Érasme : les Adages. Une nouvelle édition

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Examinons de près ce que nous dit la couverture de cette brochure proposée par Les Belles Lettres et que l’on pourra trouver sur leur site. Il s’agit de l’annonce d’une édition complète des 4151 Adages d’Érasme ; édition bilingue avec le texte latin de la dernière édition du vivant d’Érasme (1536), et une traduction due à une soixantaine de traducteurs, chacun, au dire de Jean-Christophe Saladin, préfacier et maitre d’œuvre de l’ensemble, recevant une centaine d’adages à traduire et à faire relire par un autre membre de cette confrérie éditoriale.

L’ouvrage n’est pas encore en vente et ne le sera qu’à la rentrée mais une souscription permet d’acheter les cinq volumes avec une  réduction substantielle (bon de souscription).

On lira avec profit dans cette brochure les extraits de la préface où Jean-Christophe Saladin explique ce qu’est cette entreprise des Adages qui fut un succès éditorial car une trentaine d’éditions parurent du vivant d’Érasme. Il explique aussi ce que représentent les Adages :

« Érasme fut l’un des lecteurs les plus encyclopédiques de son temps. D’une certaine façon, les Adages sont ses notes de lectures, mais d’un type assez particulier. Il n’y consigne pas seulement ce qui est intéressant, mais ce qui est bien dit. La nuance a son importance. Il ne s’agit pas de s’extasier sur la beauté des auteurs anciens, mais d’apprendre à réutiliser leurs formules. Les modèles ne doivent pas stériliser le lecteur béat, mais au contraire renforcer ses propres capacités à s’exprimer. Le choix n’a donc pas de visée idolâtrique, mais pédagogique. Les contemporains ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et l’on retrouve des adages « érasmiens » à chaque page des humanistes du XVIe siècle, sans qu’aucun ne juge utile de citer sa source. En publiant ses Adages, Érasme apportait une contribution de choix à l’élaboration de la langue humaniste commune.

« Qu’est-ce qui a guidé son choix ? Avant tout, ses goûts personnels et le plaisir de partager ses enthousiasmes. Le résultat est un chef-d’œuvre de forme « ouverte », une sorte de conversation à bâtons rompus avec le lecteur. Il nous introduit dans sa « bibliothèque idéale », choisit pour nous le bon livre, l’ouvre à la bonne page et la bonne ligne, puis nous l’explique dans un style alerte. Nous pouvons sans scrupule ouvrir les Adages n’importe où et les refermer quelques lignes plus loin, sans avoir le sentiment d’avoir manqué un maillon essentiel du raisonnement. En cela, ils s’inscrivent dans le droit fil des formes littéraires ouvertes chères aux humanistes : silves, conversations, épigrammes et autres miscellanées. Ils sont l’antidote aux traités dogmatiques « fermés » de leurs ennemis scolastiques. » (brochure citée p. IX)

Examinons maintenant ce qu’Érasme dit lui-même du sujet dans son Avant-Propos.

Nous suivons ici tant le texte latin que la traduction de la brochure de présentation (et donc du livre à paraitre), en omettant les textes grecs puisqu’ils sont immédiatement traduits en latin par Érasme, et en mettant ici,  à la différence de l’édition à venir où les textes latins sont sur la page de gauche et le français sur la page de droite, la traduction en intralinéaire, avec éventuellement quelques indentations pour que texte latin et texte français s’articulent correctement.

Je rappelle que le principe de l’indentation d’un texte (voir ici pour plus de détails), consiste à avoir deux lectures possibles d’un texte : une lecture suivie du texte latin de haut en bas et une lecture du texte français de haut en bas également, sauf en cas d’indentation où on lit d’abord le niveau le plus à gauche, puis le niveau le plus proche à droite, et ainsi de suite. Le but ici est de montrer à quel point on peut facilement comprendre en profondeur le texte latin équipé de cette traduction dont on découvrira mieux ainsi la précision mais aussi la subtilité.

 

DES. ERASMI ROTERODAMI
ERASME DE ROTTERDAM
PROVERBIORUM PROLEGOMENA
AVANT-PROPOS

Quid sit paroemia
Ce qu’est un adage

Paroemia definitore Donato est accomodatum rebus temporibusque proverbium ;
Selon la définition de Donat, un adage est « un proverbe approprié aux évènements et aux circonstances ».
Diomedes autem finit hunc ad modum :
Diomède, lui, le définit de cette manière :
Paroemia est proverbii vulgaris usurpatio
«  Un adage est le réemploi d’un proverbe courant
rebus temporibusque accomodata,
approprié aux évènements et aux circonstances
cum aliud significatur quam dicitur.
quand il signifie autre chose que ce qu’il dit ».

Apud Graecos scriptores variae feruntur definitiones.
Chez les auteurs grecs, on trouve diverses définitions.
A nonnullis describitur hoc pacto :
Certains le décrivent ainsi :
Proverbium est sermo ad vitae rationem conducibilis,
« Un proverbe est un propos utile pour conduire sa vie,
moderata quadam obscuritate,
d’une obscurité relative
multam in se continens utilitatem.
et qui renferme en soi un grand profit ».

Ab aliis hoc finitur modo
D’autres le définissent de cette façon :
Proverbium est sermo rem manifestam tegens.
« Un proverbe est un propos qui dissimule une évidence ».

Dans une lettre liminaire à lord Mountjoy, Érasme explicite comment il en est arrivé à se lancer dans cette opération gigantesque où le  millier, la « chiliade » est l’unité de compte. Au début, il s’agit d’un florilège de proverbes destiné à lord Mountjoy qui appréciait ce genre littéraire. Du fait des éditions pirates, qui manifestaient l’engouement pour cette littérature, Érasme s’est passionné pour cette recherche : il aurait même voulu aller plus loin :

accuratius autem
de façon plus pertinente
____arcanarum litterarum allegorias
____des interprétation de textes ésotériques
____ex veteribus illis theologis
____empruntées aux anciens théologiens
statueram annectere
j’avais décidé d’ajouter

quod ibi tanquam in mea harena proprioque meae professionis munere
mihi videbar versaturus
estimant que j’allais me retrouver sur mon terrain, au cœur de ma mission
quodque ea pars
et parce que cet aspect des choses
____non solum ad ingenii cultum, verumetiam ad vitae pietatem
____à la fois activité de l’esprit et rigueur morale
pertineret.
me semblait favoriser

Sed cum viderem hanc operis partem in tantam molem assurgere,
Mais, quand je vis l’ampleur que prenait cette partie de mon travail
deterritus infinita prope magnitudine laboris
épouvanté par l’étendue quasi-insondable de la tâche
reduxi calculum,
je reculai mes pions,
et hoc cursu contentus
et, renonçant à aller plus loin,
____alii, quicunque volet operis vices capessere,
____à qui voudrait prendre la relève.
lampada tradidi
je passai le flambeau

Au début donc animé par un souci pédagogique et moral, Érasme, voyant la demande, se contente de faire le recueil de tous les proverbes, adages et pensées isolées des auteurs anciens grecs et latins qu’il nous rend accessibles par cette œuvre gigantesque.

Prenons le premier de ces adages :

1. Amicorum communia omnia
1. Entre amis, tout est commun.

Quoniam non aliud hoc proverbio neque salubrius neque celebratius,
Comme aucun proverbe n’est plus utile, ni plus fameux que celui-ci,
libuit hinc adagiorum recensionem velut omine felici auspicari.
j’ai voulu, en quelque sorte, débuter cette collection d’adages sous son heureux patronage

Quod quidem si tam esset fixum in hominum animis,
D’ailleurs, s’il était fixé dans le cœur des hommes
quam nulli non est in ore
autant qu’ils l’ont à la bouche
profecto maxima malorum parte vita nostra levaretur.
il n’y a pas de doute que la plus grande partie des malheurs de notre vie nous serait épargnée.
[…]
M. Tullius libro Officiorum primo
Au premier livre des Devoirs, Cicéron
Ut in Graecorum, inquit, proverbio est, amicorum esse omnia communia.
dit : « Selon le proverbe grec, entre amis tout est commun ».
Citatur et ab Aristotele libor Moralium octavo
Aristote lui-même le cite au livre VIII de l’Ethique à Nicomaque,
et a Platone De legibus quinto.
et Platon au livre V des Lois.
Quo loco conatur demonstrare
C’est dans ce passage que Platon tente de démontrer
felicissimum reipublicae statum rerum omnium communitate constare
que le plus grand bonheur pour une société est la mise en commun de tous les biens.
Prima quidem igitur civitas est reipublicae stutus ac leges optimae,
« La première cité, la première constitution et les meilleures lois
ubi
se trouvent là
________quod jam olim dicitur,
________l’antique dicton
____per omnem civitatem,
____à tout la cité
quam maxime fieri potest, observabitur.
où l’on applique le plus possible
________Dictum est autem vere res amicorum communeis esse.
________selon lequel entre amis tout est vraiment commun ».

Idem ait felicem ac beatam fore civitatem,
Il dit aussi : « Heureuse et sainte la communauté dans laquelle
in qua non audirentur haec verba :
on n’entendra jamais ces mots
Meum, et non meum.
« C’est à moi, ce n’est pas à moi ! »

Sed dictu mirum
C’est extraordinaire de voir
quam non placeat, imo quam lapidetur a Christianis Platonis illa communitas,
à quel point les chrétiens haïssent cette communauté de Platon et lui jettent la pierre
cum nihil unquam ab ethnico philosopho dictum
alors que jamais aucun philosophe païen n’a rien dit
sit magis ex Christi sententia.
qui soit plus conforme à la parole du Christ.

La communauté de biens, idéal de toute communauté un peu forte, pythagoricienne d’abord, puis reprise par la communauté des Apôtres après l’Ascension (Actes, 4, 32 ) est restée un idéal moral, mais aussi social comme on l’a vu, sous le nom aujourd’hui dévalué de communisme. De Platon au Apôtres, Érasme voyait bien la portée sociale de ce premier adage : on y trouve sa griffe dans les deux sens du mot ; coup de patte à l’Église, et marque du Prince des humanistes.

Voici pour terminer ce premier adage tel qu’il se présente dans les éditions des Belles Lettres :

et tel qu’il se présentait dans une édition tirée de Gallica : édition expurgée, puisque, on le verra dans la préface de Jean-Christophe Saladin, Érasme fut mis à l’index. La censure commence dès la deuxième phrase et on comprend facilement pourquoi :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *