Textes techniques latins (3) Frontin, les aqueducs de Rome

15 mai 2011
Par

Rome a inventé la jurisprudence et l’eau courante : certains disent que c’est beaucoup moins que les grecs, mais l’état de droit et l’hygiène nous concernent encore de très près. Les aqueducs qui ont permis cette avancée ont laissé des traces à Rome comme les arches de cet aqueduc construit par Néron et que l’on peut voir depuis St-Jean de Latran.

On trouve mention de cet aqueduc dans l’ouvrage d’un homme politique du premier siècle qui eut une carrière brillante sous les règnes de Domitien et de Nerva. Il occupa à un moment de sa carrière la très importante charge de curator aquae, c’est-à-dire de curateur des aqueducs, charge aussi importante que celle de curateur de l’annone ou des routes comme le souligne Alain Malissard dans son livre (déjà cité à propos de la pompe à incendie où il montre les rapports des romains avec l’eau [1]. Frontin n’est curateur des aqueducs que peu de temps mais rédige un rapport officiel où il fait le point de la situation tant sur les aspects techniques que réglementaires, rapport intitulé De aquaeductu Urbis Romae, des aqueducs de la Ville de Rome. Selon Pierre Grimal qui a établi, traduit et commenté le texte [2], l’intention de l’auteur est de réformer l’administration des eaux et son rapport est destiné à l’empereur : il veut dans ce cas précis des « eaux », appliquer la politique générale de restitution du pouvoir réel à l’ordre sénatorial contre l’administration urbaine qui avait réussi à s’autonomiser dans un corps de fonctionnaires. Destiné au public, son rapport est une pièce de la propagande de Trajan (Grimal : XV).

Frontin utilise les archives de l’administration et fait en premier lieu l’historique de chacun des aqueducs, des « eaux » comme l’étymologie aquae ductu incite à le dire et comme les appellations des aqueducs y conduisent : on parle de l’ « aqua Claudia » et plus simplement de la « Claudia ».

Ensuite, il fait un rapport technique sur la normalisation des canalisations et décrit en détail les dimensions à partir de la fistula quinaria ou « tuyau de 5 » ou quinaire, dont le diamètre est de 5 quarts de doigt, soit 2,3 cm, ce qui correspond aujourd’hui à une canalisation de fontaine ; jusqu’à au « tuyau de 125 » d’un diamètre de 23 cm, ce qui correspond aujourd’hui à une canalisation d’incendie. Les deux diamètres des canalisations extrêmes sont dans un rapport de 1 à 10, avec 15 diamètres intermédiaires régulièrement répartis, ce qui est le propre de toute normalisation. Le graphique ci-dessous donne la progression des diverses canalisations avec le diamètre en y et les numéros donnés par Frontin en x.

On voit sur ce graphique que Frontin a proposé à son administration une progression à peu près régulière, mais surtout parfaitement définie (chapitres 24 à 34). Frontin décrit aussi les fraudes opérées par les fontainiers qui n’utilisent pas des canalisations normalisées et détournent de l’eau en mettant des canalisations non réglementaires et d’un diamètre plus élevé (chap. 33). Il donne ensuite les débits des différents aqueducs en utilisant comme unité de débit : la quinaria, la quinaire, quantité d’eau passant en une journée dans la canalisation de base, la plus usuelle, le « tuyau de 5 », premier diamètre noté, et qui a un débit de 40 m3 en 24h.

Examinons le texte pour la Claudia, aqueduc dû à l’empereur Claude, et l’Anio Novus, nouvel aqueduc venant de la rivière Anio à l’est de Rome. Le chapitre 86 décrit la part qui est dévolue à la maison impériale (nomine Caesaris) puis répartit le reste :

Reliquae utriusque quinariae
Les autres quinaires restantes
tria milia quadringentae nonaginta octo
trois-mille-quatre-cent-quatre-vingt-dix-huit
intra urbem dividebantur per regiones urbis XIIII
étaient réparties à l’intérieur de la ville entre 13 quartiers de la ville
in castella nonaginta duo
en quatre-vingt-douze châteaux d’eau

Le castellum, diminutif de castrum désigne un édifice de petite taille, surélevé, qui valait pour un fortin ou un réservoir, d’où notre expression de château d’eau, transparente aujourd’hui mais qui devrait nous étonner.

ex quibus, nomine Caesaris, quinariae DCCCXVI,
De celles-ci, au titre de César, 816 quinaires
privatis quinariae MDLXVII,
pour les particuliers 1567 quinaires
usibus publicis quinariae MCXV
pour les usages publics 1115 quinaires
ex eo
dont
castris novem quinariae centum quadraginta novem
pour neuf camps, cent-quarante-neuf quinaires
operibus publicis  decem et octo quinariae CCCLXXIIII
pour dix-huit services publics 374 quinaires
muneribus XII quinariae centum septem
pour les 12 spectacles publics cent-sept quinaires

munus a le sens ici de fontaines publiques monumentales

lacibus CCXXVI quinariae CCCCXXCV
pour 226 bassins, 485 quinaires.

On remarquera l’alternance du compte en lettres (centum septem) ou en chiffres (romains évidemment), l’usage du compte en lettre étant (plutôt) réservé aux petits nombres, comme d’ailleurs nous le faisons encore.

Apprenons à additionner en chiffres romains (toute les débits de quinaires sont exprimés ici de cette façon). Pour faciliter la lecture des nombres et en particulier de ses parties « soustractives » on a isolé chaque type d’unités par des blancs.

Camps                       149            C XL IX
Services publics         374            CCC L XX IIII
(pas d’utilisation soustractive pour noter le quatre)
Fontaines                  107            C V II
Bassins                     485            CCCC XXC V
(on notera ici deux dizaines soustractives pour noter quatre-vingts)

Pour faire le total général on met côte à côte tous les résultats intermédiaires
C XL IX CCC L XX IIII C V II CCCC XXC V
Faisons l’addition par étapes : on regroupe d’abord les types d’unités en regroupant si cela est possible en une unité supérieur (par exemple le nombre des dizaines dépassant 10, on réécrit avec une unité de 100)
Total C           9            C CCC C CCCC
Total L           1            L
Total X         14            XL XX XXC                         C XXXX
Total V           2            V V                                    X
Total I          15            IX IIII II                            X V

mettons à nouveau côte à côte les résultats intermédiaires:
C CCC C CCCC L C XXXX X X V

regroupons :
C CCC C CCCC C L XXXX X X V

regroupons encore :
M L XXXX X X V

puis :
M C X V ou MCXV ou 1115

Apprendre à calculer faisait partie de l’enseignement élémentaire et l’enfant romain pouvait y devenir expert.

Examinons maintenant la suite de ce texte (chapitre 87)

Haec copia aquarum
Cet approvisionnement d’eau
ad Nervam imperatorem usque computata
calculé jusqu’au règne de Nerva
ad hunc modum describebatur
était décrit de cette façon.

Nunc, providentia diligentissimi principis,
Maintenant, grâce à la vigilance d’un prince très attentif
quicquid
tout ce qui
____aut fraudibus aquariorum intercipiebatur
____soit avait été intercepté par la fraude des fontainiers
____aut inertia pervertebatur
____soit avait été perdu par négligence
quasi nova inventione fontium adcrevit
s’est accru comme par une nouvelle découverte de sources

Ac prope duplicata ubertas est
Le produit est presque doublé
et tam sedula deinde partitione distributa
et si soigneusement distribuée ensuite par répartition
ut regionibus quibus singulae serviebant aquae,
qu’aux régions qui n’étaient desservies que par un seul aqueduc,
plures darentur
plusieurs ont été donnés
tamquam Celio et Aventino
comme pour le Célius  ou l’Aventin
in quos sola Claudia per arcus Neronianos ducebatur,
pour lesquels la seule Claudia était amenée sur les arcs de Néron
quo fiebat ut,
ce qui faisait que
quotiens refectio aliqua intervenisset
chaque fois qu’il y avait une quelconque réparation,
celeberrimi colles sitirent
ces collines si peuplées manquaient d’eau.

Quibus nunc plures aquae et in primis Marcia
Maintenant elles ont plusieurs aqueducs et d’abord la  Marcia
reddita amplo opere
restituée par d’amples travaux
____a Spe[m veterem] in Aventinum usque
____de la Vieille Espérance jusqu’à l’Aventin
perducitur
est conduite

Atque etiam omni parte urbis lacus,
En outre, dans chaque partie de la ville, des fontaines
tam novi quam veteres
tant des nouvelles que d’anciennes
plerique binos salientes diversarum aquarum acceperunt
pour la plupart furent équipées de deux bouches alimentées par des aqueducs différents
ut si casus alterutram impedisset, altera sufficiente
pour que si par hasard l’un ou l’autre était défaillant, l’autre suppléant
non destitueretur usus
le service ne soit pas interrompu.

La continuité du service public est une exigence qui est née à Rome au premier siècle de notre ère.

Frontin termine son ouvrage par des rappels législatifs : son final manifeste sa propre grandeur d’âme qui sied à la puissance romaine (chap. 130). Il s’agit des fraudeurs :

Is vero qui, admoniti,
Pour ceux qui, avertis,
ad indulgentiam imperatoris decurrerunt,
recourent à l’indulgence de l’empereur
possumus videri causa impetrati beneficii fuisse
nous pouvons être vu comme la cause du bienfait obtenu.

Il arrive encore à l’administration fiscale contemporaine de tenir  un tel discours magnanime vis-à-vis des fraudeurs. Mais Frontin  ajoute :

In reliquom vero opto ne executio legis necessaria sit
A l’avenir donc, je souhaite que l’exécution de la loi ne soit pas nécessaire
cum officii fidem etiam per offensas tueri praestiterit
car il vaut mieux observer l’accomplissement de la charge, même si c’est par la rigueur.

C’est le mot de la fin :  un homme d’état doit alterner la souplesse et la rigueur.

De la nécessaire continuité du service public au maniement de la carotte et du bâton, Rome a décidément tout inventé en matière de relations entre une administration et son public.

Postface du 4 septembre 2011

On a vu en examinant le texte de Frontin que de longs passages étaient consacrés à la normalisation des canalisations. Ce travail de normalisation se poursuit aujourd’hui car il répond au même objectif, faire en sorte que, quel que soit le fabricant, les diamètres des canalisations se correspondent les uns aux autres.

Les normes techniques françaises sont définies par l’AFNOR : dans le cas des tuyaux d’eau, il s’agit de la norme NF EN 12201-2 2003 : « Systèmes de canalisations en plastiques pour alimentation en eau - Polyéthylène (PE) ». Il s’agit de ces tuyaux en plastique noir avec un liseré bleu que l’on rencontre à l’air libre (cf.la documentation d'un fabricant).

Nous avions vu que Frontin notait 17 modèles entre le tuyau de base (la quinaire) et le plus gros tuyau. En mm cela allait de 23 à 228. La norme AFNOR est plus ample puisque, si elle a à peu près le même point de départ (20 mm), le plus gros modèle à un diamètre de 800 mm.

Comparons les 17 premiers diamètres (en mm) :

Comme l’indique le graphique qui compare les 17 diamètres, on voit une assez grande similitude entre les deux distributions, sauf vers les gros modèles où Frontin augmente moins vite. La ressemblance est fonctionnelle : il s’agit d’augmenter régulièrement le diamètre et dans les deux cas, en moyenne l’augmentation d’un diamètre sur le précédent est de 16% chez Frontin et 18% pour l’AFNOR. La norme AFNOR est simplement plus régulière dans son augmentation (tout en ayant, autant qu’il est possible, des « nombres ronds »), mais en conclusion Frontin avait mis au point la technique et surtout imposé légalement son système, comme c’est encore le cas pour les normes techniques.


[1] Alain Malissard, Les Romains et l’eau. Fontaines, salles de bains, thermes, égouts, aqueducs, Les Belles Lettres, 2002, p.276.

[2] Frontin, Les aqueducs de la Ville de Rome, texte établi, traduit et commenté par Pierre Grimal, Les Belles Lettres, 1961.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Histoire, Pédagogie, Textes techniques latins et grecs

Laisser un commentaire

décembre 2014
L Ma Me J V S D
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031