Philippe Melanchthon (1) La Confession d’Augsbourg

Philippe Melanchthon, né en 1497, mort en 1560,  est le contemporain d’Erasme (1466-1536) et le compagnon de Luther (1483-1546) dans l’œuvre de la Réforme.

Melanchthon est la traduction en grec de son patronyme Schwarzerdt : de même que beaucoup d’humanistes latinisèrent leur nom en le traduisant, comme le géographe Mercator dont le nom est tiré de l’allemand Krämer, boutiquier ; de même Schwarzerdt, où schwarz, noir et erde, la terre, peuvent être traduit en grec par melan, noir, comme dans mélancolie (ou bile noire) et chthon, terre, comme dans autochtone.

Il est en particulier le rédacteur principal de la Confession d’Augsbourg [1]. Rappelons les faits : en 1520 Luther est excommunié, convoqué par Charles Quint à Worms, refuse de s’y rendre et est mis au ban de l’Empire ; se cache, traduit la Bible en allemand. Des villes se rallient à la nouvelle manière de concevoir la religion. La guerre des paysans menée par Thomas Müntzer est écrasée en 1525 et la nouvelle foi est adoptée par un certain nombre de princes. En 1530 Charles Quint convoque une diète à Augsbourg pour confronter les options religieuses en vue de retrouver l’unité. C’est le texte dit de la Confession d’Augsbourg qui a été rédigé principalement par Melanchthon et que nous allons étudier dans sa version latine. Il existe parallèlement une version allemande et nous verrons quelques divergences.

L’accord ne se fit pas, Charles Quint voulut restaurer la foi catholique dans l’Empire et les princes, qui avaient protesté contre une décision antérieure analogue prirent le nom de « protestants » et formèrent une ligue défensive armée (Ligue de Smalkalde, 1531). En 1555 la paix d’Augsbourg se fait sur le principe de cujus regio ejus religio.

Confessio Augustana

En latin [2] la confession d’Augsbourg est la Confessio Augustana, ce qui signifie que cette ville, comme Aoste ou Autun, rappelle le nom de l’empereur Auguste.

Comme nous allons le voir, cette confession (au sens d’affirmation publique de la foi), est très traditionnelle en ce sens qu’elle reprend tout ce qui était affirmé par les Pères de l’Eglise et les premiers conciles. L’article premier, De deo, sur Dieu, le proclame, se référant au concile de Nicée et rappelant la foi trinitaire :

Ecclesiae magno consensu apud nos docent,
Les Eglises, d’un consensus parfait, nous enseignent

On notera le pluriel pour les Eglises, il n’y en a plus une, l’Eglise catholique, mais plusieurs.

decretum Nicaenae synodi de unitate essentiae divinae et de tribus personis
le décret du concile de Nicée sir l’unité de l’essence divine et des trois personnes
verum et sine ulla dubitatione credendum esse,
doit être crû véritablement et sans aucune hésitation.

L’article 2 rappelle la doctrine du péché originel, De Peccato Originis, essentielle pour comprendre la nature de l’homme.

Item docent, quod post lapsum Adae
de même elles [les Eglises] enseignent qu’après la chute d’Adam
omnes homines, secundum naturam propagati,
tous les hommes, perpétués selon la nature
nascantur cum peccato, hoc est,
sont nés avec la faute c’est-à-dire
sine metu Dei, sine fiducia erga Deum et cum concupiscentia
sans crainte de Dieu, sans confiance envers Dieu, et dotés de concupiscence
et quodque hic morbus seu vitium originis vere sit peccatum,
en sorte que cette maladie ou vice d’origine est vraiment un péché
damnans et afferens nunc quoque aeternam mortem his
damnant et conduisant dès maintenant à la mort éternelle ceux ,
qui non renascuntur per baptismum et Spiritum Sanctum.
qui ne sont pas renés par le baptême et l’Esprit Saint.

On retrouve là le cœur de la prise de conscience luthérienne du péché de l’homme qui conduit celui-ci, spontanément c’est-à-dire par nature,à  faire le mal qu’il ne voudrait pas et ne pas faire le bien qu’il voudrait faire, comme le dit l’Apôtre Paul. Mais de cette détresse de l’homme, l’article 3, De Filio Dei, du Fils de Dieu, nous dit que le Christ est venu le sortir. Cet article commence par un rappel traditionnel de la doctrine de l’Incarnation où le Christ est vraiment mort sur la croix…

ut reconciliaret nobis patrem
pour nous réconcilier avec le Père
et hostia esset non tantum pro culpa originis,
et qu’il soit une victime sacrifiée non seulement pour la faute d’origine
sed etiam pro omnibus actualibus hominum peccatis
mais aussi pour tous les péchés commis par les hommes.

On voit repris ici le cadre antique de la victime offerte en sacrifice (hostia) pour nous rendre la divinité favorable. Ce n’est plus comme auparavant pour obtenir une faveur de la divinité, mais d’une manière plus radicale, pour trouver une solution au problème existentiel de l’homme qui sent sa volonté coupée en deux entre le bien et le mal, sans qu’il y puisse quelque chose puisque c’est dans sa nature héritée, mais avec le sentiment cependant qu’il acquiesce à cet état par sa volonté, ce qui le rend fautif à ses yeux. L’article suivant, De Justificatione, de la justification, va expliciter la solution de Luther à la suite de sa lecture de l’Epitre aux Romains.

Item docent, quod homines non possint iustificari coram Deo
de même, elles enseignent que les hommes ne peuvent être justifiés devant Dieu
propriis viribus, meritis aut operibus,
par leurs propres forces, leur mérites ou leurs actions
sed gratis justificentur propter Christum per fidem,
mais qu’ils sont justifiés gratuitement à cause du Christ par la foi
quum credunt se in gratiam recipi et peccata remitti
ceux qui croient en l’accueil de la grâce et en la rémission des péchés
propter Christum, qui sua morte pro nostris peccatis satisfecit.
à cause du Christ qui par sa mort a réparé les dommages de nos péchés
Hanc fidem imputat Deus pro justitia coram ipso, Rom. 3 et 4.
Dieu porte à notre compte cette foi à titre de justice devant lui, cf. Romains 3 et 4

L’intuition de Luther est que le mal de l’homme, infranchissable, insurmontable par ses propres forces, jamais de fait surmonté pour une conscience tant soit peu délicate, ne peut être surmonté que par la confiance de l’homme en Dieu, par un acte de foi qui s’appuie sur le Christ, à la fois Dieu et victime sacrificielle au sens antique qui est offerte, ici avec efficacité, pour se concilier la divinité. C’est ceci qui doit être le but du ministère dans l’Eglise, traité à l’article 5, de ministerio ecclesiastico, du service d’Eglise.

Ut hanc fidem consequamur,
Pour arriver à cette foi
institutum est ministerium docendi evangelii et porrigendi sacramenta.
a été institué le service de l’enseignement de l’Evangile et de la proposition des sacrements

Les articles suivants définissent le devoir du chrétien, qui est de produire des actions cohérentes avec sa foi ; ce qu’est l’Eglise  qui est :

congregatio sanctorum, in qua
l’assemblée des saints dans laquelle
evangelium recte docetur
l’évangile est correctement enseigné
et recte administrantur sacramenta.
et les sacrements correctement administrés

on voit là poindre une notion d’Eglise fonctionnelle, liée à un lieu, une assemblée, une congrégation et non plus une Eglise abstraite, universelle mais désincarnée.

Trois sacrements seulement sont définis : le baptême jugé nécessaire même aux enfants (ceci contre les anabaptistes), la cène et la confession. La cène est ainsi décrite :

De coena Domini docent,
Elles enseignent à propos de la cène du Seigneur
quod corpus et sanguis Christi vere adsint
que le corps et le sang du Christ sont vraiment présents
et distribuantur vescentibus in coena Domini
et sont donnés en nourriture dans la cène du Seigneur
et improbant secus docentes
et elles condamnent ceux qui pensent autrement.

Dans ce texte qui se veut un texte de conciliation, la doctrine de la présence réelle n’est pas mise en cause, on notera cependant la différence avec la version allemande qui dit :

Vom Abendmahl des Herrn wird also gelehrt,
de la cène du Seigneur doit aussi être crû
daß wahrer Leib und Blut Christi
que les vrais corps et sang du Christ
wahrhaftig unter der Gestalt des Brots und des Weins
vraiment sous l’aspect du pain et du vin
im Abendmahl gegenwärtig sei und da ausgeteilt und genommen wird.
sont bien présents, distribués et reçus dans la cène
Deshalb wird auch die Gegenlehre verworfen.
Pour cette raison doit être réprouvée la doctrine contraire.

La présence réelle est bien là aussi affirmée, mais « sous la forme (Gestalt) du pain et du vin », Gestalt traduisant le terme aristotélicien de eidos, (espèce, opposé à genos, genre), qui sera utilisé dans la formule technique « sous les espèces du pain et du vin ».

Si la proximité avec la formule catholique est parfaite, elle s’oppose aux partisans de Zwingli qui niaient cette présence réelle.

Comprendre la Confessio Augustana

Dans le cadre scolaire, plusieurs niveaux de compréhension de la Confession d’Augsbourg peuvent être envisagés :

– compréhension actualisée à l’époque de la Réforme.

Pour comprendre l’histoire de la Réforme, puis les guerres de religion, le calvinisme (et son éthique), le renouveau méthodiste, la religiosité actuelle du monde anglo-saxon et ses développements évangéliques, il est impératif de comprendre la rupture qu’a introduit Luther dans la perception de l’état de l’homme et dans sa lutte contre une conception magique de la religion où l’on payait des messes pour le salut des morts. Sa perception de l’homme pêcheur, corrompu, est liée au progrès de l’individualisme : c’est à chaque individu de se prendre en charge par une foi personnelle, non par une appartenance à une communauté de vie locale de type paroissial où l’individu est porté par la pratique collective des cérémonies et des sacrements dont l’aspect magique est indéniable.

Inversement, le durcissement catholique initié par la contre-réforme catholique au concile de Trente s’explique en réaction contre ce qui va devenir la manière protestante de penser la cène, c’est-à-dire d’une manière symbolique, abandonnant complètement le rite antique du sacrifice, déjà spiritualisé par le christianisme naissant mais cette fois-ci vidé de la pratique antique sacrificielle pour ne garder qu’un sens symbolique.

– compréhension actualisée aujourd’hui : quel sens peut-il être donné à cette confession dans le cadre d’un enseignement laïque des religions ?

La notion de péché originel qui a tourmenté le 16e et le 17e siècle, a perdu aujourd’hui de son acuité  au plan individuel du fait de la généralisation du freudisme et de la psychologie qui lui est associée. La notion de pulsion est reconnue par certains croyants et n’est plus automatiquement chargée de connotation religieuse. Par contre au plan collectif cette fois, le malheur de l’homme garde une dimension religieuse pour les croyants, avec la notion de « péché du monde » pour les catholiques depuis Vatican 2 et la prise de conscience d’une nécessaire éthique sociale à la suite de Karl Barth dans les milieux protestants. Donner du sens au mal dans le monde est compréhensible surtout si cette affirmation s’accompagne d’une éthique allant à son encontre où croyants et incroyants peuvent se retrouver.

 


[1] Martin Greschat, Philippe Melanchthon : théologien, pédagogue et humaniste (1497-1560), Presses Universitaires de France, 2011.
[2] http://www.reformatio.de/pdf/CALAT-DT.PDF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *