour dire que l’essentiel de l’éducation est « l’avancement intellectuel et moral de leurs enfants » mais :
« Il semble qu’on se tienne quitte envers la philosophie par cet étalage de grands sentiments, et qu’on se dédommage dans la pratique en ne songeant qu’à la richesse et à l’ambition.
Mens bona, fama, fides ! » Haec clare et ut audiat hospes;
Illi sibi introsrum et sub lingua immurmurat : ô si
Ebullit patrui praecluarum funus !

Citation d’une satire de Perse (II, V.8) où l’on annonce ouvertement que l’on recherche l’excellence alors qu’on désire pouvoir suivre l’enterrement de son oncle pour récupérer son héritage.

L’usage de ces citations est courant : la première avait déjà été utilisée par Montaigne et par Hume. Les citations latines avaient cependant baissé d’intensité au 18e pour remonter au 19e [3].

Le but de Larousse, ce n’est pas de suppléer à un enseignement du latin qui n’a pas eu lieu (et qui dispense de regarder dans les pages roses), mais de permettre à ceux qui n’ont pas fait de latin de comprendre le sens et surtout la portée des citations en indiquant leur contexte usuel d’utilisation.

Ces citations n’ayant plus cours aujourd’hui, ces pages roses perdent de leur importance (réduction de moitié entre les éditions de 1946 et celle de 1975) mais contiennent encore des expressions sorties de l’usage littéraire et qui peuvent ainsi être utilisées à des fins comiques.


L’usage pédagogique

Utiliser les citations latines aujourd’hui comme corpus de travail, ce n’est pas prendre des expressions désuètes mais c’est au contraire utiliser des expressions vivantes comme :

A contrario, ad hoc, ad hominem, ad libitum, ad patres, a fortiori, alea jacta est, alter ego, a posteriori, a priori, ave caesar morituri te salutant, casus belli, cogito ergo sum, cujus regio ejus religio, curriculum vitae, cursus honorum, de facto, de jure, delirium tremens, de profundis, dura lex sed lex, errare humanum est, et caetera, ex aequo, ex voto, fac simile, fluctuat nec mergitur, grosso modo, habeas corpus, hic et nunc, honoris causa, in extenso, in extremis, in vino veritas, ipso facto, manu militari, mea culpa, missi dominici, modus vivendi, mutatis mutandis, nota bene, numerus clausus, panem et circenses, pater noster, pater familias, pax romana, post meridiem, post mortem, post scriptum, quo vadis, sine qua non, statu quo, stricto sensu, sui generis, tu quoque fili, urbi et orbi, vade mecum, veni vidi vici, verba volant scripta manent, vice versa, vox populi vox dei.

Voici un soixantaine d’expressions latines connues des adultes francophones cultivés soit du fait qu’elles soient entrées complètement dans la langue française (a priori), soit pour des raisons historiques (fluctuat nec mergitur), soit pour des raisons religieuses (pater noster), de droit (de facto/de jure), soit parce qu’elles sont des expressions usuelles abrégées à l’écrit (etc., ex aeq.) ou sont devenues proverbiales (vox populi vox dei).

Ces expressions utilisent environ 120 mots différents : certaines de ces expressions étant connues des élèves (ex aequo, et caetera sous la forme etc.) et d’autres pouvant être trouvées par eux, il s’agit de passer de leur contexte d’utilisation à leur compréhension puis à leur structure. Plusieurs moyens sont possibles : si l’étude des étymologies dérivées aide à la compréhension du français à partir du latin, l’étude des régularités permet de s’approcher de la compréhension de la structure linguistique du latin lui-même. Par exemple :

ad entraine des finales en –m, comme post ; a comme ex ou in des finales en ‑o ou en –i. Le fait de travailler sur un corpus réel permet de présenter les cas non à partir de paradigmes mais à partir de fréquences attestées.

— la finale la plus fréquente est –s : –as (familias, veritas) ; –es (patres, circenses) ; –is (mutandis, profundis, extremis, mutatis ; generis, honoris). On voit qu’on affronte dès à présent les vraies difficultés de la déclinaison puisqu’on a le plus fréquemment des ablatifs puis ensuite des génitifs. Vient ensuite –i où l’on retrouve aussi un mélange de nominatifs (missi, dominici, morituri), de génitifs (vivendi, fili, dei, belli, populi, sui), de datifs (urbi, orbi), d’ablatifs (priori, posteriori, fortiori) ; puis le –o au nominatif (regio, religio) mais surtout à l’ablatif, absolu dans plusieurs cas (vino, extenso, ipso, facto, grosso, modo, voto) ; puis le –a où l’on repère que la première conjugaison (mea, romana, culpa) n’est pas la plus fréquente par rapport aux autres (jacta, caetera, scripta).

Les comparatifs (priori, posteriori, fortiori) ouvrent, (comme indiqué dans le billet déjà consacré à cette question) la voie des étymologies (senior, d’où seigneur, junior, etc.) qui évidemment se révèle une démarche d’une étendue qui peut couvrir un domaine immense. De la même façon, l’étude du sens précis de chaque expression permet d’aller de l’Antiquité (César) à la pax americana de le politique actuelle, de la vie courante (et caetera, curriculum vitae) aux fins dernières (de profundis) ou au droit (habeas corpus), du français à l’anglais (ante/post meridiem) et à l’international fac simile devenu fax.

[1] Alain Charron, « Astérix et l’architecture romaine », in Astérix au Musée de Cluny, RMN, 2009
[2] Antiquité et bande dessinée, textes réunis par Régis Courtray, Artela, [sd].  On y trouvera beaucoup d’autres ressources intéressantes (et des informations sur les problèmes de traduction en latin du dernier Astérix) : présentation.
[3] Etienne Brunet, « Le latin dans la littérature française », in Actes du colloque La réception du latin, Angers, Presses Universitaires, 1996, p.125-141.


3 réflexions au sujet de « Les citations latines : de la parodie à l’utilisation pédagogique »

  1. J’ai toujours pensé que la présence de citations latines dans Astérix fonctionnait comme un clin d’oeil complice à destination des lecteurs ayant suivi un enseignement de latin dans leur jeunesse ; la citation latine jouerait alors un rôle opposé à celui des pages roses en quelque sorte. Et évidemment, ce mécanisme a de moins en moins de chances de fonctionner à mesure que les effectifs s’amenuisent dans les classes de latin dans l’enseignement secondaire.

  2. Une remarque à propos des désinences.
    Les comparatifs comme prior, posterior font leur ablatif en -e.
    Les expressions latines « a priori » et « a posteriori », employées telles quelles en français, sont les abréviations de « a *priori ratione » et « a *posteriori ratione », mais leur origine est fautive, il aurait fallu dire « a priore ratione » et « a posteriore ratione ».
    Peut-être aurait-il été bon de le signaler quelque part.

    De même, l’orthographe « et caetera » avec un a devant le E est une orthographe fautive résultant d’une hypercorrection. En latin classique (cicéronien), on écrit « et cetera » sans A.

    1. L’ablatif en -i pour les comparatifs, et parfois plus largement, est typique d’un usage médiéval, cf. Pascale Bougain, le latin médiéval, Brepols, 2005, p.84. Cette évolution peut s’expliquer par le fait que même dans la langue classique, il y a déjà des hésitations pour l’ablatif de la 3e déclinaison entre les finales en -i et les finales en -e. Par exemple on trouve nave mais aussi navi chez Cicéron.
      Parler de formes « fautives » est une manière de dire qui considère que le latin médiéval n’est pas un vrai latin. C’est une forme différente du latin classique mais une vraie langue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *