Locke et la question du latin

Si Thomas Hobbes (1588-1679) a vu venir la guerre civile en Angleterre et s’est exilé parce que le camp républicain l’emportait, John Locke (1632-1704) l’a vue se déclencher quand il avait 10 ans alors que son père appartenait à l’armée républicaine. Ces deux penseurs de la vie politique ont eu à la suite de ces évènements une grande importance sur la réflexion théorique.

Locke a également écrit en latin et nous étudierons bientôt un de ses textes mais il a aussi réfléchi sur la question du latin dans un texte célèbre « Quelques pensées sur l’éducation » [1] où il rassemble et publie en 1693 des lettres écrites pour un correspondant qui lui demandait des conseils à ce sujet. En voici les principaux passages :

162. Quand l’enfant sait parler sa langue maternelle, il est temps de lui apprendre quelque autre langue. Chez nous, personne n’en doute, c’est le français qu’il faut choisir. La raison en est que dans notre pays on est généralement familiarisé avec la véritable méthode qui convient pour enseigner cette langue, et qui consiste à la parler avec les enfants, toutes les fois qu’on s’entretient avec eux, sans faire intervenir les règles grammaticales. On pourrait apprendre aisément la langue latine par les mêmes procédés, si le maître, restant constamment avec l’enfant, ne lui parlait que latin et l’obligeait aussi à répondre en latin. (…)

163. Lorsque l’enfant sait bien parler et bien lire en français, résultat qui peut être atteint d’après cette méthode en un an ou deux, il faut le mettre au latin; et l’on peut s’étonner que les parents, qui ont vu par expérience comment on apprenait le français, ne sachent pas comprendre qu’on doit apprendre le latin de la même manière, c’est-à-dire en causant et en lisant.

Locke prend acte du fait que la langue française est en train de s’imposer comme langue du savoir et de la diplomatie : c’est ce que soulignera le concours de la Classe des Belles lettres de l’Académie de Berlin pour son prix de 1784 « Qu’est-ce qui a rendu la langue française la Langue universelle de l’Europe ? À quelle cause doit-elle cette préférence ? » Concours remporté l’année suivante par Rivarol avec son Discours sur l’universalité de la langue française. Par ailleurs, comme beaucoup de pédagogues, il est bien conscient qu’une langue s’acquière par la pratique et il propose l’idéal de l’apprentissage du latin à la manière de Montaigne (Essais I, XXVI).

L’enseignement du latin n’est pas utile à tout le monde et Locke est conscient que la généralisation de l’enseignement du latin ne se justifie pas, sinon par la coutume, ce qu’un siècle plus tard, Louis-Sébastien Mercier, remettra en cause prenant acte du phénomène de la demande sociale (sur toutes ces questions voir le billet sur la critique du latin au 18e siècle).

164. Je considère le latin comme absolument nécessaire à l’éducation d’un gentleman. La mode, qui règne en toutes choses, en a si bien fait une partie essentielle de l’éducation qu’on oblige à l’étudier à coups de fouet, en y consacrant péniblement beaucoup d’heures d’un temps précieux, même les enfants qui une fois sortis de l’école n’auront plus rien à démêler avec le latin pendant le reste de leur vie. Peut-il y avoir rien de plus ridicule que de voir un père dépenser son argent et le temps de son fils, pour lui faire apprendre la langue des Romains, alors qu’il le destine au commerce, à une profession où, ne faisant aucun usage du latin, il ne peut manquer d’oublier le peu qu’il en a appris au collège et que neuf fois sur dix il a pris en dégoût, à cause des mauvais traitements que cette étude lui a valus ?

Locke, réaliste, sait bien que sa méthode d’apprentissage du latin comme une langue vivante a peu de chance d’être utilisée, il propose une autre solution :

167. Mais si vous ne pouvez mettre la main sur un précepteur qui parle bien le latin, qui soit en état d’enseigner à votre fils toutes les connaissances dont j’ai parlé et qui enfin puisse l’élever d’après la méthode que j’ai indiquée, le mieux sera de suivre la méthode qui s’en rapproche le plus : c’est-à-dire de prendre un livre facile et agréable, par exemple les Fables d’Ésope, et d’écrire sur deux lignes, l’une au-dessus de l’autre, d’une part la traduction anglaise, aussi littérale que possible, de l’autre le mot latin qui correspond à chacun des mots anglais. Faites lire à l’enfant chaque jour cette traduction, en y revenant plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il comprenne parfaitement le sens des mots latins ; passez ensuite à une autre fable, jusqu’à ce qu’il la possède aussi parfaitement, sans négliger de revenir sur celle qu’il a déjà apprise, afin de lui rafraîchir la mémoire. Lorsqu’il prend sa leçon d’écriture, donnez-lui ces traductions à copier, de sorte que, tout en exerçant sa main, il fasse aussi des  progrès dans la connaissance de la langue latine. Comme cette méthode est plus imparfaite que celle qui consisterait à lui parler latin, il sera nécessaire de lui faire apprendre exactement par cœur, d’abord la formation des verbes, ensuite les déclinaisons des noms et des pronoms, et de l’aider ainsi à se familiariser avec le génie et les usages de la langue latine, qui, pour marquer les diverses significations des verbes et des noms, a recours, non pas comme les langues modernes, à des particules et à des préfixes, mais à des terminaisons différentes des mots.

C’est tout ce qu’il lui faut de grammaire, ajoute-t-il, jusqu’au moment où il pourra lire lui-même des grammaires authentiques qui pour le débutant sont à proscrire :

On me demandera peut-être, si, d’après moi, la grammaire ne sert à rien. Ceux qui ont pris tant de peine pour ramener les diverses langues à des règles et à des lois, qui ont tant écrit sur les déclinaisons et les conjugaisons, sur les règles d’accord et sur la syntaxe, ont-ils donc perdu leur temps et inutilement travaillé? Je ne dis pas cela. La grammaire a aussi son rôle. Mais je crois pouvoir affirmer qu’on s’en embarrasse beaucoup plus qu’il n’est besoin, et qu’elle ne convient pas du tout à ceux que l’on accable de cette étude, j’entends les enfants de l’âge de ceux qui sont ordinairement soumis à ces épreuves, dans les écoles de grammaire. (…)

Il s’agit par conséquent de savoir à qui il faut enseigner la grammaire, et à quel âge. A ces questions je répondrai :

10 Il y a des hommes qui étudient les langues pour le commerce ordinaire de la société, pour la communication de leurs pensées dans la vie commune, sans avoir le dessein de les faire servir à d’autres usages. A ce point de vue, la méthode naturelle, qui consiste à apprendre une langue par l’usage, non seulement suffit, mais doit être préférée à toute autre, parce qu’elle est la plus courte et la plus simple. On peut donc répondre que, pour ceux qui ne font d’une langue que cet emploi-là, l’étude de la grammaire n’est pas nécessaire. (…)

20 Il y a d’autres personnes qui ont pour principale affaire dans ce monde de se servir de leur langue et de leur plume. Pour celle-là, il est convenable, sinon nécessaire, qu’elles sachent parler purement et correctement, afin qu’elles puissent faire pénétrer leurs pensées dans l’esprit des autres hommes avec le plus de facilité et de force possible. C’est pour cela que des façons de parler qui n’ont que cette qualité de se faire comprendre, ne passent pas pour suffire à un gentleman. Il faut donc qu’il étudie la grammaire, entre autres moyens d’apprendre à bien parler; mais ce doit être la grammaire de sa propre langue (…)

30 Il y a une troisième catégorie de gens qui s’appliquent à deux ou trois langues étrangères, mortes, et (comme on les appelle chez nous) savantes, qui les prennent pour objet d’étude et qui se font gloire de les connaître à fond. On n’en saurait douter, ceux qui se proposent l’étude d’une langue à ce point de vue, et qui veulent l’approfondir en critiques, doivent étudier avec soin la grammaire de cette langue. Je ne voudrais pas qu’on se méprît sur le sens de mes paroles, et qu’on m’accusât de mépriser le grec ou le latin. J’accorde que ce sont là des langues excellentes et d’une grande utilité ; j’accorde que dans cette partie du monde habité un homme ne peut être compté parmi les hommes instruits, si elles lui sont étrangères. Mais toutes les connaissances qu’un gentleman doit recueillir pour son usage chez les écrivains grecs et latins, je crois qu’il peut les obtenir sans étudier les grammaires de ces langues ; je crois que par la lecture seule il arrivera à comprendre ces auteurs autant qu’il lui est nécessaire. S’il doit plus tard et dans certaines occasions aller plus loin, s’il doit approfondir la grammaire et les finesses de l’une de ces deux langues, c’est ce qu’il décidera lui-même, lorsqu’il aura à étudier une question qui exige cette connaissance

Après ce refus de la grammaire pour les débutants, les premières lectures proposées devront être simples :

168. Lorsque, par l’application de la méthode qui mêle l’étude du latin à celle de l’anglais, l’enfant a acquis quelque connaissance de la langue latine, on peut alors le pousser un peu plus loin, en lui faisant lire quelque autre auteur latin, par exemple Justin ou Eutrope. Pour que la lecture et l’intelligence de ces auteurs lui causent le moins d’ennui et le moins de travail possible, vous pouvez lui permettre, s’il le veut, de s’aider de la traduction anglaise.

Cette méthode, Locke en est conscient, n’est pas celle des collèges, mais cela lui permet de préciser le but de l’enseignement du latin : pouvoir lire les auteurs latins et non faire de la rhétorique.

170. Si, après tout, la destinée de votre enfant est d’aller au collège pour y apprendre le latin, il est bien inutile de vous dire quelle est, selon moi, la meilleure méthode à suivre dans les écoles : vous devez en effet vous résigner aux méthodes qui y sont en usage, et vous ne pouvez espérer qu’on les modifie pour votre fils. Cependant, si vous le pouvez, obtenez au moins qu’on ne l’occupe pas à écrire des dissertations latines, et surtout des vers de quelque espèce qu’ils soient. Faites valoir avec insistance, si vous avez quelque chance de succès, que vous n’avez pas l’intention de faire de lui un orateur ou un poète latin, que vous désirez simplement qu’il soit en état de comprendre parfaitement un auteur latin. Ajoutez que vous n’avez jamais vu les professeurs de langues modernes, et même les plus habiles, obliger leur élèves à composer des discours ou des vers en français ou en italien, leur but étant d’enseigner la langue et non de rendre l’esprit inventif.

Locke auteur pédagogique

Locke a mis en œuvre ce qu’il dit au paragraphe 167 : « prendre un livre facile et agréable, par exemple les Fables d’Ésope, et d’écrire sur deux lignes, l’une au-dessus de l’autre, d’une part la traduction anglaise, aussi littérale que possible, de l’autre le mot latin qui correspond à chacun des mots anglais ». En effet, il a réalisé ce programme en publiant anonymement en 1703 des Fables d’Ésope selon le procédé indiqué. [2] Examinons sa préface et un exemple.

Dans sa préface, l’auteur rappelle les principes pédagogiques déjà exposés plus haut et précise que la traduction est aussi littérale que possible afin que les mots qui se répondent, étant placés l’un au-dessus de l’autre, leur signification apparaisse ainsi. L’équivalence est renforcée par le fait qu’ils sont mis en caractères identiques, ce qui vaut aussi pour les expressions qui sont rendues par un nombre de mots différent d’une langue à l’autre. Enfin il a pu être indispensable d’ajouter des mots anglais qui ne sont pas nécessaires en latin et qui sont mis en anciens caractères anglais (gothiques).

L’exemple est adapté de la fable d’Ésope : les deux pots, dont voici une traduction :

De deux Pots flottant sur l’eau.

Le courant de l’eau entraîna par hasard deux Pots, dont l’un était de terre, et l’autre de fer. Le Pot de terre évitait avec de grandes précautions l’approche et la rencontre du Pot de fer, qui lui dit par une espèce de reproche :  « Qu’appréhendez-vous. Je n’ai nulle envie de vous nuire, ni de vous faire aucun mal ». « Je le sais bien, répliqua le Pot de terre ; ce n’est nullement votre mauvaise volonté que je redoute ; mais si l’impétuosité de l’eau m’approche de vous, je suis perdu. Voilà pourquoi il vaut mieux que je m’éloigne pour me mettre en sûreté ».  [3]

Le texte de Locke n’est pas une traduction mais une adaptation simplifiée dotée d’une morale, ce que La Fontaine ajoutera également :

Le Pot de terre et le Pot de fer

Le Pot de fer proposa
Au Pot de terre un voyage.
Celui-ci s’en excusa,
Disant qu’il ferait que sage
De garder le coin du feu :
Car il lui fallait si peu,
Si peu, que la moindre chose
De son débris serait cause.
Il n’en reviendrait morceau.
Pour vous, dit-il, dont la peau
Est plus dure que la mienne,
Je ne vois rien qui vous tienne.
Nous vous mettrons à couvert,
Repartit le Pot de fer.
Si quelque matière dure
Vous menace d’aventure,
Entre deux je passerai,

Et du coup vous sauverai.
Cette offre le persuade.
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés.
Mes gens s’en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent,
L’un contre l’autre jetés
Au moindre hoquet qu’ils treuvent.
Le Pot de terre en souffre ; il n’eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
Sans qu’il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu’avecque nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d’un de ces Pots.

Locke propose de travailler également sur Justin qui fut d’ailleurs en France au programme de la 5e tout au long du 19e siècle [4]. On sait peu de choses de Justin sinon qu’il fut l’abréviateur de Trogue Pompée, un historien gallo-romain de l’époque d’Auguste qui écrivit des  Historiae philippicae / histoires philippiques. Son très grand succès au Moyen Age a fait disparaitre l’original et il est resté de la Renaissance au 19e siècle un auteur très utilisé pour l’apprentissage du latin.

Voici une édition scolaire du 19e siècle, sans date d’éditeur (mais trois éditions seulement sont répertoriées à la BNF : 1874, 1878 et 1880). On lira les commentaires sur Justin dans la notice/préface de l’éditeur : à ses yeux, le plus grand mérite de Justin semble d’avoir été apprécié par Rollin.

Par ailleurs, un point récent sur Justin [5] compare son vocabulaire et celui du reste de la littérature latine et son auteur dit que Justin « doit être placé à la fin du 2e siècle ou au début du 3e siècle de l’ère chrétienne, et je pense que cette datation est soutenu par les preuves linguistiques » (qu’il donne dans son livre) : en effet, une bonne partie des expressions sont de style classique (souvent proches de Tite-Live, ce qui explique l’éloquence à l’ancienne, priscae, dont Justin qualifie Trogue Pompée dans la préface ci-dessous), et elles sont attribuées au livre qui a été abrégé par Justin, l’histoire de Trogue Pompée. Par contre une bonne partie du vocabulaire est spécifique de Justin ce qui permet de faire la datation ci-dessus.

Pour se donner une idée du style de Justin, voici le début de sa préface.

Cum multi ex Romanis,
Comme beaucoup de romains
etiam consularis dignitatis viri,
et même des hommes de dignité consulaire
_____res Romanas
_____les affaires romaines
__________Graeco peregrinoque sermone
__________en langue grecque, c’est-à-dire étrangère
_____in historiam
_____en une histoire
contulissent
avaient rassemblé,

_____sive aemulatione gloriae,
_____soit pour rivaliser de gloire,
_____ sive varietate et novitate operis delectatus,
_____soit séduit par la variété et la nouveauté du travail
vir priscae eloquentiae, Trogus Pompeius,
un homme d’éloquence à l’ancienne, Trogue Pompée
_______________Graecas et totius orbis historias
_______________une histoire grecque et du monde entier
__________Latino sermone
__________en langue latine
_____composuit ;
_____composa

ut, cum nostra Graece
afin que, comme nos propres [affaires] en grec
_____Graeca quoque nostra lingua
_____les [affaires] des grecs [puissent être lues]
_____de la même manière dans notre langue
legi possent :
puissent être lues
__________prorsus rem magni
__________en un mot à une tâche de grande ampleur
__________et animi et corporis [6]
__________et d’esprit et de corps
_____adgressus.
_____s’attaquant

Le devenir de la pédagogie du latin de Locke

Du Marsais ou Dumarsais (1676-1756) est selon Jean Antoine Caravollas [7] quelqu’un d’influent au siècle des Lumières qui reconnait une dette envers Locke pour ce qui concerne l’apprentissage par la pratique de textes simples « en faisant apprendre des mots latins quelques phrases, et surtout expliquer littéralement un latin rangé selon la construction simple, et sans aucun mot sous-entendu » (p.59)

Source : Caravolas 2000, p. 61

La méthode est la suivante : « Les élèves lisent sur la page de gauche de leur manuel le texte original avec la traduction française et sur la page de droite le texte réécrit, selon « l’ordre naturel », c’est-à-dire, l’ordre des mots habituel en français : sujet, verbe, complément d’objet, etc., avec la traduction interlinéaire littérale. » (p.59) Avec cette méthode, Du Marsais pense qu’on peut faire lire des textes authentiques puisque la traduction interlinéaire fait disparaitre les difficultés.

La méthode en question est devenue au 19e siècle la méthode juxtalinéaire et elle eut un grand succès. Dans les années 60 l’enseignement du latin avait abandonné cette pratique mais le mot-à-mot y était toujours pratiqué.

Qu’en penser aujourd’hui ? Ce qui était le vice profond de la méthode juxtalinéaire, c’est qu’elle faisait disparaitre la structure de la phrase latine, ce qui fait que l’apprentissage ne portait pas sur cet aspect essentiel ; sa qualité, c’est de permettre une lecture rapide, habituelle, qui permet de grandes expériences de textes, la familiarisation avec un vocabulaire par le biais de répétitions qui finalement permettent l’apprentissage.

Je pense que l’indentation  du texte original respecte à la fois la structure de la langue latine mais met en avant l’ordre de la traduction française, qui permet la compréhension. A titre d’exemple pédagogique, et pour bien faire comprendre comment utiliser cette méthode, je vais reprendre l’exemple de Justin. Soit la première phrase complète :

Cum multi ex Romanis, etiam consularis dignitatis viri, res Romanas Graeco peregrinoque sermone in historiam contulissent sive aemulatione gloriae, sive varietate et novitate operis delectatus, vir priscae eloquentiae, Trogus Pompeius, Graecas et totius orbis historias Latino sermone conposuit ; ut, cum nostra Graece Graeca quoque nostra lingua legi possent : prorsus rem magni et animi et corporis adgressus.

Je suppose que les élèves disposent d’un traitement de texte : la première opération est de créer des paragraphes qui rassemblent des propositions. D’abord celle introduite par cum :

Cum multi ex Romanis, etiam consularis dignitatis viri, res Romanas Graeco peregrinoque sermone in historiam contulissent

puis la principale :

sive aemulatione gloriae, sive varietate et novitate operis delectatus, vir priscae eloquentiae, Trogus Pompeius, Graecas et totius orbis historias Latino sermone composuit

puis celle introduite par ut :

ut, cum nostra Graece Graeca quoque nostra lingua legi possent : prorsus rem magni et animi et corporis adgressus.

Le travail de fragmentation se fait ensuite séparément pour chacune des propositions. Soit la première :

Cum multi ex Romanis, etiam consularis dignitatis viri, res Romanas Graeco peregrinoque sermone in historiam contulissent

La ponctuation proposée par les éditeurs y aide, mais on peut repérer les groupes de mots suivants :

Cum multi ex Romanis,
etiam consularis dignitatis viri,
res Romanas Graeco peregrinoque sermone
in historiam contulissent

On fait le joint entre cum et le verbe contulissent qui forment le premier niveau de l’indentation et on repousse le reste (je rappelle qu’on déchiffre le texte en lisant intégralement de haut en bas un niveau d’indentation avant de passer au reste décalé) :

Cum multi ex Romanis
_____etiam consularis dignitatis viri,
_____res Romanas Graeco peregrinoque sermone
_____in historiam
contulissent

On peut déjà traduire le premier niveau d’indentation :

Cum multi ex Romanis
Comme beaucoup de romains
_____etiam consularis dignitatis viri,
_____res Romanas Graeco peregrinoque sermone
_____in historiam
contulissent
avaient rassemblé

On voit alors que etiam et la suite est aussi sujet du verbe, on corrige donc l’indentation :

Cum multi ex Romanis
Comme beaucoup de romains
etiam consularis dignitatis viri,
et même des hommes de dignité consulaire
_____res Romanas Graeco peregrinoque sermone
_____in historiam
contulissent
avaient rassemblé

Dans res Romanas et la suite, on scinde le complément d’objet et le complément circonstanciel :

Cum multi ex Romanis
Comme beaucoup de romains
etiam consularis dignitatis viri,
et même des hommes de dignité consulaire
_____res Romanas
_____les affaires romaines
_____Graeco peregrinoque sermone
_____en langue grecque, c’est-à-dire étrangère
_____in historiam
_____en une histoire
contulissent
avaient rassemblé

Comme ce sont les affaires romaines qui sont rassemblées en une histoire en langue grecque, un troisième niveau d’indentation doit être créé pour montrer la dépendance de « en langue grecque » par rapport à « en une histoire ». On en arrive ainsi à la présentation finale :

Cum multi ex Romanis,
Comme beaucoup de romains
etiam consularis dignitatis viri,
et même des hommes de dignité consulaire
_____res Romanas
_____les affaires romaines
__________Graeco peregrinoque sermone
__________en langue grecque, c’est-à-dire étrangère
_____in historiam
_____en une histoire
contulissent
avaient rassemblé,

Un travail analogue reste à faire pour les autres propositions de la phrase. Ici les différentes opérations sont écrites successivement mais dans le travail avec un traitement de texte, c’est le même texte qui est modifié petit à petit : cet outil est indispensable pour pratiquer cette méthode de l’indentation.

Quant aux critiques de Locke sur la grammaire, il faut évidemment distinguer la morphologie dont il dit qu’elle doit être connue, de la syntaxe qui peut s’acquérir par la pratique. Quant aux traductions, elles sont indispensables au début et seule une pratique régulière de lecture du latin fera qu’un jour, pour certains textes, on découvrira qu’elles ne sont plus nécessaires.


[1] John Locke, Quelques pensées sur l’éducation, traduction de G. Compayré, Vrin, 1992.
John Locke, Some thoughts concerning education, édition critique du texte anglais de John W. et Jean S. Yolton, Oxford, Clarendon press, 1989.
[2] Æsop’s Fables in English and Latin, interlineary. [Edited by John Locke.] A. & J. Churchil: London, 1703, 337 p. Disponible en ligne.
[3] Source
[4] André Chervel, Les auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement secondaire de 1800 à nos jours, INRP, Publications de la Sorbonne, 1986.
[5] J.C. Yardley, Justin and Pompeius Trogus : a study of the language of Justin’s « Epitome » of Trogus, Toronto, University  of Toronto Press, 2003.
[6] A sa note 2, l’auteur de l’ouvrage pédagogique critique l’usage de Justin dans l’expression et animi et corporis alors qu’on trouve chez Salluste au chap.5 de Catilina une description précisément de Catalina comme : nobili genere natus, fuit magna vi et animi et corporis.
[7] Jean Antoine Caravolas, Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières, Montréal, Presses de l’université de Montréal ; Tubingen, Gunter Narr Verlag, 2000.


Une réflexion au sujet de « Locke et la question du latin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *