La Vie de Charlemagne d’Eginhard

Comme nous l’avons vu dans le billet consacré à l’enseignement du latin en Allemagne, deux textes médiévaux sont cités comme étant étudiés au gymnasium, dont l’un a déjà été étudié sur ce carnet, la Légende dorée de Jacques de Voragine (à propos de Saint-Christophe) et dont l’autre, la Vie de Charlemagne d’Eginhard, est maintenant examiné[1].

Eginhard, comme il le dit dès le début de son texte, fait partie des « nourris » de Charlemagne dont « un usage immémorial voulait que le souverain accueillit auprès de lui et fit «  nourrir » à ses frais, comme on disait, des jeunes gens de bonne famille ou qui s’étaient distingués dans leurs études. Ces « nourris », qui arrivaient à la cour au sortir de l’école, c’est-à-dire en général vers douze ou treize ans, se formaient sous les yeux du roi à la carrière des armes et à la vie politique, constituant une pépinière où se recrutaient ensuite les hauts fonctionnaires de l’administration » (Halphen : 3)

Il fait partie des lettrés qui entourent l’empereur comme Alcuin mais il ne jouera un rôle important qu’avec le fils de Charlemagne, Louis le Pieux avec qui il avait été élevé (« nourri »). Il devient son secrétaire particulier et joue un rôle politique jusqu’au moment où, le conflit apparaissant entre l’empereur et ses fils, il se retire et écrit cette vie de Charlemagne. C’est donc un témoin direct qui parle mais le genre littéraire qu’il adopte, les Vies des douze Césars de Suétone fait que les conventions littéraires issues de cet ouvrage sont nombreuses. Il utilise ses propres souvenirs et les Annales royales officielles mais pour Halphen, « sa Vie de Charlemagne apparait souvent plus comme la treizième « vie des Césars » que comme une œuvre originale » (Halphen : XI).

Ce style inspiré de Suétone fait que l’ouvrage appartient à la prose d’apparat, avec ses phrases longues dotées de subordonnées à plusieurs niveaux. En voici le début du prologue :

Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli excellentissimi et merito famosissimi regis postquam scribere animus tulit quanta potui brevitate complexus sum operam inpendens ut de his quae ad meam notitiam pervenire potuerunt nihil omitterem neque prolixitate narrandi nova quaeque fastidientium animos offenderem si tamen hoc ullo modo vitari potest ut nova scriptione non offendantur qui vetera et a viris doctissimis atque disertissimis confecta monumenta fastidiunt.

La première opération à effectuer pour aborder cette prose d’apparat est d’en marquer les principales articulations (sujets, verbes, conjonctions) que nous faisons apparaitre en rouge.

Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli excellentissimi et merito famosissimi regis postquam scribere animus tulit quanta potui brevitate complexus sum operam inpendens ut de his quae ad meam notitiam pervenire potuerunt nihil omitterem neque prolixitate narrandi nova quaeque fastidientium animos offenderem si tamen hoc ullo modo vitari potest ut nova scriptione non offendantur qui vetera et a viris doctissimis atque disertissimis confecta monumenta fastidiunt.

La difficulté de cette mise en couleur est qu’elle rapproche la fin d’une structure logique, par exemple marquée par un verbe, et le début de la suivante (nihil omitterem / neque ; non offenderem / si ; non offendantur / qui). Pour rendre plus lisible l’articulation générale du texte, utilisons la présentation indentée dont je rappelle le principe.

La présentation d’un texte par indentation se fait en présentant un texte sur plusieurs lignes qui suivent l’ordre du texte, mais en déplaçant les mots à droite de façon que des groupes de mots qui se situent à même niveau logique soient à l’aplomb les uns des autres, les premiers en ordre hiérarchique se situant les plus à gauche. Par exemple ci-dessous, où l’on masque tout ce qui n’est pas articulation majeure, la principale (complexus sum), est complètement à gauche. Vient ensuite une incise introduite par postquam, puis deux niveaux logiques : celui des propositions introduites par ut ou neque, elles-mêmes ayant un sous-niveau de propositions situé plus à droite. On a ainsi un découpage en sept séquences qui peuvent être isolées et reprises séparément avec la même méthode.

Cette présentation indentée permet de rendre visible la logique d’une phrase complexe, ici à quatre niveaux dont trois de subordination, typique de cette prose d’apparat. La traduction assez littérale que l’on en donne tente de suivre de près cette structure logique.

Niveaux logiques de gauche à droite, séquences de texte de haut en bas.
_1___2___3___4
1____postquam scribere animus tulit…
2 complexus sum…
3________ut nihil omitterem…
4________neque offenderem…
5____________si vitari potest…
6________ut non offendantur…
7____________qui fastidiunt

Je me suis attaché, après que j’eus décidé d’écrire…à ne rien omettre…et à ne pas offenser…si cela peut être évité… pour que ne soient pas offensés… ceux que fatiguent…

Reprenons l’ensemble du texte pour chaque séquence en appliquant le même principe d’indentation et donc en mettant au même niveau les mots ou les ensembles de mots qui sont au même niveau logique. Par exemple dans la première séquence qui est l’incise introduite par postquam, les compléments d’objets sont au 2e niveau et les compléments de nom au 3e .

On remarquera que pour des raisons de présentation, on peut laisser sur une même ligne  ce qui se suit (vitam et conversationem) ou au contraire le mettre sur plusieurs lignes (res gestas). Quand l’articulation est simple, il est possible de ne pas indenter.

1
____Vitam et conversationem
____et ex parte non modica res gestas
________domini et nutritoris mei Karoli,
________excellentissimi et merito famosissimi regis,
postquam scribere animus tulit,
Après que j’eus décidé d’écrire la vie et la manière de vivre ainsi que, pour une part non négligeable, les hauts faits de mon maitre et éducateur[2] Charles, roi le meilleur et le plus illustre par son mérite,

2
____quanta potui brevitate
complexus sum
________operam inpendens
je me suis attaché avec autant de brièveté que j’ai pu à ce travail m’employant

3
ut
________de his quae
________________ad meam notitiam pervenire
____________potuerunt
____nihil omitterem
à ne rien omettre de ce qui a pu parvenir à ma connaissance

4
neque prolixitate narrandi nova quaeque
____________fastidientium
________animos
____offenderem
et à ce que, par la prolixité de mon récit, quelque nouveauté n’offense pas les esprits de ceux qui en ont l’aversion

5
si tamen hoc ullo modo vitari potest
si cependant peut être évité de quelque façon

6
ut nova scriptione non offendantur
que par un nouvel écrit ne soient  choqués

7
qui
__________vetera
________________________et a viris doctissimis atque disertissimis
_______________confecta monumenta
_____fastidiunt.
ceux que fatiguent les œuvres anciennes faites par des hommes très doctes et les plus habiles.

Cette humilité propre à l’écrivain qui veut faire œuvre littéraire était tout à fait classique mais le résultat d’un tel prologue est pour nous peu intéressant quant à son contenu, sinon pour le fait de s’attaquer à une structure de phrase complexe à déchiffrer, mais cette gymnastique n’est intéressante que pour ceux qui aiment à se donner des obstacles à franchir ou des compétences à acquérir. Il faut prendre conscience que ce discours lettré s’adressait à des pairs qui le lisaient sans difficulté, rompus qu’ils étaient à la pratique des anciens. Ce texte sort du cadre scolaire s’il est donné à traduire, mais il peut être lu sans difficulté s’il est présenté indenté avec la traduction interlinéaire. Je pense qu’il est inutile de donner le vocabulaire en annexe car quand on le fait, on ne donne pas tous les sens du mot mais précisément celui qui est cohérent avec le texte : comme la traduction interlinéaire permet de repérer facilement sa place et son rôle, le vocabulaire à part devient inutile.

Prenons maintenant un autre extrait du texte (paragraphe 9, Halphen : 29-31) beaucoup plus motivant quant au contenu car il s’agit d’une des premières attestations d’une défaite de Charlemagne en 778 quand, à son retour d’Espagne où sa campagne n’avait pas été très brillante, son arrière-garde tombe dans une embuscade commise  à Roncevaux par des « Wascones » [3] : c’est cet épisode qui sera repris trois siècles plus tard dans La Chanson de Roland que nous verrons ensuite.

Cum
________________agmine longo
____________________ut loci et angustiarum situs permittebat
____________porrectus
________iret
____exercitus
Comme l’armée avançait étirée en disposition allongée comme la situation du lieu et des passages étroits l’induisait

Wascones
____in summi montis vertice positis insidiis
____est enim locus ex opacitate silvarum
____quarum ibi maxima est copia
____insidiis ponendis oportunus
________________extremam inpedimentorum partem
________________et eos qui
_______________________novissimi agminis
___________________incedentes subsidio
__________________________praecedentes tuebantur desuper incursantes
____________in subjectam vallem
________deiciunt
Les basques, placés en embuscade sur la crête du sommet des monts car le lieu, du fait de l’épaisseur des forêts qui sont là abondantes, est favorable à la pose d’embuscades, jetèrent dans le vallon qui se trouvait dessous la plus grande partie des bagages et ceux qui avançaient en protection de l’arrière garde ouvrant la marche, et qui  protégeaient des attaquants venant d’en haut.

consertoque cum eis proelio
________
usque ad unum omnes
____
interficiunt
Engageant avec eux le combat, ils les massacrèrent jusqu’au dernier homme

ac direptis inpedimentis
faisant main basse sur les bagages

noctis beneficio quae jam instabat protecti
protégés par l’avantage de la nuit qui déjà tombait

summa cum celeritate in diversa disperguntur
ils se répandirent dans divers lieux  avec une extrême rapidité.

(…)

In quo proelio
________Eggihardus regiae mensae praepositus
________Anshelmus comes palatii
________et Hruollandus Brittannici militis praefectus
________cum aliis conpluribus
____interficiuntur

Dans ce combat furent massacrés Eggihard, sénéchal de la table du roi, Anselme, comte du palais et Roland, gouverneur des armées de Bretagne ainsi que plusieurs autres.

Roland reprend du service trois siècles plus tard : la Chanson de Roland, née vers 1100 dans le milieu de Guillaume le Conquérant, à l’époque du monachisme clunisien et de l’architecture romane, est un miroir de la vie féodale du royaume capétien. Le texte, muni d’une traduction interlinéaire, est assez simple à suivre [4].

Li quens Rollant se jut desuz un pin
Le comte Roland s’était étendu sous un pin

Envers Espaigne en ad turnet sun vis
face à l’Espagne il a tourné son visage.

De plusurs choses a remembrer li prist :
De bien des choses il se prit à se souvenir :

De tantes teres cume li bers cunquist,
de tant de terres que le baron à conquises

De dulce France, des humes de sun lign
de la douce France, des hommes de son lignage,

De Carlemagne, sun seignor, ki l’nurrit
de Charlemagne, son seigneur, qui l’a formé.

quens, ou cuens,  du latin comes, itis celui qui va avec cum ire
jut de gésir, cf. ci-git
desuz, dessous du latin subtus cf. italien sotto
vis, visage, cf. vis-à-vis
remembrer, cf. anglais remember, se souvenir
cume, du latin quomodo, cf. italien come
bers ou ber, baron
nurrir ou norrir (voir texte d’Halphen cité).


[1] Eginhard, Vie de Charlemagne, éditée et traduite par Louis Halphen, Les Belles lettres, 1981, 1ère édition 1923, que nous suivons pour tout ce qui concerne le texte et son auteur.
[2]Nutritor, oris, masc., celui qui nourrit, qui élève, voir le texte de Halphen cité plus haut.
[3] Comment faut-il traduire « Wascones » ? Louis Halphen parle des basques, Jean Dufournet dans sa présentation de la Chanson de Roland (Flammarion 1993) pense qu’il s’agit de gascons. Notons que le w latin cherche à traduire un son souvent germanique mais qui peut être assimilé aussi au eusk– de, par exemple, euskara, la langue basque.  Le passage du w d’origine germanique au g du français se rencontre comme par exemple pour le mot garant venant d’un ancien mot francique qui a donné warrant en anglais. Basque, vasque et gascons sont des mots de même origine (en effet l’opposition b / v n’est pas pertinente dans ces régions). On considère aujourd’hui que la dénomination de gascons correspond à des basques latinisés.
[4] Texte dans La Chanson de Roland, Edition critique et traduction de Ian Short, Le Livre de poche, 1990, Collection Lettres gothiques. Chapitre 176 : traduction modifiée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *