Latin et politique. Deuxième partie : droite et gauche aujourd’hui

Comme j’ai essayé de le montrer dans la première partie de ce billet, latin et politique ont partie liée, aujourd’hui comme hier. Avant de reprendre le cours de l’histoire, il vaut peut-être la peine de voir comment, aujourd’hui encore, l’opposition gauche/droite est concernée par cette question, non certes d’une façon monolithique avec la droite qui serait pour la perpétuation de l’enseignement du latin et la gauche qui serait contre. Les choses sont plus compliquées : essayons d’y voir clair.

Etudions deux groupes de pression : la principale association non professionnelle du domaine d’une part et l’Education nationale au sens large (administration et syndicats) d’autre part.


Sauvegarde des enseignements littéraires.

L’Association SEL : Sauvegarde des Enseignements Littéraires, s’est créée en donnant  de la publicité à son action sous forme d’encarts publicitaires dans les journaux comme par exemple :

SELleMonde

Source : Le Monde 16 janvier 1993

L’analyse de cet encart nous renseigne sur son origine, son mode d’action et les thèmes de son action. L’association est présidée par Jacqueline de Romilly, helléniste mais qui met en avant son appartenance à l’Académie française.  Dans un ouvrage paru peu après où elle explicite sa pensée et son action : Lettre aux parents sur les choix scolaires (de Fallois, 1994) Jacqueline de Romilly explique que face à la crise de l’enseignement des lettres, il fallait agir. L’association compte un an après sa fondation 7000 cotisants : « parmi elles figuraient des écrivains, des mathématiciens, des médecins, des hommes politiques » (p.16). En mettant en avant dans son livre des citations de noms connus qui apportent leur témoignage sur l’utilité des lettres et des langues anciennes, l’association se constitue en groupe de pression qui publie des listes d’adhérents « en omettant, pour le principe, les noms des hommes politiques » (p.16) pour éviter d’être marquée politiquement.

L’adversaire, c’est le Ministère : « c’était de lui qu’était venu le mal. Des décisions diverses, depuis vingt-cinq ans, avaient presque toujours été prises dans le même sens ; et la dernière réforme en date, la réforme Jospin, avait porté le coup de grâce aux études anciennes  » (p.17) car elles limitait le nombre des options pour les scientifiques alors que les meilleurs élèves sont dans les sections scientifiques, y compris les futurs candidats de l’ENS lettres. Dans l’analyse de la crise qui a conduit à la création de l’association, l’évolution jugée catastrophique de l’enseignement est liée à l’unification du système scolaire : « la littérature est mal vue, et plus encore l’Antiquité, parce que l’on y voit les restes d’une tradition bourgeoise, et quelque chose qui rappelle l’apanage d’une élite. De fait, c’est vrai : un égalitarisme simpliste semble aller mieux avec les chiffres et la technologie qu’avec les lettres et la libre réflexion. Peut-être aussi faut-il parler d’une rage jalouse et niveleuse, liée à une idéologie. La chute des lettres a correspondu à l’instauration de l’école unique et à l’unification du personnel enseignant. » (p.14). La thématique est précise : l’adversaire c’est tout le courant politique et syndical qui a conduit à l’école unique. Déclarer lutter contre une idéologie égalitariste simpliste jalouse et niveleuse, c’est se positionner politiquement à droite même si l’on refuse la caution d’hommes politiques (et même si aujourd’hui des hommes de gauche soutiennent l’action de SEL).

Si l’on compare la situation de SEL à la création à sa position actuelle, il y a peu de différences sinon que l’adversaire a évolué car la droite est au pouvoir : « Plus directement menacées, les études anciennes se remettent mal des coups qui leur ont été portés, et, même quand des gouvernants bien inspirés se sont attachés à les redresser, on s’est heurté trop souvent à un utilitarisme aveugle » Source site SEL. Examinons maintenant l’action de « l’adversaire »,  le Ministère c’est-à-dire le Ministère de l’Éducation nationale.

L’action de l’Éducation nationale et ses conséquences sur le latin

Est-il raisonnable de considérer comme un acteur unique une entité dont on pourrait tout aussi bien dire de son action qu’elle est la résultante de pressions multiples politiques et syndicales ? Si l’on s’intéresse au résultat, c’est à dire pour le latin, à la politique suivie depuis les années soixante, il n’est pas difficile de repérer, au moins jusqu’avant la réforme Bayrou qui fait commencer l’option latin en 5e, une politique globale de réduction de l’enseignement du latin intimement liée à la mise en œuvre d’une école unique dont le projet date d’après la première guerre mondiale où des universitaires anciens combattants mettent en avant la nécessité d’une école unique qui tende à l’unité de la nation telle qu’elle avait été vécue pendant la guerre. L’école secondaire est vue comme étant liée à une classe sociale : il faut donc promouvoir une école unique qui permette la démocratisation de l’enseignement.

L’école unique sera discutée entre les deux guerres, la démocratisation étant améliorée par la gratuité du secondaire (1928-1933) mais comme la pression du nombre se fait forte, on instaure dans les années trente un examen d’entrée en 6e. Après la dernière guerre, la commission Langevin-Wallon plaide pour une démocratisation plus complète que la IVe République, paralysée par les revendications contradictoires des enseignants du primaire et du secondaire qui veulent s’assurer le contrôle de l’école « moyenne », ne parviendra pas à accomplir. La Ve République, poussée par la croissance démographique, va mettre progressivement en place l’école unique et la démocratisation qui l’accompagne : examinons-en les principales étapes :

  • 1959 réforme Berthoin : pour dépasser l’opposition des enseignants du primaire et du secondaire, il est créé, tant dans les premiers cycles des lycées que dans les Cours complémentaires devenus CEG (Collèges d’enseignement général), un cycle d’observation dont un des effets fut de repousser en 5e dans les lycées le début de l’enseignement du latin.
  • 1963 réforme Fouchet : l’unification se poursuit par la transformation des premiers cycles des lycées et des CEG en CES (Collèges d’enseignement secondaire) dans lesquels on trouve quatre sections : classique et moderne de lycée, moderne court de CEG et « classe de transition » qui prennent le relais des classes de fin d’études primaires. Les CES issus de lycées conservent leurs enseignants du secondaire, dans les autres on trouve des enseignants venant du primaire. Cette unification sera dénoncée comme illusoire quelques années plus tard par Christian Baudelot et Roger Establet dans l’Ecole capitaliste en France (Maspéro 1971) qui identifieront la présence de deux filières : une Primaire Professionnelle et une Secondaire Supérieur. Quelques années auparavant, le démographe Alain Girard dans des études regroupées dans « Population » et l’enseignement, (INED, 1970) avait montré l’influence de l’origine sociale sur la réussite en primaire et cassé ainsi le mythe de la démocratisation par la seule école unique.
  • 1968 réforme Faure : dans la logique du cycle d’orientation de deux ans, l’enseignement du latin est repoussé en 4e avec cependant, à partir de 1970, une introduction pour tous en 5e (mesure difficile a faire passer dans les filières de CES où les enseignants n’ont pas forcément fait de latin). L’élitisme dans cette période est mal vu et la culture classique, dont le latin est une expression quasi parfaite, est considérée comme un instrument de reproduction sociale et donc d’obstacle à la démocratisation de l’enseignement, comme en témoigne le livre de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La reproduction, cf.  Bourdieu sur ce site.
    Symbole de l’arbitraire culturel de la culture bourgeoise, le latin est attaqué et va être sacrifié sur l’autel de la démocratisation. L’attaque est trop forte pour n’être pas efficace et le point le plus bas va être atteint quelques années plus tard.
  • 1975 réforme Haby : unification en un Collège unique des CES et des lycées, unification des deux premières années, le latin a le statut d’option en 4e. Option spécifique de 4 heures ramenée en 1979 à 3 heures au lot standard des options.
  • 1983 : réforme Savary : la seconde devient elle-même indifférenciée. Le latin est une des options mais la réforme Jospin de 1992 limitera le nombre des options en rendant difficile le couplage d’options scientifiques et de langues anciennes.

En conclusion on voit qu’école unique, démocratisation et diminution du rôle social du latin ont formé l’axe de cette période : la sociologie critique a montré ensuite que l’école, même unique, ne permettait pas à elle seule l’égalité des chances voulue dans le processus de démocratisation, car la famille pouvait donner à ses enfants un capital culturel qui faussait l’égalité et que finalement, l’école ne pouvait être en avance sur la société. Le latin devait perdre de ce fait son aspect sélectif, de symbole d’une culture apparemment humaniste et désintéressé mais qui en fait était hautement productif du point de vue scolaire. En le mettant en option en 4e on pouvait penser que cet objectif était atteint, objectif qui n’a jamais été affiché officiellement ni par le Ministère, ni par les syndicats enseignants, mais objectif qui était sous-jacent à l’objectif affiché d’égalité des chances. Quant à la lutte contre la reproduction sociale des hautes classes, elle était assurée intellectuellement par la sociologie de la différenciation scolaire (Girard), relayée ensuite par la sociologie critique de Bourdieu-Passeron et de Baudelot-Establet.

Nous avons donc une opposition de thèmes de droite tels que repérés dans une association comme SEL et une politique de gauche, telle qu’elle sous-tend la politique de l’éducation nationale, même quand un gouvernement de droite est au pouvoir, du fait de la prégnance de la recherche de l’égalité des chances chez les enseignants.

Une enquête auprès des parents sur le choix des langues anciennes

Examinons maintenant les effets d’une telle situation sur des parents interrogés dans le cadre d’une enquête portant sur cette question, enquête faite en 1994, avec François de Singly et les étudiants de deuxième année de Deug de Paris 5, où nous avons interrogé un millier de parents à propos du choix éventuel du latin qu’ils auraient à faire bientôt pour leur enfant.

Si l’on croise l’orientation politique avec le projet de faire faire des langues anciennes ou non à leur enfant, on a les résultats suivants (significatifs à 1%) :

Pol3Lat2

Si l’on regarde la situation moyenne (indépendamment de tout choix), on voit que la population étudiée est peu orientée à droite (20%), pour la moitié à gauche (47%), le reste (33%) se partageant dans des refus de répondre ou de se situer dans l’orientation gauche/droite : les choix spécifiques en faveur ou contre un choix apparaitront en terme d’écarts à cette situation moyenne.

On constate d’abord une attraction vers le choix de langues anciennes quand on est de droite (et inversement un écart négatif à la moyenne pour le choix « ni latin ni grec »). On repère aussi que l’appartenance de gauche n’a aucune influence sur le choix des langues anciennes et qu’enfin, le refus de se situer dans l’opposition gauche/droite entraine une augmentation du refus des langues anciennes.

Que l’appartenance de droite soit liée au maintien des langues anciennes est cohérent avec les thèmes de SEL vus plus haut. Par contre le fait qu’être de gauche n’ait pas d’influence dans ce domaine ne s’explique que si l’on distingue entre le choix du grec et du latin. En effet on constate une attraction nette entre le grec et la gauche qui s’explique parce que le latin a longtemps été perçu à gauche comme la langue de la tradition religieuse tandis que le grec était vécu comme la langue de la source de la démocratie antique.

Quant au fait que ceux qui ne sont pas engagés soient ceux qui soient le plus en attraction avec l’abstention vis-à-vis des langues anciennes, cela manifeste précisément que faire étudier les langues anciennes à ses enfants relève d’un choix politique. Dans un prochain billet, nous pourrons remonter aux sources de cette situation, c’est à dire aux environs de la Révolution qui aura un effet déterminant sur l’implication politique du choix du latin.


2 réflexions au sujet de « Latin et politique. Deuxième partie : droite et gauche aujourd’hui »

  1. Tout d’abord, merci pour votre site qui répond à beaucoup de questions que je me pose. Je suis enseignant de français et de latin dans un collège de campagne, depuis quatre ans. Le collège compte cinq-cents élèves, j’ai dix-huit latinistes en 5ème, 11 en 4ème et 16 en 3ème. Je ne suis pas satisfait de ce score : j’aimerais avoir un peu plus de 20 élèves par niveau…

    Concernant le rapport entre le latin et l’orientation politique, je me considère personnellement comme un écolo de gauche ( c’est-à-dire que je donne la priorité aux questions d’environnement et aux questions sociales ) ; et si j’avais un enfant, je l’inscrirais en latin.

    Quelques remarques me viennent dans le désordre : d’abord, ce sont souvent les enfants qui choisissent l’option, j’ai peu d’élèves qui se sont vus imposer ce choix. J’étais ensuite très content de lire votre premier post, parce qu’il dit ce que je n’osais pas croire, tant c’est contraire à ce que j’entend normalement : le nombre de latinistes en 5ème est satisfaisant. C’est au fil des années que les arrêts se multiplient, avec le passage au lycée qui est catastrophique…

    Lors de ma première année d’enseignement, du fait d’erreurs de la collègue qui avait le poste avant moi et de nombreuses erreurs de ma part, presque tous les élèves voulaient arrêter… On a essayé de tenir mais une fois qu’un avait arrêté, c’était l’hémoragie. L’institution n’a pas de discours clair, aucun texte ne dit si un élève peut ou non arrêter. Mon principal, embarassé, disait qu’à la fin du cycle central, les élèves pouvaient le faire, notre inspecteur lui même nous conseille de laisser les élèves partir en fin de quatrième, en invoquant aussi la division en cycles.En fait, aucun texte officiel ne règle l’affaire. Je ne connais qu’une circulaire disant que l’option commencée en 5ème à vocation à se poursuivre au lycée… Donc, j’ai ensuite décidé, soutenu par la direction et par mes collègues dont certains n’avaient pas compris que certains élèves puissent arrêter, que les élèves ne pourraient pas arrêter l’option. Les réticents se sont tus… et depuis la question revient toujours un peu mais timidement.

    L’option latin a en effet un statut très particulier au collège : c’est la seule option facutative proposée en 5ème ; les élèves, dont les motivations sont fluctuentes et qui traversent quelques fois des phases de découragement, comme c’est normal, et comme ça nous arrive à tous, ou qui en effet bloquent complément sur cet apprentissage, les élèves donc ont la possiblité de choisir… Les copains restent dans la cour, eux se rajoutent du travail.

    J’observe aussi que, finalement, pas mal de mes élèves sont intéressés et que le contenu de ce qu’on appelle maintenant \Langues et cultures de l’Antiquité\, dans les nouveaux programmes, est suffisament varié pour satisfaire du monde, quand on ne s’y prend pas trop mal… J’ai des collègues qui ont beaucoup d’élèves en collège ! Je connais un collège de ZEp de 300 élèves qui a deux groupes de latinistes par niveau.

    Autre réflexion : la place de la langue dans le cours de langues anciennes… Je suis personnellement passionné par la langue et sa matière, les questions de civilisations, les realia ne m’intéressaient que ponctuellement et quand j’étais collégien, je ne faisais que de la grammaire.

    Quand j’étais à la Sorbonne, il y avait débat à l’UFR de lettres classiques, concernant les cours proposés dans la formation de lettres modernes ; certains enseignants voulaient proposer des cours de latin… sans latin c’est-à-dire des cours de civilisation latine, dans lesquels on travaille à partir de textes traduits. Une vive polémique était née.

    Pour le lycée enfin, j’ai chaque année un élève ou deux qui poursuit une langue ancienne. C’est peu, je ne sais pas où est la cause. J’ai observé que jamais mes collègues professeur principal de 3ème ne conseillaient la poursuite du latin ; je commence à le faire de manière plus vive, je ne sais pas si je parviendrais à changer quelque chose… Il y a beaucoup d’options, sur tout un tas de sujet, des classes européennes, du chinois… J’ai vu un élève débordé en latin prendre le chinois… Il a arrêté au bout d’un an, personne ne lui avait dit que c’était dur aussi, le chinois… Une autre élève, brillante celle-ci, voudrait continuer mais elle a peur, comme elle veut faire S, de renoncer en seconde à une option scientifique qui pourrait lui offrir de nouveaux horizons, comme techniques de laboratoire…
    Tout cela me déconcerte un peu : le latin et le grec ne s’apprennent qu’à l’école… Un an à l’étranger suffit pour apprendre une langue vivante…

    Pour conclure, j’ai le sentiment en effet, que certains ennemis sont au ministère, à l’inspection académique ; mais pas toujours : dans la nouvelle réforme des lycées, les élèves en 2nde peuvent prendre latin ou grec en option facultative ( ce qui ajoute trois heures à leur emploi du temps chargé ), ou en enseignement d’exploration : normalement, ces enseignements sont de 1h30, le latin et le grec ont un sort à part et restent de trois heures : les élèves ne s’ajoutent donc qu’une heure et demie. Pour une fois, c’est une -petite bonne nouvelle.

    J’arrête parce que j »ai été long et peut-être pas toujours clair… Bonne nuit !

    Nicolas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *