Le « Mars pater » de Caton l’Ancien

Caton l’Ancien (2e siècle av. JC) n’a certes pas écrit un « Pater noster » mais, dans des instructions données à son régisseur, il lui dit de s’adresser à « Mars pater » et les demandes  faites présentent des similitudes avec celles du Notre Père chrétien postérieur.

John Scheid dans son étude sur les rites sacrificiels romains [1] montre que dans le De agri cultura [2], on trouve une description précise qui est cohérente avec d’autres textes de rites et prières sacrificiels utilisés dans la religion privée (Scheid, chap.V). Quelques explications préalables sont nécessaires pour la compréhension du chapitre 141 que nous allons étudier en partie.

Tout d’abord le régisseur que Caton a installé sur ses terres est un esclave mais il doit officier au nom de son maitre en son absence. Il s’agit d’un rite de  lustratio, terme traduit en général par « purification » mais que Scheid estime être un acte de défense puisqu’il s’adresse à Mars. On attend de cette divinité qu’elle protège contre toute attaque le bien mis sous sa protection. Le rite consiste en une procession où l’on fait tourner autour du champ les trois futures victimes : un porc (sus), un agneau (ovis), un jeune taureau (taurus) qui sont rassemblées sous le nom collectif de suovetaurilia.

C’est le même rite que l’on retrouve représenté plusieurs siècles plus tard sur la colonne Trajane quand le camp est monté et que l’empereur préside la lustration qui est une prise de possession défensive : les trois victimes (suovetaurilia) sont bien vues comme circulant autour du camp, avant d’être sacrifiées [3].

Si agrum lustraveris, quid tunc facere debeas
Si tu fais la lustration de la terre, alors c’est cela que tu dois faire

Agrum lustrare sic oportet
C’est ainsi qu’il faut lustrer la terre

Impera suovitaurilia circumagi
ordonne que des suovetauriles tournent tout autour

Cum divis volentibus
Avec la bienveillance des dieux

quodque bene eveniat
et pour que bien en advienne

mando tibi, Mani,
je te confie Manius,

____uti illace suovitaurilia
____________fundum,
____________agrum,
____________terramque meam
________________quota ex parte
________sive circumagi,
________sive circumferenda
________________censeas,
uti cures lustrare.
de prendre soin de faire la lustration de façon que ces suovetauriles qui, soit tournent tout autour, soit sont portés autour de mon fonds, de mes champs, de ma terre (pour la part que tu jugeras).

Manius doit être considéré comme un nom type, un Dupont de l’époque : on emploie aujourd’hui plutôt des X et des Y comme « la tâche sera confiée à X qui devra… ». Pour les grecs, le nom équivalent était Socrate, ce qui explique sa présence dans le syllogisme « tout homme est mortel, or Socrate est un homme, etc. »

Janum, Jovemque vino praefamino,
invoque d’abord Janus et Jupiter avec du vin

Praefari, invoquer d’abord est le rite de la praefatio, de la « préface », (terme qui sera réutilisé dans la liturgie chrétienne de la messe pour précisément invoquer la divinité avant le rite sacrificiel). Ici la préface s’adresse à Janus (dieu des commencements) et à Jupiter (dieu souverain) et non à Mars à qui le sacrifice est dédié. (Scheid p.149).

sic dicito
parle ainsi

Mars pater
____te precor,
____quaesoque
Vénérable Mars, je te prie et te demande

Pater doit être traduit par vénérable. Pater désigne d’abord le dieu suprême des Indo-européens où l’idée de paternité physique est exclue. C’est le terme atta en indo-européen qui désigne le père physique, terme qui en araméen est abba [4] que l’on trouve trois fois dans le Nouveau Testament sous la forme hélénisée Αββα ὁ πατἠρ [5] ce qui manifeste qu’un des thèmes de la prédication évangélique a été précisément d’insister sur la proximité de la divinité suprême vis-à-vis de laquelle l’individu doit se considérer comme un fils.

uti sies volens propitius
____mihi,
____domo,
____familiaeque nostrae,
pour que tu sois bienveillant et favorable à moi, à ma maison, à mes intimes

Les structures ternaires, propices à la mémorisation, vont devenir nombreuses

quoius re ergo
________agrum,
________terram,
________fundumque meum
____suovitaurilia circumagi
jussi ;
c’est pour cette raison que j’ai ordonné qu’un suovétaurille fasse le tour de mes champs, de ma terre et de mon fonds.

ut tu
____morbos visos, invisosque,
____viduertatem, vastitudinemque,
____calamitates, intemperiasque
prohibessis
defendas
averruncesque
pour que toi, tu écartes, repousses et détournes les maladies visibles et invisibles, la stérilité et la dévastation, les calamités et les intempéries

Utique tu
____fruges,
____frumenta,
____vineta
____virgultaque
________grandire,
________beneque evenire
sinas
et pour que toi, tu autorises les récoltes, les céréales, les vignes et les jeunes pousses à grandir et à arriver à bonne fin

Les animaux sont ensuite égorgés avec un couteau : le sacrifice est en effet un rite central de la religion romaine, religion du rite plus que de la croyance (d’où le titre du livre de John Scheid, quand faire, c’est croire).

Dans le Pater chrétien (Matthieu 6, 9-13 ; Luc 11, 2-4) on trouve aussi des demandes matérielles analogues à celle demandée à Mars :

panem nostrum
notre pain

supersubstantialem (Matthieu) /quotidianum (Luc)
nécessaire / quotidien

da nobis hodie
donne nous aujourd’hui.


[1] John Scheid, Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Aubier, 2005.
[2] texte en ligne
[3] Source de l’image
[4] Emile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européenne, Minuit, 1969, T.1, p.209-210
[5] Marc 14,36, Romains 8,15, Galates 4,6.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *