Latin et politique. Cinquième (et dernière) partie : la situation présente du point de vue des parents

Comme nous l’avons vu dans le précédent billet, l’enseignement du latin est sous-tendu par les tendances suivantes :
1) une substitution des mathématiques au latin comme matière de référence servant de norme de sélection scolaire,
2) une opposition politique au latin du fait qu’au XIXe siècle, le latin a été associé au traditionalisme catholique  lié à la Restauration,
3) en réaction au point précédent, une promotion du grec comme étude des sources de la démocratie, soutenue politiquement par les opposants au monde catholique,
4) un souci de sélection sociale, devenu du fait du fait de la sélection par les mathématiques et non plus par le latin, un souci de distinction sociale car la connaissance du latin (et du grec) est toujours considérée par les élites culturelles comme indispensable à une culture digne de ce nom.

Si la situation actuelle est le fruit de ces tendances, elles doivent être repérables dans la population actuelle et à cette fin, en 1994, avec François de Singly et les étudiants de deuxième année de Deug de Paris 5, nous avons interrogé un millier de parents à propos du choix éventuel du latin qu’ils auraient à faire bientôt pour leur enfant.

 

Au moment de cette enquête, des résultats sur l’origine sociale des enfants faisant du latin étaient connus par le biais de l’enquête par panel du Ministère de l’éducation nationale qui à partir de 1989 avait permis de suivre un échantillon important d’années en années (Panel 1989).

Les résultats disponibles étaient les suivants :
— on étudie plus le latin dans le privé (32 %) que dans le public (26 %)
— en terme de catégories socioprofessionnelles, alors que le choix de l’option latin est pour l’ensemble de la population du panel de 18 %, pour la catégorie des cadres supérieurs et des professions intellectuelles la proportion est d’environ 50 %, elle n’est que de 10 % pour les ouvriers (professions intermédiaires : 30 %).

Dans la classe moyenne supérieure, faire faire du latin est un objet de débat puisque cet enseignement est choisi dans un cas sur deux. Au contraire, en milieu populaire cet enseignement est marginal et le problème se pose beaucoup moins. De ce fait, il faut étudier la question du choix du latin dans les milieux où la question se pose réellement (classe moyenne et supérieure) et c’est pourquoi c’est cette population qui a été étudiée.

Comme le choix de faire prendre l’option latin peut aussi être motivé par des raisons de stratégie éducative en fonction de la situation locale d’un collège, on a tenté de neutraliser cet effet en n’interrogeant que des parents ayant encore leur enfant à l’école primaire (en CM1 ou CM2) afin de pouvoir avoir accès à des motivations indépendantes de cette question de stratégie.

1058 parents ont été interrogés, dont les deux tiers appartiennent à la catégorie sociale des cadres supérieurs et professions intellectuelles, le reste se partageant entre professions libérales et professions intermédiaires, regroupant ainsi ce qu’on peut appeler une classe moyenne supérieure.

Ces parents ont évidemment été interrogés sur leur projet quant à leur enfant (latin seul, grec seul, latin et grec, ni latin ni grec), sur leur accord ou non avec les motivations traditionnelles (gymnastique de l’esprit, aide au français par le biais de l’étymologie, connaissance de la culture antique), mais aussi sur le fait qu’ils aient fait ou non du latin et sur les compétences et intérêts de leur enfant. Enfin des questions sur leur situation sociale, leur niveau d’étude, leurs opinions politiques et religieuses ainsi que sur des sujets de sociétés leur ont été posées.

La spécificité de classe moyenne supérieure a évidemment des conséquences sur les projets en matière de langues anciennes qui sont majoritaires (cf. graphique), mais le but de l’enquête n’est pas de faire des estimations pour une population de référence mais de mieux connaitre les motivations pour les divers projets.

Latin94Fig1

Projet des parents pour l’enfant

Le latin seul est majoritaire ; trois répondants sur dix refusent toute langue ancienne mais on trouve aussi des projets qui, au vu de la réalité observée au plan national sont rares, comme le souhait pour un répondant sur dix de faire faire du latin et du grec, ou utopiques comme le fait de prendre le grec seul pour 3%.

Quand on propose à ces parents une raison associée à une stratégie sociale, ils l’acceptent volontiers, surtout s’ils font partie de ceux qui envisagent le choix du latin pour leur enfant. L’intitulé de la proposition était : « s’il faisait du latin, votre enfant se trouverait être avec les meilleurs »  et 71 % de ceux qui envisageaient le choix du latin étaient d’accord avec elle, contre 51 % pour ceux qui n’avaient pas ce projet. Faire du latin permet de se situer dans l’excellence scolaire et sociale et cette stratégie est voulue par beaucoup de parents, ce qui est confirmé par le fait que les parents qui souhaitent que plus tard leur enfant fasse une grande école sont plus nombreux que les autres à vouloir qu’il fasse du latin.

Cette motivation sociale est considérée comme avouable par les parents : on fait le choix du latin parce que c’est la voie de l’excellence mais ce n’est pas la seule raison. Beaucoup de parents souscrivent en même temps à d’autres arguments en faveur du choix du latin :

— « En apprenant le latin, on peut mieux comprendre l’orthographe et l’étymologie du français ». C’est la motivation à la fois la plus fréquente et la plus consensuelle, acceptée par  9 sur 10 même par ceux qui n’envisagent pas le choix du latin (accord avec projet latin = 99 % ; accord sans projet latin = 88 %).

— « Faire du latin est un bon moyen d’accès à la culture du monde antique ». Motivation encore assez consensuelle mais reconnue à un degré moindre (accord avec projet latin = 88 % ; accord sans projet latin = 74 %).

— « En faisant du latin, on acquière de la logique et de la rigueur, le latin est une gymnastique de l’esprit très formatrice ». Là, il s’agit d’un argument plutôt spécifique de ceux qui croient au latin : la différence avec ceux qui n’adhèrent pas au projet du latin est plus ample (accord avec projet latin = 89 % ; accord sans projet latin = 57 %).

— « Le latin est un élément utile à la culture religieuse ». Cette motivation est minoritaire quelque que soit le projet (accord avec projet latin = 47 % ; accord sans projet latin = 39 %).

Nous allons maintenant tester le lien entre les divers projets et l’appartenance à des groupes sociaux par le biais du niveau d’étude, de l’affiliation politique et de l’affiliation religieuse. Il ne s’agit pas ici de relever des « effets » ou des « influences », mais de montrer l’appartenance des parents à des groupes sociaux qui ont des comportements divers face au latin. Les raisons peuvent en être liées soit à la différenciation sociale, que l’on repérera par le niveau d’études, soit aux évènements historiques et en particulier à cette guerre civile larvée qui depuis la Troisième République structure l’opposition entre la gauche laïque et la droite souvent catholique. En effet, même à l’intérieur de notre population pourtant restreinte et constituée d’une population sociale assez homogène, le lien entre politique et religion est déjà sensible et il faut en tenir compte pour pouvoir distinguer ce qui relève de l’appartenance politique et ce qui relève de l’affiliation religieuse d’une manière indépendante. Pour savoir ce qui a eu le plus d’influence sur le choix des langues anciennes, il est possible de faire des comparaisons « toutes choses égales par ailleurs » (technique de la régression logistique [1]) qui permet de voir quelle caractéristique, prise isolément, agit dans quel sens.

Analyse « toutes choses égales par ailleurs »

Comme variables explicatives on utilise : le sexe de l’enfant ; s’il est jugé ou non bon élève ; la religion du parent en deux modalités (religion catholique contre sans religion ou ni croyant ni pratiquant) ; son niveau de diplôme (deux modalités : niveau bac ou inférieur,  niveau supérieur) ; son affiliation politique (gauche, ni gauche ni droite, droite). Tous les effets sont statistiquement significatifs.

Ce que nous voulons expliquer est le choix du latin ou du grec contre le refus de toute langue ancienne.

Ecart « pur »[2] en pourcentage à la moyenne sur le choix des langues anciennes

Moyenne choix langues anciennes

68,6%

Ecart

Sexe féminin

+3,4

Sexe masculin

-3,8

Elève jugé bon

+3,7

Elève non jugé bon

-15,1

Parent catholique

+5,6

Parent non catholique

-5,6

Parent de gauche

+1,3

Parent ni gauche ni droite

-7,0

Parent de droite

+6,1

Diplôme parent niveau supérieur

+3,4

Diplôme parent bac ou inférieur

-3,6

Lecture : l’effet d’être de sexe féminin augmente (toutes choses égales par ailleurs) le pourcentage de choix de langues anciennes de  3,4% et le porte donc à 72,0%.(68,6 la moyenne +3,4 effet de sexe féminin)

Nous retrouvons d’abord le phénomène déjà vu en étudiant le Panel 95 : le sexe féminin est privilégié comme plus « littéraire » et, plus encore, il faut que l’élève soit d’un bon niveau (ici jugé tel par le parent). De même nous avions vu précédemment le lien entre choix des langues anciennes et politique.

L’apport spécifique de cette enquête réside dans le fait qu’on peut y voir l’influence spécifique du diplôme et de l’orientation tant religieuse que politique.

On voit d’abord que le fait de se considérer en lien avec le monde catholique (que l’on soit pratiquant ou non pratiquant) a un effet positif sur le choix des langues anciennes. Réciproquement, le fait d’avoir pris ses distances avec le monde catholique (être de tradition catholique mais ni croyant, ni pratiquant ou être sans religion) aura l’effet marginal inverse (négatif). On retrouve là le lien historique entre le latin et l’univers de l’Église catholique que nous avons vu précédemment.

Indépendamment de l’affiliation religieuse, il y a un effet spécifique de la motivation politique, quelle qu’elle soit : être de gauche et plus encore de droite encourage le choix des langues anciennes. Réciproquement, c’est le fait de n’être ni de gauche ni de droite qui a l’effet marginal inverse. On voir là que si la droite est « naturellement » en lien avec la tradition, la gauche, par le biais du souci du grec (mais sans opposition notable au latin), est favorable à l’enseignement des langues anciennes. Être motivé politiquement, à gauche ou à droite, va de pair avec la conscience d’un enracinement historique dont la logique est de se donner les instruments linguistiques pour mieux le comprendre.

Enfin, le fait d’avoir un diplôme supérieur incite les parents à accepter un instrument de formation à un haut niveau culturel pour leur enfant.

En conclusion, la procédure d’enquête, qui joue le rôle d’un sismographe social, enregistre encore la trace de la Révolution et de ses suites au XIXe siècle. On voit que c’est davantage le cas dans l’affiliation religieuse que dans l’affiliation politique proprement dite où les traces des conflits anciens sont dissimulés par la présence du choix possible du grec.

***

J’arrête ici la série des billets sur latin et politique. Ce qu’il faut en tirer pour aujourd’hui ce sont les conséquences suivantes si l’on veut défendre l’enseignement du latin :
– il ne faut plus utiliser la motivation par la gymnastique de l’esprit qui n’a été formulée que pour se substituer au XIXe siècle à l’admiration des anciens qui était la motivation d’avant la Révolution et que son utilisation outrancière avait dévalorisée. Si beaucoup s’attachent à cette motivation de la gymnastique de l’esprit (alors que tout apprentissage bien fait est formateur), c’est parce qu’ils ne s’aperçoivent pas de l’importance de leur dette culturelle vis-à-vis de l’antiquité ;
– quand le niveau culturel est suffisant, cette dette est assumée et devient une motivation pour faire apprendre le latin, et ce d’autant plus que les parents se sentent solidaire d’un courant politique, c’est à dire ont une claire vision que l’enracinement historique a de l’importance. Si la gauche est assez liée au grec, langue de la naissance de la démocratie, si la droite est plus liée au latin, il n’y a pas opposition de la gauche au latin mais simple neutralité. La conjonction du fait d’être de gauche avec un niveau supérieur entraine, en associant les effets, un penchant vers le latin.

En conclusion, il faut assumer le latin (et le grec) pour des raisons culturelles profondes et non pour des raisons utilitaires superficielles. Je vais essayer de préciser ces raisons en montrant, dans les prochains billets, quel a été l’apport de Rome, apport plus fondamental que l’art ou la littérature, puisqu’il concerne le rapport politique entre personnes, le pacte social.


[1] Sur la régression logistique on pourra consulter Philippe Cibois Les méthodes d’analyse d’enquête http://pagesperso-orange.fr/cibois/PhCiboisMethAnaEnq.pdf

[2] L’effet « pur » en régression logistique est à prendre au sens de Léridon et Toulemon, Démographie, 1997, p.252.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *