Virgile, Bucoliques, 4e églogue, Augustin et Jérôme

Composée en l’honneur d’un fils de Pollion, protecteur influent de Virgile, la 4e églogue a été interprétée en milieu chrétien comme une prophétie analogue à celles de l’Ancien Testament ou des oracles sibyllins (d’ailleurs cités au vers 4), du fait du destin illustre, messianique aux yeux des chrétiens, promis à cet enfant. Nous verrons donc comme Saint-Augustin utilise ce texte et comment Saint-Jérôme lui répond.

En voici les 16 premiers vers  (pour texte et présentation cf. première églogue) :

Sicelides Musae,
_____paulo maiora
canamus.
Muses de Sicile, chantons [des choses] un peu plus élevées

non omnis
_____arbusta
iuvant
_____humilesque myricae;
tous n’aiment pas les arbres et les humbles bruyères

si canimus silvas, silvae sint consule dignae.
si nous chantons les forêts, que les forêts soient dignes d’un consul

Ultima
_____Cumaei
__________venit iam
_____carminis
aetas;
Le dernier âge du chant [de la sybille] de Cumes est déjà arrivé

magnus
_______________ab integro
_____saeclorum
__________nascitur
ordo.
Une grande série de siècles est née à nouveau

iam redit et Virgo, redeunt Saturnia regna,
Déjà revient aussi la Vierge, revient l’empire de Saturne

iam nova progenies
_____caelo
demittitur
_____alto
Déjà une nouvelle race est envoyée du haut des cieux

tu modo
__________nascenti puero,
__________quo
__________ferrea primum desinet ac
________________toto
___________surget gens aurea
________________mundo,
_____casta
fave
_____Lucina
Toi du moins, sois favorable chaste Lucine,  à l’enfant naissant par lequel cessera d’abord [la race] du fer et s’élèvera la race de l’or dans le monde entier

tuus iam regnat Apollo
Déjà règne ton Apollon.

Teque adeo
__________decus hoc aevi,
te consule,
_____inibit,
Pollio,
Et c’est toi, précisément toi étant consul, Pollion, qui initiera cette gloire de notre siècle

et
_____incipient
magni
_____procedere
menses;
et les grand mois commenceront à avancer,

te duce, si qua
__________manent
_____sceleris
vestigia
_____nostri,
toi étant le guide, si quelques traces de nos crimes subsistent

inrita
_____perpetua
solvent
_____formidine
terras.
[ces traces] rendues sans effet, libèreront les terres d’une crainte perpétuelle.

Augustin, dans la Cité de Dieu, (Livre X, chapitre XXVII), se penche sur ce texte et dit en parlant du Christ :

de quo etiam poeta nobilissimus
Lui [le Christ] dont le plus prestigieux des poètes
_____poetice quidem
_____à la manière d’un poète, sans doute
_____quia in
__________alterius
_____ adumbrata persona
_____car en vue de la personne apparente d’un autre
_____veraciter tamen, si ad ipsum referas,
_____en vérité pourtant, si tu fais référence à Lui.
dixit
a dit

« Te duce, si qua manent sceleris vestigia nostri,
Inrita perpetua solvent formidine terras. »
« Sous ta conduite, s’il demeure quelque chose de nos crimes,
cela s’effacera, et la terre sera délivrée de son interminable peur » [1]

_____Ea
quippe dixit,
_____quae
__________etiam multum proficientium in uirtute iustitiae
_____possunt
Il dit donc : chez ceux qui peuvent beaucoup de progrès dans la vertu de justice

propter huius vitae infirmitatem, etsi non scelera, scelerum tamen manere vestigia,
du fait des infirmités de cette vie, sans être des crimes, demeurent cependant des traces de crimes [2]

quae non nisi ab illo salvatore sanantur,.
qui ne peuvent être guéries si ce n’est pas ce Sauveur,

de quo iste versus expressus est
dont il est question dans ce vers

Nam utique non hoc a se ipso se dixisse Vergilius in eclogae ipsius
car en tout cas Virgile ne dis pas ces choses en son propre nom dans son églogue

quarto ferme versu indicat,
ce qu’indique à peu près son quatrième vers

ubi ait: Ultima Cumaei venit iam carminis aetas;
où il dit  « Le dernier âge du chant de Cumes est déjà arrivé »

unde hoc a Cumaea Sibylla dictum esse incunctanter apparet
d’où il apparait sans hésitation que cela est dit par la Sybille de Cumes.

Augustin, admirateur de Virgile (poeta nobilissimus), a une attitude ambigüe : il reconnait que celui-ci s’exprime à la manière d’une poète et que ce qu’il dit de l’enfant s’adresse au fils de Polion (quia in alterius  adumbrata persona) mais que la référence à la Sybille de Cumes fait que Virgile ne parle pas en son nom propre et est d’une certaine façon inspiré, prophétique. Il annonce en effet, sous le signe de la Vierge un enfant envoyé des cieux qui rétablira un âge d’or, ce qui peut être compris comme des allusions au Christ, né de la Vierge, envoyé par Dieu pour être le Sauveur du monde.

Jérôme par contre, est très critique  envers ceux (comme Augustin) qui ont encore des faiblesses vis-à-vis de la littérature profane, bien que, comme on l’a vu, il se fasse à l’occasion des reproches à lui-même sur cette question.

Taceo de meis similibus,
Je ne dis rien de mes pareils

qui si forte ad scripturas sanctas post saeculares litteras venerint
qui si par hasard sont venus aux Ecritures saintes après [l’étude de ] la littérature profane

et sermone conposito aurem populi mulserint
et par un langage arrangé adoucissent l’oreille du peuple

quicquid dixerint, hoc legem Dei putant
quoiqu’ils disent, ils pensent que c’est la loi de Dieu.
(…)
Quasi non legerimus Homerocentonas et Vergiliocentonas
comme si nous n’avions pas lu les centons [3] d’Homère et les centons de Virgile

ac non sic etiam Maronem sine Christo possimus dicere Christianum, quia scripserit
comme si même Maron [Virgile = Publius Vergilius Maro] sans le Christ, nous pouvions le dire Chrétien, parce qu’il a écrit :

« iam redit et virgo, redeunt Saturnia regna
iam nova progenies caelo demittitur alto »

« Déjà revient aussi la Vierge, revient l’empire de Saturne
Déjà une nouvelle race est envoyée du haut des cieux
 »
(…)
puerilia sunt haec et circulatorum ludo similia
ce sont là des enfantillages, semblables au jeu des charlatans

docere quod ignores, immo, ut cum stomacho loquar,
d’enseigner ce que tu ignores, bien plus, si je parle avec humeur,

nec hoc quidem scire quid nescias
de ne pas même savoir ce que tu ne sais pas [4]

La mauvaise humeur de Jérôme est bien connue : nous verrons dans un prochain billet l’impact de la 4e églogue au Moyen Âge et plus avant.

***

Sur la page actualité :

Victoria concordia crescit

Postface de “Frontin et les aqueducs de Rome”


[1] Traduction Jerphagnon, édition de la Pléiade.
[2] allusion au péché originel.
[3] centon, genre littéraire fait de morceaux d’un auteur, le mot « patchwork » conviendrait bien aujourd’hui car cento au singulier signifie un ensemble de pièces d’étoffes disparates cousues ensemble.
[4] Lettre LIII à Paulin, prêtre. D’une manière générale on peut consulter Pierre Courcelle, « Les exégèses chrétiennes de la quatrième Églogue », Opuscula selecta, Etudes augustiniennes, 1984 (reprise d’un article paru dans la Revue des études anciennes en 1957)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *