Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante

Heinz Wismann, dans le résumé de son intervention faite le premier jour aux rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, s’exprime ainsi  :

« Quand Dante oppose dans son traité De vulgari eloquentia le foisonnement des langues vernaculaires, où s’épanouit le plaisir de communiquer, au caractère figé du latin savant de son époque, il pourrait sembler qu’il anticipe la distinction, aujourd’hui courante, entre langues vivantes et langues mortes. Or, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que la diversité évolutive des parlers locaux résulte de la disparition, évoquée dans plusieurs récits bibliques, du langage originel, dont le latin vise au contraire à recréer l’unicité immuable. Loin de s’apparenter à un simple idiome véhiculaire, à l’instar de l’anglais scientifique ou commercial de nos jours, cette langue de substitution incarne, par ses principes de construction, l’essence de tout langage possible. Ce n’est qu’ainsi que s’explique le projet de l’auteur de la Divine comédie de forger une nouvelle langue poétique, en combinant la vitalité du dialecte avec la rigueur grammaticale du paradigme latin. Celui-ci vit désormais dans ce que Dante nomme le vulgare illustre, qui fournira aux humanistes les critères d’appréciation du latin classique comme langue vivante. Commence alors la recherche de la meilleur traduction, capable de faire résonner la parole ancienne dans toutes les langues de culture nées sous le signe de sa grammaire exemplaire. Si bien que l’ensemble de ces traductions, enrichies d’interprétations et de commentaires critiques, finira par former un vaste corpus de thèmes et de thèses, qui recevra le nom d’Humanités. » [1]

 Puisque nous y sommes invités, allons donc examiner le traité de Dante De vulgari eloquentia. En voici le premier chapitre : je suis redevable pour la compréhension de ce texte, de la traduction et des commentaires d’Irène Rosier-Catach [2].

 1 Cum
Comme
_____neminem ante nos
_____personne avant nous
_______________de vulgaris eloquentie doctrina
_______________de la science de l’éloquence en vulgaire
__________quicquam
__________quelque chose
inveniamus
nous n’avons trouvé
_____tractasse,
_____qui aie traité

atque
et
_____talem scilicet eloquentiam
_____qu’évidemment une telle éloquence
_____penitus omnibus necessariam
_____est tout à fait nécessaire à tous
videamus,
comme nous jugeons

cum ad eam
comme à elle [cette éloquence]
non tantum viri
non seulement les hommes
sed etiam mulieres et parvuli
mais aussi les femmes et les enfants
nitantur,
s’efforcent d’y parvenir
in quantum natura permictit,
dans la mesure où la nature le permet

Volentes discretionem aliqualiter lucidare illorum
Voulant éclairer d’une certaine manière le discernement
qui tanquam ceci ambulant per plateas,
de ceux qui comme des aveugles marchent sur les places
plerunque anteriora posteriora putantes,
et qui souvent croient voir comme étant devant eux ce qui est derrière eux
Verbo aspirante de celis
Sous l’inspiration du Verbe céleste
_____locutioni vulgarium gentium prodesse
_____d’être utile au parler des gens parlant en vulgaire
temptabimus,
nous allons tenter

Non solum aquam nostri ingenii
Non seulement [il a fallu] l’eau de notre talent
ad tantum poculum aurientes,
pour remplir une telle coupe
sed, accipiendo vel compilando ab aliis,
mais en prenant et en compilant chez d’autres
potiora miscentes,
mélangeant ce qu’il y a de meilleur
ut exinde potionare possimus dulcissimum ydromellum.
pour que nous puissions à partir de cela administrer le plus doux des hydromels.

Comme souvent, la première phrase se présente en style d’apparat avec de nombreux renvois, mais il s’y trouve déjà quelque chose de tout à fait fondamental : l’éloquence n’est pas contradictoire avec l’utilisation du « vulgaire » qui signifie simplement « vernaculaire », langue utilisée par le peuple dans son ensemble. De plus cette éloquence est nécessaire pour tous, y compris femmes et enfants. Le statut de ce vulgaire est immédiatement précisé :

2. Sed quia unamquanque doctrinam oportet
mais puisqu’il ne faut pour aucune science
non probare, sed suum aperire subiectum,
non pas prouver [l’existence] de son sujet mais y ouvrir
ut sciatur quid sit super quod illa versatur,
afin que l’on sache ce que c’est, et de quoi il retourne
dicimus, celeriter actendentes,
nous dirons pour aller vite
quod vulgarem locutionem appellamus
que nous appellerons « parler vulgaire »
eam qua infantes assuefiunt ab assistentibus
celui auquel les petits enfants se familiarisent auprès de leur entourage
cum primitus distinguere voces incipiunt ;
quand d’abord ils commencent à distinguer les sons

vel, quod brevius dici potest,
ou, pour le dire plus brièvement
vulgarem locutionem asserimus
nous affirmons que le parler vulgaire
_____quam sine omni regola
_____sans aucune aucune règle
nutricem imitantes accipimus.
est ce que nous recevons en imitant notre nourrice

3. Est et inde alia locutio secondaria nobis,
Il est ensuite un autre parler qui est secondaire pour nous
quam Romani gramaticam vocaverunt.
que les Romains ont appelé « grammaire »
Hanc quidem secundariam Greci habent
Les Grecs aussi l’ont comme [parler] secondaire
et alii, sed non omnes:
d’autres aussi, mais pas tous
ad habitum vero huius pauci perveniunt,
à cette compétence par ailleurs, peu parviennent
quia non nisi per spatium temporis
car non seulement il y faut un temps long
et studii assiduitatem regulamur
pour que, par une étude assidue, nous en découvrions les règles
et doctrinamur in illa.
et la science.

4. Harum quoque duarum nobilior est vulgaris:
De ces deux [parlers] le plus noble est le vulgaire
tum quia prima fuit humano generi usitata;
parce qu’il fut le premier à être utilisé par le genre humain
tum quia totus orbis ipsa perfruitur,
parce que toute la terre en jouit
licet in diversas prolationes et vocabula sit divisa;
bien qu’il soit divisé en diverses prononciations et vocables
tum quia naturalis est nobis,
parce qu’il nous est naturel
cum illa potius artificialis existat.
alors que l’autre est plutôt artificiel

5. Et de hac nobiliori nostra est intentio pertractare.
Et c’est notre intention de traiter à fond de ce [parler] plus noble.

 côté du vulgaire, une langue secondaire est définie, langue artificielle qui doit être apprise pour elle-même alors que le parler vulgaire est appris naturellement par tous. Dante emploie pour désigner le latin, puisqu’il s’agit de la langue de ceux qui font des études, le terme de « grammatica ». Cette langue savante a l’avantage d’être stable, et donc de permettre les échanges entre savants de différents pays et de nous donner accès aux anciens. Mais c’est de la langue ordinaire, naturelle, offerte à tous, dont Dante veut faire l’objet de son étude.

Historiquement, si l’épisode biblique de la Tour de Babel sert de point de départ à la séparation des langues, Dante focalise son attention sur la partie de l’Europe où trois langues se différencient par leur manière de dire une affirmation :

nam alii ‘oc’, alii ‘oil’, alii ‘sì’ affirmando locuntur
car certains disent ‘oc’, d’autres ‘oil’, d’autres ‘si’ pour une affirmation (I, VIII, 5)

Dante repère que le mot ‘amor’ est commun aux trois langues et en donne des attestations de poètes, trouvères et troubadours. Chacune des ses langues défend ses privilèges mais Dante va se consacrer au vulgaire italien et va étudier ses variations qui sont très nombreuses et qu’il estime à un millier au moins. Il cherche parmi ces parlers lequel est le meilleur, le plus « illustre » mais il ne le trouve pas : le romain est triste et laid, les habitants d’Aquilée ont un accent horrible, etc. En Toscane même, la variété est grande entre Florentins, Pisans, Lucquois et autres. Dante après cette « chasse » conclut :

Postquam venati saltus et pascua sumus Ytalie,
Après avoir chassé dans les forêts et pâturages d’Italie
nec pantheram quam sequimur adinvenimus,
sans y avoir trouver la panthère que nous cherchons
ut ipsam reperire possimus rationabilius investigemus de illa ut,
pour que nous puissions la retrouver, nous chercherons sa piste d’une manière plus rationnelle afin que
solerti studio,
par une habile ardeur,
_____redolentem ubique et necubi apparentem
_____[elle] que l’on sent partout et qu’on ne voit nulle part
nostris penitus irretiamus tenticulis.
nous la prenions tout à fait dans nos filets. (I, XVI, 1)

Ce vulgaire illustre qui, telle une bête sauvage, une panthère, est chassée partout et n’est trouvée nul part, c’est d’une autre manière qu’il doit être poursuivi : d’une manière rationnelle en mettant à contribution les divers vulgaires pour en construire un.

Dicimus illustre, cardinale, aulicum et curiale vulgare in Latio
Nous appelons illustre, cardinal, palatin et curial ce vulgaire d’Italie
quod omnis latie civitatis est et nullius esse videtur,
qui appartient à toute cité italienne et ne semble être d’aucune,
et quo municipalia vulgaria omnia latinorum
et par lequel tous les vulgaires municipaux des Italiens
mensurantur et ponderantur et comparantur.
sont mesurés, pesés et comparés. (I, XVI, 6)

 Ce vulgaire est illustre parce qu’il est utilisé par les meilleurs, il est cardinal au sens matériel du terme cardo car il est le pivot, l’axe qui sert de repère aux divers vulgaires, il est palatin (aulicum) dans la mesure où son lieu de prédilection serait le palais royal s’il en existait un en Italie, il est curial en ce sens qu’il doit être la norme, comme la curie d’un prince est le lieu où la règle de la loi est appliquée.

Deux siècles plus tard, Machiavel, dans sa lettre à Francesco Vettori, reprend peut-être les qualificatifs du vulgaire illustre  aulicum et curiale quand il annonce que pour lire les anciens, il met des vêtements reali et curiali, dignes d’un palais ou d’une curie.

Dans le livre II inachevé de son ouvrage, Dante va donner des éléments qui définissent le vulgaire illustre. Il s’appuie sur de nombreux exemples de troubadours (ou de lui-même, désigné par la formule « l’ami de Cino de Pistoia »)  pour repérer les thèmes qui doivent être utilisés, quel genre doit être préféré (chansons, ballades, sonnets), le style à prendre (tragédie, comédie, élégie), la construction, la versification, les rimes.

Ce qui n’aurait pu n’être qu’un texte programmatique est devenu réalité avec la mise en œuvre d’un style, la comédie, d’un genre, la chanson, qui ont créé ce vulgaire illustre qu’est l’italien des chants de la (divine) Comédie.

Au début du Purgatoire, Dante reprend l’image de l’aqua nostri ingenii mais qui devient navire :

Per correr miglior acque alza le vele
Pour courir meilleure eau elle hisse les voiles

omai la navicella del mio ingegno,
à présent la nacelle de mon génie

che lascia dietro a sé mar sí crudele
qui laisse derrière soi mer si cruelle. [3]

***

Le paradoxe du programme pour un vulgaire illustre de Dante, c’est que précisément il est composé en latin : les mentions de la grammatica se trouvent dans le chapitre premier cité plus haut, puis au chapitre IX où Dante insiste à nouveau sur son caractère  invariable dans le temps, pour avoir accès aux anciens, et dans l’espace, comme langue de communication entre lettrés. Le latin n’est qu’une langue de service : aujourd’hui, il s’exprimerait en anglais devant le public d’une université chinoise pour dire son amour de sa langue, tel qu’il a pu le faire en vulgaire toscan dans le Convivio.

Dante explique son choix du vulgaire et pourquoi il n’utilise pas le latin pour parler de ses créations poétiques dans le Convivio (Le Banquet) rédigé en vulgaire toscan.  Ce texte fut écrit à la même époque que le de vulgari eloquentia, c’est-à-dire au tout début des années 1300, peu de temps après la condamnation de Dante et son exil : il a alors une quarantaine d’années et on est au tout début de la Papauté d’Avignon.

Pour lui, le latin n’est pas adapté pour plusieurs raisons : il reconnait sa noblesse et, filant la métaphore du pain qu’on trouve dans un banquet, le pain noble, le pain de froment, c’est le latin, alors que le pain d’orge c’est le vulgaire. Mais le latin serait un obstacle car il ne peut pas traiter de ce qui est écrit en vulgaire car celui-ci étant par nature associé à ses particularités : son harmonie musicale n’est pas traduisible en latin comme Homère ne peut être lu qu’en grec. Par ailleurs, parler latin, c’est parler aux seuls lettrés et la poésie de Dante veut s’adresser à tous, hommes ou femmes, âgés ou jeunes, lettrés ou illettrés.

Dante de plus critiquait ceux qui écrivaient en latin car à ses yeux c’était devenu une entreprise de distinction sociale, non un désir jailli du plus profond du cœur.

E a vituperio di loro dico che non si deono chiamare litterati,
Et je le dis à leur honte qu’ils ne doivent pas être appelés lettrés
però che non acquistano la lettera per lo suo uso,
parce qu’ils n’acquièrent pas les lettres pour l’usage de celles-ci
ma in quanto per quella guadagnano denari o dignitate
mais parce que grâce à elles ils gagnent argent et dignités (Convivio, Livre 1, chap. IX [4] ).

Dante va longuement s’étendre sur le désir du cœur qui le pousse à écrire dans sa propre langue : son vulgaire fut littéralement, le « conjoigneur » (c’est-à-dire le lien) de ses géniteurs (Questo mio volgare fu congiugnitore de li miei generanti). Il a appris le latin par son intermédiaire.

Le vulgaire à ses défauts : il n’est pas stable et les mots vieillissent vite mais Dante réutilisera pour la Divine comédie des mots jugés tels pour donner à son vocabulaire un aspect intemporel [5] ; le vulgaire n’est pas stable dans ses constructions mais la poésie lui donnera une permanence avec son mètre et ses rimes (con numero e con rime). Le vulgaire enfin a sa noblesse car on s’en sert pour délibérer, interpréter et disputer (I, XIII).

Revenant à son image du début sur les deux catégories du pain de banquet, de froment (noble) ou d’orge (vulgaire), Dante conclut ainsi le livre premier :

Così rivolgendo li occhi a dietro,
Ainsi, tournant les yeux en arrière
e raccogliendo le ragioni prenotate,
et rassemblant les raisons susdites
puotesi vedere questo pane,
on peut voir que le pain
col quale si deono mangiare le infrascritte canzoni,
qui doit accompagner les chansons ci-dessous mentionnées
essere sufficientemente purgato da le macule e da l’essere di biado;
est suffisamment purgé de ces taches et d’être fait avec de l’orge
per che tempo è d’intendere a ministrare le vivande.
qu’il est temps de s’employer à servir les mets
Questo sarà quello pane orzato del quale si satolleranno migliaia,
De ce pain d’orge se rassasieront des millers d’hommes
e a me ne soperchieranno le sporte piene.
et il m’en restera de pleines corbeilles
Questo sarà luce nuova, sole nuovo,
Ce sera une lumière nouvelle, un nouveau soleil
lo quale surgerà là dove l’usato tramonterà,
qui se lèvera là où se couchera l’ancien
e darà lume a coloro che sono in tenebre e in oscuritade
il éclairera ceux qui sont dans les ténèbres et l’obscurité
per lo usato sole che a loro non luce.
parce que l’ancien soleil ne brille pas pour eux.

Cette finale est pleine d’allusions aux textes du nouveau testament : la multiplication des pains y est évoquée et cette nouvelle langue évoque le Verbe du prologue de saint Jean, lumière qui brille dans les ténèbres. Le message est clair : le parler toscan stabilisé par la poésie de Dante éclaire tous les hommes et non plus les seuls lettrés dont la langue, le latin, s’éclipse.

***

Le latin scolastique à l’époque de Dante n’est pour lui qu’une langue de service utilisée pour communiquer (et pour faire carrière), non une école de rigueur qui aurait permis de donner une charpente au vulgaire toscan : ce n’est qu’un siècle plus tard, avec Lorenzo Valla, que le latin classique est réhabilité (Elegantiae 1444).

  1. Langues anciennes mondes modernes, rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, CNDP, janvier 2012, p. 23 []
  2. Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire, Traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Fayard, 2011, coll. Ouvertures bilingues. []
  3. Dante, Le Purgatoire, Traduction de Jacqueline Risset, GF-Flammarion, 1992 []
  4. texte italien, traduction française de Christian Bec in Dante, Œuvres complètes, Le Livre de Poche, 1996 []
  5. Bruno Migliorini, Storia della lingua italiana, Firenze, Bompiani, 1994, p. 177 []

2 réflexions au sujet de « Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *