Simulations du latin comme « option obligatoire »

Nous avons vu dans le précédent billet consacré à la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, que le latin faisait partie au gymnasium des options obligatoires, ce qui signifie que le latin est à égalité avec les langues vivantes dans l’ensemble des choix possibles, dont il faut en prendre un obligatoirement.

Je voudrais dans le présent billet tester cette hypothèse dans le cas français en utilisant les sources statistiques actuellement disponibles concernant le latin et les langues vivantes afin d’envisager la possibilité d’une telle manière de faire en France.

Pourquoi mettre le latin dans les options obligatoires ?

Les défauts de la situation actuelle de l’enseignement du latin en France sont les suivants :
– si le latin est encore assez largement choisi au collège, il devient très minoritaire au lycée, même en section littéraire, (cf. sur ce site les graphiques d’évolution),
– au collège, le choix initial du latin est souvent remis en cause (et un quart des entrants en 5e arrivent à abandonner l’option avant la fin du collège) du fait qu’il s’agit d’une option facultative (cf. le débat d’Okapi pour les remises en cause, et l’étude du panel 95 pour les abandons au collège).

Ces problèmes ne se poseraient plus si le latin était une « option obligatoire de deuxième langue » : après une initiation facultative ouverte à tous pour une durée d’un an en 5e, le latin pourrait être en connaissance de cause choisi comme deuxième langue et cette option aurait alors des chances, comme toutes les options de deuxième langue, d’être poursuivie au lycée.

Rappelons d’abord la situation actuelle en matière d’options obligatoires et facultatives, puis nous ferons un tableau détaillé des options de langues vivantes et enfin nous tenterons des simulations où l’on inscrirait le latin dans les options obligatoires à divers niveaux du cursus du second degré.


Situation des options

L’étude d’une langue vivante est obligatoire pour tous dès la 6e et l’anglais est choisi par 97% des élèves et l’allemand par 11% : le total dépasse 100 du fait de l’apprentissage simultané des deux langues dans des classes dites « bilangues », anglais-allemand à 71% [1]. Pour savoir quel est le choix des latinistes, une étude rétrospective est nécessaire et nous utiliserons à cette fin le Panel 95, ce suivi d’une cohorte d’élèves depuis son entrée en 6e en 1995 jusqu’à sa sortie du système scolaire.

En 1995 où les classes bilangues n’existent pas encore, nous regardons uniquement le choix de la première langue vivante en 6e : en moyenne, l’allemand est choisi par 11% de la population mais ceux qui feront du latin en 5e le choisissent à 18% (inversement, les latinistes choisissent moins l’anglais : 81% contre 86% en moyenne). Ce choix de l’allemand, quand il n’est pas lié à une proximité géographique avec l’Allemagne (cf. la carte page 4 de la note d’information citée) est une manière pour les parents, et le phénomène est vraisemblablement le même pour les classes bilangues aujourd’hui, de faire un choix d’excellence scolaire analogue à ce choix qui fait partie des motivations des parents pour le latin « il sera avec les meilleurs ». Que l’on regrette ou non ce type de choix, il fait partie des éléments de la situation.

En 4e une 2e langue vivante est obligatoire : elle devient optionnelle en 3e, est proposée comme enseignement de détermination au choix en seconde, mais elle est obligatoire en première et terminale S, SES (et pratiquement obligatoire en L si on ne prend pas le latin). De ce fait la 2e langue vivante est conservée de la 4e à la Terminale dans des proportions importantes.

Les choix en 4e se répartissent en quatre groupes importants de couplages de langues : par ordre d’importance décroissante :
– 52, 4% : anglais 1ère langue, espagnol 2e langue
– 15,4% : anglais 1ère langue, allemand 2e langue
– 15,2% : anglais 1ère langue, autre langue 2e langue
– 10,1% : allemand 1ère langue, anglais 2e langue
– 6,8% autres situation, total 100%

Etudions spécifiquement les latinistes de 5e, qu’ils aient ou non conservé l’option latin puisque sur 100 latinistes en 5e, ils ne sont plus que 16 en seconde, 9 en première et 6 en terminale (source Panel 95).
– 51, 4% : anglais 1ère langue, espagnol 2e langue
– 22,7% : anglais 1ère langue, allemand 2e langue
– 17,5% : allemand 1ère langue, anglais 2e langue
– 5,9% : anglais 1ère langue, autre langue 2e langue
– 2,5% autres situation, total 100%

Si le couple anglais-espagnol est d’importance analogue, on note le couplage beaucoup plus fréquent de l’anglais avec l’allemand, soit en 1ère soit en 2e langue puisqu’il regroupe 40,2% des latinistes d’origine contre 25,5% en moyenne : cela confirme l’importance de la recherche de l’excellence pour ces latinistes (en plus des raisons professionnelles du choix de l’allemand, langue du pays qui a le plus d’échanges économiques avec la France).

En terminale, 72% du couple 1anglais, 2 espagnol ont conservé leur choix, 75% du couple 1 anglais, 2 espagnol et 68% pour le couple 1 allemand, 2 anglais (14% de ces derniers ayant inversé les deux langues en faisant passer l’anglais en langue 1).

Simulations

Nous allons procéder maintenant à une simulation de la mise en option du latin en option obligatoire de langue vivante 2 (qui deviendrait langues étrangères 2 ou encore langues 2, vivantes  ou anciennes).

La 5e devient la classe d’initiation facultative au latin : cette classe forme un tout pédagogique avec par exemple pour objectif à la fois motivant et réaliste l’acquisition de la morphologie et de la compréhension du latin du français. Je renvoie à mes leçons sur les expressions latines du français désormais réunies en un pdf en ligne. Comme cette option n’est prise que pour un an, l’engagement est restreint mais puisqu’il est entièrement tourné vers la compréhension d’éléments et de situations du français d’aujourd’hui, il est motivant.

En fin de 5e, si le latin est devenu une option obligatoire, l’élève peut s’il le veut continuer le latin comme deuxième langue. Comme pour l’allemand ou l’espagnol, il sait qu’il devra de fait poursuivre cette option au lycée dans la majorité des cas, et il n’y aura plus de chute en fin de 3e.

Essayons de chiffrer les effectifs en faisant des suppositions raisonnables à partir des grands groupes de couplages de langues actuels.

Actuellement environ la moitié des effectifs des latinistes se portent sur le couplage anglais 1 – espagnol 2. Faisons l’hypothèse que l’espagnol est, sauf proximité géographique dans le sud-ouest de la France,  plus un non-choix qu’un choix en ce sens que c’est une langue réputée facile (peut-être à tort) et que l’investissement n’a pas à y être trop élevé. Si les élèves sont motivés par l’enseignement du latin, on peut faire l’hypothèse que les deux tiers des élèves choisiront le latin à la place de l’espagnol. On peut penser qu’il en serait de même pour les autres couplages de l’anglais première langue avec les autres langues.

Par contre il faut distinguer le cas de l’allemand première langue car le choix de l’anglais 2e langue est important : dans ce cas on peut faire l’hypothèse qu’un petit nombre seulement choisirait le latin, par exemple 10%.

Si on pondère ces coefficients de passage en fonction des effectifs observés, on arrive à un passage de la 5e option latin facultative à la 4e option obligatoire latin de 57%

Calculons maintenant le suivi d’une cohorte de latiniste en estimant le passage d’une classe à l’autre en prenant comme base les coefficients observés pour les deuxièmes langues, qui étaient au moment du Panel 95 sous diverses appellations (langue vivante 2 ou option obligatoire).

On observe en moyenne pour espagnol et allemand les taux moyens suivants :
4e vers 3e = 95%
3e vers 2nde = 75%
2nde vers 1ère = 65%
1ère vers terminale = 85%

On applique ces coefficients de passage d’une classe à l’autre [2] à la cohorte des latinistes et on arrive au résultat suivant en partant sur la base de 1000 pour la cohorte de départ. L’observation indiquée correspond à la réalité du Panel 95.

Observation Panel 95 Simulation
5e 1000 1000
4e 853 568
3e 740 539
2nde 157 405
1ère 92 263
Term 63 224

Le graphique ci-dessous visualise ces résultats :

Le passage en 4e, dans la mesure où la 5e était une initiation sans obligation pour l’année suivante fait que seulement 57% des élèves poursuivent mais cette fois en option obligatoire. Ceci fait que la décroissance est ensuite celle de ces options et qu’au final on a 26% des latinistes de 5e au lieu de 9% aujourd’hui.

Du point de vue de la satisfaction des élèves et des enseignants, la situation sera toute différente en ce sens qu’une option obligatoire, à l’encontre d’une option facultative permet des investissements sur le long terme (avec évidemment le risque antagoniste de sclérose de l’enseignement). Les enseignants n’auront plus à lutter contre ce désir de fuite qui était restreint pour le passage vers la 4e et vers la 3e mais qui éclatait si l’on peut dire au moment du passage en seconde.

Mais qu’en est-il des effectifs ? La simulation envisagée est à effectifs de latinistes constants. Avec les coefficients envisagés, pour arriver à cet équilibre, il a suffi de faire l’hypothèse d’une plus grande attractivité de l’option d’initiation d’un an en 5e en faisant passer son pourcentage de l’ensemble de la situation observée à la rentrée 2009 de 22% à 25% [3].

Le graphique ci-dessous part des mêmes coefficients que le précédent mais en présentant les résultats en pourcentages du total de tous les élèves.

Il est maintenant possible de faire d’autres simulations et par exemple de supposer qu’après plusieurs années de fonctionnement, les parents qui avaient fait le choix de l’allemand première langue et qui de ce fait envisageaient l’anglais plutôt que le latin en deuxième langue, renoncent à cette stratégie et prennent l’anglais en première langue. Le coefficient de passage en 4e devient alors le même pour tous, de deux tiers. On a les résultats suivants où tous les pourcentages deviennent supérieurs à la situation actuelle, ce qui conduit à une augmentation du total des effectifs de latinistes de 33% :

Conclusion

Il est raisonnable de penser que la simulation à effectifs constants est souhaitable car la réforme serait neutre du point de vue des couts d’éducation mais elle apporterait une liberté d’esprit aux élèves et aux enseignants en distinguant bien une initiation de latin en 5e qui serait, comme aujourd’hui,  une option facultative mais suivie toute l’année, à l’encontre de l’initiation d’avant la réforme Bayrou qui se passait pendant les cours de français et était tout à fait aléatoire.

Cet enseignement d’un an rénové ne viserait qu’à motiver par un réel apprentissage de la langue et non de la civilisation, dont l’intérêt pour les élèves n’est qu’une manière de fuir l’apprentissage de la langue elle-même.

Reste l’obstacle qui se constitue actuellement du fait de l’extension des classes bilangues qui par le couplage anglais-allemand veulent attirer les familles ayant un désir d’excellence. Certains pourraient dire que la solution est de mettre aussi le latin dans les langues possibles et de retrouver ainsi le couplage anglais latin dès la 6e. Il faut refuser cette option parce qu’elle ne permet pas un essai d’un an de l’option latin que sa spécificité requiert. Une solution pourrait être cependant d’avancer l’initiation de l’option facultative de latin de la 5e à la 6e, ce qui résoudrait le problème du choix de l’allemand.


[1] Note d’Information 05.26 du Ministère de l’éducation nationale. Les langues vivantes dans le second degré en 2004.
[2] Ces coefficients sont certainement pessimistes car cumulés, ils ne permettent pas de retrouver le coefficient de 70% environ observé pour le passage de la 4e à la terminale. Ce pessimisme permet de penser que ce qui est décrit comme évolution n’est pas exagéré et correspond à un minimum. Le détail des calculs est accessible sur le fichier excel de simulations.
[3] Rentrée 2009 Public + Privé, total des latinistes, source RERS 2010 (Repères et références statistiques du MEN)


Une réflexion au sujet de « Simulations du latin comme « option obligatoire » »

  1. car au lycée si tu prends le latin tu perds la possibilité de prendre une autre option (en seconde on a le droit qu’à une option, puis en 1er tu gardes ton option qui devient matière obligatoire du coup tu peux reprendre une autre option et comme n’ayant pas fait de Latin ou de Grec pendant une année c’est quasi impossible… sauf si on a une dérogation) Sinon j’ai pu voir des gens faire Grec en seconde puis reprendre en facultatif le Latin en première et faire changer le Latin en obligatoire au bac et mettre en option le Grec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *