Lire le latin avec la méthode Hale (1887)

La méthode de William Hale a été rendue disponible par le travail d’un groupe autour d’Yves Ouvrard auquel la communauté des latinistes doit déjà beaucoup et qui a repéré en cherchant comment on enseignait le latin dans d’autres pays, le travail de Hale, professeur de latin à l’université Cornell qui avait édité une conférence intitulée « L’art de lire le latin ». Cette brochure est maintenant traduite et disponible en ligne. Nous sommes donc aux USA à la fin du 19e siècle et, comme nous l’avons vu dans un précédent billet, le latin est à l’époque la langue la plus enseignée dans le secondaire : Hale reçoit en première année d’université des étudiants qui ont derrière eux de nombreuses années d’enseignement traditionnel du latin pendant leur secondaire.

Hale n’accepte pas que ses étudiants soient incapables de lire normalement un texte comme on devrait pouvoir le faire après de nombreuses années d’enseignement d’une langue, alors qu’un enfant à Rome devait être capable de comprendre une phrase latine simplement après l’avoir entendue. Les romains n’avaient pas un cerveau différent du nôtre et quand une phrase était terminée, il l’avait comprise : pourquoi en serions-nous incapables ? Ce qui différenciait leur attitude de la nôtre, c’est qu’ils ne commençaient pas par se demander où est le verbe et où est le sujet comme nous l’enseignons mais, au premier mot entendu, ils se mettaient en position d’attente interprétative, position qui sera résolue quand le dernier mot aura été prononcé.

Hale présente le détail de l’analyse  du texte suivant de Tite-Live : Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent, illos fugientes lictores comprehendunt.

Alors, après avoir fait fermer les livres, je prends une phrase de structure très simple, disons un certain passage de Tite-Live. Je résume ce qui précède : sous prétexte de faire trancher un différend, deux assassins se sont introduits auprès de Tarquin. Le premier distrait l’attention du roi en plaidant sa cause, et le second abat une hache sur la tête de ce même roi, après quoi ils se précipitent vers la porte.

Afin que la compréhension s’opère dans l’ordre exact où un Romain l’aurait acquise, soit sans rien regarder sinon la séquence déjà lue, je n’écris au tableau qu’un seul mot à la fois (comme je vais le refaire devant vous), et je pose mes questions au fur et à mesure, comme ceci :

Tarquinium. « Quelle était l’idée de Tite-Live quand il a placé ce mot en début de phrase ? » – De mettre en évidence l’importance, à ce moment, de la personne désignée par ce nom. « Quel est le cas de Tarquinium ? » – Accusatif singulier. « Qu’est-ce que ce fait signifie pour vous ? »

Ici, la plupart d’entre eux sont quelque peu désemparés car ils sont désarçonnés par le mot « signifier », mot, s’il en est, qu’il faut réserver à la syntaxe, ou, comme on dit, à l’« analyse grammaticale ». Aussi, il me faut habituellement enchaîner ainsi : « Cela peut-il signifier une durée dans le temps de l’action ainsi déterminée ? » – Non. « Pourquoi pas ? » L’un ou l’autre répond : – Parce qu’un nom de personne ne peut indiquer un temps. « Donnez-moi des mots qui peuvent indiquer le temps. » Ils me donnent dies, noctes, aetatem, etc. Je leur demande alors : « Cela peut-il signifier une extension dans l’espace ? » Ils me répondent non, avec des justifications similaires et, priés de me citer des mots pouvant indiquer une extension dans l’espace me donnent, avec un peu de chance, mille passuum, tres pedes, etc. Je leur demande ensuite : « Cela peut-il indiquer la portée de l’action du verbe, le degré de réalisation de cette action ? » Ils répondent non, pour des raisons similaires. Mais quand je leur demande de me citer des mots qui peuvent signifier le degré de l’action, ils ne peuvent d’habitude pas le faire, pour la raison, c’est bizarre mais c’est ainsi, que les grammaires ne reconnaissent aucun usage de ce type ; et pourtant des phrases comme « Il se promène beaucoup chaque jour » (multum cottidie ambulat) sont encore plus fréquentes que des phrases comme « Il fait chaque jour une promenade de trois milles » (cottidie tria milia passuum ambulat), et les accusatifs ont à peu près la même signification dans chacune de ces phrases. Question suivante : « Cela peut-il signifier l’élément à l’égard duquel une chose est dite, – en ce qui concerne Tarquin – l’accusatif de relation ? » A une question semblable, je dois dire à mon grand regret qu’une grande majorité répond toujours par l’affirmative, car les étudiants n’ont que des notions très vagues de l’usage réel de l’accusatif de relation. Pourtant, l’un d’eux au moins sera sans doute capable de me dire qu’un nom de personne ne se trouve jamais en fonction d’accusatif de relation et qu’en général, à l’époque de Cicéron et de Virgile, cet accusatif n’était guère employé qu’en poésie. « Quels sont en prose les termes employés à l’accusatif de relation ? » Ici, je n’obtiens jamais de réponse, quoique la liste de ces termes soit fermée, courte et importante. Je suis donc obligé de dire : « Il va me falloir ajouter un paragraphe à vos connaissances pratiques ; prenez note : partem, vicem, genus accompagné de omne ou d’un pronom (quod, hoc, id), secus accompagné de virile ou muliebre, hoc ou id suivis de aetatis, le relatif quod et l’interrogatif quid s’emploient en fonction d’accusatif de relation dans la prose latine à toutes les époques. Ces petites précisions vous permettront, quand vous rencontrerez encore ces mots (ce qui ne tardera pas quand vous lirez le premier livre de Tite-Live), d’éviter les faux pas dans des phrases qui autrement vous auraient fait trébucher. » Je reviens alors à la forme Tarquinium. « Peut-il s’agir d’un accusatif exclamatif ? » – C’est possible. « Possible, en effet, quoique, dans le cours de la narration historique, il ne faille guère s’attendre à une telle exclamation de la part de l’historien. » Je poursuis : « Peut-il s’agir d’un accusatif interne ? » Là, ils répondent non, en me disant parfois, si je les aide un peu, qu’un nom de personne ne peut en aucun cas reprendre une idée d’action, – ne peut signifier une action. Je conclus :« Eh bien alors, que signifie la forme d’accusatif qui nous occupe ? » A ce moment, une bonne partie des étudiants sont mûrs pour dire : – Objet direct ou apposition à un tel objet. Mais je leur demande s’il existe une possibilité de plus, et l’un ou l’autre me dira sujet d’une infinitive. « D’accord. Rien d’autre ? » Et quelqu’un suggérera : – Attribut dans une infinitive.

Je reprends : « A présent, qu’est-ce que tout cela nous apprend ? Soit un nom de personne – singulier ou pluriel – à l’accusatif sans préposition, combien y a-t-il de constructions possibles et lesquelles ? » Là, ils peuvent répondre en choeur – Objet direct, sujet ou attribut dans une infinitive. « Bien. Gardez toujours ces possibilités bien présentes à l’esprit, tenez-vous prêts à les évoquer en un clin d’œil dès que vous verrez une telle forme, et, après avoir fait cela, ATTENDEZ et NE DÉCRÉTEZ JAMAIS que l’orateur ou l’écrivain romain pensait à l’une de ces significations avant que le reste de la phrase n’ait rendu la réponse à cette question parfaitement évidente. A présent, dites-moi quelles sont les fonctions possibles d’un accusatif comme hiemem. » Réponse des étudiants : complément de temps-durée, apposition, complément d’objet direct, sujet ou attribut dans une infinitive. « Celles d’un accusatif comme pedes ? » – Complément marquant une extension dans l’espace, apposition, complément d’objet direct, sujet ou attribut dans une infinitive. « Celles d’un accusatif comme multum ? » – Accusatif adverbial, apposition, complément d’objet direct, sujet ou attribut dans une infinitive. « Pour un accusatif comme vitam ? » – Accusatif interne, apposition, complément d’objet direct, sujet ou attribut dans une infinitive. Je poursuis : « Quelqu’un peut-il me dire à quelles fonctions il faut s’attendre s’il se révèle que le verbe est du type doceo ou celo ? » Tout le monde répond. De cette façon je viens de passer une revue rapide mais complète des fonctions de l’accusatif, et en outre – et ceci est vital – je l’ai fait d’un point de vue pratique. Je n’ai pas demandé à un étudiant d’analyser grammaticalement un mot après avoir vu la dépendance exacte de ce mot dans la phrase (exercice qui perd les quatre cinquièmes de son efficacité du fait qu’il arrive à contretemps), mais j’ai exigé l’analyse grammaticale prévisionnelle, – j’ai posé mes questions de manière telle que mes étudiants ont appris, pour tous les accusatifs, quelles indications sur les rôles possibles que joue un mot dans la phrase ils peuvent instantanément recevoir, rien qu’en voyant le mot, à partir des seules caractéristiques de ce mot.

Alors je continue. « Nous avons notre roi Tarquin devant les yeux. C’est la personne sur laquelle l’intérêt de la phrase se concentre, et nous savons qu’il est l’objet d’une action, ou le sujet, ou l’attribut d’une action exprimée par un infinitif ; ou, peut-être, en apposition avec un tel objet, sujet, ou attribut. Pour continuer, le mot suivant, moribundum, qu’est-il, et quelle est sa forme ? — Adjectif, nom. sing. n., ou acc. sing. m. ou n. » Ne souriez pas. L’habitude d’amener un jeune étudiant à formuler tout cela, même pour des textes où il est capable de ne pas se tromper sans qu’on lui demande de faire ces opérations, économise bien des déperditions dans les passages difficiles. « Qu’y a-t-il de probable au sujet de moribundum, tel qu’il apparait dans cette phrase en particulier ? — Qu’il est lié à Tarquinium. — Bien. Maintenant gardez ce tableau en tête : Tarquinium moribundum, le Roi, expirant, objet ou sujet d’une action. Maintenant, au mot suivant : Tarquinium moribundum cum. Qu’est-ce que cum ? » Certains disent, avec une admirable promptitude, préposition, d’autres conjonction. « Mais, répartis-je, si l’orthographe correcte vous est familière, il ne vous a fallu qu’un bref examen pour savoir qu’aucun Romain qui ait jamais existé n’aurait pu dire, à ce stade, si c’était une préposition ou une conjonction. Pour le dire, vous devez attendre… quoi ? — un ablatif ou un verbe, répondent-ils. » Alors nous continuons. « Tarquinium moribundum cum qui. Qu’est-ce ce qui nous dit aussitôt au sujet de cum ? — C’est une conjonction. — Bien. Que savons-nous maintenant, avec une certitude quasi absolue, de Tarquinium ? A quelle partie de la phrase est-il lié ? » Là, j’ai quelque chagrin à le dire, un chœur de voix s’élève toujours et répond : au verbe principal. C’est que, pour une raison mystérieuse, les étudiants arrivent dans les universités sans avoir appris que les Romains affectionnaient d’extraire d’une subordonnée initiale le mot ou le groupe le plus important, et de le placer au tout début, avant le mot-outil. Petite information d’une fort grande utilité pour la pratique de la lecture. Tournure habituelle que je leur expose à présent, et je leur demande : « Etant donnée une phrase commençant par mors si, que savez-vous ? Que mors est le sujet ou l’attribut du verbe introduit par si. Etant donnée une phrase commençant par Hannibali victori cum ceteri ? Que Hannibali dépend de quelque chose qui vient après cum. »

Nous revenons maintenant à notre phrase et au mot qui. « Catégorie grammaticale ? » – Relatif. « Sinon ? » – Interrogatif. « Analyse ? » – Nominatif masc. sing. ou pl. « S’il s’agit d’un relatif, où se trouve son antécédent dans l’ensemble de la phrase ? » Réponse ordinaire : – Dans la proposition introduite par cum. Le cum est comme le repère qui ouvre le segment de phrase contenant la relative introduite par le qui. « D’autre part, s’il s’agit d’un interrogatif, une seule espèce d’interrogation est possible ici, laquelle ? » – L’interrogation indirecte, avec le verbe au subjonctif. « Dans ce cas, quel est le type de signification que doit avoir le verbe introduit par le cum ? » – Il doit impliquer l’une des formes de l’idée de demander. « Correct ; notre phrase a peut-être un sens tel que ‘Alors que tout le monde cherchait à savoir qui étaient ces hommes’ – Cum qui essent omnes quaererent ; mais nous allons peut-être découvrir que le qui est un relatif. Le mot suivant est circa, – Tarquinium moribundum cum qui circa. Nature ? » – Adverbe. « Fonctions possibles ? » – Il peut modifier un verbe, un adjectif ou un autre adverbe.

Nous poursuivons : Tarquinium moribundum cum qui circa erant. « Que dire de circa ? » – Il modifie erant. « Quel est le nombre de qui ? » – Pluriel. « Était-ce un relatif ou un interrogatif ? » – Un relatif. « Comment le savez-vous ? » – Parce que erant n’est pas un subjonctif. « Bien. Ici, qui circa erant a la valeur d’un nom ou d’un pronom, – un indéclinable au pluriel. Gardez cette valeur en mémoire pour la suite. Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent. Je vous fais grâce aujourd’hui de la signification du subjonctif excepissent, car le monde actuel est trop plein de doutes sur la question de l’histoire et de la valeur des constructions de cum. Mais quelle était l’idée de Tite-Live en écrivant l’accusatif Tarquinium ? » – Objet de excepissent. « Oui, et quel était le sujet de excepissent ? » – L’antécédent de qui. « Oui. mais si l’on examine la question d’un point de vue plus général, le sujet était la proposition qui circa erant. »

Avant de continuer, quel est le tableau que nous avons sous les yeux ? Qu’est-ce que la phrase nous a dit jusqu’à présent ? Ceci : Voyez Tarquin, il est en train de mourir ! Voyez les gens autour de lui ! Voyez, on s’empresse autour du roi ! L’ordre des mots à lui seul pique notre curiosité. Le mot suivant est illos, – Tarquinium moribundum cum qui erant excepissent, Que nous indique la place de illos, en tête de la principale proprement dite ? » – Que les personnes que le mot désigne sont d’un intérêt particulier à ce point du récit. « Qui sont d’après vous ces illos, ces personnes relativement éloignées, mises en parallèle emphatique avec Tarquinium, chacun des mots introduisant sa proposition ? Réponse unanime : – Les assassins ! « Que voulait signifier Tite-Live par l’emploi du cas ? » A présent la réponse complète est donnée d’une seule voix : – Apposition, objet du verbe principal, sujet ou attribut dans une infinitive.

Nous poursuivons : Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent, illos fugientes. « Nature de fugientes ? » – Participe. « Lequel ? » – Présent actif. « On vous met donc devant les yeux une fuite qui est en train de se produire. Quel est le genre ? » – Masc. ou fém. « Le nombre ? » – Pluriel. « Donc, ce que vous voyez, ce sont au moins deux hommes ou deux femmes qui s’enfuient. Le cas ? » – Nominatif ou accusatif. « En considérant l’ensemble, êtes-vous certains de connaître le cas ? » – Oui : c’est l’accusatif. « Déterminant quel mot ? » – Illos. « Pourquoi ? » – Parce que, bien évidemment, ce sont les assassins, illos, qui doivent s’enfuir. « Oui, mais la possibilité d’être induit en erreur ne disparaîtra que si vous attendez qu’il n’y ait plus l’ombre d’un doute. Continuons : Tarquinium moribundum cum qui circa erant excepissent, illos fugientes lictores. Voici un autre groupe de personnes, les gardes du corps du roi. A quel cas ? » – Nominatif ou accusatif pluriels. « Lequel des deux ? » Ils n’en savent rien. « Eh bien voyons, illos peut-il s’accorder avec lictores, si l’on considère uniquement la forme ? » – Oui. « Dans ce cas, fugientes devrait également accompagner illos lictores, n’est-ce pas ? » – Oui. « Mais les licteurs ont-ils une raison de s’enfuir ? » – Non. « Et les assassins ? » -Oui. « Bien sûr. Ainsi, fugientes ne détermine pas lictores, mais bien illos, et illos semble bien désigner les assassins, ainsi que nous le soupçonnions dès le début. Pourtant, nous devons encore nous poser une question. L’un de ces mots peut-il être l’apposition de l’autre ? » –Non, car ce sont des personnages très différents. « L’un des deux peut-il être l’attribut de l’autre ? » – Non, pour la même raison : ces personnes sont très différentes. « Néanmoins, il est possible que lictores soit un accusatif. S’il en est ainsi, il peut être complément d’objet, auquel cas illos est automatiquement sujet car, comme nous l’avons vu, ils ne peuvent pas être en apposition, ou alors lictores est sujet, auquel cas, pour la même raison, illos doit être un complément d’objet. Dans les deux cas, ils doivent se trouver en opposition directe l’un avec l’autre, l’un étant sujet (il nous reste à savoir lequel), et l’autre objet ; d’autre part, si lictores est un nominatif, la relation d’opposition subsiste, mais à la différence que vous savez lequel est sujet et lequel est complément d’objet. En tout état de cause, vous voyez bien qu’ils sont mis en regard l’un de l’autre pour former un couple sujet-objet. Désormais, vous veillerez à appliquer les résultats de ce raisonnement aux innombrables cas particuliers où une telle combinaison apparaît. Soit deux noms tels que bellum Saguntum, quelles sont les constructions possibles ? » – L’un est le sujet d’un verbe et l’autre le complément d’objet, et nous ne pouvons rien dire de plus. « Bien. Je vais maintenant vous donner une expression un peu plus compliquée, mais d’une espèce très courante, – quae nos materiem. Comment le comprenez-vous ? » Il se trouvera un garçon intelligent pour dire : – Nos doit être le sujet d’un verbe, à l’infinitif ou à un mode personnel, et quae et materiem sont le complément d’objet direct et son attribut. « Bien. Et quel sera probablement le type de signification du verbe ? » – ‘Appelerou quelque chose du genre. « C’est correct. Ces mots sont de Lucrèce, et le verbe employé est vocamus. Emmagasinez bien cette expression et sa signification. »

Retournons à présent aux assassins qui s’enfuient et aux gardes du corps du roi. Je vous informe qu’il ne reste qu’un seul mot pour terminer la phrase. Quelle en est la nature ? – C’est un verbe. « Actif ou passif ? — Actif. — Bien. Que nous apprendra-t-il ? — Ce que les licteurs font aux assassins. — Quel sera le mode, alors ? — Indicatif. — Quels sont les temps possibles ? — Le parfait ou le présent historique. — Bien. Mais comme la scène est dramatique en diable, lequel de ces deux temps choisiriez-vous si vous étiez l’auteur ?— Le présent. — C’est ce que Tite-Live a fait. Eh bien, dites-moi quel est le verbe. » L’un suggère Interficiunt, un autre Capiunt, retrouvant ainsi l’idée mais non le terme correct, qui est comprehendunt, ‘les maîtrisent, – ‘les pincent’ ou encore, comme notre bonne vieille langue peut l’exprimer de façon lénifiante, s’assurent de leurs personnes.

Il nous reste à rendre l’ensemble de la phrase en anglais, mais nous n’allons pas simplement traduire les mots de Tite-Live : nous allons suivre le développement effectif de sa pensée. Tarquinium, – voici Tarquin, moribundum, – il est en train de mourir, cum qui circa erant, – voici l’assistance, elle va agir, excepissenton s’empresse auprès du roi, illos, – votre regard se tourne vers les assassins, fugientes, – ils s’enfuient à toutes jambes, lictores, – voici les gardes, nous retenons notre souffle ; comprehendunt ON LES TIENT ! Ainsi donc, l’ordre des mots latins, qui semble si biscornu à celui qui a appris à découper la phrase en petits morceaux en vue d’un réassemblage ultérieur, ne nous donne rien de moins que l’ordre dans lequel un spectateur verrait se succéder les événements ; l’ordre des mots intègre tous les éléments en un ensemble serré tout en conservant partout l’ordre naturel ; au contraire, quel que soit l’ordre que nous puissions adopter pour traduire notre latin en une phrase anglaise unique, nous ne pourrons que distordre et gauchir l’ordre naturel en une formulation qui aurait laissé un Romain pantois. Enfin, ayant compris et goûté le mouvement de la scène que nous a révélé le traitement de la phrase dans l’ordre du texte, voyez la déformation que le passage subit quand on applique correctement la méthode du « Cherchez-d’abord-le-sujet-de-la-proposition-principale-puis-le-prédicat », etc. : les licteurs s’assurent des assassins qui s’enfuyaient alors que les assistants s’empressaient auprès de Tarquin expirant. Les faits sont tous là mais le style, l’âme, s’en est allée. »

La citation est longue mais c’est un reportage saisissant de ce qui pouvait se passer dans les cours de Mr Hale et il est convaincant me semble-t-il. Nous avons envie de suivre sa méthode et il la précise en donnant des exemples détaillés, non plus d’un cours brillant comme le précédant, mais sous la forme d’exercices réellement pratiqués.

Alors je mets aussitôt en pratique ce que nous avons appris : je donne une feuille vierge à chaque étudiant, et je commence avec une nouvelle phrase, qui mettra en jeu ce que nous venons de voir, en y ajoutant quelques notions nouvelles. Les questions sont soigneusement étudiées et écrites à l’avance, et la place de chacune m’est indiquée, dans le manuscrit que j’ai préparé, par un numéro attaché au mot latin concerné, comme pour une note de bas de page. Pour chaque question posée, le nombre est aussitôt noté par chaque étudiant, qui écrit sa réponse. Ensuite, mon assistant parcourt chaque feuille, et avec du papier de couleur, il marque chaque erreur, pour ma propre gouverne et pour l’étude, la pénitence et le profit qui en découlent pour son auteur. Ce qui suit est une exemple que j’utilise réellement, tiré de Tite-Live, 21, 53. La bonne réponse est donnée pour chaque question.

Hannibal1 cum2 quid3 4 5 6 7 8 9 optimum10 11 12 foret13 hosti14 cerneret,15 16 vix17 ullam spem18 19 habebat20 temere21 22 atque23 24 —––––– 25 ––––– 26 consules27 28 29 30 31 –––––. 32
1. Fonction?
Sujet d’un verbe, subordonné ou principal.
2. Nature?
Préposition ou conjonction.
3. Cum : quelle était sa nature ?
Conjonction.
4. Fonction de Hannibal?
Sujet, attribut, ou attribut au nominatif d’un verbe introduit par cum.
5. Nature de Quid ?
Interrogatif.
6. Construction du verbe dont dépend quid ?
Subjonctif de l’interrogation indirecte.
7. Sens général du verbe introduit par cum?
Un sens qui peut impliquer une interrogation.
8. Cas de quid?
Nom. ou acc. n. sing.
9. Fonction de quid?
Sujet, attribut ou objet d’un verbe conjugué ou à l’infinitif ; ou acc. de relation, improprement appelé adverbe.
10. Cas ?
Nom. n. sing., ou acc. masc. ou n. sing.
11. Construction?
S’il est neutre, s’accorde avec le sujet ou l’objet du verbe, ou il est attribut. S’il est masc., s’accorde avec l’objet du verbe, ou avec le sujet ou l’attribut d’un infinitif.
12. Quelles constructions pourraient lui succéder pour compléter le sens de optimum?
Dat. de la personne pour qui quelque chose est optimum, ou abl. de ce en regard de quoi quelque chose est optimum.  (Il est convenable d’avoir ces deux possibilités à l’esprit quand on rencontre ces mots puissants dont optimum est un exemple)
13. Analyse morphologique ?
Subjonctif imparfait (Raison déjà donnée en 6.)
14. Construction?
Datif après optimum. (Raison donnée en 12.)
15. Analyse morphologique ; introduit par quel mot ?
Subjonctif imparfait ; introduit par cum.
16. Fonction de Hannibal?
Sujet de cerneret.
17. Vix, à peine, a un sens négatif. Lié à un tel mot, quel pronom signifiant « quelque » emploiera-t-on, et quel adjectif ? (Peu de chances qu’aucun d’entre eux le sache.)
Quisquam, ullus.
18. Construction?
Acc. sing., objet d’un verbe, sujet ou attribut d’un infinitif.
19. Spes, tout comme spero, indique une activité mentale, et nous trouverons sans doute autre chose qui complète son sens, l’objet de l’espoir. quel sera son cas
(a) si le mot qui complète est un nom ?
Génitif objectif.
(b) si le mot qui complète est un verbe ?
Génitif objectif d’un gérondif ou d’un adjectif verbal accompagné d’un nom, ou infinitif futur.
20. Quel est son sujet ?
Un pronom, représentant Hannibal.
21. Nature, et sens le plus simple ?
Adverbe, signifiant aveuglément.
22. Sachant que l’habitude des Romains était de placer les mots avant ceux qu’ils modifient, et non après, que pensez-vous de temere ?
Qu’il modifie l’objet attendu de spem, qui, par conséquent, est un verbe.
23. Devrait introduire quoi ?
Un autre adverbe, correspondant à temere.
24. Ecrivez un adverbe signifiant : sans regarder la suite.
Improvide.
25. Ecrivez un nom. ou un acc. n. sing. signifiant une chose quelconque (en un mot).
Quicquam.
26. A quel cas est ici ce mot, et de quel verbe dépend-il ?
Acc., dépendant d’un verbe qui lui-même doit dépendre de spem. [compléter spem ?]
27. Analyse, sans référence au contexte ?
Nom. ou acc. plur.
28. Et avec référence au contexte ? Pourquoi ?
Acc., parce que habebat est sing.
29. Sens de cet accusatif ?
Ce consules est sujet, objet, ou attribut d’un infinitif.
30. Liens de quicquam et de consules entre eux ?
L’un est l’objet, l’autre le sujet de l’infinitif.
31. Complétez la phrase avec un verbe signifiant faire.
Acturos, avec ou sans esse.
32. Ecrivez, dans le meilleur anglais que vous ayez à votre disposition, une traduction de cette phrase

On comprend bien la méthode : s’arrêter à chaque mot et expliciter les hypothèses de lecture qui étaient implicites, intériorisées dans l’esprit d’un romain. Hale formalise toute la démarche, il anticipe les techniques de l’intelligence artificielle du blackboard qui consiste à inférer des résultats en poussant dans leur logique tout ce qu’on sait d’une situation jusqu’à ce que des incohérences nous forcent à éliminer des hypothèses (comme dans des mots croisés ou dans un Sudoku).

Le problème qui apparait rapidement et qui explique peut-être pourquoi sa méthode n’a pas été suivie, (bien qu’on retrouve la même méthode dans un blog récent sous la plume de « salinor ») est qu’on n’apprend pas une démarche complexe par mise à plat de toutes ses étapes mais par intégrations successives de façon que chaque étape nouvelle de l’apprentissage s’appuie sur le savoir intériorisé antérieur et ne se confronte qu’à une seule difficulté nouvelle.

Pour comprendre ce phénomène prenons l’exemple que nous pouvons avoir sous les yeux de l’apprentissage de la lecture en CP. Si l’on interroge des personnes expérimentées chargées de cet enseignement on s’aperçoit que loin des querelles de méthodes, elles utilisent un mixte de pratiques analytiques basées sur le prise de conscience des lettres et des syllabes, et de pratiques de reconnaissance des éléments déjà intégrés (mots outils, prénoms). L’objectif final de la lecture experte passe par des hypothèses tirées du contexte, des illustrations, des mots reconnus puis, pour lever les ambiguités restantes, par des pratiques de déchiffrage qui doivent disparaitre progressivement. Le lecteur expert est celui qui a déjà intégré par sa pratique antérieure les opérations purement analytiques.

Si nous faisons de même en ce qui concerne la formation de lecteur expert en latin, il apparait que la méthode de Hale doit être le but final, car lire vite est le but de toute lecture experte, mais que pour l’acquérir, des étapes intermédiaires sont nécessaires. Cependant ces étapes intermédiaires doivent pratiquer la même méthode, mais à un niveau de langue plus simple. C’est progressivement que la compréhension au fil de la phrase doit se faire. Essayons de tracer la route d’un apprentissage progressif dont nous noterons que pour être efficace, il doit pratiquer l’intériorisation simultanée des éléments de repérage, c’est-à-dire des conjugaisons et des déclinaisons et d’un vocabulaire suffisant.

Comme point de départ, je renvoie à mon initiation au latin du français qui permet à la fois d’acquérir la connaissance des expressions latines du français, les éléments essentiels de la morphologie et un premier vocabulaire.

Il faut ensuite se confronter à des textes latins qui soient à la fois intéressants du point de vue culturel et simples dans leur structure, leur simplicité étant appréciée par leur faible distance par rapport à la structure de la phrase française. On retrouve ici la méthode des anciens puisque dans les collèges d’ancien régime on commençait par lire des lettres de Cicéron (ad fam.) et des passages du Nouveau Testament dont nous avons vu des exemples. Ce sont des textes où la traduction interlinéaire doit suffire, sans qu’il soit nécessaire de procéder à des indentations qui manifestent la complexité (à nos yeux) de la phrase.

De même que le débutant au CP ne peut pas lire et reconnaître de nouveaux mots s’il ne dispose pas d’une bonne maitrise des mécanismes d’analyse, de même on ne peut être bon lecteur de latin si on n’a pas intériorisé la morphologie et acquis un stock suffisant de vocabulaire. Il faut donc entrainer l’adhésion du lecteur débutant à vouloir s’intéresser à des textes simples mais suffisamment variés. Une piste possible sera de rechercher dans les recueils de prédication du Moyen Age, ces « bonnes histoires » (les exempla) qui permettaient au prédicateur à la fois d’instruire ses auditeurs, mais aussi de maintenir leur attention par des récits hauts en couleurs. Il sera possible ensuite d’aborder progressivement des textes plus anciens où la structure de la phrase est radicalement différente de celle du français.

Reste la question fondamentale : une telle méthode sera sans aucun doute efficace pour un adulte motivé qui a l’intention de s’investir. En sera-t-il de même pour un enfant ? Comme le dit Quintilien (Institutions oratoires, 1,3,8)

Studium discendi voluntate quae cogi non potest constat.

Appliquons la méthode Hale sous une forme allégée :

Studium discendi : le gout de l’étude, sujet
studium discendi voluntate : l’ablatif introduit une rupture et une attente, par la volonté
studium discendi voluntate quae : ne peut se rapporter qu’à voluntate et introduit donc une incise sur la volonté qui
studium discendi voluntate quae cogi non potest : ne peut être contrainte
studium discendi voluntate quae cogi non potest constat: susbiste, le dernier mot met en rapport le sujet, le gout de l’étude et le moyen, la volonté : le gout de l’étude subsiste par la volonté.

Présentation indentée :

studium discendi
________voluntate
____________quae cogi non potest
____constat
le gout de l’étude dépend de la volonté, qui ne peut être contrainte

Cette belle affirmation digne de l’Education nouvelle inventée à la Renaissance, reprise par Dewey, Decroly et Cousinet, chacun en voit bien la force, mais aussi la difficulté. Il faut motiver l’enseignement par son intérêt.

Pour terminer, rendons hommage à William G. Hale (et à ses traducteurs) en citant son introduction en version originale :

The attacks which have been made of late upon the study of Greek and to some extent upon the study of Latin have had at their backs the conviction that the results obtained are very much out of proportion to the years of labor spent upon these languages by the schoolboy and the college student.  The danger which threatens classical study to-day in this country is due in large part to the fact that this conviction is a sound one.  If the case were different, if the average college graduate were really able to read ordinary Greek and Latin with speed and relish, the whole matter would be on a very different footing from that on which it now lamely stands.

Visiblement, le grec était mal en point mais le latin pas encore. C’est chose faite aux USA mais le diagnostic vaut pour nous : il est récurrent et son traitement suppose des changements profonds de méthode d’enseignement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *