Lingua franca

On parle souvent de lingua franca pour désigner un langage permettant la communication entre locuteurs de langues différentes. Le latin a longtemps joué ce rôle pour la communication scientifique et aujourd’hui on le dit de l’anglais. Mais ce terme, employé si souvent aujourd’hui [1] que désigne-t-il précisément ?

La lingua franca est d’abord, selon Guido Cifoletti [2] une langue d’échange qui fut utilisée sur le pourtour de la méditerranée de l’apogée de l’empire Ottoman jusqu’à la conquête de l’Algérie en 1830. Au Moyen Âge le terme francs est une désignation dont l’origine remonte à l’empire carolingien mais qui va désigner les croisés (comme en témoigne l’expression royaume franc de Jérusalem) qui utilisaient plusieurs langues romanes. Au 16e siècle il désigne une situation linguistique nouvelle : l’italien est une langue d’échange et de prestige et un pidgin à base d’italien a pu être pratiqué pour des fins commerciales sur le pourtour de l’ensemble de la méditerranée. Il fut utilisé d’une manière stable surtout dans les états barbaresques (c’est-à-dire correspondant aux régences d’Alger, Tunis et Tripoli). Il deviendra un sabir au moment de la colonisation.

Le fait qu’une langue de communication stable était particulièrement nécessaire dans les états barbaresques s’explique par le grand nombre d’esclaves qui étaient capturés par les pirates barbaresques : il y avait d’ailleurs des ordres religieux spécialisés dans le rachat des captifs. La lingua franca servait pour les échanges avec les esclaves capturés en méditerranée : si la lingua franca est à base d’italien et d’espagnol, c’est que ces langues étaient dotées d’un prestige élevé, y compris dans l’empire ottoman qui utilisait l’italien comme langue diplomatique. Cette situation explique pourquoi la lingua franca s’est maintenue stable pendant trois siècles.

Un extrait correct de lingua franca se trouve dans la turquerie du Bourgeois Gentilhomme car Molière a été aidé pour rédiger son texte par le chevalier d’Arvieux qui avait été consul de France à Alger.

Étudions donc cet exemple qui se trouve à la scène 5 de l’acte 4 du Bourgeois Gentilhomme. C’est le mufti qui parle (je sous-titre).

Se ti sabir,
Si tu sais
Ti respondir;
Tu réponds
Se non sabir,
Si tu ne sais pas
Tazir, tazir.
Tu te tais, tu te tais

Mi star Mufti :
Je suis le mufti
Ti qui star ti?
Toi, tu es qui ?
Non intendir:
Si tu ne comprends pas
Tazir, tazir.
Tu te tais, tu te tais

On note immédiatement que :
– la phrase fonctionne par juxtaposition plus que par succession de propositions subordonnées (comme pour Non intendir où il faut suppléer l’hypothèse),
– la forme issue de l’infinitif (star de stare italien ou estar espagnol être) peut exprimer le présent, l’imparfait ou l’impératif,
– les pronoms personnels sont ceux de l’italien ou de l’espagnol (mi, moi, ti toi),
– le lexique : sabir (esp. saber savoir), respondir, (esp. responder répondre), intendir (esp. entender comprendre) tazir (it. star zitto, se taire) est issu de l’italien et de l’espagnol (et de l’arabe pour mufti).

Suivons les indications scéniques et le dialogue : deux Derviches font retirer le Bourgeois. Le Mufti demande aux Turcs de quelle religion est le Bourgeois, et chante:

Dice, Turque, qui star quista,
Dis-moi Turc, est-ce que celui-ci est
Anabatista, anabatista?
Anabaptiste, Anabaptiste ?

Les turcs répondent.

ioc.
non

La même question est répétée avec la même réponse pour un certains nombres de dénominations dont beaucoup sont bien repérables et quelques autres fantaisistes semble-t-il [3] : zwingliste, copte, hussite, moriste (maurisque ?), froniste (?), païen, luthérien, puritain, brahmine, moffine (?), zurine (?).

La négation en ioc est une invention de Molière qui mélange le yes anglais et le oc de la langue d’oc, deux attestations du oui pour en faire un non à usage comique.
A la suite d’un commentaire, voir ci-dessous, il s’avère que Molière fait parler turc et non lingua franca les turcs. Yok aujourd’hui est un adverbe qui signifie simplement non en turc (Correction du 16/05/12).

La dernière demande du mufti est :

Mahametana, Mahametana? et les turcs répondent Hey valla. Hey valla , ce qui dans le contexte signifie une affirmation renforcée (en lingua franca, oui se dit si et non se dit no).
En turc actuel Ey est une exclamation : ô ! et  vallah signifie par Dieu ou  je le jure, en vérité, vraiment (16/05/12).

Le mufti :

Como chamara? Como chamara?
Comment s’appelle-t-il, Comment s’appelle-t-il

Les turcs :

Giourdina, Giourdina.

Le mufti

Mahameta per Giourdina
Mahomet pour Jourdain
Mi pregar sera e matina
Je [le] prie soir et matin
Voler far un Paladina
Je veux faire un paladin
De Giourdina, de Giourdina.
De Jourdain, de Jourdain
Dar turbanta, e dar scarcina
Qu’on lui donne un turban , qu’on lui donne un sabre ( ?)
Con galera e brigantina
une galère et une brigantine
Per deffender Palestina.
Pour défendre la Palestine

Après quoi, le Mufti demande aux Turcs si le Bourgeois est ferme dans la religion mahométane, et leur chante ces paroles:

Le mufti :

Star bon Turca Giourdina?
Est-ce que Jourdain seras un bon turc ?

les turcs,

Hey valla. Hey valla.
Il le sera, il le sera
ô ! vraiment, ô ! vraiment
(16/05/12).

 

La cérémonie se poursuit avec l’utilisation du Coran. Cela se finira par une bastonnade. Le mufti s’adresse au Bourgeois :

Ti star nobile, non star fabola.
Tu es noble, ce n’est pas une histoire
Pigliar schiabola.
Prends le sabre

 Dara, dara, bastonara, bastonara, bastonara.
Qu’on lui donne le bâton.

Non tener honta
N’aie pas honte
Questa star l’ultima affronta.
C’est l’ultime affront. [4]

[On peut écouter ici la marche pour la cérémonie des Turcs de Lully.]

Alger 1830

Une bonne description de la lingua franca a été faite pour des besoins pratiques après la prise d’Alger par les français pour faciliter les contacts entre soldats et indigènes. En 1831 parait à Alger à l’usage des soldats français un  Dictionnaire de la langue franque ou petit mauresque, suivi de quelques dialogues familiers et d’un vocabulaire de mots arabes les plus usuels, à l’usage des Français en Afrique dont  Cifoletti donne de larges extraits et par exemple un dialogue « pour remercier et complimenter »  (Cifoletti 2004 : 177-178) :

bon dgiorno Signor
Bonjour, Monsieur
commé ti star ?
comment vous portez-vous ?
mi star bonou, é ti
je suis bien, et vous.
mi sta contento mirar per ti
Je suis bien aise de vous voir
gratzia
Je vous remercie
mi poudir servir per ti quoualké cosa ?
Puis-je vous servir en quelque chose ?

« Pour demander ce qu’il y a de nouveau »

qué nouova ?
que dit-on de nouveau
mi non sentido nada
je n’ai rien entendu
qué hablar in chità ?
que dit-on dans la ville ?
genti hablar tenir gouerra
on dit que nous avons la guerre
gouerra, con qué natzion ?
la guerre avec quelle nation ?
con Francis
avec les français
qué poudir counchar il Francis contra di Algieri ?
que peuvent faire les français contre Alger ?
per maré nada, ma per terra il Francis star mouchou forti
par mer rien, mais par terre ils sont redoutables  (p.182)

Pour la première fois, ce dictionnaire ne cherche pas à utiliser la lingua franca pour donner de la couleur locale à un texte mais il se veut un instrument pratique d’enseignement, ce qui suppose soit une bonne connaissance de l’auteur, soit qu’il se soit servi d’excellents informateurs (comme le suppose Cifoletti p.177).

Les contacts approfondis entre soldats français et population locale donneront naissance à ce que l’on a appelé ensuite le sabir, déformation de la prononciation du français et donc parfaitement compréhensible par les français d’Algérie qui en ont publié des textes, dont des fables de la Fontaine [5]

J’y conni one cigale qui tojor y rigole
Y chante, y fir la noce, y rire comme one folle,
Y s’amouse comme y faut
Tot l’temps y fi chaud.
Ma, voilà, qui fi froid !!!
Bor blorer t’y en a le droit
Ma, t’a riann por bouffer…

On notera que ce français argotique passe par le système phonologique de l’arabe qui par exemple ignore le son é et le remplace par le i (j’y conni au lieu de je connais comme plus récemment, pendant le Printemps arabe, dégage prononcé digage).

Les militaires français en Afrique du Nord se sont donc confrontés avec la Lingua franca dans la deuxième moitié du 19e siècle : ces mêmes militaires s’en sont peut-être inspirée pour créer de toute pièce une autre lingua franca pour communiquer avec les sénégalais recrutés pendant la guerre de 1914-1918 et qui allait devenir célèbre : le petit-nègre.

Le petit-nègre

Il est en effet resté longtemps célèbre avec le Y’a bon banania qui montrait précisément un tirailleur sénégalais, qui ne parlait pas  français d’une manière maladroite, mais parlait la langue artificielle créée par des militaires pour pouvoir commander les indigènes issus des colonies de l’AOF de l’époque. Ces indigènes parlaient diverses langues car parmi ces militaires dits « sénégalais »,ceux-ci étaient minoritaires [6]. L’auteur d’un manuel de ce qui fut appelé le « français-tirailleur » définit ainsi son propos : « De même que dans l’Afrique du Nord le contact des Arabes avec les Français, les Italiens et les Espagnols a engendré une langue spéciale, le sabir…, de même nos tirailleurs noirs au contact de leurs instructeurs européens ont créé un langage que l’on a appelé le « petit-nègre », et qui bien que parlé par des indigènes d’origines et de dialectes différents (Bambaras, Ouoloffs, Dahoméens, etc.), semble avoir obéi pour sa formation à des règles fixes. (…) Ce modeste travail tend uniquement à donner quelques directives pour la formation de la phrase dans le langage de nos tirailleurs » [7].

On retrouve le même usage qu’en ligua franca de l’infinitif utilisé pour toutes les formes verbales (sauf le participe passé) mais cette manière de faire est commune aux pidgins anglais d’Afrique : je parler, je fini, je vouler. Ya (issu de « il y a ») s’associe à des noms pour exprimer des verbes : ya besoin (devoir), ya moyen (pouvoir) : moi ya gagné caporal (j’ai été nommé caporal).

Même pendant la guerre, ce petit-nègre sera remis en cause par les tirailleurs sénégalais eux-mêmes qui se rendront compte, quand ils auront des contacts avec la population civile, qu’ils ne parlent pas français et que l’on se moque d’eux. Comme le rapporte Cécile Van den Avenne : « Dix ans après la Première Guerre mondiale paraît le Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, qui est en fait un manuel d’enseignement du français, selon la méthode directe. Il y est notamment stipulé qu’« Il est formellement interdit de parler sabir (ou petit-nègre) », qualifiant cet usage d’ « errements anciens » et pointant le fait que le petit-nègre ne remplit que mal ses fonctions, dans la mesure où il n’est guère plus simple que certaines formes simples de français standard (ce même manuel soulignant qu’il est moins difficile de dire : « balaie la chambre » plutôt que « toi y en a balayer la chambre »). C’est donc finalement un enseignement du français et en français qui va être mis en place au sein de l’armée coloniale. »

Reste encore une publication de l’époque coloniale, c’est Tintin au Congo (1930), qui même republié en 1946, garde encore trace de ce petit-nègre : Toi y en a bon / méchant  Blanc, Regarde quoi toi y en as fait au pauvre petit Noir, etc.

Le Globish

La lingua franca d’aujourd’hui, c’est l’anglais avec ce paradoxe que comme le souligne le linguiste François Rastier « souvent dans les congrès internationaux les anglais ont du mal à se faire comprendre, car leur débit plus rapide, leur accent plus net, leur syntaxe plus riche, leur vocabulaire plus étendu les tiennent à l’écart » [8]. Il s’agit d’une boutade et beaucoup de français ont eu l’impression inverse de pouvoir parler anglais dans le monde entier, sauf en Grande-Bretagne et aux USA.

Pour lutter contre cet état de fait, se diffuse une tentative qui consiste à utiliser un anglais réduit à un vocabulaire de 1500 mots, simple dans sa structure, prononcé lentement, qui proscrit les allusions et les plaisanteries parce qu’elles sont propres à une culture linguistique. L’audace de ce Global english ou Globish est de demander aux anglophones en situation de communication internationale de pratiquer aussi cette manière de s’exprimer : on peut d’ailleurs écouter ici un américain (très américain dans sa manière d’évaluer les gens), qui soutient ce point de vue et il est effectivement parfaitement compréhensible. Il est après tout normal que ceux qui détiennent le privilège d’avoir l’anglais comme langue maternelle soient contraints eux aussi de faire un effort linguistique. A titre d’exemple, le site du Globish propose une traduction d’un texte à charge littéraire très forte, puisqu’il s’agit du discours d’investiture du Président Barak Obama. En voici le début :

English Globish
I stand here today humbled by the task before us, grateful for the trust you have bestowed, mindful of the sacrifices borne by our ancestors. I stand here today full of respect for the work before us. I want to thank you for the trust you have given, and I remember the sacrifices made by our ancestors.

Il s’agit d’un style de circonstances tout à fait normal et de grande qualité mais on voit bien à travers cet exemple ce que peut être un anglais de communication internationale qui vise simplement la compréhension.

Le sous-titrage

Pour apprendre une langue, la vision de films en version originale est recommandée et l’on constate que quand on a des rudiments d’une langue, la vision de sous-titres permet de comprendre l’original. Le sous-titrage des productions audiovisuelles (qui est une alternative à la lingua franca), est bien entré dans les mœurs mais je pense qu’on peut l’étendre aux textes écrits : je désigne par là le fait de pratiquer une présentation interlinéaire à laquelle s’ajoute éventuellement l’indentation si la structure des deux langues n’est pas identique. Le sous-titrage ne se veut pas une traduction au sens strict [9] mais une aide à la compréhension, c’est-à-dire que son but est que le lecteur suive le texte d’origine et ne jette un coup d’œil sur la ligne suivante que s’il butte sur un mot ou une tournure.

Ce sous-titrage est particulièrement efficace dans le cadre des textes poétiques : je l’ai utilisé pour les bucoliques[10] dont je cite simplement la fin de la première églogue.

et iam
_____summa
procul
_____villarum culmina fumant
et déjà au loin les plus hauts des fermes fument

__________maioresque
_____cadunt
_______________altis
__________de
_______________montibus
umbrae
et les ombres tombent plus grandes des montagnes élevées

Sous-titrons également Shakespeare, un poème extrait de Much Ado about Nothing, Beaucoup de bruit pour rien :

Sigh no more, ladies, sigh nor more;
Ne soupirez plus, mesdames, ne soupirez plus
Men were deceivers ever;
Les hommes ont toujours été des fourbes
One foot in sea and one on shore,
Un pied en mer et un à terre
To one thing constant never;
Jamais fidèles à une seule chose
Then sigh not so,
Alors ne soupirez plus comme cela
But let them go,
Mais laissez les aller
And be you blithe and bonny;
Et vous, soyez gaies et belles
Converting all your sounds of woe
Remplaçant tous vos cris de détresse
Into. Hey nonny, nonny.
En : allez ! tralalère, tralala

Sing no more ditties, sing no mo,
Ne chantez plus de chansons, n’en chantez plus
Or dumps so dull and heavy;
Ou des idées noires si mornes et pesantes
The fraud of men was ever so,
La tromperie de l’homme a toujours été telle
Since summer first was leavy.
Depuis que le premier été a produit des feuilles
Then sigh not so,
Alors ne soupirez plus comme cela
But let them go,
Mais laissez les aller
And be you blithe and bonny;
Et vous, soyez gaies et belles
Converting all your sounds of woe
Remplaçant tous vos cris de détresse
Into. Hey nonny, nonny.
En : allez ! tralalère, tralala

Écoutons maintenant la version du film de Kenneth Branagh .

  1. en français, davantage qu’en anglais []
  2. Guido Cifoletti, La lingua franca barbaresca, Roma, Il Calamo, 2004 []
  3. René Rebuffat, Molière et les hérésies, Mélanges de l’EFR, 1991, 103-1, en ligne []
  4. Les indications scéniques de l’édition de 1682, cf. Édition de la Pléiade, beaucoup plus longues que celles actuellement utilisées, font un usage du Coran qui ne pourrait plus être mis en scène aujourd’hui parce qu’ il est mis sur le dos de Mr Jourdain accroupi et que le mufti s’en sert d’une façon irrespectueuse aux yeux d’un croyant (une Bible utilisée dans les mêmes conditions aurait d’ailleurs le même effet). []
  5. Fables de Kadour []
  6. Cécile Van den Avenne (2005) « Bambara et français-tirailleur. Une analyse de la politique linguistique de l’armée coloniale française : la Grande Guerre et après », in Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, SIHFLES, décembre 2005, n°35, pp.123-150, accessible en ligne []
  7. Gabriel Manessy, Français tirailleur et français d’Afrique, in Le français en Afrique noire, L’Harmattan, 1994, p.113 []
  8. Assisses européennes du plurilinguisme, l’Harmattan, 2009, p.20 []
  9. Cf. sur ce site :  Comment traduire  ; Comparer les traductions(1) et Comparer les traductions(2) []
  10. Première églogue []

3 réflexions au sujet de « Lingua franca »

  1. ioc me semble venir du turc « yok », qui signifierait quelque chose comme « il n’y a pas », mais est utilisé au quotidien comme négation.
    Comme quoi, Molière avait bien étudié sa lingua franca…
    Merci pour cet article très intéressant (comme les autres par ailleurs).

    1. Tazir avec un z ne peut venir de l’italien tacere [ta’tʃere] où l’on trouve le son sch. Pour l’occitan vous me dites (par ailleurs) que « tàiser » se prononce [‘tajze]. Donc cela devient possible. Guido Cifoletti, contacté, donne la réponse suivante :

      « Des occitanismes se rencontrent en lingua franca, surtout dans le dictionnaire : par exemple le mot « chaise » est rendu par le mot occitan cadiéra. Quant à tazir, il existe dans l’aire des langues romanes tant de mots qui sont proches que je ne saurais dire ce qu’il en est. Si j’avais à portée de main un dictionnaire de judéo-espagnole (séfarade), je chercherais aussi là : je reste convaincu que la lingua franca n’a pas seulement comme substrat l’arabe mais aussi l’espagnol parce que ce doit être une création des iles espagnoles, mauresques et juifs séfarades »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *