Rembrandt et les Pèlerins d’Emmaüs

Une expositions consacrée à la figure du Christ chez Rembrandt se tient au Louvre jusqu’au 18 juillet. Son but est de montrer que, se démarquant des images traditionnelles du Christ, Rembrandt a utilisé comme modèle pour le Christ, un individu issu de la communauté juive qu’il pouvait côtoyer à Amsterdam. Il voulait ainsi s’approcher mieux de la vérité historique. Le cœur de l’exposition se trouve dans une rotonde où l’on peut comparer divers portraits du Christ, tous ressemblants, et en particulier le tableau célèbre des Pèlerins d’Emmaüs, peint en 1648.

© 2010 Musée du Louvre : Philippe Fuzeau

Le texte de l’Evangile de Luc (24, 13-35)

Et ecce duo ex illis ibant ipsa die in castellum,
Et voici que deux d’entre eux [des disciples] allaient le même jour dans un village

quod erat in spatio stadiorum sexaginta ab Hierusalem, nomine Emmaus
qui était à une distance de soixante stades de Jérusalem, du nom d’Emmaüs.

et ipsi loquebantur ad invicem de his omnibus quae acciderant
et ils parlaient entre eux de tout ce qui était arrivé

et factum est, dum fabularentur et secum quaererent,
et il arriva que comme ils bavardaient et discutaient entre eux,

et ipse Iesus appropinquans ibat cum illis
Jésus s’approchant allait avec eux

oculi autem illorum tenebantur ne eum agnoscerent
mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaitre

et ait ad illos : qui sunt hi sermones, quos confertis ad invicem ambulantes, et estis tristes
et il leur dit : quels sont ces propos que vous vous teniez en marchant ; vous êtes tristes

et respondens unus, cui nomen Cleophas, dixit ei
et l’un nommé Cléophas lui répondit

tu solus peregrinus es in Hierusalem, et non cognovisti quae facta sunt in illa his diebus ?
tu es le seul de passage à Jérusalem qui ne connaisse pas ce qui s’est passé là ces jours-ci

quibus illi dixit  : quae ? Et dixerunt  : de Iesu Nasareno qui fuit vir propheta,
Il leur dit : quelles choses ? Et ils lui parlèrent de Jésus de Nazareth qui fut un prophète

potens in opere et sermone coram deo et omni populo
puissant en actes et en paroles devant Dieu et tout le peuple

et quomodo eum tradiderunt summi sacerdotes et principes nostri
comment les grands prêtres et nos dirigeants

in damnationem mortis et crucifixerunt eum
l’ont livré à la peine de mort et l’ont crucifié

nos autem sperabamus quia ipse esset redempturus Israhel
nous espérions que c’était lui qui allait racheter Israël

et nunc super haec omnia tertia dies est hodie quo haec facta sunt
et maintenant, en plus de tout cela, c’est aujourd’hui le troisième jour que ces choses sont arrivées

sed et mulieres quaedam ex nostris terruerunt nos,
toutefois, quelques femmes qui sont des nôtres nous ont effrayé

quae ante lucem fuerunt ad monumentum, et, non invento corpore ejus,
elles sont allées avant l’aube au tombeau, et, n’ayant pas trouvé son corps,

venerunt dicentes se etiam visionem angelorum vidisse, qui dicunt eum vivere
elles sont venues dire qu’elle ont eu une vision d’anges, qui dirent qu’il était vivant

et abierunt quidam ex nostris ad monumentum
et certains des nôtres sont allés au tombeau

et ita invenerunt sicut mulieres dixerunt
et ils trouvèrent [les choses] selon ce que les femmes avaient dit

ipsum vero non invenerunt
mais lui, ils ne le trouvèrent pas

Et ipse dixit ad eos : O stulti et tardi corda ad credendum in omnibus quae locuti sunt propheta
Et il leur dit : [gens] sans intelligence et cœurs lents à croire à tout ce qu’on dit les prophètes

nonne haec oportuit pati Christum et ita intrare in gloriam suam ?
ne fallait-il pas que le Christ souffre et ainsi entre dans sa gloire ?

et incipiens a Moyse et omnibus prophetis,
et commençant par Moïse et tous les prophètes,

interpretabatur illis in omnibus scripturis quae de ipso erant
il leur expliqua dans toutes les écritures ce qui le concernait

Et appropinquaverunt castello quo ibant, et ipse se finxit longius ire
Ils approchèrent du village où ils allaient, et il fit comme s’il voulait continuer

et coegerunt illum dicentes : mane nobiscum, quoniam advesperascit, et inclina est jam dies
ils le forcèrent disant : reste avec nous, car le soir vient et le jour décline déjà

et intravit cum illis. Et factum est, dum recumberet cum eis,
et il entra avec eux. Et il arriva que quand il se mit à table avec eux

accepit panem et benedixit ac fregit et porrigebat illis
il prit du pain, le bénit, le rompit et le leur tendit

et aperti sunt oculi eorum, et cognoverunt eum
et leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent

et ipse evanuit ex oculis eorum
et il devint invisible à leurs yeux

Et dixerunt ad invicem : nonne cor nostrum ardent erat in nobis
Et ils se dirent : est-ce que notre cœur n’était pas brulant

dum loqueretur in via et aperiret nostris Scripturas ?
tandis qu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait les  Écritures ?

et surgentes eadem hora, regressi sunt in Hierusalem,
et se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem

et invenerunt congregatos undecim et eos qui cum illis erant,
et ils trouvèrent réunis les Onze et ceux qui étaient avec eux

dicentes quod surrexit Dominus vere et apparuit Simoni
qui leur dirent que le Seigneur est vraiment ressuscité et qu’il est apparu à Simon

et ipsi narrabant quae gesta erant in via
et eux racontèrent les faits qui s’étaient passés en route

et quomodo cognoverunt eum in fractione panis.
et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain.

Interpréter le texte

Le texte est long mais d’un latin voulu très simple comme toujours chez Jérôme. Le récit est clair à condition que l’on connaisse au moins un peu le récit évangélique, mais l’ensemble des évènements est ici rappelé par la narration. Reste l’interprétation du texte lui-même qui a été considéré jusqu’aux Lumières, comme le reste de l’Évangile, comme un récit que l’on pouvait d’ailleurs représenter, ainsi que Rembrandt l’a fait pour l’épisode d’Emmaüs.

Le doute s’instaure cependant et la critique rationaliste trouve son expression en France dans la série des écrits d’Ernest Renan qui constituent l’Histoire des origines du christianisme. Il va de la Vie de Jésus (1863) qui se termine à la mort du Christ (et non à la Résurrection) jusqu’à Marc-Aurèle et la fin du monde antique (1882), en passant par Les Apôtres (1866) où se trouve précisément le récit d’Emmaüs. Renan en rappelle les principaux points : le voyage avec l’inconnu, ses questions et les réponses des disciples. Voici la fin du récit :

« Quelques-uns des nôtres ont été ensuite au tombeau ; ils ont tout trouvé comme les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. L’inconnu était un homme pieux, versé dans les Écritures, citant Moïse et les prophètes. Ces trois bonnes personnes lièrent amitié. A l’approche d’Emmaüs, comme l’inconnu allait continuer sa route, les deux disciples le supplièrent de prendre le repas du soir avec eux. Le jour baissait ; les souvenirs des deux disciples deviennent alors plus poignants. Cette heure du repas du soir était celle que tous se rappelaient avec le plus de charme et de mélancolie. Combien de fois n’avaient-ils pas vu, à ce moment-là, le maitre bien-aimé oublier le poids du jour dans l’abandon de gais entretiens, et, animé par quelque gouttes d’un vin très noble, leur parler du fruit de la vigne qu’il boirait nouveau avec eux dans le royaume de son Père. Le geste qu’il faisait en rompant le pain et en le leur offrant selon l’habitude du chef de maison chez les Juifs, était profondément gravé dans leur mémoire. Pleins d’une douce tristesse, ils oublient l’étranger ; c’est Jésus qu’ils voient tenant le pain, puis le rompant et le leur offrant. Ces souvenirs les préoccupent à un tel point, qu’ils s’aperçoivent à peine que leur compagnon, pressé de continuer sa route, les a quittés. Et quand ils furent sortis de leur rêverie : « Ne sentions-nous pas, se dirent-ils, quelque chose d’étrange ? Ne te souviens-tu pas que notre cœur était comme ardent pendant qu’ils nous parlait dans le chemin ? » – « Et les prophéties qu’il citait prouvaient bien que le Messie doit souffrir pour entrer dans sa gloire. Ne l’as-tu pas reconnu à la fraction du pain ? » – « Oui, nos yeux étaient fermés jusque-là ; ils se sont ouverts quand il s’est évanoui. » La conviction des deux disciples fut qu’ils avaient vu Jésus. Ils rentrèrent en toute hâte à Jérusalem. » [1]

Pour Renan, autant la vie du Christ et sa mort sont des évènements bien réels, autant sa résurrection est une illusion due à des rêveries nostalgiques d’un soir. Cette explication par l’illusion, démystificatrice, fut appréciée par le courant laïque de la troisième République et est encore certainement partagée par beaucoup. Cependant, dans une stricte perspective agnostique, elle est intenable.

Il faut en effet pour lire convenablement un texte quelconque examiner d’un strict point de vue littéraire quelle est la volonté de l’auteur, telle qu’elle apparait dans le texte. L’évangéliste Luc se place en narrateur omniscient : c’est lui qui dit que le voyageur est le Christ, qui souligne l’ironie qu’il y a à interroger Jésus sur ce qui s’est passé à Jérusalem. Il construit son récit [2] de façon à ce que tout élément du début du récit ait sa réponse à la fin :

_Départ de Jérusalem (verset 13-14)

____les yeux sont aveuglés (v. 15)

__________reproche à l’inconnu et résumé de la vie  de Jésus (v.18-21)

_______________espérance déçue malgré les dires des femmes (v.22-23)

_______________des hommes  ont vérifié les dires des femmes (v. 24)

__________reproche de Jésus et résumé des Ecritures (v.22-26)

_____les yeux s’ouvrent à la fraction du pain (v.28-32)

_retour à Jérusalem (v. 33).

Le récit est tendu vers l’épisode de la reconnaissance du Christ au moment de la fraction du pain : c’est d’ailleurs le moment que peint Rembrandt. Luc se situe dans la pratique eucharistique de l’Église du partage du pain, cœur de la liturgie. Pour les chrétiens auquel s’adresse Luc quand il rédige son texte, c’est à dire à la fin du premier siècle,  la reconnaissance du Christ se fait dans la foi et non avec les yeux du corps. La pratique liturgique reprend les lectures des Écritures ; elles sont commentées par le célébrant et la présence du Christ se trouve à la fois dans l’Assemblée elle-même, (car il est réputé présent dans toute assemblée faite en son nom) et, d’une manière cachée par la fraction du pain, signe pour les fidèles de sa mort et de sa résurrection. Le but de Luc n’est pas de raconter une histoire, mais de proclamer par un récit, inspiré par l’expérience liturgique de l’Église, que c’est au sein de l’Église, par les yeux de la foi, que Jésus est reconnu.

Quel sens donner aujourd’hui au texte ?

L’interprétation agnostique qui peut être donné de ce texte est précisément qu’il s’agit d’une proclamation de foi, non d’un reportage : Luc emploie d’ailleurs des termes d’un anachronisme voulu en utilisant le terme Seigneur deux fois dans ce chapitre (avant et à la fin du récit d’Emmaüs), « terme clé de la dévotion liturgique des premiers chrétiens » [3]. Dans une lecture partageable avec des élèves, ce texte n’est ni vrai ni faux, c’est une confession de foi et il n’a pas à être jugé sur une véracité factuelle comme c’est le cas pour un récit historique mais non pour une confession de foi. Certes, cette prise de distance peut paraitre exagérée à des croyants qui s’y refuseront : on pourra leur faire remarquer que ce type de réflexion est normal du point de vue de l’intelligence des textes et que le croyant doit la pratiquer, ce que font d’ailleurs les exégètes chrétiens. A l’inverse, les successeurs de Renan trouveront que c’est ne pas assez attaquer une illusion toujours dangereuse mais eux aussi sont tenus aux mêmes exigences intellectuelles.

Je ne pense pas que l’enseignant de latin, s’appuyant sur le fait que la Bible fait partie des textes à étudier dans le second degré, aie des difficultés avec les élèves qui découvriront dans ce texte un latin facile, que l’on peut pratiquement lire sans dictionnaire, en rapport avec des œuvres d’art, en rapport avec un récit assez connu et littérairement bien construit. On leur fera reconnaitre le genre littéraire qui est le sien et on les incitera par ce biais au respect des croyants comme des non-croyants.


[1]Ernest Renan, Les Apôtres, 1925, p.19-21
[2] J’utilise ici Yves Saoût, « Evangile de Jésus Christ selon saint Luc », Cahier Evangile 137, septembre 2006, p.105
[3] Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme, Cerf, 2009, coll. Lectio Divina, (ed. originale anglaise 2003), p.362


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *