Refonder l’enseignement du latin et du grec (1)

Refonder l’enseignement du latin et du grec, tel était l’objectif de la rencontre qui s’est tenue à Paris le 31 janvier et le 1er février 2012 au Lycée Louis-le-Grand et qui a regroupé environ trois cents personnes [1]. Rencontre sous l’égide du ministère et ouverte par le ministre en personne [2].

Je voudrais dans ce premier compte-rendu situer cette rencontre par rapport aux rénovations qui ont pu être faites auparavant, en particulier au début des années 80 où un certain nombre d’associations locales actives se sont fédérées dans la Cnarela en vue de rénover l’enseignement des langues anciennes. C’est à cette époque qu’avaient été mises au point les Thèses de Besançon qui en montraient l’esprit [3]. Plus récemment, c’est dans le même esprit que s’étaient tenues à Toulouse les Assises des lettres du 27 au 29 mai 2010 [4]. Je réserve à d’autres billets le compte-rendu des interventions de ceux qui ont été appelés à apporter des justifications aux orientations de la présente rencontre (Heinz Wismann et François Hartog). Dans une première partie je regrouperai les motivations de cette refondation et les indications qui en résultent proposées par les représentants du ministère (Le ministre, le directeur général de l’enseignement scolaire, les inspecteurs généraux [5]). Alors que les Assises des Lettres de 2010 avaient été organisées par des universitaires à l’origine de la rénovation de l’enseignement des langues anciennes au début des années 80 et qui tentaient de poursuivre l’effort de rénovation entrepris alors, la rencontre de 2012 est une émanation directe de l’Inspection générale des lettres à qui un rapport avait été demandé sur cette question. D’une réforme faite de l’intérieur par les enseignants au sein des associations d’enseignants, on passe à une réforme proposée d’en haut par l’Inspection générale dont le pouvoir d’incitation est fort.

Pourquoi et comment refonder ?

La situation actuelle est jugée grave, non pas tellement au niveau du collège où la demande sociale encore forte fait que 23% des élèves étudient le latin en 5e, mais au niveau du lycée où ce pourcentage tombe à 5%. L’amenuisement des proportions d’élèves en langues anciennes pourrait conduire à une suspicion de la Cour des comptes et à une remise en cause d’options trop faibles en effectifs. Cette menace doit être anticipée par une refondation de l’enseignement afin d’augmenter son attractivité.

L’accent est mis sur le latin (davantage que sur le grec) du fait de ses liens plus directs avec le français. Mais l’enseignement du latin doit subir une réforme profonde pour le sortir d’une scolastique, c’est-à-dire d’un enseignement centré sur lui-même. Il faut donc :
– revoir la manière d’aborder les textes anciens, utiliser les nouvelles techniques disponibles aujourd’hui, utiliser les adaptations des techniques audio-orales.
– modifier le corpus étudié, depuis des inscriptions simples jusqu’au latin toujours vivant dans le français en passant par les humanistes ou des auteurs de la Renaissance.
– mettre en résonance le latin avec les autres langues, favoriser l’intercompréhension des langues romanes,
– mettre en résonance le latin avec l’aire méditerranéenne, avec le monde d’aujourd’hui.

Plusieurs intervenants ont présenté des réflexions dans ce sens, sans que ce soient proposées des applications pédagogiques toutes faites mais ils ont plutôt indiqué des pistes à suivre :
– Pierre Escudé rappelle que l’intercompréhension entre langues romanes (et avec le latin) est une découverte qui a fait l’objet de vastes développements et qui est mise en pratique aujourd’hui y compris dans l’enseignement élémentaire,
– Monique Bouquet  invite à ne pas confondre l’exercice de la version (et la méthode analytique qui l’accompagne), avec un véritable exercice de traduction qui place l’élève dans une nouvelle relation face au texte et le rend actif, négociateur de sens, de traductions,
– Aurélien Berra  montre les nouveaux rapports qui se tissent en ce moment entre les textes anciens et le numérique, la philologie la plus classique coulant ses exigences dans la technique,
– Julie Gallégo évoque la technique de l’enseignement audio-oral qui applique les principes de l’acquisition de toute langue vivante au cas du latin : échanges en situation, exercices structuraux, progressivité de l’apprentissage.

Je reviendrai dans d’autres billets sur ces exposés pour en montrer la richesse, mais aussi la difficulté car les exemples proposés ne sont pas à ce jour des moyens pédagogiques utilisés d’abord dans le secondaire.

Comparaison des Rencontres de 2012 et des orientations des années 80

Reprenons les propositions actuelles et comparons-les avec le discours des réformateurs de 1979 telles qu’il apparait dans les Thèses de Besançon.

1) revoir sa manière d’aborder les textes anciens ; utiliser également des inscriptions simples (Rencontre 2012)

« La lecture cursive d’apprentissage de la langue cherche à obtenir les mêmes résultats [que la méthode traditionnelle] par la rencontre répétée des difficultés. La traduction n’est plus l’essentiel : ou bien elle reste rapide et imprécise, ou bien elle est fournie en même temps que le texte (…). Cette lecture cursive peut être pratiquée de nombreuses façons différentes : lecture avec difficultés élucidées à la demande des lecteurs ; texte arrangé dans sa présentation graphique pour faire ressortir les groupes syntaxiques ; double présentation d’un texte, d’abord sous une forme simplifiée (vocabulaire et syntaxe), puis sous la forme originale ; liste de phrases simples (proverbes, devises de cadrans solaires), dont le lecteur essaie de comprendre le plus grand nombre possible dans un véritable jeu ; etc. » (Thèses de Besançon p. 7)

2) utiliser les nouvelles techniques (2012)

La nouveauté technique des années 80, c’est la photocopieuse qui permet de s’affranchir de la médiocrité des manuels qui en matière d’illustrations se contentent de « décorer » les livres. Il est alors possible à l’époque de constituer des fascicules où l’illustration vient éclairer la démarche d’apprentissage par la présentation de documents pertinents.

La deuxième nouveauté de l’époque, mais elle est alors encore réservée à la recherche, est l’utilisation de l’informatique : elle permet déjà de produire des vocabulaires où l’on tient compte de la fréquence des mots [6].

3) utiliser les techniques audio-orales (2012)

Dès 1985, dans le bulletin d’une association de la Cnarela, Claude Fiévet présente la méthode audio-orale qu’il a mis au point et qui sera présentée par Julie Gallégo aux rencontres de 2012 :

« Le latin est utilisé le plus souvent possible dans la pratique de la classe. L’utilisation orale du latin répond en effet parfaitement à notre objectif : elle contraint l’étudiant — contrainte acceptée de bonne grâce et toute pédagogique évidemment — à structurer immédiatement, dans le temps de la parole, un discours qu’il ne peut arrêter pour le dissocier ou le disséquer. Cette technique, qui élimine l’analyse comme les interférences avec le français, est conçue comme un entraînement intensif à la reconnaissance immédiate des structures élémentaires dans l’exercice de lecture compréhensive. La résurgence permanente du lexique et des structures syntaxiques, avec une fréquence élevée, entraîne nécessairement une familiarisation avec la langue et une intériorisation de ses mécanismes que ne saurait permettre une démarche analytique. » [7]

***

Sur ces trois points fondamentaux, on voit donc bien la permanence du souci réformateur, la photocopieuse étant remplacée aujourd’hui par le traitement de texte ou le tableau numérique interactif. Recherchons maintenant les différences.

1) Les enseignants des années 70 viennent de vivre la réforme d’Edgar Faure issue de 1968. Le latin n’est plus enseigné en 6e à des sections spécifiques, il devient une option de 4e mais ouverte à tous : on assiste donc à une progression des effectifs de latinistes mais elle est perçue comme une baisse de niveau qui exige un renouvellement pédagogique.

En 2012, c’est l’érosion des effectifs, en particulier au lycée qui inquiète : des options à trop faible effectif ne sont plus défendables et il faut donc améliorer l’attractivité des options offertes. C’est cette prise de conscience qui fait parler de crise, de nécessité de refondation et elle est d’abord soulignée par ceux qui sont le plus proche du pouvoir politique, les inspecteurs généraux qui voient le danger de près.

2) La vision des enseignants des années 70 est marquée par la pensée de l’époque, la critique de la distinction de Bourdieu, le structuralisme et ses bases linguistiques, l’étude approfondie des « maitres du soupçon » : Marx, Nietzsche, Freud. Ce qui faisait le fond d’une vision traditionnelle de l’enseignement du latin depuis plusieurs siècles est remis en cause : les auteurs latins ne sont plus pensés comme nous apportant une sagesse, une expérience humaine qui pourrait être encore utile aujourd’hui. Au contraire, l’utilité de l’enseignement des langues anciennes (car tout enseignement doit trouver une justification) est justifiée ainsi :

« L’étude du latin peut être justifiée, comme celle de toute autre discipline littéraire. La tendance actuelle des antiquisants est de rechercher une justification spécifique en jouant sur l’idée d’origine : l’Antiquité, c’est à la fois nous (nos origines) et quelque chose de complètement différent, c’est le proche et le lointain, le Même et l’Autre ; l’étudier, c’est à la fois nous comprendre nous-même et apprendre à comprendre et à respecter les systèmes linguistiques et culturels très différents. » (Thèses, p. 5)

Étudier les anciens, c’est alors prendre de la distance anthropologique avec le monde contemporain : l’étude des grecs en particulier, nous conduit à une distance culturelle à valeur relativiste. Cependant cette perspective était alors vécue comme un pis-aller :

« Cette nouvelle ligne de défense élastique, à la fois « synchronique » et « diachronique » vaut ce qu’elle vaut. » (Thèses, p. 5).  On sait qu’ensuite, la distance culturelle, entre les anciens et nous, sera mise en avant comme permettant à l’élève d’acquérir un relativisme culturel vis-à-vis du monde dans lequel il vit et lui permettre ainsi d’être un citoyen critique.

En 2012, les temps ont changé et le discours du ministre en est une illustration : il insiste sur la continuité de l’héritage reçu des anciens et, à cette fin, il met en avant la figure de Jacqueline de Romilly

« Ce passé vit dans cette aspiration à la liberté et dans cet appel à l’accomplissement humain. Jacqueline de Romilly  l’a d’ailleurs magnifiquement écrit : en Grèce, « tout se passe d’emblée au niveau de l’homme ». De cette paideia, de ces Humanités, nous avons hérité une culture dont les mots mêmes qui nous désignent – nous, éducation nationale, école, collège, lycée, professeur, éducation – portent les échos vivants. Car notre École porte cette koïnè de valeurs, ce fond ancien enrichi au fil des siècles : le goût de l’étude, de la réflexion, de l’effort, l’aspiration à l’accomplissement, l’émancipation par la pensée et le savoir. » (Discours du ministre)

3) Un changement notable à trente ans de distance est le changement d’acteurs.  En 1970, la réforme était animée par des spécialistes universitaires antiquisants qui avaient souvent commencé leur carrière en étant précisément professeurs du secondaire. Je fais l’hypothèse que cette situation, du fait de l’évolution des recrutements universitaires, se rencontre moins : les universitaires spécialistes du domaine antique comme archéologues, épigraphistes, philologues ont pu entrer directement après leur thèse dans l’enseignement supérieur et se sentent de ce fait moins proches des problèmes de l’enseignement secondaire. C’est maintenant davantage l’inspection générale qui fait le lien entre le supérieur et le secondaire : c’est en tout cas ce qui s’est passé pour les rencontres de 2012 où ce sont des universitaires qui ont été invités par l’inspection générale à présenter leurs travaux en séance plénière, les enseignants du secondaire pouvant présenter leurs réalisations dans des ateliers en parallèle.

Les associations n’ont joué aucun rôle dans le déroulement des rencontres de 2012 : leur seule manifestation a été une intervention faite au nom de nombreuses associations [8] qui a mis l’accent sur le fait que « Si l’innovation pédagogique est indispensable en effet – qu’il s’agisse des langues anciennes ou de toute autre discipline – elle ne saurait suffire à « refonder l’enseignement du latin et du grec » ». C’est pourquoi les associations ont mis en avant des mesures concernant les horaires, les compatibilités d’options,  l’obligation souhaitée du latin en Première et Terminale littéraire, la formation des enseignants [9]. On notera que cette intervention a été applaudie ostensiblement par la salle, comme pour signifier à l’inspection générale qu’elle n’était pas le seul acteur. On notera aussi la distance prise de fait avec le souci de rénovation pédagogique, ce qui est un changement important par rapport à la pratique dominante des années 80 (mais la Cnarela a toujours vécu cette tension entre rénovation pédagogique et action militante vis-à-vis de l’administration).

***

Changement de conjoncture éducative (croissance des effectifs alors, décroissance maintenant), changement de conjoncture idéologique (les anciens comme distants puis, maintenant, proximité des anciens), changement d’acteurs (l’innovation vient de l’université, relayée par les enseignants d’alors, relayée par l’inspection aujourd’hui) mais maintien des mêmes perspectives quant au contenu des innovations (lire les textes différemment, utiliser pleinement les nouvelles technologies, tenir compte de la pédagogie de l’apprentissage des langues vivantes) : le tableau est encourageant car une dynamique est en place. Il reste à la mettre en œuvre  et le présent carnet tendra d’y apporter sa contribution.


Billets de ce carnet de recherche en relation
avec les thèmes évoqués ci-dessus :

Effectifs : situation actuelle Situation à la rentrée 2010
Effectifs : prospective L’impact possible des classes bilangues sur le choix du latin en 5e
Effectifs de la section littéraire au bac L’évolution de 1920 à 2009 de la série littéraire du baccalauréat
Assises des Lettres :  Toulouse 2010 Les humanités pour quoi faire ? Réponses relevées à Toulouse
Cnarela Débat sur les finalités du latin au collège
SEL et Jacqueline de Romilly Latin et politique. Deuxième partie : droite et gauche aujourd’hui
Latin du français Initiation au latin du français. Leçon 1
Équipement d’un texte Du mot-à-mot à l’indentation
Bourdieu 1 Bourdieu et le latin. Première partie : Bourdieu critique du latin
Bourdieu 2 Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

  1. masc. 23% ; fémi. 77% ; ±3% []
  2. Discours du ministre à l’occasion de l’ouverture du colloque « Langues anciennes, mondes modernes », 31 janvier 2012 []
  3. texte des Thèses de Besançon 1979 []
  4. présentation []
  5. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ; Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire ; Philippe Le Guillou Doyen du groupe des lettres de l’inspection générale ; les inspecteurs généraux du groupe des lettres : Bernard Combeaud, Catherine Klein, Paul Raucy []
  6. Première édition en 1984, sous l’égide de l’Arelab d’un Vocabulaire de base du latin par Georges Cauquil et Jean-Yves Guillaumin, issu des travaux du LASLA de Liège (Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes) []
  7. « Apprendre à comprendre, réflexions pour une pédagogie nouvelle des langues anciennes », Pallas, publié dans ARELAM, n° X, p. 43, cité par Richard Etienne dans sa thèse Didactique des langues anciennes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1996, p.187 []
  8. ALLE (Association le Latin dans les Littératures Européennes), APFLA-CPL (Association des Professeurs de Français et de Langues Anciennes des Classes Préparatoires Littéraires), APL (Association des Professeurs de Lettres), CNARELA (Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes), SEL (Sauvegarde des Enseignements Littéraires), SLL (Sauver Les Lettres) []
  9. texte complet de la motion []

3 réflexions au sujet de « Refonder l’enseignement du latin et du grec (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *