Comparer les traductions (1)

Nous avons vu dans le précédent billet, que les traductions pouvaient se situer dans une opposition entre langue source et langue cible. Nous avions terminé en précisant que la traduction avait à rendre compte d’un milieu source pour l’adapter à un milieu cible. Je vais tenter ici, en m’appuyant sur le troisième chapitre « comment traduire ? » du livre de Georges Mounin, Les belles infidèles [1], de donner un cadre théorique à cette opposition. J’espère ainsi pouvoir aider les élèves à se livrer à cet exercice recommandé de comparaisons de traductions : je prendrai mes exemples pour ce premier billet dans des traductions des Bucoliques.

Cadre théorique général

Le principe général repose donc sur le fait qu’un texte à traduire a été écrit :
– dans une langue donnée (langue source) dont la structure est plus ou moins distante de la langue en laquelle on veut la traduire (langue cible) ;
– à une époque plus ou moins lointaine
– dans une civilisation, une culture (au sens anthropologique) plus ou moins distante de celle du traducteur.

Ces trois dimensions (langue, époque, culture) se combinent avec le désir du traducteur de vouloir rester près de la source (par exemple pour bien montrer qu’il s’agit d’une traduction), ou de vouloir être au plus près de sa cible en gommant le plus qu’il peut la distance.

Appliquons ce schéma à des cas typiques où il n’y a qu’un seul cas de distanciation sur les trois possibles :

1) seule différence de langue.

C’est le cas de la traduction ordinaire où seule varie la structure de la langue. C’est le le cas fréquent de la traduction de l’anglais vers le français d’un texte de journal ou d’une notice technique. Il n’y a pas de grandes différences de structure entre les deux langues, pas de distance temporelle, une culture commune. Une traduction transparente tournée vers la cible  est alors possible et fréquente.

Quand on lit sur un paquet de biscuits : Zonder kunstmatige kleurstoffen / Sans colorants artificiels / Ohne künstliche Farbstoffe / No artificial colours ; on peut toucher du doigt la parfaite correspondance des structures linguistiques du français et de l’anglais où l’on repère deux mots de même origine sur trois, permutés simplement par la place réciproque du nom et de l’adjectif dans les deux langues. Entre l’allemand et le néerlandais, on retrouve la racine art de artificiel exprimée par la racine kunst (équivalent grec gignosko, latin (g)nosco). Pour le colorant, stoffe, matière, commun aux deux langues (et est à l’origine de l’étoffe du français) ; quant à kleur  du néerlandais, il est de même origine que couleur. On remarquera que pour les privatifs, zonder et sans dérivent de sine.

Les structures linguistiques sont proches, la culture du biscuit semble proche (mais de toute façon la législation européenne y met bon ordre) et donc les traductions sont transparentes.

Quand on a une perception de distance, que la traduction n’est pas transparente, on dit alors à juste titre qu’elle est mal faite (faite par exemple en utilisant une traduction automatique).

2) seule différence d’époque.

Même langue, même culture, distance temporelle : lire les auteurs français en remontant dans les siècles ne pose pas de problème, au moins au début, avec une perception progressive du changement linguistique qui devient très perceptible au 17e siècle puis gênante au 16e. On n’éprouve pas le besoin de traduire les pensées de Pascal mais on traduit Rabelais : en fait on n’ose pas dire qu’on le traduit, on dit qu’on le translate [2] . Prenons un exemple (p. 147).

Adoncques partirent luy et Prelonguand, escuyer de Vauguyon, et sans effroy espièrent de tout coustez.

On pourrait penser que la seule adaptation orthographique (qui est faite de manière transparente pour les pièces de théâtre du répertoire classique) suffirait. Mais la traduction est nécessaire à la compréhension de certains mots : on pourrait éventuellement se rendre compte que coustez a évolué en côtés avec deux transformations assez fréquentes du s en circonflexe et du z en s. Mais espièrent  bien que dérivé de specere, regarder, reste incompréhensible du fait de l’origine commune avec épier.

Il partit donc avec Prelinguand, écuyer de Vauguyon, et sans crainte ils observèrent de tous côtés.

3) seule différence de culture.

Pour ce qui est de la traduction d’un texte, le cas est assez théorique car il suppose même langue et même époque. Il faudrait explorer la littérature française du Québec, d’Haïti ou d’Afrique francophone. Cependant on rencontre ce phénomène à propos d’expressions qui doivent être traduites : si un enfant français va au gymnase, c’est pour y faire du sport (ou de la gymnastique) ; si un enfant à Lausanne va au gymnase, c’est pour y suivre sa scolarité secondaire.

***

Examinons maintenant comment on peut neutraliser ces différences : comparons des traductions des Bucoliques en notant que si le genre de l’églogue a franchi les siècles et peut encore être compris assez bien, les allusions liées à l’époque, ce n’est pas la traduction qui les prend en compte, ce sont des notes. Nous pouvons donc nous centrer sur la différence des langues.

Prenons les cinq premiers vers de la première Bucolique qu’on peut supposer bien dans l’oreille de chacun. Je reprends d’abord la présentation donnée précédemment.

(1)
Tityre, tu
_____patulae
recubans
sub tegmine
_____fagi
Tityre, toi tu es allongé sous la protection d’un vaste hêtre

(2)
_____silvestrem
__________tenui
_____Musam
meditaris
__________avena
tu t’exerces à un chant champêtre sur ta petite flute

(3)
nos
_____patriae finis et
_____dulcia
linquimus
_____arva.
nous, nous abandonnons le pays des ancêtres et [nos] douces campagnes

(4)
nos patriam fugimus; tu, Tityre, lentus in umbra
nous, nous quittons la patrie et toi, Tityre, calme à l’ombre

(5)
_____Formosam
resonare doces
_____Amaryllida
silvas.
tu apprends à faire résonner les forêts de “douce Amaryllis”

Notons d’abord que cette présentation interlinéaire indentée n’est pas une traduction mais une présentation dont la finalité est d’aider à comprendre la langue source. C’est donc un « traduction » entièrement tournée vers la langue source qui n’hésite pas quelques fois à heurter la langue cible.

Soit maintenant deux traductions : celle de Maurice Rat [3] qui dit avoir travaillé dans un « esprit de probe exactitude littérale » (p.27)

Tytire, couché sous le dôme d’un vaste hêtre, tu essaies un air sylvestre sur ton léger pipeau ; et nous, nous quittons le sol de notre patrie et nos doux champs ; nous fuyons notre patrie ; toi, Tytire, étendu à l’ombre, tu apprends aux forêts à répéter le nom de la belle Amaryllis.

et celle des Belles Lettres dont on connait le souci d’exactitude : [4]

Toi, Tityre, étendu sous le couvert d’un large hêtre, tu essaies un air silvestre sur un mince pipeau ; nous autres, nous quittons notre pays et nos chères campagnes ; loin du pays nous sommes exilés ; toi, Tityre, nonchalant sous l’ombrage, tu apprends aux bois à redire le nom de la belle Amaryllis.

Même si les deux traductions se veulent exactes, elles divergent sur beaucoup de points, mineurs il est vrai, que l’on peut classer sous deux rubriques :

1) un plus grand souci chez Rat de la cible qui lui fait préférer un français plus courant qu’aux Belles-Lettre où l’on reste plus près de la source et dont la traduction  est perçue de ce fait comme plus littérale.

Les vocatifs du vers 1, Tytyre tu ou du vers 4, tu Tytire sont rendus par toi, Tytire sauf le Tityre seul du premier vers de Rat. Le français n’a pour rendre le vocatif que le poétique Ô Tityre (qu’utilisera, on le verra plus loin Paul Valéry) mais mettre ou ne pas mettre le Toi à l’initiale du texte est une bonne illustration de l’opposition entre le souci de la langue source et celui du lecteur de la langue cible. Commencer par Toi, Tityre, c’est être soucieux de la source, montrer qu’il s’agit bien d’une traduction car si la phrase française est comprise sans difficulté, ne pas mettre le Toi à l’initiale , est plus conforme au français où le nom propre Tityre devient simplement sujet de la phrase, repris d’ailleurs après l’incise (et dans les deux traductions) par tu essaies. Même situation pour la traduction de nos…linquimus traduit (lourdement) aux Belles-Lettres par nous autres, nous quittons mais parfaitement (c’est à dire au nom des canons de la langue française) rendu par Rat en utilisant et nous, nous quittons.

De même, et le reste des traductions est dans la même logique, tenui avena est rendu par sur ton léger pipeau par Rat et sur un mince pipeau aux Belles-Lettres. Souligner l’appartenance personnelle du pipeau est conforme à l’habitude du français ; ne pas la rendre, c’est rester plus près de la source.

2) un souci aux Belles-Lettres de rendre compte du genre poétique en employant des mots français de ce registre.

Recubans devient couché (Rat) ou étendu (Belles-Lettres) : le souci de donner un style poétique à la traduction des Belles-Lettres a conduit à utiliser un mot moins prosaïque que couché, étendu étant jugé plus poétique. On peut faire le même raisonnement pour tegmine rendu par dôme par Rat et par couvert aux Belles-Lettres ou bien encore pour lentus in umbra rendu par Rat étendu à l’ombre et par les Belles-Lettres nonchalant sous l’ombrage.

La traduction des Belles-Lettres pose cependant quelques problèmes :

silvestrem est orthographié sylvestre par Rat et silvestre sans y aux Belles-Lettres : est-ce involontaire ? C’est peu probable du fait de plusieurs révisions depuis la première édition : on peut faire l’hypothèse qu’en employant une orthographe datée mais plus étymologique, les Belles-Lettres aient voulu rester plus près de la source.

– traduire tenui par mince pose un problème car mince en français s’utilise surtout pour parler d’une faible épaisseur, et donc évoquer l’épaisseur de ce qui est cylindrique peut sembler peu opportun.

– traduire nos patriam fugimus par loin du pays nous sommes exilés devient de la paraphrase alors que le nous fuyons notre patrie de Rat est beaucoup plus près de la source en admettant que le et nous antérieur vaut pour aussi pour cette nouvelle phrase.

Le problème du rendu du genre poétique est pris en compte par la traduction de Paul Valéry [5] : celui-ci dans une introduction expose ses choix :

« S’agissant donc pour moi de traduire ligne pour ligne, le fameux texte de Virgile en français, et n’étant disposé à admettre, de moi comme des autres, qu’une traduction aussi fidèle que la différence des langues le permit, mon premier mouvement fut de renoncer à exécuter l’ouvrage qui m’était demandé. Rien ne me désignait pour l’accomplir. Mon peu de latin d’écolier était, depuis cinquante-cinq ans, réduit au souvenir de son souvenir; et tant d’hommes des plus lettrés et des plus érudits (sans compter les autres) s’étant, au cours de trois ou quatre siècles, exercés à la traduction de ces poèmes, je ne pouvais espérer que de faire plus mal ce qu’ils avaient accompli supérieurement. J’ajoute, je confesse que les thèmes bucoliques n’excitent pas furieusement mon courage. (p.302)

« M’étant juré sur ce Virgile d’enfant d’être aussi fidèle que possible au texte de ces pièces de circonstance que dix-neuf siècles de gloire ont faites vénérables et quasi-sacrées, et considérant la condition que j’ai dite de la correspondance ligne pour ligne du Virgile selon Virgile et du Virgile selon moi, j’ai pris le parti de faire vers pour vers, et d’écrire un alexandrin en regard de chaque hexamètre. Toutefois, je n’ai même pas songé à faire rimer ces alexandrins, ce qui m’eût assurément contraint à en prendre trop à mon aise avec le texte, tandis que je ne me suis guère permis que des omissions de détail. D’autre part, l’usage du vers m’a rendu çà et là plus facile, et comme plus naturelle, la recherche d’une certaine harmonie sans laquelle, s’agissant de poésie, la fidélité restreinte au sens est une manière de trahison. Que d’ouvrages de poésie réduits en prose, c’est-à-dire à leur substance significative, n’existent littéralement plus! Ce sont des préparations anatomiques, des oiseaux morts. « (p.303)

Résumons les choix de Valéry :

Ne pas rendre Virgile sous une forme poétique est presque criminel mais ce ne sont pas des mots « poétiques » qui vont rendre compte de cette forme mais une versification française en alexandrins non rimés. L’idée sous-jacente est de produire, par les moyens de la langue cible, un des effets de la langue source.

Comme l’alexandrin entraine des contraintes, des « omissions de détail » sont inévitables mais il autorise le cas échéant une « certaine harmonie », cas que nous tenterons d’observer.

Voici son texte :

Ô Tityre, tandis qu’à l’aise sous le hêtre,
Tu cherches sur ta flûte un petit air champêtre,
Nous, nous abandonnons le doux terroir natal,
Nous fuyons la patrie, et toi, tranquille à l’ombre,
Tu fais chanter au bois le nom d’Amaryllis.

Nous avons déjà repéré le « Ô Tityre », forme poétique du vocatif latin mais Valéry utilise des formes poétiques, celle-ci et l’alexandrin et non des mots poétiques : il utilise plutôt un vocabulaire du français courant : « à l’aise sous le hêtre », « un petit air champêtre », « tranquille à l’ombre »

Cherchons les omissions de détail ou les recherches d’harmonies

– le couvert du hêtre a disparu (tegmine)

– le tenui de tenui avena est passé de la flute au petit air. Du point de vue du latin, c’est impossible mais le « petit air champêtre » est une harmonie voulue, et bénéfique.

– au vers 3 patriae fines et dulcia arva ont été condensés en « le doux terroir natal » où natal fait référence à patriae.

« L’air champêtre » de Valéry vient peut-être de la traduction de 1856 d’Auguste Desportes, poète et auteur dramatique, bibliothécaire à la Bibliothèque de l’Arsenal à Paris, publiée dans la collection dite juxtalinéaire [6].

Heureux Tytire ! assis sous le feuillage d’un hêtre touffu, tu médites un air champêtre sur les légers pipeaux : nous, exilés du pays de nos pères, nous abandonnons ces douces campagnes : nous fuyons notre patrie ; toi, Tityre, mollement étendu sous l’ombrage, tu apprends aux forêts à répéter le nom de la belle Amaryllis.

De cette traduction on peut dire que « Heureux Tytire » est une manière détournée de traduire le vocatif, mais est de l’ordre de la paraphrase ; que « méditer » un air champêtre ne semble pas très heureux ; que « exilés » est aussi une amplification.

L’introduction de Valéry intitulée « Variations sur les Bucoliques » dont j’ai déjà cité quelques extraits mérite une lecture intégrale (p.301-314 cf. note 5) pour la pertinence de la réflexion sur la forme poétique : il y fustige par ailleurs la pratique scolaire de son époque parce que faire admirer les beautés de Virgile à des enfants par le biais d’un apprentissage de la langue lui semble contre nature.
Il vient d’évoquer le fait de s’être identifié, en traduisant, avec Virgile produisant son poème :

« Mon illusoire identification me dissipait d’un coup l’atmosphère d’école, d’ennui, le souvenir d’heures perdues et d’horaires rigides qui pèsent sur ces malheureux bergers, sur leurs troupeaux et leurs amours de divers genres, et que la vue de mon «  livre classique » me restitue. Je ne sais rien de plus barbare, de plus infructueux et, donc, de plus bête qu’un système d’études qui confond la prétendue acquisition d’une langue avec la prétendue intelligence et jouissance d’une littérature. On fait ânonner des merveilles de poésie ou de prose par des enfants trébuchant à chaque mot, égarés dans un vocabulaire et une syntaxe qui ne leur apprennent que leur ignorance, cependant qu’ils savent bien et trop bien que ce travail forcé ne va à rien et qu’ils abandonneront avec soulagement tous ces grands hommes dont on leur a fait des agents de torture et de contrôle, et toutes ces beautés dont la fréquentation précoce et impérative n’engendre, chez la plupart, que le dégout. » (p. 310)

Quand on pratique à ce point l’art poétique, on a le droit de dire cela sans être suspecté d’incompétence ou de mépris.

(à suivre)


[1] Georges Mounin, Les belles infidèles, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994 (1ère édition 1955).
[2] Rabelais, Œuvres complètes, Guy Demerson (éd.) « avec une translation due à [12 auteurs cités] », Seuil, 1973
[3] Virgile, Les Bucoliques, les Géorgiques, Traduction de Maurice Rat, GF Flammarion, 1967
[4] Virgile, Bucoliques, texte établi et traduit par E. de Saint-Denis, Les Belles Lettres, 1ère édition 1967.
[5] Virgile, Bucoliques Traduites par Paul Valéry, Géorgiques Traduites par Jacques Delille, Gallimard, folio classique, 1997
[6] Site des juxtalinéaires réalisation Thierry Liotard


Une réflexion au sujet de « Comparer les traductions (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *