L’apport de Rome (2/3). L’histoire de Rome est basée sur un pacte social, un contrat social

Dans une première partie, nous avons vu qu’à Rome est né le droit, cette abstraction sur les pratiques humaines qui en même temps peut aussi faire l’objet de négociation entre groupes sociaux. Invention intellectuelle capitale qui fait qu’aujourd’hui encore, les notions de personne et de contrat en sont issues. Dans ce billet, je voudrais montrer que nous sommes redevables encore aujourd’hui de la dynamique même de l’histoire de Rome par la mise en place d’un pacte social, d’un contrat social.

Un ramassis de voleurs ?

Rome, contrairement à Athènes, ne s’est jamais considérée comme une cité composée de gens vivant là de toute éternité. A la différence des Athéniens, les Romains ont assumé une interprétation malveillante de leurs origines pour en faire une doctrine politique sur laquelle ils ont fondé leur pratique sociale et politique [1]. Tite-live après avoir rapporté la légende troyenne des origines, puis celle des jumeaux, Romulus et Rémus, de leur conflit et de la mort de Rémus, en vient à montrer le mode de croissance de Rome : « Romulus ne voulait pas que la ville se développe inutilement : pour attirer du monde, suivant l’exemple des fondateurs de villes qui font venir une foule obscure et misérable, quitte à prétendre ensuite qu’il s’agit d’une population autochtone, il ouvrit un lieu d’asile (…). Un foule disparate, faite d’esclaves et d’hommes libres, et désireuse de changer d’existence, s’y réfugia : ce premier noyau est à l’origine de la puissance romaine. » (I, 8). Cet asile qui a recueilli selon Cicéron des gardiens de troupeaux et des aventuriers [2], fera souche dans le pays en raptant les Sabines.

Le thème de Rome cité composée à l’origine d’un ramassis de voleurs, d’esclaves en fuite, d’aventuriers en mal de refuge, est-il un thème lié à la propagande anti-romaine comme certains le pensent ? Il s’agit plutôt d’une interprétation intellectuelle qui, en relisant l’histoire de Rome, va servir de schéma politique donnant cohérence au double phénomène de l’expansion romaine et de l’intégration des populations conquise qui lui est liée. Nous examinerons d’abord le thème de la fondation, puis celui de l’extension avec l’intégration des conquêtes.

Le contrat social romain

Le terme de contrat social n’est pas anachronique car il est tout à fait à en mettre en rapport avec Rousseau. Citons Pierre Burgelin quand il introduit le texte de Rousseau : « le contrat social est l’acte de fondation d’une cité. Marquons-en l’originalité. Depuis le Moyen Age, il ne manquait pas d’auteurs pour développer l’idée d’un pacte politique. Mais ce n’était en général qu’un pacte de gouvernement, l’accord passé,  par exemple, par un peuple avec une dynastie, pour lui conférer la couronne selon certaines lois fondamentales. Mais de tels actes supposent toujours un corps politique préexistant. Le contrat social selon Rousseau ne contient rien de tel : des hommes se rassemblent, comme ces aventuriers qui, dit-on accompagnaient Romulus. Jusque-là ils vivaient dans l’anarchie où la lutte pour la vie fait la loi. Mais ils ont l’idée de justice, qui, selon Rousseau, est innée à l’homme : ils se proposent de fonder une juste société, un corps politique » [3]. Rousseau il est vrai décompose l’acte du pacte social en deux temps : Romulus aurait posé les fondements et un noble législateur, Numa aurait institué les lois. « Si Romulus n’eut fait qu’assembler des brigands qu’un revers pouvait disperser, son ouvrage imparfait n’eut pu résister au temps. Ce fut Numa qui le rendit solide et durable en unissant ces brigands en un corps indissoluble, en les transformant en Citoyens, moins par des lois, dont leur rustique pauvreté n’avait guère encore besoin, que par des institutions douces qui les attachaient les uns aux autres et tous à leur sol en rendant enfin leur ville sacrée par ces rites (…) dont cependant Romulus, le farouche Romulus lui-même, avait jeté les premiers fondements » [4].

Rousseau nourri de Plutarque (livre qui figurait sur l’établi de son père avec Tacite et Grotius dit-il dans sa dédicace au discours sur l’origine de l’inégalité [5]), dès son plus jeune âge, a trouvé dans l’institution romaine le modèle du contrat social qui ne suppose pas une sociabilité naturelle mais l’intérêt qu’il y a à vivre ensemble [6]. Ce qui rassemble les brigands de Romulus, c’est l’intérêt qu’ils ont à vivre ensemble, à constituer un pacte de brigands au début qui devint le pacte d’un vouloir vivre de citoyens d’une cité. Aussitôt après le rassemblement en asile, Tite-live nous dit que Romulus forma un sénat de cent membres, de même qu’il avait dit auparavant que Romulus donna des lois à la foule qui ne pouvait former un peuple organisé sans institutions (I, 8)  : le fonctionnement de la société civile est institué et la machine romaine peut se mettre en route et conquérir son environnement géographique et en même temps agréger les peuples conquis.

La citoyenneté romaine proposée aux peuples conquis

Par exemple après la destruction d’Albe et la déportation de ses habitants à Rome, les grandes familles d’Albe sont invitées à participer au sénat (Tite-Live I, 30). Cette politique est explicite : la citoyenneté romaine est donnée aux peuples conquis et la guerre entre Rome et les peuples d’Italie au premier siècle av. JC a été conclue par une victoire de Rome mais paradoxalement par l’obtention de la citoyenneté par les vaincus. La guerre avait été provoquée précisément par la demande d’obtention de la citoyenneté par des peuples d’Italie qui étaient les alliés de Rome, qui participaient à son expansion impériale en combattant à ses côtés, qui participaient à sa civilisation mais qui restaient citoyens de seconde zone. Les peuples italiques alliés avaient si bien intériorisés le mode de vie romain qu’ils s’étaient fédérés, avaient créé une capitale nomme symboliquement Italica, et s’étaient dotés d’un sénat, d’une armée, de magistrats. Ils furent vaincus par les romains mais leur demande de citoyenneté fut immédiatement entérinée car l’intégration la rendait inévitable et elle s’inscrivait dans la logique romaine depuis toujours. Ce qui avait retardé son adoption c’était la disproportion entre un ensemble de 400.000 citoyens romains qui devaient s’ouvrir à un ensemble de plusieurs millions d’individus alliés italiens. C’est ce qui se fit cependant [7].

Le processus s’étend aux conquêtes extérieures à l’Italie, en Gaule en particulier : le musée des antiquité de Lyon possède une magnifique gravure sur bronze d’un discours de l’empereur Claude en 48 (les Tables Claudiennes qui servent d’ailleurs de bandeau à ce carnet de recherches) : il nous est également connu par l’intermédiaire de Tacite. Claude y plaide la possibilité pour des Gaulois d’envoyer des représentants au Sénat de Rome et son argumentation est historique : il rappelle que les grandes familles patriciennes du Sénat sont originaires de toutes les villes d’Italie. « Quelle autre cause perdit les Lacédémoniens et les Athéniens, malgré leur puissance militaire, sinon qu’ils écartaient les vaincus en raison de leur condition d’étrangers ? Au contraire, le fondateur de notre État, Romulus, fit preuve d’une telle sagesse que bien des peuples, le même jour, il les eut pour ennemis, puis pour concitoyens (…). Toutes les institutions, pères conscrits, que l’on croit maintenant très anciennes, ont été un jour nouvelles : les plébéiens admis aux magistratures après les patriciens, les Latins après les plébéiens, les autres nations de l’Italie après les Latins. Celle-ci vieillira également, et ce que nous appuyons aujourd’hui par des exemples passera au nombre des exemples. » (Tacite : XI, 23-24) [8]. Quand un notable avait obtenu la citoyenneté romaine, il restait en même temps citoyen de sa cité et citoyen romain : « tout homme a deux patries, une patrie de nature, une patrie de citoyenneté » dit Cicéron [9] (ce texte de Cicéron a reçu de nombreux développements : l’expression « tout homme à deux pays, son pays et la France » a été attribué à de nombreuses personnes comme Jefferson et il en existe aussi une version suisse).

Près de deux cents ans après Cicéron, à l’époque de l’empereur Antonin le pieux, auquel succédera Marc-Aurèle, « période de l’histoire du monde dans laquelle le genre humain a joui du sort le plus heureux et le plus florissant » selon Gibbon [10], la pratique romaine est bien mise en valeur par le discours d’un jeune intellectuel grec venu à Rome avec le désir d’y faire carrière, Aelius Aristide. Il y présente un Éloge de Rome, discours célèbre car il met bien en valeur la logique du système romain :

« Voici ce qui, dans votre régime politique, mérite tout particulièrement l’attention et l’admiration : c’est le caractère grandiose de votre conception, qui n’a absolument aucun équivalent. Vous avez divisé en deux part toute la population de l’Empire (c’est à dire la totalité du monde habité) ; la part la plus distinguée et noble et la plus puissante, vous l’avait faite partout, dans son ensemble citoyenne [ce sont les élites des cités qui peuvent recevoir la citoyenneté romaine, comme St-Paul à Tarse] et même parente [c’est à dire susceptible juridiquement de contracter des liens familiaux] ; l’autre sujette et administrée. Ni mer ni distance terrestre n’excluent de la citoyenneté, et entre l’Asie et l’Europe il n’y a pas de différence sur ce point. Tout est mis à la portée de tous ; nul n’est étranger s’il mérite une charge ou la confiance. Une démocratie commune à la terre est instaurée sous l’autorité unique du meilleur gouvernant et ordonnateur et tous convergent ici [c’est à dire à Rome], comme vers une commune agora, pour obtenir chacun ce qu’il mérite. (…) Il y a dans chaque cité beaucoup d’hommes qui sont vos concitoyens tout autant que ceux de leurs compatriotes, bien que certains d’entre eux n’aient même pas encore vu Rome, et il n’est nul besoin de garnisons qui tiennent les acropoles. Les habitants les plus importants et les plus puissants de chaque endroit gardent pour vous leur propre patrie, si bien que vous tenez les cités de deux manières : à partir d’ici et une par une, grâce à eux. (…) Ainsi la situation présente, et c’est normal, est à la fois satisfaisante et avantageuse pour les pauvres comme pour les riches ; il n’y a plus d’autre manière de vivre. Le régime a rassemblé tous les hommes dans une même harmonie et la conjonction qui précédemment paraissait impossible s’est produite de votre temps : l’alliance de la force et de l’humanité. (…) Si quelque part une cité, à cause de sa taille excessive, a perdu la capacité de se modérer par elle-même, vous ne lui refusez pas les hommes pour assure la direction et faire bonne garde. En conséquence, tous ont plus de plaisir à vous verser les impôts que certains n’en auraient à les recevoir eux-mêmes d’autrui ; et c’est normal. »[11]

Si le plaisir de payer des impôts n’était peut-être pas évident dans la pax romana et fait partie des exagérations oratoires de l’auteur, Aristide décrit bien ce qu’est devenu l’impérialisme romain, cette manière de faire une conquête toute différente de la manière grecque où l’on soumet politiquement des cités en mettant des garnisons dans leur acropole alors que les romains n’en n’ont plus besoin et peuvent réduire leur garnison a peu de choses, quelques troupes qui peuvent intervenir dans des grandes villes. L’impérialisme romain est tout différent de celui des grands empires de l’antiquité qui pratiquait la razzia, l’exploitation des richesses en prédateurs, ce qui entrainait leur fragilité. L’empire romain comme le dit Aristide, c’est l’alliance de la force et de l’humanité : le force n’est pas niée ni même dissimulée. La domination de Rome s’est faite par les armes et se maintient par elles en cas de rébellion. Mais l’humanité du processus consiste à associer les élites du peuple soumis, non seulement au gouvernement local, ce qui serait une manière, par un self-government de se débarrasser de la gestion locale, mais à la citoyenneté romaine, c’est à dire la possibilité de participer pleinement à toutes les opportunités d’une carrière dans l’empire. Pour des élites locales, au fur et à mesure de la conquête romaine, il y eu à faire le choix entre la résistance à Rome et l’entrée dans une sorte de « mondialisation » à l’échelle du monde antique. Le système eu de l’attrait car s’il s’effondra, ce ne fut pas par trahison intérieure et d’ailleurs le processus engagé se poursuivra encore et sous Caracalla, en 212, tous les habitants de l’empire obtiennent la citoyenneté romaine.

L’invention de la mondialisation

J’ai mis des guillemets au terme mondialisation au paragraphe précédent pour montrer son usage anachronique mais les romains sont bien historiquement à l’origine du processus qui se déroule encore sous nos yeux. De la Renaissance, qui était un retour aux sources antiques, jusqu’à l’expansion mondiale de la civilisation occidentale, il n’y a pas de coupure et à diverses époques, la force des armes se drape dans la civilisation apportée comme à l’époque de la colonisation (où l’on avait d’ailleurs une conscience explicite de la continuation du processus romain). A d’autres époques, la force se justifie par l’apport d’une société démocratique, d’une libération de la « barbarie » (ce qui est une reprise d’une opposition antique entre les grecs et « les autres »). Aujourd’hui, époque plus relativiste en termes de culture, la justification est plus liée au constat que c’est l’économie qui est mondialisée et la protestation se fait plutôt sur le style de vie induit par différents types de développement économique que par des considérations politiques qui semblent inutiles.

Sans entrer dans le débat sur la mondialisation actuelle, qui nécessiterait pour être sérieux d’autres analyses, il vaut la peine de réfléchir à l’expérience romaine pour en tirer des conséquences actuelles. Ceci sous deux formes en examinant en premier lieu les critiques qui lui ont été faites de l’intérieur puis la logique du système social et politique mis en place. Ceci sera fait dans un prochain billet mais concluons provisoirement : pourquoi ces aspects si fondamentaux pour aujourd’hui de Rome, motivants pour son étude ne sont pas présentés comme tels ? La réponse vient de ce que c’est à la Révolution, du fait des méfaits de la Terreur que l’admiration des anciens a été dévalorisée et qu’elle l’est restée. A nous de la réactualiser.


[1] Sur cette question, je m’appuie sur Claudia Moatti, La Raison de Rome, Seuil, 1997

[2] De l’orateur, I, IX, 37

[3] Introduction par Pierre Burgelin à l’édition du Contrat social de Rousseau, GF-Flammarion, 1992, p.11.

[4] Rousseau, « Sur le Gouvernement de Pologne », Œuvres complètes, Pléiade, 1964, III, p.957-958

[5] Œuvres complètes, III, p.118

[6] Cf sur ce point Robert Derathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Vrin, 1995, p.145.

[7] Cf Jean-Michel David, La république romaine de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium. 218-31, Seuil, 2000, p.162-167

[8] Cf. Jean-Claude Decourt et Gérard Lucas (dir.), Lyon dans les textes grecs et latins, Lyon, FU Maison de l’Orient, 1993.

[9] Des lois, II,5.

[10] Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain, coll. Bouquins, 1983, II,p.58-59

[11] Laurent Pernot, Eloges grecs de Rome, Les Belles Lettre, 1997, p.88-93


Une réflexion au sujet de « L’apport de Rome (2/3). L’histoire de Rome est basée sur un pacte social, un contrat social »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *