Faux et usage de faux chez les carolingiens. L’enquête de Lorenzo Valla

Le faux en question, c’est la Donation de Constantin, document utilisé principalement par les papes pour soutenir leur primauté par rapport aux empereurs. En effet, dans les premiers siècles de l’Église romaine, l’empereur byzantin perd progressivement de son influence sur l’Italie ce qui permet aux papes d’exercer une souveraineté temporelle sur l’Occident face aux princes barbares qui s’estiment cultuellement inférieurs à lui. À partir du moment où l’Empire est instauré en Occident par Charlemagne, les empereurs et les princes vont vouloir exercer une domination en matière religieuse, par exemple en plaçant leurs proches à la tête d’un évêché. À l’époque de Lorenzo Valla (1407-1457), le pape Eugène IV cherche à assurer son pouvoir temporel au moins à Rome mais, en préparation de la lutte contre les turcs, il veut assurer sa domination sur les princes d’Italie. La Donation de Constantin est donc utilisée par les papes pour renforcer leur pouvoir. Ce texte affirme en effet :[1]

Unde ut non pontificalis apex vilescat,
C’est pourquoi, afin que la suprématie pontificale ne perde de sa valeur
sed magis amplius quam terreni imperii dignitas
mais soit plus grande en dignité que les puissances terrestres
et gloriae potentia decoretur,
et soit revêtue par la puissance de la gloire
ecce
voici que
_____tam palatium nostrum, ut praelatum est,
_____tant notre palais, où se trouve ce prélat
_____quamque Romae urbis et omnes Italiae
_____que la ville de Rome et toutes les régions d’Italie
__________seu occidentalium regionum provincias, loca et civitates
__________et les provinces des régions occidentales, localités et cités
__________saepefato beatissimo pontifici,
__________au toujours bienheureux pontife
__________patri nostro Silvestrio, universali papae,
__________à notre père Sylvestre, pape de l’univers
_____contradentes atque relinquentes ejus
_____dépendantes  ou attenantes d’elle
__________vel successorum ipsius pontificum potestati
__________à l’autorité de ce pontife et de ses successeurs
__________et ditioni firma imperiali censura
__________et ce par une décision ferme de l’autorité impériale
__________per hanc nostram divalem sacram
__________par notre impérial et saint
__________et pragmaticum constitutum
__________rescrit civil
decernimus disponenda atque juri sanctae Romanae ecclesiae
nous décrétons que, à disposition et sous le droit de la sainte église romaine
concedimus permandenda.
nous concédons à perpétuité

Unde congruum prospeximus,
C’est pourquoi nous avons jugé prévoyant
nostrum imperium et regni potestatem
que notre empire et notre puissance royale
__________orientalibus
__________orientales.
transferri ac transmutari
soient transférés et transportés
_____regionibus
_____dans les régions

et in Byzantiae provincia
et que dans la province de Byzance
in optimo loco nomini nostro
dans ce lieu à nous propice
civitatem aedificari
une cité soit édifiée
et nostrum
et que notre
_____illic constitui
_____soit établi en ce lieu. (lignes 261-274)
imperium.
pouvoir

Cela semble logique en effet qu’après avoir donné tout l’Occident au pape de l’époque, Sylvestre, Constantin se retire à Byzance pour y fonder Constantinople. C’est pourtant une des raisons qui amèneront Lorenzo Valla à mettre en doute l’authenticité de ce texte. En effet un peu auparavant la Donation de Constantin dit :

Atque decernentes sancimus,
Nous décidons par décret
ut principatum teneat tam
qu’il détienne la primauté tant
super quattuor praecipuas sedes
sur les quatre principaux sièges
Antiochenam,
d’Antioche
Alexandrinam,
d’Alexandrie
Constantinopolitanam
de Constantinople
et Hierosolymitanam
et de Jérusalem
quamque etiam super omnes in universo orbe terrarum dei ecclesias
ainsi que sur toutes les églises de dieu réparties dans le monde entier   (lignes 171-173)

et Valla proteste :

Quid, quod multo est absurdius,
Et voilà qui est bien plus absurde,
capitne rerum natura,
peut-on envisager de quelle manière
ut quis de Constantinopoli loqueretur
on puisse parler de Constantinople
tamquam una patriarchalium sedium,
en tant que siège patriarchal
quae nondum esset nec patriarchalis,
alors qu’il n’existait ni patriarche
nec sedes, nec urbs Christiana,
ni siège, ni ville chrétienne
nec sic nominata, nec condita,
qu’elle ne soit ni nommée, ni fondée
nec ad condendum destinata?
ni même destinée à être fondée ?
Quippe privilegium concessum est
En effet, le privilège a été accordé
triduo quod Constantinus esset effectus Christianus,
le troisième jour après que Constantin eut été fait chrétien
cum Byzantium adhuc erat, non Constantinopolis.
quand Byzance existait, mais pas Constantinople. (L94 [2], F60)

En montrant que la Donation est un faux, Valla veut s’attaquer à la politique temporelle du Pape. Pour arriver à ce résultat, il montre d’abord l’absurdité de la situation historique envisagée par la Donation : jamais on a vu un prince quelconque renoncer de son propre chef à une conquête. D’ailleurs le pape Sylvestre n’aurait jamais accepté cette donation car il pratiquait le « rendez à César ce qui est à César ». Par ailleurs si une telle donation avait été faite, elle aurait laissé des traces, sur des monnaies par exemple.

Ainsi se met en place ce que l’on appellera plus tard la méthode historique qui par une analyse des anachronismes linguistiques arrive à des conclusions irréfutables. Pour cela il fallait parfaitement connaitre la langue latine et Valla est le maitre en ce domaine : il l’a prouvé en publiant les elegantiae en 1444 dans lesquelles il attaque le latin médiéval au nom de la prose classique de Cicéron ou Quintilien.

Voici le passage de la Donation étudié par Valla :

utile judicavimus
nous avons jugé utile
una cum omnibus nostris satrapibus et universo senatu,
uni à tous nos satrapes et le Sénat tout entier
optimatibus etiam et cuncto populo Romano,
les optimates mêmes et tout le peuple Romain
gloriae imperii nostri subjacenti, ut
et tous les assujettis à la gloire de notre empire, que…etc. (lignes156-160)

et le commentaire de Valla qui, bien qu’il s’en défende ailleurs, est de l’ordre de la Philippique (il s’adresse à l’auteur de la Donation) :

0 scelerate atque malefice !
Scélérat, malfaiteur !
(…)
Quid! Quod vis interfuisse satrapes?
Quoi ? Que viennent faire ici des satrapes ?
0 cautes, 0 stipes! Sic loquuntur Caesares?
Espèce de caillou ! Espèce de souche ! Est-ce ainsi que parlent les Césars ?
Sic concipi solent decreta Romana?
Est-ce ainsi que sont d’ordinaire conçu les décrets de Rome ?
Quis umquam satrapes in consiliis Romanorum nominari audivit?
Qui a jamais entendu parler de satrapes dans les assemblées des Romains ?
Non teneo memoria umquam legisse me ullum,
Je ne me souviens pas d’avoir lu nulle part
_____non modo Romanum,
_____non seulement chez les Romains
_____sed ne in Romanorum quidem provinciis
_____mais non plus dans une quelconque province romaine. (L84 F55)
satrapem nominatum.
un satrape signalé

La cause est entendue et la Donation ne se relèvera plus de ces coups portés par Valla. Mais d’où venait donc cette Donation si c’est un faux ?

Aux origines de la Donation

La Donation se trouve dans un texte tout à fait officiel puisqu’il s’agit du Décret de Gratien, vaste ensemble de textes regroupés d’une manière logique, agrémenté de commentaires, de textes des conciles, de réponses des papes à des questions qui leur étaient posées (décrétales), de livres liturgiques. Le but est d’arriver à regrouper tous les éléments qui permettent de construire le droit ecclésiastique. Nous sommes aux alentours de 1140 : c’est l’époque de la naissance du droit à Bologne et Gratien, l’auteur du texte en vient peut-être. La présentation est faite à la manière de l’enseignement scolastique de l’époque avec parfois des « cas d’école » truffés de difficultés pour montrer avec quels textes on peut les résoudre. Le but de cette compilation de milliers de  textes juridiques anciens est certes de donner un instrument qui puisse servir de code de droit canon à l’Église, mais il vise plus spécifiquement à résoudre les contradictions qui peuvent exister entre ces textes.[3]

Le Décret de Gratien a acquis une telle légitimité au cours des âges qu’il sera utilisé par l’Église (avec des ajouts progressifs) jusqu’à la parution d’un nouveau code de droit canon en 1917.

Comme la Donation de Constantin se trouve dans ce recueil prestigieux, elle va y trouver de la force. Mais si elle s’y rencontre, c’est que les rédacteurs du Décret de Gratien l’ont trouvée dans un ensemble qu’ils ont pris en bloc. Par le biais de ces  précédents recueils où la Donation était présente, on peut remonter ainsi à un précédent nommé les Fausses décrétales. Il s’agit d’un texte qui aurait été rédigé par un certain Isidore, tout à fait fictif d’ailleurs et qui est un collectif de clercs carolingiens qui ont produit ce recueil à partir de 847. [4]

Le but du recueil est de se donner des instruments pour lutter, dans le cadre de la réforme carolingienne, contre l’aristocratie laïque qui veut accaparer les biens de l’Église et veut pouvoir placer les siens dans les cadres de l’Église.

« Une réforme profonde était nécessaire. Depuis cinquante ans, la plus saine partie du clergé franc la demandait et l’aristocratie réussissait à en empêcher la réalisation. C’est après le dernier échec subi en 847, à Épernay, par les partisans de l’œuvre réformatrice que quelques-uns de ceux-ci, en désespoir de cause, ne pouvant obtenir du législateur la sanction de leurs vœux, résolurent de la présenter comme acquise depuis longtemps, et forgèrent à l’appui de cette affirmation de nombreux apocryphes. » (Fournier : Tome 1, p. 127-128).

On a du mal à imaginer aujourd’hui que des artisans de la réforme carolingienne qui a produit des gens comme Alcuin ou Eginhard puissent produire des faux même pour la bonne cause qui consiste à se défendre du pouvoir des puissants qui veulent mettre main basse sur l’Église. Mais pour ces auteurs, que l’on désigne sous le nom collectif de pseudo-isidoriens, faire un faux pour restaurer la discipline ancienne n’est que remettre noir sur blanc ce qui devait probablement exister auparavant, puisque la discipline ancienne existait et qu’il fallait simplement la restaurer.

Pour préserver le patrimoine de l’Église, ils utilisent l’Écriture sainte (pour y trouver des châtiments divins promis à ceux qui touchent aux biens consacrés à Dieu) ; ils utilisent le droit romain et les anciens conciles pour défendre les clercs contre les pressions des princes. Pour appuyer leurs revendications d’autonomie de l’Église, ils mettent en avant l’autorité souveraine du Pape qui devient à leurs yeux la clé de voute de l’Église car il peut défendre l’épiscopat. C’est à cette fin qu’ils produisent la Donation de Constantin qu’ils introduisent dans des listes de décrétales (appelés de ce fait par la tradition « Fausses décrétales »).

Il reste à savoir d’où vient ce texte et aujourd’hui la théorie de Nicolas Huyghebaert [5] qui en donne une origine plausible semble assez unanimement acceptée.

« Une assez innocente fiction »

« S’il est un point sur lequel la critique commence à se mettre d’accord, c’est que la fameuse Donation ne peut plus passer pour un faux, c’est-à-dire une fabrication destinée à jouer un rôle politique. Loin d’être une machine de guerre entre les mains de diplomates plus malhonnêtes que retors, elle ne serait qu’un pseudo-privilège, un pseudépigraphe, une assez innocente fiction. La signification redoutable qu’on lui a reconnue dans la suite viendrait de son insertion dans le recueil des Fausses décrétales. Le vrai faussaire serait en quelque sorte le pseudo-Isidore. »  (Huyghebaert p. 173)

Selon Huyghebaert le texte aurait été écrit vers 760 par un clerc de la basilique du Latran à Rome à une époque où cette basilique est concurrencée auprès des pèlerins par Saint-Pierre de Rome qui conservait la tombe de l’apôtre. Pour rehausser son prestige, ce clerc rédige un document qui est un récit légendaire. Il s’est inspiré des Actes de Sylvestre, le pape contemporain de Constantin : lui aussi trafique le texte en disant que Constantin a par humilité porté sur ses épaules comme un vulgaire terrassier douze sacs de terre (en référence aux douze apôtres) pour construire la basilique du Latran, alors que dans les Actes de Sylvestre, c’est au Vatican qu’il aurait accompli ce travail.

Il ne s’agit pas seulement de faire un texte qui rehausse le prestige de la basilique du Latran, il importe encore de le faire connaitre à tous les pèlerins qui viennent sur place : à cette fin on leur fournira un texte à lire.

Les églises de Rome, comme d’ailleurs d’autres églises célèbres de la chrétienté, possèdent souvent des inscriptions destinés à expliquer aux pèlerins les origines du lieu de culte. Elles sont souvent peintes sur bois et la tradition s’en est poursuivie : aujourd’hui encore, dans chaque sanctuaire célèbre, on découvre des livrets, des feuilles d’explication qui perpétuent le genre littéraire des récits de fondations.

Ce texte, recopié par des pèlerins, a franchi les Alpes et, au siècle suivant, a été utilisé par le cercle des faussaires réformateurs isidoriens qui, en l’inscrivant dans leurs fausses décrétales l’ont accrédité dans tout l’Occident chrétien « où il poursuivra une carrière aussi fâcheuse qu’imprévue »  (p. 209)

***

Donation de Constantin. Rome, Basilique des Quatre-Saints-Couronnés

Refaisons pour conclure le parcours en sens inverse : un livret de pèlerinage utilisant les légendes colportées par les Actes du pape Sylvestre qui aurait reçu le baptême de Constantin est affiché au 8e siècle à la basilique du Latran. Il est recopié par des pèlerins et est utilisé au 9e par des réformateurs carolingiens pour montrer la suprématie du Pape face aux princes. À cette fin de fausses décrétales sont produites qui seront intégrées au 12e siècle dans un recueil de droit canonique, le Décret de Gratien (je saute l’époque de la querelle des Investitures où ce texte fut également utilisé[6] ).

Au 14e siècle, à l’époque de Lorenzo Valla, le pape Eugène IV cherche à assurer sa domination sur les princes d’Italie. Laurenzo Valla, alors au service du roi de Naples s’engage dans la lutte : il en sort alors le

De falso credita et ementita Constantini Donatione declamatio.
Discours sur la fausse et mensongère Donation de Constantin

qui est aux origines de la méthode historique.


 

Dans le Monde des Livres récent du 23 mars 2012, on peut lire ce texte de Roger-Pol Droit, écrit pour exprimer la pensée de François Jullien mais qui correspond tout à fait à l’esprit du présent carnet de recherche sur La question du latin.

La clôture de notre pensée, il faut la franchir, sortir de nos évidences, nous laisser désorienter par une pensée étrangère. Reste à trouver le chemin. Pas question d’entrer dans une pensée comme dans un moulin. On y entre plutôt comme dans un parti, en adhérant à ses perspectives, par connivence plutôt que par critique. Et c’est par la langue qu’il faut passer d’abord, car elle seule permet d’entrevoir des opérations mentales qui nous demeurent étrangères. Du coup, il devient inutile, pour éprouver le vertige d’un univers différent, d’accumuler les traductions, les panoramas, les études et les commentaires. À la limite, il suffit d’une phrase, bien choisie, scrutée en VO, mot à mot, pour franchir cet invisible seuil.

  1. Texte latin en ligne dans une édition critique de Horst Fuhrmann, dans MGH, Monumenta Germaniae Historica, Fontes Iuris germanici, 1968 []
  2. Texte français : Lorenzo Valla, La donation de Constantin, préface de Carlo Ginzburg, Les Belles Lettres, 1993 ; texte latin de Valla en ligne []
  3. Jean Gaudemet, Les sources du droit canonique, VIIIe XXe siècle, Cerf, 1993, p. 103-119 []
  4. Paul Fournier, Gabriel Le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident : depuis les fausses décrétales jusqu’au décret de Gratien, reprod. Aalen, Scientia, 2 volumes, 1931 et 1932 []
  5. Nicolas Huyghebaert, « Une légende de fondation : le Constitutum Constantini », Le Moyen Âge, vol. 85, 1979, p.173-209 []
  6. Capitulaire d’Aton : Augustin Fliche, La réforme grégorienne et la Reconquête chrétienne, Bloud & Gay, 1946,  p.184 et Fournier, T. 1, p. 21 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *