Actualité politique des Vindiciae contra tyrannos (2)

Il peut sembler peu réaliste de chercher une actualité à un texte comme les Vindiciae qui semble tellement lié au contexte des guerres de religion que son intérêt ne peut être qu’historique. Deux raisons militent cependant pour le juger actuel.

1) En premier lieu, la réflexion sur l’aspect politique du comportement humain, ce que l’on appelle aujourd’hui la théorie politique, se fait à propos de comportements comme le « vouloir vivre ensemble » ou au contraire l’hostilité, la confiance ou la défiance, la bonne ou la mauvaise foi, c’est-à-dire des comportements dont on doit dire qu’ils sont permanents dans la civilisation issue des grecs et des romains. Les problèmes politiques de la guerre civile à Rome terminée par le règne d’Auguste ne sont pas foncièrement différents de ceux de toute guerre civile, concept toujours en activité aujourd’hui. On dira que le progrès existe aussi en ce domaine et l’on jugera des conceptions politiques à l’aune de nos conceptions actuelles : comme elles s’imposent à nous, il est inévitable que nous ayons un point de vue en termes d’apparition, de progrès, de retard, d’innovation, mais il faut être conscient que cette vision, pilotée par le présent, peut être fallacieuse.

Une comparaison avec l’art peut nous aider à comprendre la spécificité de la théorie politique : on admet assez communément qu’il n’y a pas de progrès en art mais que pour autant la pratique artistique évolue, qu’il y a des écoles, des filiations et que chaque époque se crée ses formes d’art. De même que le rapport à la matière, aux sons, aux images permet à toute époque de créer des mondes artistiques, de même le rapport politique, assez invariant, permet à chaque époque de se construire son monde politique, différent du précédent mais répondant aux mêmes questions.

Parler de progrès a du sens quand on extériorise des potentialités humaines comme vivre mieux ou plus longtemps, voir plus loin, se déplacer plus vite. Cela en a beaucoup moins quand on compare des relations politiques, même si les systèmes mis en place sont meilleurs à nos yeux. Si notre démocratie est certainement un progrès par rapport à une tyrannie ce n’est pas un progrès de la science politique, c’est un choix, inventé par les grecs, comme les tragédies ou les ordres de l’architecture, choix qu’il faut faire, non découvrir au bout d’une réflexion. Il est notable que les progrès technologiques associés au progrès de la science se diffusent dans tous les pays du monde, quels que soient leur régime politique. Changer de régime politique par contre, est toujours un engagement, un choix qui ne s’impose qu’à ceux qui le veulent, un choix politique, difficile, contesté.

2) Mais, seconde raison, l’étude des Vindiciae est intéressante car c’est un texte charnière dans notre histoire politique. En effet ce texte s’appuie sur la doctrine ancienne d’origine stoïcienne du droit naturel et sort donc la soumission au prince de l’obligation religieuse qui devient caduque. Mais en même temps, comme le but du texte est de s’opposer aux tyrans, il va montrer que logiquement, (ut geometrarum more, à la manière des géomètres, [1] l’expression est antérieure à Descartes) cela en est la conséquence. Si le prince ne reste pas dans la logique de sa fin naturelle, le bien du peuple, il doit être critiqué, voire même déposé s’il se comporte en tyran de fait.

Nous allons donc examiner en détail les textes de Vindiciae sur les points suivants qui fondent le droit de résistance: la liberté naturelle, pourquoi on y renonce, les droits sous-jacents : droit naturel, droit des gens, droit civil. On examinera ensuite qui peut exercer le droit de résistance : les autorités mais non les individus. On examinera enfin comment cette manière de voir éclaire la situation présente.

La liberté naturelle

Primum sane palam est,
En premier lieu il est parfaitement connu
homines natura liberos,
que les hommes, libres par nature
servitutis impatientes,
peu disposés à endurer l’assujettissement
et ad imperandum magis, quam ad parendum natos
et plutôt nés pour commander que pour obéir
non
n’ont pas
_____nisi magnae cuiusdam utilitatis causa
_____si ce n’est pour cause de quelque grande utilité
imperium alienum ultro elegisse,
choisi spontanément le pouvoir d’autrui,
_____et
_____et
__________suae quasi naturae legi,
__________pour ainsi dire à leur loi de nature
__________ut alienam ferrent,
__________comme s’ils la rendaient impropre
_____renuntiasse.(107) [2]
_____ont renoncé (128)

Renoncer à la liberté naturelle pour un plus grand profit : c’est ce que font tous les humains qui s’associent. On se donne des obligations quand on crée une association, ou même un couple. C’est également en ces termes que le thème du contrat social sera développé par la théorie politique ultérieure.

Pourquoi on renonce à la liberté naturelle

Imperii finis unicus, populi utilitas.
Le seul but de la domination c’est le profit du peuple

Imperatorum regumque officium unum
La charge unique des empereurs et des rois
ut populo consulant.
c’est d’avoir soin du peuple

Regia vero dignitas
La vraie dignité rorale
non est proprie honos,  sed onus ;
n’est pas à proprement parler un honneur mais un fardeau
non immunitas, sed munus ;
non une immunité mais une charge
non vacatio,  sed vocatio ;
non une dispense mais un appel
non licientia, sed publica servitus
non une licence mais une servitude publique

On notera l’aspect de diatribe qui est le genre littéraire des Vindiciae avec ses allitérations nombreuses, ses répétitions oratoires.

Cum igitur MEUM illud, et TUUM, orbem invasissent,
Quand donc ces [mots] MIEN et TIEN envahirent le monde
ac de
et que
_____rerum dominio inter cives,
_____à propos de la possession des choses entre citoyens
_____mox vero etiam de finibus inter finitimos
_____et bientôt même des frontières entre [peuples] voisins
bella exorirentur :
des guerres commencèrent

populus ad unum aliquem confugere coepit, qui
le peuple commença à avoir recours à un unique individu qui
_____tum, ne tenuiores a divitibus ;
_____soit les plus pauvres par les riches
_____tum, ne universi a finitimis,
_____soit l’ensemble par les voisins
_____vim paterentur
_____ne souffrent pas de violence
juste fortiterque provideret
équitablement et courageusement ferait que

Ut vero aut lites, aut bella magis ingruebant,
Mais comme et les procès et les guerres menaçaient davantage
is etiam eligebatur,
on choisit celui même
cuius de fortitudine, aut de industria,
dont soit le courage soit le zèle
magna erat omnium opinio
était le plus grand selon l’opinion de tous

Itaque reges olim creati sunt, ut
C’est pourquoi autrefois les rois furent créés, afin que
domi jus dicerent,
à l’intérieur ils disent le droit
foris vero exercitum ducerent(108-109)
et que à l’extérieur ils conduisent l’armée. (130-131)

La fonction du pouvoir, c’est d’être au service du peuple.

Le droit naturel

Primum docet nos jus naturale,
Le droit naturel nous enseigne d’abord
__________vitam et libertatem nostram,
__________notre vie et notre liberté
__________qua sine vita vix vitalis est,
__________sans laquelle la vie est à peine  digne d’être vécue
_____adversus omnem vim et injuriam
_____contre toute violence et préjudice
conservare et tueri.
de conserver et de protéger

Insevit id Natura
C’est ce que la nature a inculqué
canibus adversus lupos,
aux chiens face aux loups
tauris adversus leones,
aux taureaux face aux lions
columbis adversus accipitres,
aux pigeons face aux éperviers
pullis adversis milvos ;
aux poules face aux vautours
longe vero magis homini adversus homine ipsum,
mais encore bien plus à l’homme face à l’homme lui-même
si ipsi fiat lupus. (p.183)
s’il devient loup pour lui (p.208)

Le homo homini lupus repris par Hobbes est un proverbe bien connu de Plaute. [3]. Quand l’homme est menacé, il a le droit de se défendre et c’est au pouvoir de le faire.

Le droit des gens (rapports entre nations)

Pour la défense contre l’agression extérieure, c’est le droit des gens, c’est-à-dire le droit qui régit les rapports des états entre eux, qui est invoqué.

Accedit jus gentium,
S’ajoute [à cela] le droit des gens
quo distincta sunt dominia,
par lequel sont distinguées les possessions
fixi limites, constituti fines,
les limites sont fixées, les bornes sont posées
quos quisque
lesquelles chacun
_____adversus quoslibet
_____contre qui que ce soit
defendere tenetur.p183
est tenu de défendre p.208

Accedit vero potissimum jus civile,
Mais s’ajoute l’essentiel : le droit civil
quo societates hominum
par lequel les sociétés humaines
quaeque certis legibus constitutae sunt,
sont constituées chacunes par des lois sûres
ut illae uno, hae alio modo gubernentur
pour qu’elles soient administrées les unes d’une façon, les autres d’une autre
_____aliae ab uno
_____les unes par un seul
_____vel paucis
_____soit par un petit groupe
_____alliae ab universis
_____les autres par l’ensemble
regantur (184)
elles sont dirigées(209)

L’auteur fait allusion aux divers types classiques de gouvernement.

Le droit civil

Alors que le droit naturel impose une seule façon de faire, le droit civil permet à chaque peuple d’être gouverné à sa façon.

 Hoc jus si quis vi dolove rumpere tentet,
Si quelqu’un par la force ou par la ruse tente d’enfreindre ce droit
quia societatem, cui debet omnia, violat,
soit parce qu’il viole la société à qui il doit tout ce qu’il a
quia in patriam cuniculos agit,
soit parce qu’il entraine sa patrie dans des intrigues
cui natura, cui legibus, cui sacramento devincti sumus,
à laquelle [patrie] nous sommes liés par la nature, par des lois, par un serment
ei omnes resistere tenemur.(184)
nous sommes tous tenus de lui résister (209)

Ut vero nos adversus hosce tyrannos,
Mais comme face à ce tyran
jura naturae, gentium, civilia,
le droit naturel, le droit des gens et le droit civil
arma capere jubent ;
nous ordonnent de prendre les armes
ita nec ulla omnino ratio dehortari potest.
c’est pourquoi aucune raison ne peut nous en détourner.

Le droit de résistance est ainsi fondé :

1)  sur le droit naturel : si un prince ne respecte plus ce pour quoi il est prince, c’est-à-dire assurer l’ordre social, il devient alors un tyran de fait

2) sur le droit des gens, si un prince s’est imposé de l’extérieur par conquête, contrairement au droit international, il est alors un tyran sans droit

3) sur le droit civil : si un prince ne respecte pas les lois écrites, il contrevient au serment qu’il a prêté lors de son intronisation, devient ainsi félon et donc tyran de fait.

Thierry Ménissier [4] oppose serment et contrat au sens moderne en notant que dans le texte, le serment en question fait référence soit à l’alliance de l’ancien testament, soit au serment romain qui fait référence au salut de la patrie :

« Le serment ressemble donc à un engagement contractuel, mais il n’en est pas un : parce qu’il consiste en une relation dont la valeur repose sur la reconnaissance d’un ordre transcendant (qu’on nomme celui-ci Yahvé ou « Sénat du Peuple de Rome »), celui qui prête serment ne saurait se délier du lien solennellement noué avec ses airs devant le dieu vengeur ou au nom du salut de la patrie.(…) Si [le contrat social] possède une valeur normative c’est parce qu’il est pour ainsi dire ajusté à la nature humaine, celle-ci étant présentée de la manière la plus pure possible grâce à la fiction de l’état de nature. Le critère de validité du contrat social n’est donc pas à rechercher dans un ordre qui transcende l’existence des hommes, mais puise sa force dans l’immanence de la rencontre des naturels bruts. La seule transcendance du pacte, c’est celle dont sont capables des volontés purement humaines » (p.28)

Il me semble qu’on peut répondre que le serment fait par le roi, par exemple lors de son intronisation ne doit pas être mis en rapport avec un pacte passé par des hommes entre eux, mais doit être mis en rapport avec le serment médiéval qui engage l’homme envers Dieu : s’il ne le respecte pas, il devient félon et on ne lui doit plus allégeance.(Texte Français p.24/ Latin p.11). Un autre sens est noté pour l’alliance avec le roi et avec le peuple, c’est qu’on peut s’appuyer sur l’un ou sur l’autre pour le faire respecter comme en droit privé plusieurs personnes peuvent se porter garant du même bien (F51/ L36)

Le droit de résistance ainsi bien fondé face à un prince qualifié de tyran, il reste à déterminer qui peut l’exercer.

Le fondement du droit de résistance

Ergo licet regni officiariis
Il est donc permis aux officiers du royaume
aut omnibus,
soit à tous
aut saltem pluribus,
soit au moins aux plus nombreux
tyrannum coercere.
de réprimer le tyran

Nec vero modo licet,
Cela n’est pas seulement permis
verum ita quidem illis ex officio incumbit,
mais ceux à qui cela incombe par devoir
_____ut, ni fecerint,
_____s’ils ne le faisaient pas,
nullo pacto excusari possint
ne pourraient être excusés par aucun pacte.

L’auteur se moque ensuite des Electeurs (du Saint-Empire), Palatins, Pairs et autres notables qui pensent que leur rôle essentiel est d’être déguisés à l’antique le jour du sacre et de jouer la représentation sur une scène des Chevaliers de la table ronde. Ils sont appelés à l’honneur mais leur rôle comporte aussi des charges et en particulier  de veiller à ce que le roi ne cause pas de dommage au peuple. Ils sont comptables du gouvernement du prince, comme le Concile est responsable des errements d’un Pape qu’il peut le déposer.

Les autorités associées au corps constitués ont donc un rôle à jouer, mais qu’est-il du simple particulier ?

An vero tandem mediastino cuilibet idem licebit ?
Mais enfin [cela] serait-il permis à n’importe qui du dernier rang ?

Minime vero.
Pas du tout.
Singulis seu privatis respublica commissa non est,
L’Etat n’est pas confié à chacun en particulier, aux simples particuliers
imo ipsi
bien plutôt ceux-ci
_____optimatum et magistratuum curae,
_____à la charge des élites et des magistrats
_____non secus ac pupilli,
_____comme le sont des pupilles
comissi sunt.
sont confiés

Deo, neque a populo gladius concessus est.
Le glaive ne [leur] a été concédé ni par Dieu, ni par le peuple
Itaque si gladium injussi stringant,
C’est pourquoi s’ils dégainent le glaive sans commandement
seditiosi sunt, quamvis causa justa videatur.
ce sont des séditieux, quoique leur cause semble juste.

Singuli denique principem non constituunt, sed universi.
Enfin, chacun en particulier n’institue pas le prince, c’est l’ensemble [qui le fait]
Itaque
C’est pourquoi
_____universorum,eorum,
_____de leur ensemble
_____inquam, qui
_____c’est à dire de ceux qui
__________universos in regno, regione, urbeve
__________l’ensemble dans le royaume, la province ou la ville
__________quae regni partem faciat,
__________qui fait partie du royaume
_____repraesentant,
_____représentent
iussum expectent oportet,
il faut qu’ils attendent le commandement

aut unius saltem ex illis,
ou du moins un de ceux-là
antequam adversus principem quidquam moliantur. (210)
avant d’entreprendre quelque chose contre le prince (236-237)

Le fond de l’explication est là : ce qui fonde l’autorité, c’est l’ensemble dont les « autorités » sont les représentants. Un particulier ne peut agir à la place de l’ensemble.

Alors que chez Machiavel, l’État était la chose du prince, maintenant, l’État est la chose de l’ensemble et seul l’ensemble, par l’intermédiaire de ses représentants peut le modifier.

Refus du droit de résistance au particulier

Mais Dieu a montré dans l’histoire biblique qu’un simple particulier pouvait libérer Israël d’un tyran : n’est-ce pas possible encore ? La réponse est que bien souvent il s’agit d’imposteurs, ou de nouveaux tyrans, ou de tentatives dont le résultat fait que la situation est pire.

Au début du texte, à propos des questions religieuses, l’auteur avait mis en garde contre ceux qui s’estiment inspirés par le Saint-Esprit :

Si quis enim
Si en effet quelqu’un
_____eam sibi authoritatem,
_____de sa propre autorité
_____quasi divino spiritu afflatus,
_____pour ainsi dire des inspirations du Saint-Esprit
arroget,
s’arroge

videat sane,
qu’il regarde bien
ne arrogantia inflatus sit,
s’il n’est pas inspiré par l’arrogance
ne sibi ipse Deus sit,
s’il n’est pas Dieu seulement à ses propres yeux
ne sibi ex se magnos illos spiritus sumat.
s’il ne s’arroge ces grandes [pensées] par l’inspiration de lui-même
ne itaque concipiat vanitatem.
et par conséquent qu’il ne conçoive pas de perversion
et pariat mendacium (68-69)
et n’engendre pas de mensonge (86-87)

Aujourd’hui : Tunisie, objection de conscience, insurrection.

Voyons ce qu’il en est aujourd’hui. Que l’institution de l’autorité soit le fait de l’ensemble est un acquis qui s’exprime aujourd’hui avec le concept de volonté générale. La différence avec l’époque des Vindiciae est dans la représentation du souverain. Aujourd’hui cette représentation passe par des corps élus alors qu’à l’époque cela passait par le roi et les autorités constituées. Le problème intéressant est celui du droit de rébellion : qui peut l’exercer et comment ?

Ce n’est pas à l’individu isolé de « tirer le glaive ».  Selon les Vindiciae, l’individu injustement persécuté (pour fait de religion) ne peut que subir le martyre :

Sin alio fugere non datur,
S’il n’est pas possible de fuir ailleurs,
vitae potius, quam Deo renuncient. (67)
qu’ils renoncent à la vie plutôt qu’à Dieu (85)

Ce martyre a valeur symbolique et il peut avoir des conséquences politiques notables. Ainsi en 2010, le suicide par le feu d’un vendeur ambulant de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi est à l’origine de la chute de Ben Ali en Tunisie en janvier 2011.

De même que le titre Vindiciae contra tyrannos est un slogan agressif qui vise à déstabiliser le pouvoir, de même le terme « dégage vieux clown » a été employé à l’encontre de Ben Ali le 13 janvier 2011 par l’acteur Lotfi Abdelli et repris avec efficacité le lendemain par la foule massée devant le ministère de l’intérieur : Ben Ali s’enfuit ce jour-là.

Pourquoi ce terme français « dégage » repris depuis dans toutes les révolutions ? Lotfi Abdelli comme beaucoup de tunisiens passe facilement de l’arabe au français : ainsi, dans son intervention enregistrée la veille du départ de Ben Ali, il commence son message en français : « message très important et très urgent », puis passe à l’arabe. Au bout de 40 secondes il revient au français par ces mots « dégage, dégage vieux clown périmé ! » revient à l’arabe, puis insiste « ça va ! c’est bon !» et termine en arabe.

On peut dire que dans les démocraties contemporaines, le changement de prince est devenu une pratique routinière par le biais des processus de représentation élective : le combat politique s’est ritualisé dans l’élection qui permet aux représentants élus de l’ensemble du pays de choisir celui qui le dirigera.

Ce qui est moins résolu est le droit de résistance individuelle que les Vindiciae refusent car le pouvoir est institué par l’ensemble et ce sont donc les représentants de l’ensemble qui seuls ont ce droit.

La question, qui a d’abord été vue sous le registre de l’inspiration de l’Esprit-Saint, a été relancée au 19e siècle par le texte de Henry David Thoreau La désobéissance civile, publié en 1849 [5]. Thoreau y affirme le droit individuel de s’opposer à l’état pour des raisons de conscience : il passe d’ailleurs une nuit en prison pour refus de payer l’impôt à l’État car celui-ci admet l’esclavage. On trouve là les bases de l’objection de conscience qui est une forme non-violente de résistance et qui retrouve l’attitude du martyr. Le refus pour des raisons morales d’accepter un comportement (par exemple le service militaire) conduit à accepter les conséquences qui s’en suivent (être jugé et aller en prison). La non-violence de leaders prophétiques comme Gandhi ou Martin Luther King aura des conséquences politiques fortes mais les années 60 ont vu la renaissance d’une autre forme de contestation celle-ci violente, qu’il faut examiner.

Une théorisation de cette attitude se trouve dans un texte d’un collectif, un « comité invisible » et il est intitulé L’insurrection qui vient [6]. On sait que ce texte a été mis en relation avec ce qui est devenu l’Affaire de Tarnac, ce village de Corrèze où dix personnes ont été mises en examen, suspectées d’avoir participé au sabotage d’un TGV. On trouvera dans le livre de David Dufresne, Tarnac, Magasin général, [7] la présentation détaillée des différents acteurs de l’affaire.

Ce qui est intéressant ici est de se demander si la distinction faite par les Vindiciae peut éclairer non pas l’affaire du sabotage qui n’intéresse que la police et ceux qu’elle accuse, mais les positions politiques défendues dans l’Insurrection qui vient.

Ce texte, comme les Vindiciae est du genre littéraire de la diatribe : il part du principe que la situation sociale actuelle est intolérable et que l’insurrection va venir bientôt.

« Sous quelque angle qu’on le prenne, le présent est sans issue. Ce n’est pas la moindre de ses vertus.  À ceux qui voudraient absolument espérer, il dérobe tout appui. Ceux qui prétendent détenir des solutions sont démentis dans l’heure. (p.7)
« Ce livre est signé d’un nom de collectif imaginaire. Ses rédacteurs n’en sont pas les auteurs. Ils se sont contentés de mettre un peu d’ordre dans les lieux communs de l’époque, dans ce qui se murmure aux tables des bars, derrière la porte close des chambres à coucher. Ils n’ont fait que fixer les vérités nécessaires, celles dont le refoulement universel remplit les hôpitaux psychiatriques et les regards de peine. Ils se sont faits les scribes de la situation. C’est le privilège des circonstances radicales que la justesse y mène en bonne logique à la révolution. Il suffit de dire ce que l’on a sous les yeux et de ne pas éluder la conclusion. » (p.12)

Suit une description en sept cercles : le malaise des consciences, des rapports sociaux, du travail, de la ville, de l’économie, de l’environnement, de la politique. Il faut se mettre en route, se trouver et s’organiser pour l’insurrection. Contre les organisations, seule la commune avec des liens forts, mais accueillante, non pas coordonnée avec d’autres mais laissant la situation conduire à des actions, permettra cette insurrection « qui vient », engendrée par la situation et non définie par des états-majors à proscrire au vu de l’expérience historique.

La « mise au point » finale (datée de janvier 2009) le souligne : « Tout le monde s’accorde. Ça va péter. On en convient, l’air grave ou crânement, dans les couloirs de l’Assemblée, comme hier on se le répétait au bistrot. » (p.127).

L’insurrection massive, efficace, a eu lieu mais pas là où elle était attendue, mais un an plus tard en Tunisie puis s’est répandue. Dans un article du Monde (25 février 2011) [8] le collectif des personnes mise en examen dans l’affaire de Tarnac proteste devant l’admiration que le « Printemps des peuples arabes » suscite dans l’opinion.  Cette admiration ne serait que « l’intense réaction immunitaire à quoi l’évènement accule le discours dominant. On répond par un violent accès d’orientalisme à la nécessité de disposer, au plus vite, entre nous et les bouleversements en cours, un solide cordon sanitaire ». L’évènement est relu à la lueur de la persécution que le groupe a subi : il développe longuement ce thème et conclut : « c’est à l’évidence, dans les banlieues comme dans les mouvements de révolte, la chasse aux Bouazizi, aux fauteurs d’insurrection potentiels qui est lancée, et c’est une course contre la montrer ; car, de Ben Ali à Sarkozy, qui règne par la peur s’expose à la fureur. ».

La protestation contre la situation a pris de l’extension dans le monde avec le mot d’ordre d’un vieux monsieur de 93 ans, Stéphane Hessel, « Indignez-vous ! » et non avec celui de « l’insurrection qui vient ».

Revenons aux Vindiciae : on y trouve une condamnation de la guerre des paysans de 1525

Videat vero etiam populus,
Que le peuple examine de son côté
ne dum sub signis Christi militare cupit,
si en désirant se battre sous l’enseigne du Christ
Theudae forte Galilaeo alicui, aut Barlozbae
ou de Theudas ou de quelque galiléen, ou de Barcozba
(quo non ita pridem in Germania Muncerianis accidit)
(ce qui arriva il n’y pas longtemps en Allemagne pour Münzer)
magno suo malo militet. (69)
il ne sert pas son propre grand malheur  (87)

Comme on l’a déjà montré ici, le slogan de Thomas Münzer « omnia sunt communia » a été utilisé récemment lors d’une insurrection à Poitiers : ce que vise les Vindiciae est bien ce que veulent faire les auteurs de l’insurrection qui vient, même si ceux-ci sont très critiques vis-à-vis des mouvements de l’ultra-gauche.

Le fond du problème est que le « souverain » est constitué aujourd’hui par l’ensemble du peuple ou ses représentants, c’est-à-dire non seulement les partis politiques, les mouvements syndicaux, mais par tous les mouvements sociaux ayant une taille suffisante. La règle du jeu politique actuel est que la représentativité s’évalue et ne s’auto-proclame pas. Pas seulement par le nombre de voix aux élections mais aussi par l’importance du nombre des manifestants ou des pétitionnaires. Un groupuscule, même doué d’une grande intelligence politique se doit de passer par cette épreuve ou, s’il s’y refuse,  se condamne à vouloir le bien du peuple par la force s’il le faut, ce qui ne passe plus.

L’émeute est une expression politique réelle, mais l’insurrection qui vient en voit bien les limites : « aussi immenses que soient les temples de la consommation, ils ne sont pas d’infinis garde-manger » (p.116). L’insurrection selon eux doit être généralisée, sinon elle est condamnée, mais ils pensent qu’on peut y aider par des sabotages bien choisis mais l’on retombe alors dans la non-représentativité : videat vero etiam populus, (…) magno suo malo militet (69).

  1. préface, page 9 de l’édition en ligne []
  2. On donnera dans la suite la pagination du texte latin et celle du texte français : le sous-titrage du texte n’est pas le texte français qui souvent s’écarte du texte latin []
  3. Renzo Tosi, Dictionnaire des sentences latines et grecques, Grenoble, Jérôme Millon, 2010, p.343 []
  4. « Du serment au contrat dans la pensée des Monarchomaques », in Thierry Ménissier et al. L’idée de contrat social, Ellipses, 2004 []
  5. par ex. édition de Mille et une nuits, 2000 []
  6. La fabrique éditions, 2007 []
  7. Calman-lévy, 2012 []
  8. disponible en ligne ailleurs sous le titre Paris-Texas []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *