La prononciation du latin (3) : Érasme

18 décembre 2011
Par

Érasme fait paraitre en 1528 le De Recta latini graecique sermonis pronuntiatione, qui prend la forme d’un dialogue entre deux personnages animaux Ursus et Leo et dont plusieurs éditions d’origine sont en ligne [1]. Pour le texte latin j’ai utilisé l’édition bilingue latin-allemand de Johannes Kramer [2], mais en français il n’existe qu’une traduction partielle de Jacques Chomarat  auquel on doit une étude du De Recta que j’utiliserai également [3].

A l’époque d’Érasme, c’est davantage la prononciation du grec que celle du latin qui pose problème car le grec est appris  auprès de byzantins dont la prononciation surprend, tant elle est loin de l’orthographe.  Érasme veut d’abord suivre Quintilien pour qui l’orthographe est phonétique  (Institution oratoire, 1, 7, 30-31) :

Ego, nisi quod consuetudo obtinuerit,
Quant à moi, à moins que l’usage ait prévalu,
sic scribendum quidque judico, quomodo sonat
j’estime que tout doit être écrit de la manière dont cela s’entend

Hic enim est usus litterarum, ut custodiant voces,
Le rôle des lettres est en effet de conserver les sons
et velut depositum reddant legentibus
et comme d’une réserve, de les rendre aux lecteurs.
Itaque id exprimere debent, quod dicturi sumus.
C’est pourquoi elles doivent traduire ce que nous sommes en train de dire.

Érasme ne se sent pas tenu non plus par la prononciation venant de Byzance car il pense que la prononciation du grand nombre peut être corrompue :

Quamquam nec Cicero nec Quintilianus
Toutefois, ni Cicéron ni Quintilien
loquuti sunt ut plures ;
n’ont parlé comme le plus grand nombre
nec enim vulgo receptus error
et une erreur communément reçue
usus nomen promeretur.
ne mérite par le nom d’usage

Nunc vero nihil rei nobis est cum populo ,
Aujourd’hui d’ailleurs, nous n’avons pas affaire avec le peuple
a doctis petitur omnis loquendi ratio. (965)
c’est aux savants qu’il est demandé chaque raison du fait de parler.

On sait que la prononciation du grec réformée par Érasme, sera suivie car ce sont les lettrés qui le parlent et ils seront sensibles à ses arguments. Pour le latin, il n’en a pas été de même car les prononciations nationales sont si répandues que leur modification devient bien difficile. Dans le texte qui va suivre, Érasme affiche son tableau d’honneur puis raconte un fait récent qui illustre d’une manière plaisante les incompréhensions dues aux prononciations nationales.

Ursus : Ceterum illa debet esse curarum prima,
Ours : D’ailleurs on doit avoir ce premier des soucis
ne puer Graece Latineque pronuntians
que l’enfant, en prononçant le grec ou le latin
ex vulgari sermone vitia trahat,
ne fasse passer les défauts venant de sa langue vulgaire,
quorum minimum esse ferunt apud Romanos,
qui se rencontrent le moins chez les Romains,
plurimum apud Gallos,
le plus chez les Français,
plus satis apud Germanos,
beaucoup plus chez les Allemands,
nonnihil et apud Hispanos.
quelque peu aussi chez les Espagnols.
Anglis et in ratione pronuntiandi
C’est aux Anglais en matière de prononciation
_____secumdum ipsos primam laudem
_____selon eux, la première place.
tribuunt Itali.
que les Italiens concèdent

Sed quid risisti, Leo ?
Mais qu’est-ce qui te fait rire, Lion ?

Leo : Rugire leonum est, non ridere. Dicam tamen,
Lion : un lion rugit, il ne rit pas. Je te dirai cependant
quae res in mentem veniens mihi risum excusserit.
ce qui m’est venu à l’esprit et qui m’a fait rire.

Ursus : Narra, te quaeso, ut ipse quoque tecum rideam.
Ours : raconte, je t’en prie, pour que je puisse rire avec toi moi aussi.

Leo : Dicam, Non admodum diu est,
Lion : je vais te le dire : il n’y a pas très longtemps
quod me forte praesente Maximilianus Caesar
quand par hasard j’étais présent, l’Empereur Maximilien
ab aliquot oratoribus salutaretur
fut salué par quelques orateurs,
quod ex more magis quam ex animo nonnunquam fieri solet,
ce qui se fait parfois plus par habitude que par conviction,
quorum unus erat Gallus, natione Cenomanus ; nomen non exprimam,
l’un deux était Français, natif du Mans ; je ne dirai pas son nom
ne videar hominem notare, cui bene volo.
pour ne pas sembler critiquer quelqu’un à qui je veux du bien.

Is
celui-ci
_____orationem
_____son discours
__________ab Italo quopiam, ut arbitror,
__________par un italien, quelque part, à ce que je crois
_____compositam nec male Latinam
_____écrit dans un latin pas mauvais
adeo Gallice pronuntiavit
prononça à ce point à la française

ut Italis aliquot eruditis, qui tum aderant,
qu’à quelques savants italiens qui étaient là
Gallice, non Latine dicere crederetur.
il semblait qu’il était dit en français et non en latin
Nominare possim ex illis aliquot
Je pourrai en nommer quelques-uns parmi eux
tibi non ignotos.
qui ne te sont pas inconnus

Quum is perorasset, non absque incommodo -
Quand il eut terminé, et ce ne fut pas sans mal
nam in media dictione sibi exciderat turbatus,
car au milieu de son discours, il se trouvait troublé
ut conicio, risu circumstantium -
je suppose, par les rires des assistants
quaerebatur, qui ex more responderet,
on chercha quelqu’un qui selon la coutume ferait la réponse
idque ex tempore nam Galli oratio
et la ferait en temps réel car le discours du français
praeter expectationem acciderat
était arrivé sans être prévu.

Protrusus est ad hoc negotii Doctor quidam aulicus.
On poussa en avant pour cette affaire un quelconque docteur de la cour

Ursus : unde id liquebat?
Ours : à quoi le voyait-on ?

Leo : pileum gestabat suffultum candidis pellibus.
Lion : il portait un bonnet étayé de fourrures blanches
Hoc signi. Is hunc in modum orsus est :
C’est leur insigne. Le voilà qui commence de cette façon :
“Caesarea maghestas pene caudet fidere fos,
“Sa maguesté impériale se régouit peaucoup de fous foir
et horationem festram lipenter audifit”,
et a endendu afec blaisir fotre discours” [4]
aliaque tanto spiritu tamque Germanice,
et la suite dite avec tant d’énergie et à ce point avec l’accent allemand
ut nemo vulgari lingua dicens
que personne parlant en langue vulgaire
possit magis Germanice.
n’aurait pu avoir un tel accent allemand.

Hunc major excepit risus.
Un rire plus fort suivit cela.

Sequutus est orator Daniae,
Vint ensuite un orateur dannois
quanquam is qui dicebat videbatur Scotus,
quoique celui qui parlait semblait un écossais
mire referens ejus gentis pronuntiationem.
rappelant étonnamment la prononciation de ce peuple
Huic oppositus est Zelandus quidam;
La réplique lui est donnée par un zélandais
dejerasses neutrum loqui Latine.
on aurait juré que ni l’un ni l’autre ne parlait latin.

Ursus : Quid interea Caesar ? Potuitne tenere risum?
Ours : et l’Empereur pendant ce temps-là ? Pouvait-il se retenir de rire ?

Leo : assueverat huiusmodi fabulis
Lion : il était familier de ces sortes d’histoires
nec erat ullius linguae rudis.
et il n’était pas ignorant d’aucune de ces langues

Verum haec eo dico, quo tua dicta confirmem
Vraiment je veux confirmer tes paroles en disant ces choses :
nihil prius curandum quam
il n’est rien de plus urgent à veiller
ut puer dediscat vitia linguae gentiliciae. (965-966)
que l’enfant désapprenne les défauts de sa langue d’origine

On a vu précédemment que même dans les congrès internationaux de latin vivant, les différences nationales de prononciation posent toujours des problèmes. Ce phénomène n’est pas spécifique au latin mais est le fait d’une langue internationale : il suffit de voir aujourd’hui dans des rencontres internationales où l’anglais est la langue de travail, à quel point on retrouve un sentiment d’étrangeté quand on entend la langue de Shakespeare prononcée par un locuteur d’accent asiatique, ou même simplement avec un accent américain. Le burlesque de la scène racontée par Érasme est souvent encore vécu aujourd’hui.

***

Voir la rubrique actualité à propos des Adages d’Erasme (et un rappel concernant Noël)

Le prochain billet paraitra le 8 janvier 2012

  1. Plutôt que l’édition de Gallica, peu lisible, on préférera l’édition de chez Froben parue à Bâle en 1558 disponible dans les textes scientifiques de l’École polytechnique fédérale de Zurich []
  2. Desiderii Erasmi Roterodami De Recta Latini Graecique sermonis pronuntiatione dialogus = Dialog über die richtige Aussprache der lateinischen und griechischen Sprache als Lesetext herausgegeben, übersetzt und kommentiert von Johannes Kramer, Meisenheim am Glan : A. Hain, 1978 []
  3. Érasme, Œuvres choisies, présentation de Jacques Chomarat, Paris, LGF, 1991 ; Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, les Belles lettres, 1981, chapitre 6 []
  4. Caesarea Majestas bene gaudet videre vos et orationem vestram libenter audivit
    / Sa Majesté Impériale se réjouit de vous voir et a entendu avec plaisir votre discours
    []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Faits de langue, Histoire, Pédagogie

3 commentaires pour “ La prononciation du latin (3) : Érasme ”

  1. [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } enseignement-latin.hypotheses.org – Today, 11:46 [...]

  2. [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } enseignement-latin.hypotheses.org – December 19, 6:54 [...]

  3. Elodie le 19 décembre 2011 à 17:27

    Toute jeune doctorante en latin, et de ce fait confrontée depuis septembre aux questions de l’enseignement de cette langue, j’ai découvert votre carnet il y a peu de temps et le trouve passionnant! Cette série d’articles sur la prononciation du latin est vraiment très intéressante, merci à vous.

Laisser un commentaire

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Carnets de recherche