Saint Césaire d’Arles au Louvre

Saint Césaire d’Arles est évoqué au Louvre dans une exposition temporaire qui se tiendra jusqu’au 16 février 2012 et qui présente « Les reliques de saint Césaire d’Arles » (cf. page actualité pour les détails).

Césaire est né en 470, c’est à dire 6 ans avant la déposition de Romulus Augustule qui date traditionnellement la fin de l’empire d’Occident. De même que la ville d’Arles se trouve située géographiquement entre les deux royaumes Goths (Ostrogoths et Wisigoths) et le royaume Burgonde, de même Césaire qui va en être l’évêque, se trouvera confronté avec ces différents pouvoirs. La Vita Caesarii qui relate sa vie et dont nous allons étudier des extraits [1] a été rédigée par des familiers de Césaire, sous la direction de Cyprien, évêque de Toulon, qui fut son élève.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir : source M. Coumert, B. Dumézil, 2010

Dès le début de la Vita, les auteurs mettent leur style simple sous l’invocation de Césaire qui affirmait :

Nonnulli rusticitatem sermonum vitant,
Quelques-uns évitent la grossièreté du langage
et a vitae vitiis non declinant
et ne se détournent pas des vices de la vie. (p.148)

Ce souci d’un sermo humilis a des raisons théologiques : le message chrétien est adressé en priorité aux pauvres et aux humbles et il serait contraire à sa nature qu’il soit présenté dans un style brillant pour le plaisir des  gens cultivés. C’est le parti qui avait été pris par Jérôme pour traduire la Bible : comme Jérôme, Césaire à fait un rêve (après s’être endormi en lisant) : « dans un demi-sommeil il voit l’épaule sur laquelle il était couché et le bras posé sur le texte pris dans les nœuds d’un dragon dévorant » (p.160) Il renonce donc aux études qu’on lui faisait faire et rejette cette sagesse profane :

contempsit haec protinus,
il rejeta celle-ci immédiatement
sciens quia non deesset
sachant que ne manquerait pas
_____illis
_____à ceux
perfectae loquutionis ornatus
l’ornement d’une éloquence parfaite
_____quibus spiritalis eminet intellectus
_____que l’intelligence spirituelle met en valeur. (p160)

Césaire a d’abord été moine à Lérins, fondé un siècle plus tôt par Saint Honorat, qui fut aussi évêque d’Arles de 426 à 429 : il est alors d’une rigueur intransigeante et sa charge de cellérier (responsable de la nourriture et des vêtements des moines) doit lui être retirée devant la protestation collective :

Unde factum est,
De là  il arriva
ut quibus adversa erat sancta discretio
que ceux auxquels s’opposait son saint discernement
supplicarent abbati ut deberet a cellatio removeri
supplièrent l’abbé pour qu’on lui enlève le cellier
quod et praestitum est
ce qui fut fait. (p.156)

Césaire se jette alors dans les mortifications au point d’en perdre la santé et il est envoyé à Arles pour se soigner : étant de bonne famille, il est pris en charge par une communauté aristocratique lettrée qui le pousse à des études (c’est là que se situe l’épisode du rêve). Il est vite repéré par l’évêque qui l’ordonne diacre, puis prêtre et qui fait en sorte que ce soit Césaire son successeur à l’épiscopat (en 502 soit à 32 ans).

Du point de vue politique, Arles dépend alors du roi Wisigoth Alaric II résidant à Toulouse. Comme la tension monte avec les Francs alliés des Burgondes (et que Césaire est d’origine burgonde), il subit un premier exil à Bordeaux (en résidence surveillée) [2] et l’hypothèse a été faite qu’à l’occasion des réunions de commissions d’évêques et de laïcs de l’aristocratie qui ont conduit à la constitution du Bréviaire d’Alaric, récapitulation de lois romaines qui ont servi de code pour les sujets gallo-romains (vita p.55) son cas a pu être évoqué et que ses relations lui ont permis de retourner à Arles.

C’est à la célèbre bataille de Vouillé en 507 que les francs l’emportent sur les Wisigoths : Alaric II est tué et les wisigoths se retirent. Arles est assiégé par les Burgondes alliés des Francs. Inquiet de la défaite des Wisigoths, les Goths de l’Italie (Ostrogoths), interviennent, libèrent Arles qui passe ainsi sous la domination de Théodoric, roi des Ostrogoths, les Wisigoths se repliant sur l’Espagne.

Accusé de malversation financière, Césaire doit se présenter à Ravenne devant son nouveau roi, Théodoric. Il reçoit finalement son soutien financier et est honoré par le Pape Symmaque : il peut continuer son œuvre de prédicateur et d’organisateur de l’Eglise. Il meurt en 542.

Pendant le siège d’Arles, Césaire rachète des prisonniers et nourrit les pauvres sans compter : l’administrateur de l’église s’en inquiète :

Tunc venit ordinator ipsius et coepit ipsum constestare et dicere
Alors vint son administateur et il commença à protester et à lui dire
captivi isti vadant, domne, per plateas, et petant unde comedant
que ces captifs s’en aillent, seigneur, sur les places et demandent à manger
quia si hodie consuetudinarie ab ecclesia pasti fuerint
car si aujourd’hui comme d’habitude ils sont nourris par l’Eglise
crastino ad mensam tuam unde pane fiant non habebis.
demain c’est à ta table que tu n’auras pas de quoi faire du pain. (p.252)

Césaire fait confiance à Dieu et ordonne de continuer à nourrir ceux qui en ont besoin :

si crastina non fuerit quod manducetur
si demain il n’y a pas à manger
omnes jejunemus
nous jeunerons tous
dummodo hodie bene nati homines seu reliqui captivi
du moins aujourd’hui des hommes bien nés ou des captifs rachetés
_____nobis edentibus et bibentibus
_____ tandis que nous mangeons et que nous buvons
non eant per plateas mendicare.
n’iront pas mendier dans les rues (p.253)

Finalement des bateaux de ravitaillement arrivent le jour suivant.

Présence de Césaire à Arles aujourd’hui

Le Musée départemental Arles antique possède cette ceinture attribuée à Césaire qui est également présentée au Louvre : la boucle de ceinture en ivoire montre une scène évoquant la résurrection par le biais des soldats endormis devant le tombeau. L’exposition du Louvre nous montre également sa tunique, ses sandales et le pallium, c’est à dire une pièce d’étoffe qui ressemble à une écharpe et qui était donnée par le Pape en signe de confiance accordée.

La tunique est en laine tissée d’une seul pièce comme les tuniques de l’antiquité tardive. Elle est datée du début du 6e siècle. Le pallium a été daté au C14 comme étant du début du 6e siècle. Voici les sandales :

C’est un euphémisme de dire qu’elles sont en mauvais état, et ce ne semble pas le fait des sarrasins qui ont effectivement fait des razzias sur Arles ultérieurement : elles ont été découpées, morceau par morceau, à titre de reliques secondaires pour tel ou tel oratoire où l’on voulait honorer Césaire.

Une question se pose cependant, comme face à toutes les reliques  (celles de la vraie croix, disent les mauvaises langues, mises ensemble, reconstitueraient une forêt). Ne serions-nous pas face à de pieuses inventions du Moyen Age : le C14 nous manifeste que ces pièces sont du début du 6e siècle, mais qu’est-ce qui nous prouve qu’elles ont appartenu à Césaire ?

La vita nous donne cependant des indices : examinons ce qui se passe immédiatement après la mort de Césaire.

Sancti etiam corporis vestimenta
Et même les vêtements du corps saint
ita
tellement
_____a diversis lamentantibus
_____par diverses personnes qui se lamentaient
_____vel fidelibus populis
_____ou du peuple des fidèles
pia violentia diripiebantur,
étaient arrachés par une pieuse violence

ut adsistentibus nobis presbyteris ministrisque
qu’à nous qui étions là, prêtres et ministres
vix potuerint vel
à peine nous pûmes au moins
_____ad suscipiendarum reliquiarum patientiam
_____la patience des amateurs de reliques
revocari.
réclamer (p.306)

Une telle impatience s’explique parce que ces reliques sont particulièrement efficaces pour guérir les malades (et les rédacteurs de la vita en donnent plusieurs exemples). Ceci explique aussi que Césaire, étant considéré comme saint de son vivant, ses reliques furent constituées immédiatement après sa mort. On en trouvera au Louvre le détail de la chaine de transmission jusqu’à nos jours.

Journées romaines d’Arles

Il n’est pas possible de quitter Arles sans parler du festival Arelate qui chaque année pendant huit jours du mois d’aout propose des animations axées sur le passé romain d’Arles, sur le Peplum cinématographique, sur les combats de gladiateurs dans les arènes, sur la cuisine romaine dans certains restaurants, sur des expositions, des animations diverses, des journées spécifiques au Musée départemental Arles antique où j’ai croisé cet été les enseignes d’une cohorte qui y dressait là son camp.

Ces journées romaines connaissent un vif succès : la langue latine en est cependant absente.

  1. Vie de Césaire d’Arles, édition de Marie-José Delage, Cerf, 2010, coll. Sources chrétiennes n°356 []
  2. Bruno Dumézil, Les racines chrétiennes de l’Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares  Ve-VIIIe siècle, Fayard, 2005, p.251
    Voir aussi, Magali Coumert, Bruno Dumézil, Les royaumes barbares en Occident, PUF, 2010, coll. « Que sais-je ? », n°3877 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *