Vindiciae contra tyrannos (1)

À bas les tyrans ! pourrait être une manière contemporaine de traduire ce titre d’un texte latin [1] daté de 1579 et donc paru à l’époque des guerres de religion, quelques années après le massacre de la Saint-Barthélemy de 1572. Il est publié sous le pseudonyme de Stephanius Junius Brutus masquant un collectif d’auteurs français [2] et il va tenter de déstabiliser les tyrans de l’époque en leur lançant des Vindiciae, des réclamations en justice.

S’y ajoute peut-être la connotation de vengeance, car le terme a, en français au moins, perdu son sens d’origine de litige pour le sens dérivé de vindicte, tel qu’on le retrouve dans la vindicte populaire où l’idée de vengeance est cependant présente.

« Contre les tyrans, nous demandons justice », est une manière plus précise de rendre les Vindiciae contra tyrannos. Le sous-titre précise le but du livre :

sive de
c’est à dire du
_____principis in populum,
_____du prince sur le peuple
_____populique in principem
_____et du peuple sur le prince
potestate
pouvoir

Une traduction française datée de 1581  [3] ne reprend que ce sous-titre « De la puissance légitime du Prince sur le peuple et du peuple sur le Prince ». Une table des matières en explicite le contenu :

Hoc libro infra scriptae questiones explicantur
Les questions indiquées ci-dessous sont expliquées par ce livre

I. An subditi teneantur, aut debeant Principibus obedire,
Est-ce que les sujets sont tenus, ou est-ce qu’ils doivent obéir aux princes
si quid contra legem Dei imperent
s’ils commandent quelque chose contre la loi de Dieu

II. An liceat resistere Principi,
Est-ce qu’il est permis de résister au prince
legem Dei abrogare volenti,
qui veut abroger la loi de Dieu
Ecclesiamve vastanti.
ou qui veut dévaster l’Église
Item, quibus, quomodo, et quatenus.
De même : à qui, comment et jusqu’à quel point [cela est permis].

III. An, et quatenus
Est-ce que, et jusqu’à quel point
_____Principi
_____à un prince
_____Rempublicam aut opprimenti, aut perdenti,
_____qui opprime ou anéantit l’État
resistere liceat.
il est permis de résister

Item, quibus id,
De même, à qui cela
_____quo modo, et quo jure,
_____de quel façon, et de quel droit
permissum sit.
est-il permis.

IV. An jure possint, aut debeant vicini Principes
Est-ce que les princes voisins peuvent à bon droit ou doivent
auxilium ferre aliorum Principum subditis,
apporter leur aide aux sujets des autres princes
Religionis purae causa afflictis,
s’ils sont terrassés pour cause de pure religion
aut manifesta Tyrannide oppressis.
ou opprimés par tyrannie manifeste.

Environnement politique des Vindiciae

Pour comprendre ce texte, il faut se replacer après la Saint-Barthélemy et,  suivant ici l’interprétation d’Arlette Jouanna [4], se déprendre de l’interprétation commune qui n’y voit qu’un pur symbole d’intolérance, épisode sombre d’une époque que l’on espère révolue. En voici le résumé :

« Le 18 aout 1572, Paris, célèbre avec faste le mariage de marguerite de Valois et d’Henri de Navarre, évènement qui doit sceller la réconciliation entre catholiques et protestants. Six jours plus tard, les chefs huguenots sont exécutés sur ordre du Conseil royal. Puis des bandes catholiques massacrent par milliers « ceux de la religion » – hommes, femmes, vieillard, nourrissons…
Comment est-on passé de la concorde retrouvée à une telle explosion de violence ? Comment une « exécution préventive » de quelques capitaines a-t-elle pu dégénérer en carnage généralisé ? Quel rôle ont joué le roi, la reine mère, les Guises, le très catholique roi d’Espagne. De ces vieilles énigmes Arlette Jouanna propose une nouvelle lecture.
La Saint-Barthélemy n’est l’œuvre ni des supposées machinations de Catherine de Médicis, ni d’un complot espagnol et encore moins d’une volonté royale d’éradiquer la relgion réformée. Charles IX, estimant sa souveraineté en péril, répond à une situation d’exception par une justice d’exception. Mais en se résignant à ce remède extrême, il installe, sans en faire la théorie, une logique de raison d’État.
Cette tragédie, vécue comme une rupture inouïe, suscite une réflexion foisonnante sur les fondements du pouvoir, les limites de l’autorité, la légitimité de la désobéissance : sur le danger aussi que font courir les divisions religieuses aux traditions du royaume. Mais cet effort de restauration politique va se heurter à la sur-sacralisation du roi, qui ouvre la voie à l’absolutisme des Bourbons. » [5]

Il s’agit bien d’un crime, mais d’un crime d’État motivé par une situation d’exception qui entraine une justice d’exception. En effet, les guerres de Religion, si elles sont pour la première période (1562-1568) motivées par des causes religieuses, sont ensuite alimentées par la défiance qui s’instaure entre le roi et sa noblesse tant catholique que huguenote  [6]. Il y aura bien sûr le massacre de la Saint-Barthélemy mais aussi un évènement antérieur quand en 1568 Guillaume d’Orange, chef des révoltés des Pays-Bas, conclut une alliance avec Louis de Condé et Gaspard de Coligny en réponse à l’exécution de deux nobles des Pays-Bas, les comtes d’Egmont et de Hornes, par le duc d’Albe, envoyé par le roi d’Espagne Philippe II (fils de Charles-Quint) pour rétablir l’ordre aux Pays-Bas. Faire partie de la noblesse n’est plus une protection contre l’arbitraire du pouvoir et ces nobles ont l’impression que les principes de Machiavel sont mis en œuvre par les princes.

Un courant intellectuel de protestation est précisément celui où trouvent place les Vindiciae : ce courant a été nommé par ses adversaires monarchomaques, tueurs de rois : outre les Vindiciae, ce courant a à son actif plusieurs autres textes qui soit relisent l’histoire de France pour montrer la prééminence du peuple sur le roi (Francogallia de François Hotman, 1573), soit, avec le Réveille-Matin des Français et de leurs voisins, paru en 1574 (anonyme), sont caractérisés par une remise en question de la monarchie.

Le courant des monarchomaques, est un groupe d’intellectuels et de juristes, marqués par l’humanisme où l’influence de Philippe Melanchton est notable [7], le plus connu étant Théodore de Bèze. On y trouve certes des protestants mais aussi des catholiques : ils sont l’expression intellectuelle de nobles critiques vis-à-vis de la monarchie (appelés les « malcontents » et « politiques »). Tous ces courants sont d’accord sur la nécessité de la concorde civile mais se différencient selon le schéma suivant :  [8]

Exergues et préface

A partir du texte des vindiciae, examinons donc le point de vue des monarchomaques : après les quatre questions qui forment la table des matières, viennent en exergue deux textes très significatifs :

1) un extrait du code théodosien [9] qui affirme la soumission de l’empereur à la loi.

Imp[eratores] theod[osius][ et valentin[inianus] caes[ares]
Les Césars empereurs Théodose et Valentinien
ad volusianum praefectum praetorio
à Volusianus préfet du prétoire

Digna vox est maiestate regnantis,
C’est une parole digne de grandeur pour quelqu’un qui règne
legibus adligatum se principem profiteri.
de reconnaitre qu’il est un prince lié par les lois.

Adeo de auctoritate iuris nostra pendet auctoritas.
A ce point que notre autorité dépend de l’autorité du droit

Et re vera maius imperio est, submittere legibus principatum.
Et en réalité plus grand que le pouvoir est de soumettre le prince aux lois.

Et oraculo praesentis edicti,
et par la sentence du présent édit
_____quod nobis licere non patimur,
_____que nous ne souffrons pas que cela nous soit loisible
aliis indicamus.
nous notifions à tous

Dat III Id. Iun. Ravennae, Florentio et Dionysio coss.
Donné à Ravenne le III des Ides de Juin, sous le consulat de Florent et Denys

2) un extrait de Justin [10] à propos de Lycurgue qu’il indique comme obligé par ses propres lois.

Justinus Lib. III de Lycurgo legislatore
Justin Livre 3 [chap. 2] à propos de Lycurgue le législateur

_____non habentibus
_____qui n’en avaient pas
Spartanis leges instituit,
Il donna des lois aux spartiates

_____non inventione earum magis, quam exemplo
_____non pas par leur invention, mais plutôt par l’exemple :
clarior:
[il fut] plus célèbre

siquidem nihil lege ulla in alios sanxit,
puisqu’il n’imposa rien par nulle loi à d’autres
cujus non ipse primus in se documentum daret.
dont il ne donne lui-même en premier l’exemple en lui.

_____Populum in obsequia principum,
_____le peuple dans le respect des princes
_____principes ad iustitiam imperiorum
_____les princes dans l’esprit de justice du pouvoir
firmavit.
Il raffermit

Le prince est tenu par les lois nous disent des autorités de l’antiquité. Le but des Vindiciae va être précisé par une préface d’un certain C. Superantius dont voici le début et quelques extraits :

Cono superantius vasco Principibus Reipublicae, Piis, Fidelibus
Cono Superantius Vasco, aux pieux et fidèles princes d’états

Non eram nescius, ô viri Principes, cum
Je n’étais pas ignorant, Messieurs les princes, que quand
_____has
_____ces
Stephani Junii Bruti,
Stephanius Junius Brutus
__________de vero
__________concernant le vrai
_______________principis in populum,
_______________du prince sur le peuple
_______________et populi in principem,
_______________et du peuple sur le prince
__________iure et potestate
__________droit et pouvoir
_____quaestiones in vulgus
_____questions dans le public
emitterem :
lancerait
_______________fore non nullos, qui me reprehenderent.
_______________ils n’en manqueraient pas pour me critiquer

 

_____Pugnant enim ex diametro
_____elles [ces questions] s’opposent diamétralement
cum
Du fait que
__________Nicolai Machiavellii Florentini,
__________de Nicolas Machiavel le Florentin
__________quem in gubernanda Republica ducem illi habent,
__________lequel ils ont pour guide dans le gouvernement de l’état
_____malis artibus, pravis consiliis,
_____aux mauvaises pratiques, aux conseils pernicieux
_____et falsa pestiferaque doctrina.
_____et à la doctrine fausse et pestiférée

le « ils » c’est Catherine de Médicis  et ses conseillers italiens. Rappelons que Catherine de Médicis est la fille de Laurent à qui était dédié le Prince. L’opposition à Machiavel et aux « Machiavelistes » revient très souvent dans le texte.

Itaque cum de Galliae calamitatibus
C’est pourquoi, comme des misères de la France
mihi multus
_____cum Bruto, erudito, prudente, nobilique viro,
_____avec Brutus, homme érudit, prudent et noble
sermo esset circiter ab hinc biennium,
nous avions beaucoup parlé il y a environ deux ans

 

et
et
_____ultro citroque non pauca de earum originibus,
_____de part et d’autre abondamment  leurs origines
_____caussis, initiis et progressibus
_____causes, débuts et avancées
percurrissemus,
comme nous avions passé en revue

eo tandem ventum est, ut,
jusqu’à ce que nous arrivions que
inter cetera, studio librorum Machiavellii,
entres autres choses, par la passion des livres de Machiavel
maxime crederemus acui quorundam ingenia,
[cela] stimula beaucoup, nous croyons, les esprits de certains [qui]
quo,
par ce biais
_____artes perturbandi Rempublicam
_____le métier de troubler l’état
_____ex eorum auctoritate,
_____en s’aidant de l’autorité de ceux
_____qui eam regunt,
_____qui le gouvernent
amplecterentur.
accueillent avec empressement

Résumé des Vindiciae

Le raisonnement utilise un grand nombre d’exemples tirés de l’ancien et du nouveau testament, qui est la source privilégiée, de l’histoire ancienne mais aussi de l’histoire récente et contemporaine. Le résumé de la fin de la 3e question (p. 214-216) nous permet de voir l’articulation générale du traité :

In summa, ut hunc tandem tractatum concludamus,
En somme, pour conclure enfin ce traité
principes eliguntur a Deo, constituuntur a populo.
les princes sont choisis par Dieu, ils sont établis par le peuple.

Ut singuli principe inferiores sunt ;
Comme chacun en particulier est inférieur au prince
ita universi, et qui universos repraesentant,
de même l’ensemble et ceux qui représentent l’ensemble,
regni oficiarii, principe superiores sunt.
les officiers du royaume, sont supérieurs au prince.

Cette prééminence de l’ensemble sur une partie est exprimé de plusieurs façons : à partir d’exemples tirés de l’expérience humaine mais aussi de la théorie conciliaire. Par exemple un bateau est fait de diverses pièces mais l’ensemble est supérieur aux parties. De plus sur un bateau toujours, le pilote n’est qu’un serviteur établi par le possesseur du bateau (analogiquement Dieu) pour le mener à bon port. Et si le capitaine est ivre, il appartiendra à un officier secondaire de reprendre la barre, de même que le concile peut déposer un pape, comme cela est arrivé pendant le grand schisme d’Occident.

In constituendo principe intervenit foedus inter ipsum et populum,
Dans l’établissement du prince intervient une alliance entre lui et le peuple
tacitum, expressum, naturale, vel etiam civile,
pacte tacite, ou expresse, ou naturel ou même civil
ut bene imperanti bene pareatur,
pour que commandant bien, il soit bien obéi
ut reipublicae inservienti omnes inserviant,
pour que l’État étant bien considéré, tous le considèrent avec soin
ut legibus obtemprenanti omnes obsequantur.
pour qu’à celui qui obéit aux lois, tous obéissent

La notion d’alliance trouve son origine dans l’alliance entre Dieu et le peuple juif : pour qu’il y ait pacte, il faut acceptation des deux parties. Cette acceptation doit exister,  qu’elle soit tacite, ou expresse (comme dans l’acclamation du peuple lors d’un couronnement) et dont les conséquences peuvent relever du droit naturel ou du droit civil écrit. Les clauses du contrat sont que l’obéissance du peuple au prince est liée à l’obéissance du prince aux lois.

Hujus vero foederis seu pacti,
Mais de cette alliance ou pacte
regni officiarri vindices et custodes sunt
les officiers du royaume sont les défenseurs et les gardiens

L’alliance est aussi nommée pacte et l’on sait l’usage intensif qui sera fait ultérieurement de ce terme. Ce n’est pas tout le peuple qui en est le gardien, mais ses représentants, les officiers du royaume. Ce sera à eux de résister le cas échéant.

Qui hoc pactum perfide et pervicaciter violat,
Celui qui viole ce pacte perfidement et obstinément
is vere exercitio tyrannus est.
celui-là est vraiment un tyran de fait.

Le tyran de fait s’oppose au tyran par conquête : l’important est qu’un roi, légitime à l’origine, puisse devenir un tyran reconnu comme tel et que l’on peut combattre.

Itaque regni officiarii ipsum,
C’est pourquoi même les officiers du royaume
_____et secundum leges judicare
_____de le juger selon les lois
_____et renitentem vi coercere, si alias non possunt,
_____d’employer la force s’il résiste et s’ils ne peuvent faire autrement
ex officio tenentur
sont tenus du fait de leur charge 

Les officiers du royaume sont de deux sortes : ceux qui sont déjà en charge de l’ensemble comme les connétables, les maréchaux, les pairs du royaume sont les premiers à être concernés par une action contre le tyran de fait. Ceux de rang inférieur, ducs, marquis, contes, consuls, maires ne peuvent agir qu’à l’échelon local. Quant aux particuliers, ils ne doivent pas intervenir car seul un corps constitué peut agir et il le fait par son représentant (l’officier du royaume).

***

L’absolutisme de Louis XIV n’est pas un fait historique qui s’impose à nous parce que nous savons ce qui s’est passé : à l’époque des textes comme les Vindiciae, une autre issue politique était possible, celle d’un pouvoir partagé entre le roi et les représentants des corps constitué, les États généraux en particulier. Dans un prochain billet, je tenterai de montrer en quoi ce texte est vivant encore aujourd’hui.

  1. texte latin []
  2. Blandine Kriegel, La République et le Prince moderne, PUF, 2011, p. 239 []
  3. texte français []
  4. Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État, Gallimard, 2007 []
  5. Jouanna 2007 : 4e de couverture []
  6. Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne : 1559-1661, Fayard, 1989, p. 154 []
  7. Kriegel 2011, p. 170 []
  8. Jouanna 1989, p.167 []
  9. constitution Digna vox, Cod. 1.14.4 []
  10. cf. Justin sur ce carnet []

Une réflexion au sujet de « Vindiciae contra tyrannos (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *