Comparer les traductions (2)

Nous continuons notre examen de la comparaison de traductions en prenant le cas d’une traduction célèbre, celle de la Bible par Luther dont on dit souvent qu’elle est à l’origine de l’allemand moderne, ce qui est une pieuse légende mais qui est exact en ce qui concerne le vocabulaire théologique, qu’il a fait passer du latin à l’allemand, et au-delà le vocabulaire philosophique en initiant le débat sur la liberté humaine [1]. Si cette traduction a eu un si grand retentissement, c’est parce que Luther a décidé, en ce qui concerne le choix du milieu source ou du milieu cible, de se tourner résolument vers le peuple allemand de son époque. Il s’en explique dans son Épitre sur l’art de traduire où il dit que ce n’est pas par l’étude du latin qu’on apprend à parler allemand si l’on veut se faire comprendre de tous :

« c’est à la mère dans la maison qu’il faut s’adresser, aux enfants dans la rue, à l’homme du commun au marché, regarder comment parle leur bouche et traduire en respectant leur leçon, car c’est alors qu’ils vous comprendront et auront le sentiment que vous leur parlez allemand » [2] (p.75).

Luther, dans la perspective de rendre accessible l’Écriture, veut dégager les obstacles à la lecture et il a le sentiment que dans sa traduction « rien ne laisse plus soupçonner les pierres et les roches qui barraient le passage » (p. 170), ce qui explique le succès de sa traduction.

Prenons l’exemple d’Isaïe chapitre 5 où le prophète compare le peuple d’Israël à une vigne cultivée avec soin, qui ne produit pas et qui sera détruite. Au verset 7 il donne la clé de la parabole en disant que la vigne, c’est Israël, que le propriétaire, c’est Dieu et qu’il a été déçu dans ses attentes. Pour exprimer cette réalité, un jeu de mot est fait entre mišpat, exprimant la notion de droit, qui était attendu, et mispâh, le sang versé (sens approximatif), qui est arrivé.

Luther simplifie la traduction en ne cherchant pas à rendre compte du jeu de mots et utilise l’opposition Recht (droit) / Schinderei (écorchage ; mauvais traitement au figuré). Nous verrons plus loin comment d’autres traductions ont résolu ce problème.

Cependant, Luther est conscient que dans certains cas, il faut être plus proche de la source :

« parfois, pour certains passages dont la forme est importante, il m’est arrivé de ne pas m’écarter des mots du texte original : nous nous sommes appliqués, mes collègues et moi à suivre à la lettre la formulation grecque. Dans Jean 6 par exemple, nous aurions pu proposer pour rendre les paroles prononcées par le Christ « c’est lui que le Père, qui est Dieu, a marqué de son sceau » par un tour plus allemand tel que « c’est lui que le Père a désigné » ou « c’est à lui que pense Dieu le Père ». Mais j’ai préféré déroger aux habitudes de la langue allemande plutôt que de m’écarter du texte grec «  (p. 87-88)

Inversement, il n’hésite pas à ajouter un mot dans le texte fondamental de l’épitre aux romains de Paul, 3, 28 sur la justification par la foi, dont il est intéressant de regarder l’original grec et la traduction de Jérôme :

logidzometha gar
arbitremur enim
diakaiousthai
justificari
_____pistei
_____per fidem
anthrôpon
hominem
_____khôris ergôn nomou
_____sine operibus legis

Ce texte est central pour Luther car, rappelons-le, il avait tenté en vain de lutter pour sortir de l’emprise du péché par ses propres forces. S’avouant vaincu, il trouve la sécurité dans l’acceptation du don divin. En langage théologique, être reconnu apte à paraitre devant Dieu, cela s’appelle être juste, être justifié aux yeux de Dieu ; faire des efforts, utiliser ses propres forces pour respecter les normes, ce sont les « œuvres de la loi » ; mettre seulement sa confiance en Dieu, c’est « avoir la foi ». Il faut bien voir qu’avoir la foi en régime catholique aujourd’hui a pris, précisément depuis la Réforme, un sens particulier qui n’est pas celui de Luther qui met l’accent sur le fait que, par la foi, on reconnait son imperfection et que l’on fait confiance. [3]

L’importance de la foi fait que Luther a traduit « par la foi » en ajoutant « par la foi seule » et il est bien conscient que c’est pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés qu’il a dû ajouter allein dans sa traduction :

So halten wir nun dafür,
Par conséquent nous jugeons
daß der Mensch gerecht werde
que l’homme est justifié
ohne des Gesetzes Werke,
sans les œuvres de la loi
allein durch den Glauben.
par la foi seule.

La « sola fide », puisque le latin a servi ici, est une explicitation de la prise de conscience de Luther mais elle est raisonnable dans la mesure où on trouve cette même formule chez Origène et dans un commentaire de Thomas d’Aquin [4].

Ce texte de Romains 3, 28, au cœur de la controverse entre catholiques et protestants a joué un rôle de pierre de touche au moment où, dans les années soixante, une traduction œcuménique de la Bible (TOB) a été envisagée. En effet, il a semblé que si la traduction de l’épitre aux Romains pouvait conduire à un texte commun, tout le reste pourrait se faire. L’accord a pu être réalisé en restant près du texte grec et en traduisant « nous estimons en effet que l’homme est justifié par la foi, indépendamment des œuvres de la loi », mais une note indique que :

« Dans sa traduction de l’épitre aux Romains, Luther ajouta un mot : « l’homme est justifié par la foi seulement ». Cette adjonction a donné lieu au temps de la Réforme à une vive polémique. Elle ne trahit cependant pas la pensée de Paul qui, dans ce passage, vise à retirer tout rôle aux œuvres dans la justification du pécheur. » [5].

Ce modus vivendi œcuménique sous forme d’une traduction tournée vers la source et d’une note explicative spéciale a perduré mais la note s’est enrichie du texte suivant qui justifie l’ajout de Luther non seulement au plan théologique mais aussi au plan linguistique :

« Pour Paul, la foi est le seul chemin vers la miséricorde de Dieu. Du point de vue linguistique, cette adjonction est même nécessaire, si l’on admet que Paul pense à la manière sémite, car l’araméen omet le mot « seulement » là où l’usage occidental le considère comme indispensable » [6].

Autres comparaisons

Reprenons l’exemple d’Isaïe 5, 7 : la première traduction du texte hébreu est celle en grec de la version de la Septante. Rappelons le jeu de mots : Dieu attendait d’Israël le droit (mišpat) et c’est le sang versé (mispâh) qui est arrivé. La septante oppose krisin (jugement) et anomian (absence de loi, désordre). Jérôme oppose judicium (jugement) et iniquitas (injustice). A l’époque de Luther,  on voit apparaitre une traduction qui essaie de rendre le jeu de mots, il s’agit de la traduction de Sébastien Castellion, qui date de 1555 et qui écrit : « il espérait droiture, et voici blessure » [7]

Pour ce qui est des traductions françaises contemporaines on relève trois manières de faire : une traduction qui tente de rendre l’effet du jeu de mots par une rime mais en acceptant une distance avec le texte hébreu :
« Il attendait le droit et ne vient que l’effroi », Bayard, 2001

des traductions qui y renoncent et restent fidèles aux mots de l’hébreu :
« Il en attendait l’innocence et c’est du sang » Bible de Jérusalem, 1955
« Il en attendait le droit, et c’est l’injustice » TOB, 1975

il y a enfin une traduction qui parvient à garder le sens de l’hébreu et à suggérer le jeu de mots :
« Il en attendait l’équité, et c’est le sang versé » Trad. Osty-Trinquet, 1973

***

Terminons par ce beau français vieilli de Castellion, toujours dans Romains 3 mais au verset 27, où Paul souligne que celui qui croit ne peut se glorifier de sa foi : Où est la vantance ? Elle est forclose.

 

Sur la page Actualité : Parution récente sur le même sujet : Traduire la Bible en français


 

[1] Comme le signale Philippe Büttgen dans son introduction à Martin Luther, De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible. La naissance de l’allemand philosophique, Seuil, 1996.
[2] cité par Catherine Bocquet, L’art de la traduction selon Martin Luther ou lorsque le traducteur se fait missionnaire, Arras, Artois presses université, 2000.
[3] cf. Lucien Febvre, Un destin : Martin Luther, Presses Universitaires de France, 1968, p. 31-36, première édition 1928.
[4] Simon Légasse, L’épitre de Paul aux Romains, Cerf, 2002, note 135 de la page 284.
[5] Épitre aux Romains. TOB. Traduction œcuménique de la Bible, Alliance biblique universelle / Les éditions du Cerf, 1967, p.47.
[6] Nouveau Testament, TOB traduction œcuménique, édition intégrale, Cerf / Société biblique française, 2000, p. 439.
[7] La Bible: 1555 / nouvellement translatée par Sébastien Castellion, Bayard, 2005


3 réflexions sur « Comparer les traductions (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *