Lecture de Cicéron (1) : lettres à propos d’un juriste

Lire Cicéron dans le texte original devrait être le but d’un enseignement du latin, objectif minimum jugé normal de l’apprentissage de toute langue, sauf à certaines époques, que l’on espère révolues, des langues appelées alors « mortes ».

Cet objectif avait été abandonné pour de mauvaises raisons. On jugeait par exemple que Cicéron n’est pas un auteur original mais si ce jugement péjoratif sur les romains pâles imitateurs des grecs a longtemps prévalu, ce jugement est le résultat d’une situation historique. Il s’agit de l’échec de l’humanisme, qui avait le sentiment qu’avec l’étude de Cicéron on réformerait la cité : cet échec est dû aux guerres de religions. On garda Cicéron mais on vida de son sens tout son message, adulant sa rhétorique et négligeant sa politique. Au 19e siècle, lassé de cette rhétorique creuse, on se tourna vers les grecs dont on découvrit la vigueur intellectuelle et dont on mythifia la politique.

Aujourd’hui, grâce à des auteurs comme Quentin Skinner [1] l’impact politique de l’humanisme est remis en avant et son actualité est montrée dans le courant de l’humanisme civique contemporain (Philip Pettit par exemple [2]). Ce courant est resté vivant lors de la Révolution américaine et il l’anime encore aujourd’hui comme le montre une comparaison faite entre Obama et Cicéron, tous les deux « hommes nouveaux » ayant percé par leur éloquence et dont l’idéal politique est d’unir parole forte, pensée ayant sa source dans la Concorde et action renouvelée [3].

Ayant cessé de voir l’intérêt propre des textes, on en vint à ne vouloir les apprécier que comme exercice intellectuel. C’est la traduction et non la compréhension qui devint l’objectif : il faut réagir et donner les moyens d’apprendre à comprendre plus que d’apprendre à traduire. A cette fin on trouvera ci-dessous l’étude de deux lettres de Cicéron issues du recueil ad familiares (lettres aux intimes). La première est de style très simple et sa traduction en séquence est facile. Elle s’apparente à la forme sans apprêt du courrier électronique que l’on s’échange aujourd’hui à toute heure du jour et de la nuit.

Il s’agit d’un échange après discussion entre Cicéron et le juriste Trébatius Testa sur un point de droit : (ad familiares VII, 22 [4])

Illuseras heri inter scyphos
Tu t’étais moqué [de moi] hier entre [deux] coupes

quod dixeram controversiam esse,
parce que je disais qu’il y avait doute

possetne heres,
[sur le fait] qu’un héritier puisse,

quod furtum antea factum esset,
si un vol a eu lieu avant que le fait [de la succession] ait eu lieu,

furti recte agere
poursuivre à bon droit pour vol.

[en effet, on peut estimer qu’un héritier n’étant pas encore propriétaire d’un bien, ne puisse intenter une action qui doit être faite par le légitime propriétaire].

Itaque etsi domum bene potus seroque redieram
C’est pourquoi, bien que je sois rentré chez moi ayant bien bu et tardivement

tamen id caput, ubi haec controversia est notavi
cependant j’ai relevé ce chapitre où se trouve ce point litigieux

et descriptum tibi misi
et je t’en adresse copie

ut scires id, quod tu neminem sensisse dicebas
pour que tu saches que ce que tu disais n’avoir été envisagé par personne,

Sex. Aelium, M’. Manilium, M. Brutum sensisse
a été envisagé par Sextus Aelius, Manius Manilius et Marcus Brutus.

Ego tamen Scaevolae et Testae adsentior.
Pour ma part, je suis de l’avis de Scaevola et de Testa.

Aldo Schiavone commente ainsi ce texte :

« La rapide lettre de Cicéron au jeune Trebatius Testa (qui deviendra un juriste de talent, maitre de Labéon et ami d’Auguste) nous restitue un délicieux tableau de convivialité intellectuelle romaine en enchainant deux petits instantanés nocturnes : d’abord la discussion animée au diner ; puis la transcription silencieuse et solitaire (hormis la présence probable d’un esclave copiste), de retour à la maison, au cœur des livres. » [5]

Le style est simple, même s’il est allusif car les interlocuteurs sont proches, et les séquences se suivent sans s’enchevêtrer. Il n’en est plus de même dans cette autre lettre issue du même recueil [6] car cette fois elle est adressée à César et on ne s’adresse par à César comme à un collègue. Le style en est recherché, ce que l’on repère par exemple par l’enchevêtrement des propositions qui nécessitera une indentation pour en faire comprendre la logique.

Il s’agit d’une lettre de recommandation en faveur précisément du même Trébatius  alors jeune débutant. Nous sommes en 54 av. JC, César est en campagne dans les Gaules et il est en très bons termes avec Cicéron (ce qu’il cherchera toujours à faire dans la suite pour que Cicéron ne prenne pas le parti de Pompée). Cicéron lui recommande donc Trébatius en respectant les lois du genre : « j’aurai voulu ne jamais me séparer de ce brillant juriste mais je veux bien le faire dans ton intérêt. Je ne te demande rien de précis pour lui : ce que tu feras sera très bien si tu le prends en charge : tu ne le regretteras pas ».

Vide quam mihi persuaserim te me esse alterum
Vois comme je me suis convaincu que tu es un autre moi-même

non modo in iis rebus, quae ad me ipsum,
non seulement dans ces affaires qui me sont propres

sed etiam in iis, quae ad meos pertinent.
mais encore pour celles qui concernent mes proches.

C. Trebatium cogitaram, quocumque exirem, mecum ducere,
J’avais pensé, où que j’aille, emmener avec moi C. Trebatius

ut eum
____________meis omnibus studiis, beneficiis
________quam ornatissimum
____domum reducerem
pour que je le ramène à Rome plus considéré du fait de tout mon attachement, de mes bienfaits

(…)

________Hunc,
____mi Caesar,
____________________________________sic
velim
________________omni tua comitate
____________complectare,
________________________________________ut
Je voudrais, mon Cher César, que tu l’entoures de toute ta bienveillance  afin que :

____omnia, quae per me possis adduci
________ut in meos conferre velis,
in unum hunc conferas.
tu donnes à lui seul tout ce que, pour moi, tu pourrais apporter, si tu voulais donner [quelque chose] aux miens

De quo
________tibi
____homine
____________haec spondeo
De cet homme, pour toi, je m’en porte garant

non illo vetere verbo meo, quod cum ad te de Milone scripsissem, jure lusisti,
non avec mon ancien vocabulaire que j’avais utilisé avec toi à propos de Milon et dont tu t’étais moqué à bon droit

sed more Romano, quo modo homines non inepti loquuntur,
mais, à la manière romaine, celle que parlent les gens qui ne sont pas déraisonnables

____probiorem hominem,
____meliorem virum,
____pudentiorem
esse neminem;
il n’est personne comme homme plus probe, comme meilleur des hommes, de plus honnête

accedit etiam, quod familiam ducit in iure civili singulari memoria, summa scientia.
il ajoute à cela d’être chef de file en droit civil, d’une mémoire exceptionnelle, d’une science élevée.

Huic ego
________neque tribunatum
________neque praefecturam
________neque ullius benefici certum nomen
____peto,
Pour lui, moi je ne demande ni tribunat, ni préfecture, ni aucune faveur précisément nommée

benevolentiam tuam et liberalitatem peto
je demande ta bienveillance et ta générosité

neque impedio quominus, si tibi ita placuerit,
mais je ne suis pas contre, si cela te convient,

etiam
________hisce
____eum ornes
________________gloriolae
____________insignibus
que même tu l’ornes de ces marques d’une faible gloire.

____totum
denique
________hominem tibi ita trado,
enfin c’est l’individu tout entier que je te transmets

‘de manu,’ ut aiunt, ‘in manum’
de la main à la main comme on dit

tuam istam
____et victoria et fide
________praestantem.
cette tienne [main] éminente tant par la victoire que par la loyauté.

________Simus enim putidiusculi,
____________quam per te vix licet;
____verum, ut video,
licebit.
Il sera permis, et en vérité, c’est ce que je vois [se faire], que nous soyons en effet quelque peu importun, plus qu’il est difficilement permis à ton égard.

Cura ut valeas,
____et me,
____________ut amas,
________ama.
Prends soin de ta santé et aie de l’affection comme j’en ai pour toi.

Cicéron est bien conscient qu’il a soigné cette lettre, il s’en ouvre d’ailleurs à Trébatius lui-même (ad fam. VII, 6)

In omnibus meis epistulis, quas ad Caesarem aut ad Balbum mitto,
Dans toutes mes lettres que j’envoie à César ou à Balbus

________legitima quaedam
____est
accessio commendationis tuae,
le fait de ta recommandation est d’une certaine façon légitime

nec ea vulgaris
____sed cum aliquo insigni indicio meae
____________erga te
________benevolentiae.
si elle n’est pas banale mais avec quelque indication particulière de ma bienveillance envers toi.

De Trébatius nous n’avons plus de textes, Cicéron lui a dédié ses Topiques, parce qu’un jour à Tusculanes, dans sa bibliothèque, Trébatius est tombé sur les Topiques d’Aristote et en a demandé le sens à Cicéron. Celui-ci lui en explique le but et lui conseille de lire l’ouvrage ou de se le faire expliquer. Comme Trébatius a eu des difficultés à comprendre Aristote et que personne n’a été capable de les lui expliquer, Cicéron s’acquitte de sa demande par ses propres Topiques.

Trébatius resta fidèle à César puis à Auguste son successeur. Il devint un jurisconsulte célèbre et il fut le maitre de Labéon, autre célébrité du droit. Dans le Digeste, compilation plus tardive des autorités du droit, on retrouve son nom cité.


[1] Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Albin Michel, 2001
[2] Philip Pettit, Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Gallimard, 1997.
[3] Philippe Rousselot, Marcus Tullius Obama, à propos de l’article de Charlotte Higgins, « The New Cicero », The Guardian, Nov. 2008, tulliana.eu, 2010.
[4]Texte latin issu de la correspondance de Cicéron édition des Belles Lettres, Tome XI. On trouvera en ligne texte et traduction d’une édition plus ancienne sur le site Itinera Electronica.
[5] Aldo Schiavone, IUS. L’invention du droit en Occident, Belin, 2008, p.192-193.
[6] Tome III de l’édition des Belles Lettres, ad familiares VII, 5.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *